Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Plantes | Photographie | Peinture | Botanique | Dessins et plans | Plantes toxiques | Apiacées | Plantes potagères | Solanacées | Bleu | Plantes médicinales | Paris (France) -- Quartier du Jardin des Plantes | Coloriages | Dessin en noir et blanc | Vilmorin-Andrieux | Lamiacées | Aliments | Anémones | Capucines (plantes) | Plantes des jardins | ...
5 différents types d'ovules (botanique). Source : http://data.abuledu.org/URI/50df6fd7-5-differents-types-d-ovules-botanique-

5 différents types d'ovules (botanique)

5 différents types d'ovules.

Agripaume cardiaque. Source : http://data.abuledu.org/URI/50704c8b-agripaume-cardiaque

Agripaume cardiaque

Planche botanique N°263 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Agripaume cardiaque (Leonurus cardiaca). Agripaume vient du latin "acer, acris", qui signifie "pointu" et "palma", désignant la paume de la main. Ceci fait référence à la forme des feuilles aux lobes aigus. La tige est raide, à section carrée, très ramifiée et feuillée. Les feuilles sont vert foncé dessus et cendré dessous. Les fleurs sont rose pourpré, serrées sur toute la longueur de la tige. L'agripaume est surtout utilisé comme antispasmodique dans les troubles nerveux et les palpitations, ainsi que dans le traitement des diarrhées, bronchites et ballonnements.

Ail blanc. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b52958-ail-blanc

Ail blanc

Ail blanc tressé, Vilmorin-Andrieux & Cie, 1904. Les plantes potagères. Description et culture des principaux légumes des climats tempérés. ed. 3. Paris, Vilmorin-Andrieux. fig., XX-804 p.

Amarante réfléchie. Source : http://data.abuledu.org/URI/5070106a-amarante-reflechie

Amarante réfléchie

Planche botanique N°274 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Amarante (Amarantus retroflexus), cultivée comme plante potagère, pour ses feuilles comestibles à la manière des épinards ou pour ses graines, et parfois comme plantes ornementales pour leur floraison en épis spectaculaires. Amaranthus vient du grec ancien αμάρανθος, formé du privatif a-, « sans » et de maranthos, « qui se fane » : en effet, l'amarante a la réputation de ne pas se faner. Certaines espèces sont d'ailleurs utilisées dans les bouquets secs. . Ainsi que l'explique D. Guillet (2002, p. 373) : « La culture de l'Amaranthe fut à son apogée durant l'Empire Aztèque. Pour le peuple Aztèque, elle possédait une valeur nutritionnelle, thérapeutique et rituelle. » Un poème en vers sans titre d'Arthur Rimbaud daté de juillet 1872 commence par "plates-bandes d'amarantes", et est souvent désigné par ces termes. Le béret des parachutistes français est appelé "béret amarante".

Amarante réfléchie. Source : http://data.abuledu.org/URI/5070119a-amarante-reflechie

Amarante réfléchie

Pied d'Amarnate réfléchie (Amaranthus retroflexus). Plante annuelle de 20 à 90 cm de hauteur. Les tiges et rameaux sont poilus. Feuilles vert clair, au limbe ovale ou en losange, alternes, longuement pétiolées en bas de la plante. Les pétioles se raccourcissent vers le sommet. Fleurs minuscules toujours vertes en épis denses et courts presque sans feuilles. Racine pivotante développée.

Anatomie du gland de chêne. Source : http://data.abuledu.org/URI/505ba1aa-anatomie-du-gland-de-chene

Anatomie du gland de chêne

Coupe anatomique d'un gland de chêne : A.) Cupule B.) Péricarpe C.) graine D.) 2 Cotylédons E.) Plantule G.) Restes du style. D., E., et F. forment l'embryon.

Anémone. Source : http://data.abuledu.org/URI/53eb9a79-anemone

Anémone

Anémone.

Anémone des bois. Source : http://data.abuledu.org/URI/509709e8-anemone-des-bois

Anémone des bois

Planche N°3 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef : Anémone des bois (Anemone nemorosa). Du grec anemos : « vent » et du latin nemorosus : « des bois »), c' est une plante herbacée pérenne de la famille des renonculacées, typique des sous-bois dans les zones tempérées et fraiches de l'hémisphère nord (holarctique). L'anémone des bois forme des tapis qui peuvent être denses en sous-bois, en fleurs en mars-avril. Cette plante à un cycle végétatif précoce, qui lui permet de profiter de la lumière avant que les feuillages des arbres obscurcissent les sous-bois. Les fleurs blanches à blanc-rose suivent la course du soleil, ce qui lui permet probablement de mieux réfléchir les UV solaires et d'être mieux vues par les insectes pollinisateurs. Par temps humide, elles referment leur calice pétaloïde pour protéger leur pollen. Elle est est utilisée en friction locale, contre les rhumatismes. Comme les autres anémones, elle est toxique, en effet 200 mg d'anémonine suffisent à provoquer la mort d'un animal de 10 kg.

Angélique sauvage. Source : http://data.abuledu.org/URI/504f5a92-angelique-sauvage

Angélique sauvage

Planche botanique d'angélique sauvage (Angelica silvestris), Atlas des Plantes de France, 1891. Elle était considérée comme une plante magique qui protège les enfants, combat la peste, guérit des morsures des bêtes enragées. Les feuilles peuvent être utilisées en salade et les graines en pâtisserie. Elle entre dans la composition de l'eau de mélisse.

Argousier. Source : http://data.abuledu.org/URI/506f218c-argousier

Argousier

Planche botanique N°283 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Argousier (Hyppophae rhamnoides). Ligneux très épineux, au port buissonnant, de 1-5 m (noté jusqu'à 18 m dans certaines flores, aux abords de pannes dunaires par exemple, il atteint facilement une dizaine de mètres alors qu'exposé au vent, la plante conserve des proportions moindres). Sa longévité s'étend jusqu'à 80 ans. La plante dioïque est pollinisée par les insectes et dispersée par les oiseaux. C'est une pionnière, héliophile, qui colonise les sols instables des alluvions de cours d'eau et du littoral sableux. En Grèce antique, l'argousier servait de remède aux chevaux : les feuilles et les jeunes rameaux étaient ajoutés à leurs fourrages pour favoriser une prise de poids rapide et rendre le pelage lustré notamment à l'occasion de courses de chevaux. Les Anciens ont maintenu les argousiers dans leurs pâturages. Selon une légende, les feuilles d'argousier ont été l'un des aliments préférés de Pégase.

Aristoloche clématite. Source : http://data.abuledu.org/URI/506f1f0a-aristoloche-clematite

Aristoloche clématite

Planche botanique N° 284 de l'Atlas des PLantes de France de Masclef, 1894 : Aristoloche clématite (Aristolochia clematitis). C'est une plante herbacée (20 à 80 cm) à tige dressée et anguleuse. Les feuilles sont larges et cordiformes (en forme de cœur). Le fruit de 5 cm de diamètre est une petite capsule en forme de poire. L'Aristoloche clématite possède également des stolons souterrains. Les fleurs de l'Aristoloche clématite sont jaunes et dégagent une odeur désagréable. Elles forment un tube d'environ 3 cm, par lequel les insectes pénètrent, attirés par le nectar. Le « piège » ainsi formé contient le pistil et les étamines, organes mâles et femelles de la plante. Les insectes pollinisateurs sont principalement des petites mouches. Une fois dans le réceptacle, les pollinisateurs ne peuvent s'échapper à cause des poils du conduit orientés vers le bas. Ces insectes vont donc se charger du pollen contenu dans les anthères. Les poils se fanent alors, ce qui libère les insectes. Ceux-ci véhiculent à leur insu les gamètes mâles de la plante vers un autre individu, et assurent ainsi la reproduction de l'espèce. L'Aristoloche clématite possède de l'acide aristolochique au niveau de ses parties souterraines. Cette molécule est toxique pour l'homme avec de multiples conséquences.

Assiette de mûres. Source : http://data.abuledu.org/URI/506e880f-assiette-de-mures

Assiette de mûres

Assiette de mûres bonnes pour la dégustation. Le mûrier noir (Morus nigra) porte toujours des fruits violets foncés ou noirs. Il donne des fruits comestibles d'environ 25 mm de long, très tachants et fragiles qui arrivent à maturité vers la mi-août. Ils doivent être consommés rapidement car ils sont rapidement périssables.

Baies d'argousier. Source : http://data.abuledu.org/URI/506f23a5-baies-d-argousier

Baies d'argousier

Baies d'argousier (Hippophae rhamnoides). Les usages sont alimentaires, médicinaux, horticoles et écologiques ; ils sont reconnus depuis au moins 1 200 ans. Le genre est donc cultivé : Russie, Chine, vallée de la Durance, etc. En Hautes Alpes et dans l'ensemble des Alpes du Sud, nombre de producteurs fabriquent des spécialités locales à base d'argousier (confitures, pâtes, sirops, jus,etc.), Dans la vallée de la Durance (Alpes-de-Haute-Provence), les productions à base d'argousier font partie des produits du terroir au même titre que la lavande.

Barbe-de-bouc ou Reine-des-bois. Source : http://data.abuledu.org/URI/588cc61f-barbe-de-bouc-ou-reine-des-bois

Barbe-de-bouc ou Reine-des-bois

Barbe-de-bouc ou Reine-des-bois (Aruncus dioicus), grande plante vivace à rhizome.

Belladone. Source : http://data.abuledu.org/URI/505deb03-belladone

Belladone

Planche botanique de la Belladone (Atropa belladona), Atlas des Plantes de France, 1891. Elle est parfois appelée, Belle Dame, le Bouton-noir, la Cerise du diable, la Guigne de côte, l’Herbe empoisonnée, la Morelle furieuse, la Morelle marine ou Permenton. Cette plante peut se révéler très toxique : ses baies noires contiennent une toxine, l'atropine, active sur le système nerveux. Son nom générique, "Atropa", correspond à celui de l'une des trois Parques (ατροπος, Atropos, inflexible), celle qui coupait le fil de la vie.

Berce commune, dite "Branc-Ursine". Source : http://data.abuledu.org/URI/504f99b1-berce-commune-dite-branc-ursine-

Berce commune, dite "Branc-Ursine"

Planche botanique de la berce commune (Heracleum sphondylium), Atlas des Plantes de France, 1891. Dans le Sud de la France, la berce est communément appelée charavie. Cette plante a beaucoup inspiré les artistes "Art Nouveau" de l'École de Nancy.

Berle dressée. Source : http://data.abuledu.org/URI/504fb310-berle-dressee

Berle dressée

Planche botanique de la grande berle (Sium angustifolium), Atlas des Plantes de France, 1891.

Betterave. Source : http://data.abuledu.org/URI/50700815-betterave

Betterave

Planche botanique N°276 de l'Atlas botanique de Masclef, 1894 : Betterave (Beta vulgaris), plante cultivée pour sa racine charnue utilisée comme légume dans l'alimentation humaine, comme plante fourragère et pour la production du sucre. En 1600, Olivier de Serres écrit dans "Le théâtre d'agriculture et mesnage des champs" : « Une espèce de pastenades est la bette-rave, laquelle nous est venue d'Italie n'a pas longtemps. C'est une racine fort rouge, assez grosse, dont les feuilles sont des bettes, et tout cela bon à manger, appareillé en cuisine : voire la racine est rangée entre les viandes délicates, dont le jus qu'elle rend en cuisant, semblable à sirop de sucre, est très beau à voir pour sa vermeille couleur. »

Betterave rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/50700a9e-betterave-rouge

Betterave rouge

Betterave rouge.

Bois-joli. Source : http://data.abuledu.org/URI/506f2b90-bois-joli

Bois-joli

Planche botanique N°281 de l'Atlas des Plantes de France, 1894 : Bois-joli (Daphne mezereum). Les fleurs rouges ou roses apparaissent en février, avant les feuilles, et exhalent une délicieuse odeur. Les drupes rouges mûrissent entre juillet et septembre. Elles sont toxiques pour les mammifères mais sont mangées par de nombreux oiseaux qui permettent leur dissémination.

Botte d'osier brut. Source : http://data.abuledu.org/URI/50970f26-botte-d-osier-brut

Botte d'osier brut

Botte d'osier brut à la Maison de la Vannerie (Fayl-Billot, Haute-Marne) : il s'agit d'osier vert après dessiccation naturelle qui dure 2 ou 3 mois et qui permet leur longue conservation. Pour leur redonner leur souplesse et les tresser, il est nécessaire de les immerger pendant 8 à 15 jours. Ainsi, ils gardent leur flexibilité pendant quelques jours. Ils permettent de réaliser ainsi des objets qui gardent plus ou moins les couleurs d'origine des écorces des différentes variétés. On peut voir à côté de l'habituel osier marron (Salix alba), un camaïeu de couleurs dans le vert bleuté, le rouge, le brun, le noir, le jaune.

Bouillon-blanc, Molène faux-phlomis. Source : http://data.abuledu.org/URI/505df6b4-bouillon-blanc-molene-faux-phlonis

Bouillon-blanc, Molène faux-phlomis

Photographie d'une molène faux-phlomis (Verbascum phlomoides), dite bouillon-blanc en fleurs.

Bouillon-blanc, ou Molène faux-phlomis. Source : http://data.abuledu.org/URI/505df5b7-bouillon-blanc-ou-molene-faux-phlomis

Bouillon-blanc, ou Molène faux-phlomis

Planche botanique de Bouillon-blanc, Molène faux-phlomis (Verbascum phlomoides), Atlas des Plantes de France, 1891 : commune dans les champs incultes, sur les bords des routes, sur les décombres ensoleillés. Sa fleur est très utilisée dans les inflammations de la gorge, des poumons et des intestins. Ses feuilles séchées sont utilisées en infusion pour leurs propriétés adoucissantes et pectorales ; Fumée, elle procure un soulagement aux asthmatiques. Les graines contiennent une huile efficace sur les gelures et les crevasses de la peau.

Bouleau blanc. Source : http://data.abuledu.org/URI/50983d17-bouleau-blanc

Bouleau blanc

Planche N°306 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef : Bouleau blanc (Betula pubescens, Betula alba). Les bouleaux poussent en général sur les terres pauvres et souvent siliceuses, jusqu'à 2000 m d'altitude, ainsi que dans les régions arctiques. Les bouleaux sont des plantes pionnières qui constituent souvent la première formation arborée lors de la reconquête ou de la colonisation de landes par la forêt. Ils apprécient les sols plutôt acides et humides. Les bouleaux forment des futaies appelées boulaies ou boulinières ou encore des bétulaies. Cet arbre caduc majestueux de la famille des betulaceae fleurit d'avril à mai. Ses fruits sont des cônes allongés de 10 cm de longueur, dressés puis pendants pour le mâle et de 3 cm dressés pour la femelle. Cet arbre à l'écorce blanche écaillée peut atteindre 20 à 30 m de hauteur et jusqu'à 60 cm de diamètre à la base. Sa sève riche en composés actifs, ainsi que son écorce, recèlent de nombreuses propriétés. Le mot "boul" vient du latin "betula" d'origine probablement celtique (gaulois) d'un thème *betuo-, thématisation de *betu-, dont est issu le nom brittonique de l'arbre : breton "bezv", gallois "bedw". *betu- pourrait être le nom celtique de la poix obtenue en chauffant de jeunes arbres pleins de sève et équivalent du latin "bitumen".

Bouleau verruqueux en héraldique. Source : http://data.abuledu.org/URI/50bb89f1-bouleau-verruqueux-en-heraldique

Bouleau verruqueux en héraldique

Bouleau verruqueux (Betula pendula) en héraldique

Bouquet de plantes exotiques. Source : http://data.abuledu.org/URI/5629034e-bouquet-de-plantes-exotiques
Bouquet garni : thym, laurier et sauge. Source : http://data.abuledu.org/URI/506f27cf-bouquet-garni-thym-laurier-et-sauge

Bouquet garni : thym, laurier et sauge

Bouquet garni de feuilles sêchées pour les sauces : thym, laurier et sauge.

Bourgeons d'angélique des bois. Source : http://data.abuledu.org/URI/504f5b8f-bourgeons-d-angelique-des-bois

Bourgeons d'angélique des bois

Photographie de deux bourgeons d'angélique des bois (Angelica sylvestris), prise à Kerava en Finlande.

Bourrache officinale. Source : http://data.abuledu.org/URI/505cb6d3-bourrache-officinale

Bourrache officinale

Planche botanique de la bourrache officinale (Borago officinalis), Atlas des Plantes de France, 1891. La bourrache est une herbe annuelle à tige cylindrique, épaisse, dressée, hérissée de poils raides, de 20 à 80 cm de haut. Les feuilles alternes, à surface ridée, ont un long pétiole à la base de la plante qui n'existe pas pour les feuilles supérieures. Toute la plante est recouverte de poils courts et fermes qui la rendent rude au toucher : c'est un des caractères de toute la famille des Boraginacées. Elle est assez commune dans les terrains vagues et les décombres des contrées à climat tempéré, ainsi que comme plante adventice dans les cultures sarclées et les jardins. C'est une excellente plante mellifère. Les fleurs de bourrache et les jeunes feuilles se consomment traditionnellement à l'état frais. La plante peut agrémenter des omelettes, des salades et remplacer les légumes accompagnant les viandes. Le goût des fleurs rappelle la saveur de l'huître, alors que celui des feuilles rappelle la saveur acidulée du concombre. À l'époque romaine, les légionnaires étaient parfois dopés avant les batailles avec un vin aromatisé aux fleurs ou feuilles de bourrache. Au Moyen Âge, la bourrache, était considérée comme une plante magique aphrodisiaque.

Bourrache officinale. Source : http://data.abuledu.org/URI/505cb78a-bourrache-officinale

Bourrache officinale

Gros plan sur une fleur bleue de Bourrache officinale (Borago officinalis, Boraginaceae), Atlas des Plantes de France, 1891.

Brunelle commune. Source : http://data.abuledu.org/URI/507048f3-brunelle-commune

Brunelle commune

Planche botanique N°267 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Brunelle commune (Prunella vulgaris). C'est une plante qui se plait en bordure de route et de bois, et dans les prés. On la nomme également petite consoude, charbonnière, prunelle, herbe au charpentier et brunette ; elle se multiplie par semis ou par division de la racine. On collecte les parties aériennes en été quand elle est en fleur. Elle est utilisée pour réduire la fièvre, soulager les maux de gorge, la toux et les malaises dus au rhume. Ses qualités stomachiques la font aussi utiliser pour soulager les crampes d'estomac et les aigreurs et réduire la diarrhée et les vomissements.

Bugle rampante. Source : http://data.abuledu.org/URI/5070430d-bugle-rampante

Bugle rampante

Planche botanique N°268 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Bugle rampante (Ajuga reptans). L'espèce sauvage est envahissante, mais des variétés horticoles sont cultivées, qui forment un excellent couvre-sol. Leurs feuilles et fleurs sont de diverses couleurs.

Bugle rampante. Source : http://data.abuledu.org/URI/507043d1-bugle-rampante

Bugle rampante

Parterre de bugle rampante (Ajuga reptans) à fleurs bleues.

Buis toujours vert. Source : http://data.abuledu.org/URI/506e8a03-buis-toujours-vert

Buis toujours vert

Planche botanique N°287 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Buis toujours vert (Buxus sempervirens). espèce d'arbustes à feuilles persistantes à l'odeur caractéristique, de la famille des Buxacées, qui peut atteindre une hauteur de 5 à 6 mètres. Il produit au printemps des fleurs axillaires de petite taille, sans intérêt décoratif. Les abeilles aiment visiter ses fruits au suc très sucré à l'automne. Son bois est particulièrement dur, ce qui lui valut d'être utilisé comme matériau pour fabriquer des outils durant la préhistoire avant la maîtrise du métal. C'est un végétal particulièrement tenace et robuste, qui peut croître spontanément sur des zones importantes. Il représente le stoïcisme en langage des fleurs. Il était symbole d'éternité chez les Gaulois, etla fleur d'Hadès et Cybèle chez les Grecs.

Buisson de douce-amère. Source : http://data.abuledu.org/URI/505da4fe-buisson-de-douce-amere

Buisson de douce-amère

Photographie de buisson de douce-amère en fleurs avec fruits encore verts.

Buplèvre à feuilles rondes. Source : http://data.abuledu.org/URI/504fb0da-buplevre-a-feuilles-rondes

Buplèvre à feuilles rondes

Planche botanique du buplèvre (Bupleurum rotundifolium), Atlas des Plantes de France, 1891 : plante adventice des terrains cultivés et des friches.

Cactus chandelle. Source : http://data.abuledu.org/URI/50df6bef-cactus-chandelle

Cactus chandelle

Dessin de cactus chandelle.

Callune ou bruyère. Source : http://data.abuledu.org/URI/5058d8b7-callune-ou-bruyere

Callune ou bruyère

Planche botanique de callune (Calluna vulgaris), Atlas des Plantes de France, 1891. Cette plante vivace est parfois appelée : Béruée, Brande, Bruyère commune, Bucane, Fausse Bruyère, Grosse Brande, Péterolle ou Bruyère callune. C'est la fleur nationale de la Norvège. Le nom « Calluna » vient du grec ancien « καλλύνω », kallúnô, qui signifie « orner, parer, embellir ». Dans les landes bretonnes, elle éloigne les esprits fantomatiques. En Écosse, si une jeune fille trouve un brin de bruyère blanche, elle est sûre de se marier dans l'année1. Plante mellifère, la bruyère est utilisée en apiculture car son nectar contient 24 % de sucre, principalement du saccharose, chaque fleur produisant une moyenne de 0,12 mg de sucre par jour.

Campanules à feuilles rondes. Source : http://data.abuledu.org/URI/5058d1c6-campanules-a-feuilles-rondes

Campanules à feuilles rondes

Planche botanique des campanules à feuilles rondes (Campanula rotundifolia), Atlas des Plantes de France, 1891, parfois appelées clochettes. Le calice présente cinq dents, souvent assez étroites. La corolle, en cloche, s'ouvre en cinq lobes. Leurs fleurs sont bleues ou violettes.

Campanules à feuilles rondes. Source : http://data.abuledu.org/URI/5058d317-campanules-a-feuilles-rondes

Campanules à feuilles rondes

Photographie de campanules en fleurs (Campanula rotundifolia) prise à Saas Fee, en Suisse.

Canal de la rue des Teinturiers à Avignon. Source : http://data.abuledu.org/URI/5050d87b-canal-de-la-rue-des-teinturiers-a-avignon

Canal de la rue des Teinturiers à Avignon

Canal de la rue des teinturiers à Avignon, Vaucluse, dite rue des Roues. La mémoire collective a gardé le souvenir des 23 roues à aubes qui y furent en activité. Entre le XVe siècle et le XIXe siècle, elles fournirent en énergie toute une industrie textile liée à la soie et à la laine. Son nom récent de rue des Teinturiers est dû à l'installation de cette profession qui utilisait l'eau pure de la Sorgue pour laver ses étoffes. Alors qu'il n'y avait que dix moulins à garance sur la Sorgue en 1804, trente-cinq ans plus tard, on en comptait cinquante. La découverte de la « garancine », produit tinctorial actif de la racine avait donné un véritable coup de fouet à la production. En 1854, dans le département, les seules communes de Caumont, Entraigues, Monteux, Pernes et Le Thor produisirent la moitié de la production mondiale et allèrent ensuite jusqu'à 65 %.

Capitules de petite bardane. Source : http://data.abuledu.org/URI/5050f6aa-capitules-de-petite-bardane

Capitules de petite bardane

Photographie de capitules de petite bardane (Arctium_minus) prise sur les bords du Tajo à Tolède en Espagne, au mois de juin : elles se terminent par des sortes de crochets, ce qui leur permet de s'accrocher aux vêtements et au poil des animaux.

Carotte commune. Source : http://data.abuledu.org/URI/504f4f97-carotte-commune

Carotte commune

Planche botanique de carotte commune (Daucus carota), Atlas des Plantes de France, 1891. Plante bisannuelle de la famille des apiacées (anciennement ombellifères), largement cultivée pour sa racine pivotante charnue, comestible, de couleur généralement orangée, consommée comme légume. Le terme « carotte » désigne aussi ce légume. C'est un légume riche en carotène.

Carottes de différentes couleurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/504f4feb-carottes-de-differentes-couleurs

Carottes de différentes couleurs

Différentes espèces de carottes de différentes couleurs

Carottes et panais au marché. Source : http://data.abuledu.org/URI/504f6012-carottes-et-panais-au-marche

Carottes et panais au marché

Photographie d'un étal de marché (St George's Market) à Belfast dans l'Irlande du nord (Déc. 2009) : carottes et panais.

Céleri. Source : http://data.abuledu.org/URI/504fb66d-celeri

Céleri

Planche botanique du céleri (Apium graveolens), Atlas des PLantes de France, 1891. Dans l'Antiquité, la plante est connue sous le nom de « Selenon », ou « plante de la lune ».

Céphalanthère rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/5063fd20-cephalanthere-rouge

Céphalanthère rouge

Planche botanique de l'Atlas des Plantes de France, 1891 : Céphalanthère rouge (Cephalanthera rubra). C'est une plante grêle, aux tiges teintées de rouge, aux feuilles étroites, lancéolées, aux nombreuses bractées. Les fleurs sont rose vif ou pourprées, les sépales et pétales de même forme, pointus, les sépales latéraux souvent écartés. Le labelle porte à sa base des rides jaunes. Il n'y a pas d'éperon.

Cerisier en héraldique. Source : http://data.abuledu.org/URI/50bb9002-cerisier-en-heraldique

Cerisier en héraldique

Cerisier (Cerasus) en héraldique, avec huit cerises.

Chanvre cultivé. Source : http://data.abuledu.org/URI/506dfe56-chanvre-cultive

Chanvre cultivé

Planche botanique N° 293 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Chanvre cultivé (Cannabis sativa). Le chanvre connaît de multiples utilisations, telles les tissus, la construction, les cosmétiques, l'isolation phonique et thermique, la fabrication d'huiles, de cordages, de litières, l'utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l'alimentation humaine, l'alimentation animale, comme biocarburants, pour des usages médicamenteux, pour un usage récréatif ou comme matériaux composites en association avec des matières plastiques. La filière chanvre trouve un regain d'intérêt avec l'augmentation du prix du pétrole et la prise de conscience environnementale. Les pays européens et les collectivités locales de ces pays tentent ainsi de favoriser à nouveau la culture du chanvre. Le chanvre est une des premières plantes domestiquées par l'homme, au Néolithique, probablement en Asie. Il a ensuite accompagné migrations et conquêtes pour se répandre sur tous les continents. Jadis, le Canabis sativa, était considéré comme une plante magique.

Chardon bleu des sables. Source : http://data.abuledu.org/URI/50503d17-chardon-bleu-des-sables

Chardon bleu des sables

Photographie de chardon bleu des sables (Panicaut maritime, Eryngium maritimum) sur une plage de Hollande. Les racines, une fois bouilles et grillées ont un goût qui rappelle la châtaigne. En Grande-Bretagne on en fait des sucreries que Shakespeare mentionne dans les Joyeuses Commères de Windsor ("Let it thunder to the tune of Green Sleeves, hail kissing comfits, & snow Eringoes.").

Anémone hépatique. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad7a02-anemone-hepatique

Anémone hépatique

Anémone hépatique, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. C'est une plante duveteuse, aux feuilles généralement persistantes pétiolées, en rosette, à trois lobes vert dessus, souvent brun rougeâtre ou violettes dessous. Les fleurs sont généralement bleues (parfois aussi blanches, roses ou pourprées) avec de cinq à dix sépales ovales. C'est une plante à la floraison précoce (mars-avril) dont il existe des variétés cultivées. Habitat type : sous-bois herbacés médioeuropéens, basophiles. Sols riches et frais souvent calcaire au Québec. On la rencontre dans les bois, broussailles, prés, et même rochers, surtout en montagne en Europe continentale. Séchée, elle peut être utilisée pour ses propriétés diurétiques en macération dans de l'eau ou du vin. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hepatica_nobilis

Arachide. Source : http://data.abuledu.org/URI/544d4183-arachide

Arachide

Arachide, Vilmorin-Andrieux & Cie, 1904. Les plantes potagères. Description et culture des principaux légumes des climats tempérés. ed. 3. Paris, Vilmorin-Andrieux. fig., XX-804 p.

Basilic. Source : http://data.abuledu.org/URI/50af3c74-basilic

Basilic

Le basilic (Ocimum basilicum) est une plante de la famille des Lamiacées (labiacées, labiées), tribu des Ocimeae, cultivée comme plante aromatique et condimentaire. Le plus connu est le basilic commun, également appelé basilic romain, herbe royale ou pistou.

Bulbes de safran. Source : http://data.abuledu.org/URI/573a9c9d-bulbes-de-safran

Bulbes de safran

Bulbes de safran (crocus sativus).

Capsicum annuum. Source : http://data.abuledu.org/URI/529f0bd4-capsicum-annuum

Capsicum annuum

Köhler, Plantes médicinales, planche 27 : Capsicum annuum est le nom scientifique de différentes variétés de poivrons et piments. Il appartient à la famille des Solanaceae. Les Plantes médicinales de Köhler sont un rare guide médicinal allemand en trois volumes publié en 1887. Son auteur est Franz Eugen Köhler et son éditeur Gustav Pabst. Il contient quelque 300 illustrations pleine page en chromolithographie.

Capucine grande. Source : http://data.abuledu.org/URI/544f478a-capucine-grande

Capucine grande

Vilmorin-Andrieux & Cie, 1904. Les plantes potagères. Description et culture des principaux légumes des climats tempérés. ed. 3. Paris, Vilmorin-Andrieux. Notice : https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Plantes_potag%C3%A8res/Capucine_grande

Capucine petite. Source : http://data.abuledu.org/URI/544f4a70-capucine-petite

Capucine petite

Vilmorin-Andrieux & Cie, 1904. Les plantes potagères. Description et culture des principaux légumes des climats tempérés. ed. 3. Paris, Vilmorin-Andrieux. Notice : https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Plantes_potag%C3%A8res/Capucine_petite

Capucine tubéreuse. Source : http://data.abuledu.org/URI/544f4ad0-capucine-tubereuse

Capucine tubéreuse

Vilmorin-Andrieux & Cie, 1904. Les plantes potagères. Description et culture des principaux légumes des climats tempérés. ed. 3. Paris, Vilmorin-Andrieux. Notice : https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Plantes_potag%C3%A8res/Capucine_tub%C3%A9reuse

Ciboulette. Source : http://data.abuledu.org/URI/509b8cc3-ciboulette

Ciboulette

La ciboulette ou civette (Allium schoenoprasum L.) est une plante aromatique de la famille des Liliacées ou Alliacées, cultivée pour ses feuilles souvent utilisées comme condiment.

Clivia en bouton. Source : http://data.abuledu.org/URI/58c5c63c-clivia-en-bouton-

Clivia en bouton

Clivia en bouton, Bordeaux mars 2017.

Coquelourdes des jardins. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad3b12-coquelourdes-des-jardins

Coquelourdes des jardins

Silène Rose-du-ciel (coeli-rosa) et coquelourde des jardins (Lychnis coronaria). Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs du printemps, Paul Lechevalier, 1929. La coquelourde des jardins (Silene coronaria) est une plante herbacée vivace appartenant au genre Silene et à la famille des Caryophyllacées. D'origine plutôt méditerranéenne et montagnarde, elle est très cultivée, formant des massifs spectaculaires au feuillage argenté et aux fleurs d'un pourpre ou d'un grenat intense. À noter l'existence d'une variété horticole à fleurs blanches. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lychnis_coronaria

Coriandre. Source : http://data.abuledu.org/URI/511e417b-coriandre

Coriandre

La Coriandre ou Coriandre cultivée (Coriandrum sativum) est une plante herbacée annuelle de la famille des Apiacées (Ombellifères). C'est une plante aromatique cultivée dans les zones tempérées du monde entier et employée pour de nombreuses préparations culinaires, particulièrement en Asie, en Amérique latine et dans la cuisine méditerranéenne. Les feuilles sont généralement utilisées fraîches en accompagnement ou comme condiment.

Crassula portulacea. Source : http://data.abuledu.org/URI/54cbfa17-crassula-portulacea

Crassula portulacea

Crassula portulacea, jardin botanique de Tallinn, Estonie.

Dessin d'arbuste. Source : http://data.abuledu.org/URI/54f7894b-dessin-d-arbuste

Dessin d'arbuste

Dessin d'arbuste, imagier RyXéo mars 2015.

Dessin de plante. Source : http://data.abuledu.org/URI/54f789a4-dessin-de-plante-

Dessin de plante

Dessin de plante, imagier RyXéo mars 2015.

Digitale en fleurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/505e2010-digitale-en-fleurs

Digitale en fleurs

Digitale en fleurs, le long du lac de l'Oule, lac de barrage situé dans les Pyrénées françaises en vallée d'Aure en Haute-Bigorre dans le département des Hautes-Pyrénées.

Digitale pourpre. Source : http://data.abuledu.org/URI/505e1f5d-digitale-pourpre

Digitale pourpre

Planche botanique de Digitale pourpre ou grande digitale (Digitalis purpurea), Atlas des Plantes de France, 1891. C'est une grande digitale bisannuelle ou vivace, cultivée comme plante ornementale. Elle est appelée parfois Doigtier, Gant-de-Notre-Dame, Gant-de-bergère, Gantelée, Gantière ou Gantillier. "Digitale" provient du latin digitus qui signifie « doigt » car on peut enfoncer son doigt dans la fleur. En vieux pays celte, les femmes badigeonnaient les interstices du dallage de leurs chaumières avec une préparation à base de gants-de-Notre-Dame. Les forces souterraines néfastes ne pouvaient plus faire irruption. Plante médicinale des pathologies cardiaques la digitale pourpre est plus prisée que la digitale jaune parce qu'elle contient plus de principes actifs que cette dernière. La digitale est une plante extrêmement toxique dont on extrait la digitaline ou digitoxine, utilisée comme tonicardiaque.

Distribution des plantes selon l'altitude en 1839. Source : http://data.abuledu.org/URI/52081455-distribution-des-plantes-selon-l-altitude-en-1839

Distribution des plantes selon l'altitude en 1839

Carte de 1839 représentant la distribution des plantes selon l'altitude en Amerique. Dessin et gravure George Aikman ; hauteur : 26,7 cm. largeur : 36,8 cm. Source : Geographicus Rare Antique Maps.

Épinard sauvage. Source : http://data.abuledu.org/URI/5070040b-epinard-sauvage

Épinard sauvage

Planche botanique N°277 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Chénopode bon-henri, ou Épinard sauvage (Chenopodium bonus-henricus). Il pousse dans les endroits où sont déposées des déjections azotées des animaux, et les reposoirs à bestiaux.

Épinard sauvage. Source : http://data.abuledu.org/URI/50700634-epinard-sauvage-

Épinard sauvage

Épinard sauvage (Chenopodium bonus henricus) du Mont Orjen, massif situé dans la chaîne des Alpes dinariques, à la frontière entre le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine qui garde de nombreuses traces des glaciers du Pléistocène.

Figuier commun. Source : http://data.abuledu.org/URI/506e7bc6-figuier-commun

Figuier commun

Planche botanique N°289 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Figuier commun (Ficus carica). Le Figuier comestible est l'emblème du bassin méditerranéen, où il est cultivé depuis des millénaires. C'est le seul représentant européen du genre Figuier qui représente près de 600 espèces, la plupart tropicales. À maturité, les fruits, ou figues, sont selon les variétés de couleur verdâtre, jaune, marron-rouge ou violet plus ou moins foncé. Toutes les parties de la plante (rameaux, feuilles, fruits) contiennent un latex blanc et irritant.

Fleurs de Bois-joli. Source : http://data.abuledu.org/URI/506f2c68-fleurs-de-bois-joli

Fleurs de Bois-joli

Fleurs roses de Bois-joli (Daphne_mezereum) : à l'étage collinéen en France, la floraison est précoce, et débute dès la mi-février (avant les feuilles).

Fleurs de jusquiame noire. Source : http://data.abuledu.org/URI/505df1f0-fleurs-de-jusquiame-noire

Fleurs de jusquiame noire

Photographie de fleurs de jusquiame noire (Hyoscyamus niger) à Sobín, quartier de Prague près de la frontière.

Floraison du monotrope. Source : http://data.abuledu.org/URI/5058de67-floraison-du-monotrope

Floraison du monotrope

Début de floraison de monotrope (Monotropa hypopitys), photographie prise à Hohenlohe, en Allemagne le 10 juillet 2007.

Fruits de belladone. Source : http://data.abuledu.org/URI/505dec3c-fruits-de-belladone

Fruits de belladone

Photographie de belladone (Atropa belladonna) et ses fruits noirs toxiques.

Gecko de Madagascar au Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/54fe1be1-gecko-de-madagascar-au-jardin-des-plantes

Gecko de Madagascar au Jardin des Plantes

Un Gecko de Madagascar photographié à la Ménagerie du jardin des plantes de Paris.

Gentiane jaune. Source : http://data.abuledu.org/URI/505cb018-gentiane-jaune

Gentiane jaune

Planche botanique de la Gentiane jaune ou grande gentiane (Gentiana lutea), Atlas des Plantes de France, 1891. Noms locaux : gentiane officinale, jouvansanne, quinquina d'Europe, quinquina des pauvres, lève-toi-et-marche, jansonna et quinquina indigène. Le rhizome et les racines sont utilisés en phytothérapie comme le laissent supposer ses nombreux noms vernaculaires. Il faut attendre sept à dix ans avant de pouvoir les récolter. La récolte est réalisée essentiellement dans le Massif Central par les Gençanaïres. À l'aide d'une fourche spéciale appelée « fourche du diable », ils peuvent extraire plus de 200 kg de racines par jour. C'est un travail pénible qui s'effectue de mai à octobre. Ce sont près de 1 000 à 1 500 tonnes qui sont utilisées chaque année pour satisfaire les besoins de l'artisanat et l'industrie. En volume, la gentiane est une des trois premières plantes médicinales et aromatiques utilisées en France et ses applications sont nombreuses (pharmacie et médecine humaine et vétérinaire, boissons et spiritueux, cosmétique, fabrication d'arômes et d'extraits, gastronomie…).

Gloriette de 1788 au Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e289e0-gloriette-de-1788-au-jardin-des-plantes

Gloriette de 1788 au Jardin des Plantes

Gloriette au sommet du labyrinthe végétal du Jardin des Plantes à Paris, un des plus anciens bâtiments métalliques au monde, bâti en l'honneur de Buffon en 1788 par Edme Verniquet, architecte, cartographe. - Fils d'un arpenteur du roi de Châtillon-sur-Seine, arpenteur lui-même et architecte, il succède en 1751 à son père. Il s'installe à Paris en 1772 et acquiert la charge de commissaire général de la voirie à Paris près le Bureau des finances de Paris en 1774. - Architecte du Jardin du roi. Source : notice de data-bnf.

Graines de jusquiame noire. Source : http://data.abuledu.org/URI/505df0f7-graines-de-jusquiame-noire

Graines de jusquiame noire

Photographie de graines de Jusquiame, "Henbane" ou "Stinking Nightshade" en anglais, (Hyoscyamus niger) dans la Forteresse de Suomenlinna (Sveaborg en suédois) près d'Helsinki, en Finlande.

Jardin des Plantes de Nantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d09f87-jardin-des-plantes-de-nantes

Jardin des Plantes de Nantes

Plan du Jardin des plantes de Nantes en 2008.

Joncs. Source : http://data.abuledu.org/URI/52f288dd-joncs-

Joncs

Jonc diffus (Juncus effusus) poussant sur les bords des plans d'eau. La paille tressée issue de cette plante appelé Igusa au Japon, est utilisée notamment comme enveloppe de couverture dans la fabrication des tatamis ou de la semelle des sandales. traditionnelles, les zoris.

Julienne des dames. Source : http://data.abuledu.org/URI/506e7967-julienne-des-dames

Julienne des dames

Planche botanique N°29 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : La julienne des dames (Hesperis matronalis). C'est une plante à fleurs pourpres, parfois blanches, de la famille des Brassicaceae . Elle est connue aussi sous les noms de girarde, giroflée des dames, violette de Damas, cassolette beurrée, aragone. Les feuilles sont oblongues ou lancéolées, dentées, couvertes de pois courts qui les rendent rugueuses. Les fleurs de 15–20 mm de diamètre sont de couleur lilas, blanches ou panachées, odorantes. Les sépales sont à peu près de même longueur que le pédicelle. La floraison a lieu de mai à juillet. La julienne des dames croît spontanément dans les lieux frais et ombragés, fourrés et forêts ripicoles, lisières forestières, chemins, coupes. C'est une plante mellifère, médicinale considérée comme stimulante, antiscorbutique, diurétique, sudorifique, expectorante, rubéfiante et ornementale. Le terme Hesperis vient du grec hesperos "soir", en raison de l'agréable parfum que diffusent ses fleurs en fin de journée. Le terme matronalis signifie en latin "dames'

Jusquiame noire. Source : http://data.abuledu.org/URI/505deeeb-jusquiame-noire

Jusquiame noire

Planche botanique de la Jusquiame noire (Hyoscyamus niger), Atlas des Plantes de France, 1891. Plante toxique, contenant divers alcaloïdes tels que l'atropine, l'hyoscyamine et la scopolamine, mais moins dangereuse que le datura ou la belladone, qui contiennent les mêmes alcaloïdes mais en plus grandes proportions. La graine de Jusquiame est connue pour apaiser la rage de dents, elle s'appelle herbe de Sainte Apolline. Le terme de "jusquiame" est un emprunt au bas latin jusquiamos, hyoscyamos, et du grec ὑοσκύαμος (uoskuamos) de même sens, morphologiquement « fève de porc ». Il s'agit d'une allusion à l'épisode de l'Odyssée durant lequel la magicienne Circé transforma en pourceaux les compagnons d'Ulysse en leur faisant pour cela boire un philtre contenant de la jusquiame. Mais Ulysse était immunisé grâce à un antidote - végétal - dont Hermès lui avait fait présent. Certains interprètent cet épisode comme une métaphore opposant la bestialité (le pourceau) à la raison. Les solanacées "vireuses", dont fait partie la jusquiame, sont fréquemment évoquées dans les histoires de métamorphoses d'homme en animal : lycanthropie par exemple. Elles peuvent en effet générer des hallucinations particulièrement puissantes, y compris celle d'avoir pris la forme d'un animal, au point d'en adopter le comportement.

Kinkeliba au Burkina Faso. Source : http://data.abuledu.org/URI/548a07ef-kinkeliba-au-burkina-faso

Kinkeliba au Burkina Faso

Kinkeliba (Combretum micranthum), utilisé en médecine traditionnelle contre la malaria, près de Bobo-Dioulasso, Burkina Faso. Les fleurs sont petites et blanches, groupées en épis. Le fruit est une samare à quatre ailes membraneuses de 1,5 cm de long sur 1,5 cm de large. Ses feuilles sêchées sont consommées en tisane. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Kinkeliba

La fosse des ours au Jardin des Plantes à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/524f15eb-la-fosse-des-ours-au-jardin-des-plantes-a-paris

La fosse des ours au Jardin des Plantes à Paris

Le tour de la France par deux enfants, par George Bruno, pseudonyme d'Augustine Fouillée (née Tuillerie), 1877, p.291 : manuel scolaire, édition de 1904. LA FOSSE DES OURS AU JARDIN DES PLANTES. - L'ours se trouve dans toutes les parties du monde. Il recherche les montagnes et les forêts solitaires, où il trouve un abri contre les chasseurs. - Il y en a encore dans les Alpes et les Pyrénées. L'ours marche lourdement, mais nage et grimpe aux arbres avec agilité. Il est assez intelligent, et, comme il peut facilement se tenir sur ses pieds de derrière, les bateleurs lui apprennent à danser et à exécuter divers tours.

La végétation au Jardin des Plantes de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/50d89544-la-vegetation-au-jardin-des-plantes-de-paris

La végétation au Jardin des Plantes de Paris

Plan du Jardin des Plantes à Paris : jardin botanique ouvert au public, situé dans le Ve arrondissement près de la Seine. Il appartient au Muséum national d'histoire naturelle. Placé sous le patronage de Buffon jusqu'en 1788, il s'étend sur une superficie de 23,5 hectares.

Lanterne à l'entrée du Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e27b78-lanterne-a-l-entree-du-jardin-des-plantes

Lanterne à l'entrée du Jardin des Plantes

Lanterne sur la grille de l'entrée principale du Jardin des Plantes à Paris, (côté Seine, place Valhubert).

Lavande de mer en fleurs dans les marais. Source : http://data.abuledu.org/URI/507026a9-lavande-de-mer-en-fleurs-dans-les-marais

Lavande de mer en fleurs dans les marais

Lavande de mer en fleurs dans les marais de Southampton, Angleterre.

Le cèdre du Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/524db7ec-le-cedre-du-jardin-des-plantes

Le cèdre du Jardin des Plantes

Le tour de la France par deux enfants, par George Bruno, pseudonyme d'Augustine Fouillée (née Tuillerie), 1877, p.157 ; manuel scolaire, édition de 1904 : LE CÈDRE DU JARDIN DES PLANTES. - Le cèdre est célèbre depuis les temps les plus reculés par la beauté et l'incorruptibilité de son bois. C'est en bois de cèdre que Salomon fit construire les lambris du temple de Jérusalem. Jadis le cèdre couvrait les hautes montagnes du Liban. Le premier cèdre planté en France fut apporté en 1734 au Jardin des Plantes de Paris par Jussieu.

Légumes et plantes potagères. Source : http://data.abuledu.org/URI/519d537c-legumes-et-plantes-potageres

Légumes et plantes potagères

Légumes et plantes potagères. Illustration de Adolphe Millot (1857-1921) dans "Larousse pour tous" 1907-1910.