Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Calcaire | Photographie | automne | Bordeaux (Gironde) | Botanique | Jardins botaniques -- France | Dessins et plans | Ensoleillement | Roches calcaires | Géologie | Peinture | Pierre | Cônes de pin | Tubéracées | Semoule | Cuisine (semoule) | Truffe du Périgord | Cuisine (champignons) | Cuisine (restes) | Aliments enrichis | ...
Calcaire à astéries, dit pierre de Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b64b3c-calcaire-a-asteries-dit-pierre-de-bordeaux

Calcaire à astéries, dit pierre de Bordeaux

roche calcaire jaunâtre utilisée comme pierre de construction en Gironde (ici sur une maison de Sainte Foy La Grande). Ce calcaire d'origine marine est riche en débris coquilliers, spicules d'astéries(étoiles de mer) et coraux. Il est daté de l'Oligocène (32 millions d'années) .

Chemin de halage à Saint-Cirq-Lapopie. Source : http://data.abuledu.org/URI/553aacdb-chemin-de-halage-a-saint-cirq-lapopie

Chemin de halage à Saint-Cirq-Lapopie

Chemin de halage des gabarres de Bouziès à Saint-Cirq-Lapopie (Lot) utilisé du Moyen-Age jusqu'à la fin du XIXe siècle servant aujourd'hui de chemin de randonnée (parc naturel des Causses du Quercy). En arrière-plan le pont du chemin de fer reliant Cahors à Cajarc.

Cycle simplifié du Carbone. Source : http://data.abuledu.org/URI/50958142-cycle-simplifie-du-carbone

Cycle simplifié du Carbone

Cycle du carbone simplifié.

Géologie d'une carrière parisienne. Source : http://data.abuledu.org/URI/514395af-geologie-d-une-carriere-parisienne

Géologie d'une carrière parisienne

Schéma en coupe (simplifié) des carrières de calcaire parisiennes. Vue simplifiée des bancs de roche qui composent la géologie des carrières de la rive gauche de Paris. En jaune, les bancs exploitables pour la construction. De bas en haut : Juste au-dessus des sables yprésiens, on trouve le lutétien inférieur. Celui-ci se reconnaît par un grand nombre de nummulites visibles à l'œil nu dans la roche, et se divise en deux bancs : 1) La base verdâtre, dont la couleur révèle la présence de glauconie et de quartz ; 2) Les forgets, petits bancs alternant calcaires durs (également glauconieux) et lits de sable. En raison de sa profondeur et du peu de pierre utilisable pour la construction, cette couche n'a pas été exploitée par les carriers. Encore au-dessus, le lutétien moyen constitue une strate de six mètres d'épaisseur. Il se divise en trois bancs : 1) Le banc à vérin des carriers, reconnaissable par les cérithes géants qui s'y trouvent et par une couleur jaune-rougeâtre. D'un grain serré, il n'a été exploité que dans sa partie supérieure et de façon épisodique. 2) Les lambourdes ou vergelets, banc gris, peu épais et tendre. Il ne contient pas d'eau, ce qui le rend « non gélif » (il ne peut pas geler) et utilisable pour la construction, bien que les traces de coquilles et de fossiles y soient très visibles. 3) Le banc royal, non gélif et homogène, qui fournit des pierres de grande qualité pour la construction. Le lutétien supérieur contient quant à lui les bancs les plus variés et les plus exploitables. Il se constitue de deux strates : le banc vert et les bancs francs. Le premier sépare les niveaux inférieurs et supérieurs en carrière, le second constitue le calcaire le plus souvent exploité, avec plusieurs bancs exploitables souvent séparés par des couches de sables plus ou moins marneuses appelées bousins. Ces bancs sont en partie composés d'argile et contiennent de l'eau, ce qui les rend gélifs, mais leur dureté et leur solidité les rend tout à fait aptes à la construction. Le banc vert, premier étage du lutétien supérieur, se divise en trois bancs : 1) le liais du bas, 2) le banc vert proprement dit (qui donne son nom générique aux deux couches qui l'entourent), composé d'un lit marneux, d'argile verte et de fossiles qui témoignent de son origine lacustre, et 3) le liais du haut, identique à celui du bas. Ce liais est appelé liais franc lorsqu'il est exploité, et banc de marche lorsqu'il constitue le sol de la carrière (et donc que les visiteurs marchent dessus). Les bancs francs, qui représentent les bancs les plus souvent visibles dans les galeries de carrière, se subdivisent en six sortes : 1) Le banc de laine, ou cliquart, ou banc des galets. D'une faible épaisseur, il contient peu de fossiles. Sa consistance varie selon les cas et ressemble à celle des lambourdes lorsqu'elle est tendre, du liais lorsqu'elle est dure ; 2) Le grignard, ou coquiller. Très riche en fossiles, ce banc est peu exploitable, car il est trop constellé de coquillages pour donner des blocs réellement solides. 3) Le souchet. Très tendre, peu compact, il va donner son nom au souchevage, une technique d'extraction de la pierre. En effet, pour commencer à exploiter les bancs situés juste au-dessus, les carriers extraient le souchet de manière à créer un espace vide horizontal, puis creusent des fentes sur le côté du bloc à extraire (ce que l'on appelle le défermage). Contenant quelquefois des galets et des fossiles, le souchet se délite facilement. 4) Le banc blanc, ou banc royal, ou liais franc, ou remise. D'un grain fin et serré, il donne des blocs de bonne qualité, qui se vendront à prix d'or pendant les chantiers du XVIIIe et du XIXe siècle. 5) Le banc franc, ou haut banc, ou banc royal, ou rustique. Il ressemble au banc blanc, et donne lui aussi des blocs de qualité, mais on l'en distingue par le fait qu'il contienne beaucoup moins de fossiles. 6) La roche, ou ciel de carrière. Cette couche, très dure et très coquillière, est souvent laissée en place pour servir de toit à la carrière (que l'on appelle ciel de carrière).

Inscriptions gallo-romaines à Avenches. Source : http://data.abuledu.org/URI/527403f5-inscriptions-gallo-romaines-a-avenches

Inscriptions gallo-romaines à Avenches

Inscriptions de stèles funéraires gallo-romaines en pierre calcaire du Jura au musée archéologique d'Avenches en Suisse : D M = Diis Manibus. Les Anciens croyaient que les morts devenaient dieux dès que la flamme les avait dévorés ; on les appelait dii animales (dieux des âmes) ou Mânes : de là la consécration des sépultures : Diis Manibus Sacrum.

Jardin botanique de Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/580a9b25-jardin-botanique-de-bordeaux

Jardin botanique de Bordeaux

Jardin botanique rive droite, Bordeaux-33, octobre 2016 : pelouse calcaire xérophile.

Jardin botanique de Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/580a9b6e-jardin-botanique-de-bordeaux

Jardin botanique de Bordeaux

Jardin botanique rive droite, Bordeaux-33, octobre 2016 : coteau calcaire.

Jardin botanique de Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/580a9ba1-jardin-botanique-de-bordeaux

Jardin botanique de Bordeaux

Jardin botanique rive droite, Bordeaux-33, octobre 2016 : coteau calcaire.

Jardin botanique de Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/580a9bdb-jardin-botanique-de-bordeaux

Jardin botanique de Bordeaux

Jardin botanique rive droite, Bordeaux-33, octobre 2016 : coteau calcaire.

Jardin botanique de Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/580a9c1a-jardin-botanique-de-bordeaux

Jardin botanique de Bordeaux

Jardin botanique rive droite, Bordeaux-33, octobre 2016 : coteau calcaire.

Jardin botanique de Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/580a9c58-jardin-botanique-de-bordeaux

Jardin botanique de Bordeaux

Jardin botanique rive droite, Bordeaux-33, octobre 2016 : coteau calcaire.

Mur de moellons. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b648bc-mur-de-moellons

Mur de moellons

Maçonnerie (mur mitoyen) en moellons de calcaire smillés partiellement jointoyés au mortier de chaux (joints tirés au fer).

Pavot somnifère. Source : http://data.abuledu.org/URI/505a032b-pavot-somnifere

Pavot somnifère

Planche botanique de Pavot somnifère (Papaver somniferum) ou "pavot des jardins", Atlas des Plantes de France, 1891 : Connu pour ses propriétés psychotropes sédatives, il est aussi cultivé à des fins ornementales ou alimentaires. Le pain au pavot est consommé couramment dans les régions slaves et germaniques notamment en Alsace. Le pavot somnifère se rencontre dans les montagnes asiatiques et est également assez commun en Europe, y fréquentant les mêmes terrains calcaires que le coquelicot : ce sont des plantes dites calcicoles.

Salle de théâtre. Source :

Photographie, Dessins et plans, loup, Lièvres, Bateaux, Grenouilles, Antiquités, Gravure, Peinture, Clip art, Balles et ballons, Amphibiens, Fleurs, Géométrie, Couleurs, Accumulateurs, Piles électriques, Plages, Forêts, Sable, Parasols, Cuisine (pain), Jardinage, Jardins, Réfrigérateurs, Réfrigération et appareils frigorifiques, Bains, Bovins de boucherie, Crustacés, Cuisine -- Appareils et matériel, Nuages, Produits viticoles, feu, Linux (système d'exploitation des ordinateurs), Compas, Salades, Livres illustrés pour enfants, Ombres, laine, Poisson, Plantes des jardins, Confitures, Outillage, Pêches, Cartes à jouer, Mer, Architecture végétale des jardins, Légumes, Potages, Navires à voiles, Découpage (cuisine), Viande, Viande -- Coupe, Étoiles, Cuisine (porc), Saucisses, Enseignes, Tables (meubles), Ongle, Cuisine (aliments naturels), Thé, Bleu, Mouton (viande), soleil, Cuisine (oeufs), Peur chez les animaux, Caricatures et dessins humoristiques, noir, Mécanique, Navires, Triangle, Oeufs, Baies (fruits), Porc, Émotions, Albums à colorier, Nombres cardinaux, Éléments de cuisine, Ustensiles de cuisine, Dinde (viande), Nouvelle-Zélande -- Civilisation, Boissons non alcoolisées, Peur, Pâtisseries, Familles, Fêtes -- Accessoires, Cuisine (fromage), Gelées (confiserie), Maillots de bain, Alimentation, Ciel, Temps -- Systèmes et normes, Oeufs -- Coquilles, Poissons d'eau douce, Parents et enfants, Cuisine (poisson), Véhicules prioritaires, Poulet (viande), Râteaux, Animaux des forêts, Cheminées, Couple -- Psychologie, Espace-temps, Cuisine (sucre), Bains de soleil, Terre, Veaux, Vents, Pyramides, Couple, Graines, Filage à la main, Poissons de mer, Rouge, Aluminium, Vert, Sacs, Membres, Cercle, Navires -- Équipement, Physique, Lumière, Lumière -- Propagation, Joie, Géologie -- Cartes, Poisson rouge, Saumon rouge, Agriculture -- Outillage, Coeur, Art médiéval, Trèfles, Pyramides -- Égypte, Cristaux, Blé, Batteries, Marbre, Fillettes, Caricature, Calcaire, Plantes méditerranéennes, Géométrie euclidienne, Navigation à voile, Cuisine (légumes verts), Sacs en tissu, Pelles, Thalès, Théorème de, Seizième siècle, Dix-neuvième siècle, Dix-septième siècle, Cuivre, Grumes, Albums, Pères, Pères et filles, Sentiers, Maisons individuelles, Pattes, Refus d'obéissance, Jardins médiévaux, Lièvre d'Europe, Méditerranée (région), Cuisine (thym), Aliments crus, Parapente, Vol libre, Dix-huitième siècle, France (Révolution) (1789-1799), Albrecht Dürer (1471-1528), Vinaigre, Poisson fumé, Poisson salé, Auckland (Nouvelle-Zélande), Nouvelle-Zélande (1945-....), Aliments, Cuisine (fruits), Aliments d'origine animale, Aliments fermentés, Cuisine (légumes), Produits de l'oeuf, Boissons alcoolisées, Hérodote (0484?-0420? av. J.-C.), Circulation, Vents -- Vitesse, Métamorphisme (géologie), Savants français, Cuisine (aliments crus), Cuisine (fruits de mer), Cuisine (aliments surgelés), Volaille (viande), Cuisine (poulet), Cuisine (volaille), Produits du blé, Sirops, Sauce à salade, Cuisine (viande), Cuisine (plantes odoriférantes), Crèmes (desserts), Entremets, Poisson surgelé, Agneau (viande), Desserts, Hors-d'oeuvre, Cuisine (baies), Cuisine (vinaigre), Ondes, Cuisine (céréales), Jeux de plage, Conduits d'évacuation de fumées, Fumées, Pull-over, Bronzage, Astérides, Seaux, Serviettes, Chlorure de sodium, Cycle hercynien, Boeuf (viande), Rôtis, Rotissoires, Plats complets, Astacidés, Cuisine (écrevisses), Décapodes (crustacés), Écrevisses, Vinaigrette, Champignons cultivés, Cuisine (champignons), Cuisine (truffes), Truffe du Périgord, Tubéracées, Cassis, Cassissier, Cuisine (cassis), Aliments -- Composition, Blanquette, Cuisine (veau), Veau (viande), Veaux -- Alimentation, Omble de fontaine, Poissonneries, Saumons, Saumons -- Pêche commerciale, Cuisine (semoule), Semoule, Cônes de pin, Pignons (graines), Aliments enrichis, Cuisine (restes), Tourtes, Deux, Jeux de société, Trois, Soupes, Infusions, Lumière, Théorie ondulatoire de la, Cuisson sur réchaud de table, Fondues, Savants allemands, Jumeaux, Interférence (optique), Rhubarbe, Augustin Fresnel (1788 - 1827), Diffraction, Ondes -- Diffraction, Énergie, Photons, Temps, Mesure du, France (Chute des Girondins) ( 30 mai-2 juin 1793), Exécutions capitales et exécuteurs, France (1793), Espace de Minkowski, Relativité (physique), Cônes de lumière, Relativité générale (physique), Architecture égyptienne, Constructions en pierres sèches, Cuisine (rhubarbe), Rhubarbes, Cuisine (boeuf), Cuisines, Aliments -- Consommation, Césium, Horloges à césium, Horloges atomiques, Berne (Suisse), Échelles de temps atomique, Temps (droit international), Johannes Kepler (1571-1630), Des révolutions des orbes célestes - Nicolas Copernic (1473-1543), Héliocentrisme, Énergie éolienne en mer, Portance, Aérodynamique, Relativité restreinte (physique), Muons, Rayons cosmiques, Aquarelle, Le lièvre - Albrecht Dürer (1471-1528), Peintres allemands, Cuisine (plantes aromatiques), Résistance à la chaleur, Thymus (plantes), Abats, Cuisine (abats), Tripes, Aliments -- Réfrigération, Entreposage frigorifique, Frigidaire, Frigo, Danse maorie, Ethnologie -- Nouvelle-Zélande, Linux (logiciels), Rugby, Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), Ferias, Aliment, Chevreau (viande), Tacuini sanitatis - al-Muẖtār ibn al-Ḥasan ibn ʿAbdūn ibn Saʿdūn Ibn Buṭlān (10..-1066?), Tangram, Corrosion, Corrosion électrochimique, Assemblages à rivets, Corrosion galvanique, Réactions chimiques -- Mécanismes, Électricité, Symétrie, Constructions géométriques, Génie mécanique, Ressorts et suspension, Ressorts, Volutes, Algues marines, Algues -- Aspect économique, Navires -- Australie, Navires -- Déchets -- Élimination, Navires océanographiques, Navires -- Règlements de sécurité, Sargasses, Mer des, Auteurs arabes, Yuwānīs Ibn Buṭlān (10..-1066?), Jardins -- Aspect symbolique, Famille -- Anthropologie, Famille -- Loisirs, Famille -- Santé et hygiène, Mouton (laine), Quenouilles, Regroupement familial, Veillées, Scènes de la vie quotidienne, Vie quotidienne, Révolution industrielle, Projection cinématographique, Signes et symboles, Carreau, Cartes à jouer, Jeux avec, Pique, Trèfle, Chaleur -- Convection, Dissipateurs thermiques (électronique), Électronique, Acides aminés, Protéines

Salle de théâtre

Photo d'une salle de théâtre : The Journal Tyne Theatre

Vignoble jurassien. Source : http://data.abuledu.org/URI/5273e331-vignoble-jurassien

Vignoble jurassien

Vignoble jurassien, exemple d'imbrication des vignes entre prairies et bois ; la falaise calcaire domine le coteau marneux.

Visage d'Amenemhat III. Source : http://data.abuledu.org/URI/52ea6daa-visage-d-amenemhat-iii

Visage d'Amenemhat III

Antiquité égyptienne du musée du Louvre. Visage d'Amenemhat III, en calcaire. Présent au Louvre.

Carte géologique des marbres méditerranéens. Source : http://data.abuledu.org/URI/50a2b15e-carte-geologique-des-marbres-mediterraneens

Carte géologique des marbres méditerranéens

Carte du bassin méditerranéen à l'époque Hercynienne. Dépôts de calcaires et situation des principales carrières de marbre (points rouges). L’ensemble des marbres (au sens moderne) s’est formé à partir d’un gigantesque dépôt de calcaire qui s’est réalisé entre pendant le Dévonien supérieur ou Carbonifère inférieur, dans un intervalle de temps de 50 millions d'années, entre -380 et -330 millions d'années. Ce dépôt s’est accumulé au fond des mers qui occupaient les cuvettes de la pénéplaine hercynienne, dont il ne restera que des îles formées par les massifs de la chaîne hercynienne. Pour la France : par le Massif armoricain, le Massif central, le Massif des Vosges, l’Ardenne et deux autres massifs sur l’emplacement actuel des Alpes et des Pyrénées. La formation définitive des marbres s’est produite par une cristallisation complète des calcaires, appelée métamorphisme, en conjuguant la pression, la température et l’action de vapeurs venues des profondeurs du globe.

Début de pédogénèse sur pierre calcaire. Source : http://data.abuledu.org/URI/509da146-debut-de-pedogenese-sur-pierre-calcaire

Début de pédogénèse sur pierre calcaire

Début de pédogénèse sur pierre calcaire en Lombardie, au pied des Alpes.

Treuil traditionnel de carriers. Source : http://data.abuledu.org/URI/50e61d35-treuil-traditionnel-de-carriers

Treuil traditionnel de carriers

Treuil servant à remonter la pierre de Caen, reconstitué par les charpentiers du GRETA de Honfleur et exposé dans le château de Caen à l'occasion de l'exposition ''La Pierre de Caen des dinosaures aux cathédrales'' organisée par le musée de Normandie (juin 2010-janvier 2011). La pierre de Caen est un calcaire extrait dans la région de Caen (Calvados) et est employée à grande échelle depuis le XIe siècle. Une carrière est de nouveau en exploitation pour permettre la construction et la restauration de bâtiments. Le calcaire de la plaine de Caen s'est formé pendant la période Jurassique moyenne, lors de l'avancée maximum de la mer, à l'étage Bathonien (-167,7 ± 3,5 à -164,7 ± 4,0 millions d'années). Ce calcaire est formé, dans une mer peu profonde à proximité d'un rivage (type mangroves), de sable coquillier cimenté par de la boue carbonatée (menus débris organiques cimentés par de la calcite microcristalline). Son domaine est limité à l'ouest et au sud par le massif armoricain. La structure de la pierre de Caen, dans ses gisements tirés des étages inférieurs, est crayeuse et fine, ce qui permet un travail de sculpture facile mais la rend, par contre, vulnérable à l'érosion.