Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Dix-huitième siècle | Gravure | Peinture | Histoire | Photographie | Dessins et plans | Peintres italiens | Pietro Longhi (1702–1785) | Collections de costumes | Émile Bayard (1837–1891) | Siècle des Lumières | Géographie | Dix-huitième siècle -- Histoire | Peintres français | Cartes topographiques | Commedia dell'arte | Peinture sur porcelaine | Porcelaine -- Allemagne | Porcelaine | Astronomie | ...
Alexis Clairault. Source : http://data.abuledu.org/URI/50a023bc-alexis-clairault

Alexis Clairault

Portrait d'Alexis Clairault (1713-1765), mathématicien, par Louis-Jacques Cathelin (1738–1804). Il a été élu membre de l'Académie Royale des Sciences de Paris à seize ans. C'est à lui qu'on doit l'ouvrage capital "Théorie de la Figure de la Terre, Tirée des Principes de l'Hydrostatique". Dans ce livre, paru en 1743, Clairaut (on écrivait aussi Clairaux et Clairault) posa les fondations de l'hydrostatique moderne, dont la formulation actuelle fut donnée par Leonhard Euler (1707–1783) quelques années plus tard. Il fit une synthèse des rapports existant entre la pesanteur et la forme de la Terre et fut membre de la mission en Laponie.

Amour au théâtre italien. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c14919-amour-au-theatre-italien

Amour au théâtre italien

Amour au théâtre italien, 1714, par Antoine Watteau (1684-1721).

Ancien haut fourneau. Source : http://data.abuledu.org/URI/56c24735-ancien-haut-fourneau

Ancien haut fourneau

Représentation d'un haut-fourneau au XVIIIe siècle. Manuel de la métallurgie du Fer, Tome 1, par Adolf Ledeburg, édition française traduite par Barbary de Langlade. Revu et annoté par F.Valton, publié par Librairie polytechnique Baudry et Cie, 1895, page 403.

Anciens microscopes. Source : http://data.abuledu.org/URI/5392e3a7-anciens-microscopes

Anciens microscopes

Microscopes du 18ème siècle, Musée des Arts et Métiers, Paris.

Angers, Plaque de cuivre des orfèvres. Source : http://data.abuledu.org/URI/562fe46f-angers-plaque-de-cuivre-des-orfevres

Angers, Plaque de cuivre des orfèvres

Angers, Plaque des orfèvres : insculpation des poinçons utilisés de 1713 à 1790, Musée des Beaux-Arts.

Arlequin de porcelaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/50eb35e0-arlequin-de-porcelaine

Arlequin de porcelaine

Statuette en porcelaine peinte d'Arlequin : J. J. Kaendler, usine allemande de porcelaine de Meissen, circa 1740.

Arrivée du ballon de Blanchard à Vienne. Source : http://data.abuledu.org/URI/51606cf1-arrivee-du-ballon-de-blanchard-a-vienne

Arrivée du ballon de Blanchard à Vienne

Atterrissage du ballon de Jean-Pierre Blanchard (1753-1809) à Vienne, le 6 juillet 1791.

Audience au Palais de Topkapi. Source : http://data.abuledu.org/URI/511395b2-audience-au-palais-de-topkapi

Audience au Palais de Topkapi

Le Sultan Ahmed III entouré par ses courtisans et ses conseillers. Miniature ottomane de "Surname-i Vehbi",exposée au Palais de Topkapi à Istanbul, dans l'ancien dortoir des pages, transformé en galerie des miniatures et des portraits (Müzesi Müdüriyeti).

Auto portrait. Source : http://data.abuledu.org/URI/5389d11f-auto-portrait

Auto portrait

Autoportrait (autour de 1757) du peintre anglais William Hogarth (1697-1764).

Autoportrait de Greuze en 1777. Source : http://data.abuledu.org/URI/5384bdd4-autoportrait-de-greuze-en-1777

Autoportrait de Greuze en 1777

Autoportrait en 1777 de Jean Baptiste Greuze (1725-1805), Musée des Beaux-Arts de Marseille.

Balance de changeur. Source : http://data.abuledu.org/URI/52120973-balance-de-changeur

Balance de changeur

Balance de changeur dans sa boite et ses masses.Cette balance est une petite balance à fléau qui était utilisée au XVIIIe siècle par les changeurs pour peser les pièces de monnaie : "CHEMIN, successeur de M. BARBIN, Balancier, Ajusteur des Poids et Balances pour les Monnoyes de l'Hôtel-de-Ville, des Fermes du Roi, et ses Bâtiments de l'Hôtel Royal des Invalides, et des Hôpitaux, demeure rue de la Ferronnerie, vis à vis le Caffé de la Paix, au Q couronné. A PARIS."

Balance de Coulomb. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b14e14-balance-de-coulomb

Balance de Coulomb

Balance de Coulomb, Exposition Hautes Tensions, 18 Octobre 2008 - 5 Janvier 2009, Musée de la vie bourguignonne, Dijon. Charles-Augustin Coulomb énonce la loi d'interaction électrostatique en 1785 suite à de nombreuses mesures réalisées grâce à la balance de Coulomb qu'il a mise au point pour détecter des forces d'interaction très faibles. Il s'agit d'une balance de torsion pour laquelle la mesure de l'angle de torsion à l'équilibre permet de déterminer l'intensité de forces répulsives. Dans le cas de forces attractives c'est l'étude des oscillations du système qui permet de déterminer l'intensité des forces. Une charge électrique est placée à l'extrémité d'une tige horizontale fixée à fil vertical dont les caractéristiques de torsion sont préalablement établies. Le principe de la mesure consiste à compenser, grâce au couple de torsion du fil vertical, le couple exercé par une autre charge électrique amenée au voisinage de la charge fixée sur la tige.

Barques et pêcheurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/51cdda43-barques-et-pecheurs

Barques et pêcheurs

Paysage de bord de mer avec barques et pêcheurs, vers 1760, par Nicolas-Marie Ozanne (1728–1811).

Basse de viole en 1759. Source : http://data.abuledu.org/URI/53b1bf1c-basse-de-viole-en-1759

Basse de viole en 1759

Madame Henriette de France (fille de Louis XV) jouant la basse de viole, 1759, par Jean-Marc Nattier (1685-1766). La viole de gambe (dérivant du "rebab", introduit en Espagne par les Maures vers le VIIIe siècle) connaît son heure de gloire en Italie depuis que le noble valencien Roderic de Borja (devenu Rodrigo Borgia en Italie), futur Alexandre VI, amena de nombreux violistes à Rome. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Violoncelle

Bataille navale des Saintes en 1782. Source : http://data.abuledu.org/URI/5295db40-bataille-navale-des-saintes-en-1782

Bataille navale des Saintes en 1782

Combat naval des Saintes, 12 avril 1782, par François Aimé Louis Dumoulin (1753–1834). Source : Musée historique de Vevey. La bataille des Saintes se déroule du 9 avril au 12 avril 1782, pendant la guerre d'indépendance des États-Unis, entre une flotte britannique dirigée par George Rodney et une flotte française dirigée par le comte de Grasse. La flotte britannique en sort victorieuse. L'affrontement fut baptisé du nom des Saintes (un groupe d'îles situé dans les Antilles, entre la Basse-Terre (Guadeloupe) et la Dominique) où il s'est produit.

Beauharnais. Source : http://data.abuledu.org/URI/51896487-beauharnais

Beauharnais

Portrait de Beauharnais (A., vicomte de, 1760-1794), gravure de Émile Bayard (1837–1891). Source : Augustin Challamel et Desire Lacroix, Album du centenaire, Grands hommes et grands faits de la Révolution française (1789-1804), Magasin Pittoresque (E.Best), Paris/

Beaumarchais. Source : http://data.abuledu.org/URI/518960e6-beaumarchais

Beaumarchais

Portrait de Beaumarchais (P.A. Caron de, 1732-1799), gravure de Émile Bayard (1837–1891). Source : Augustin Challamel et Desire Lacroix, Album du centenaire, Grands hommes et grands faits de la Révolution française (1789-1804), Magasin Pittoresque (E.Best), Paris

Benjamin Franklin à la Cour. Source : http://data.abuledu.org/URI/50e361eb-benjamin-franklin-a-la-cour

Benjamin Franklin à la Cour

Benjamin Franklin reçu par Louis XVI et Marie-Antoinette. Source : "National Archives and Records Administration", numéro de catalogue NARC-518217.

Bouc en porcelaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/50eb3827-bouc-en-porcelaine

Bouc en porcelaine

Statuette en porcelaine blanche d'un bouc : J. J. Kaendler, usine allemande de Meissen, circa 1732.

Buste Montesquieu. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c37ecb-buste-montesquieu

Buste Montesquieu

Buste en pierre de Montesquieu (1689-1755), place Honoré-Champion à Paris 6°, par le sculpteur Félix Lecomte (1737–1817).

Cabane de paysans. Source : http://data.abuledu.org/URI/5198b81b-cabane-de-paysans

Cabane de paysans

Cabane de paysans, Pietro Longhi (1702–1785), peintre vénitien.

Canal dans la forêt amazonienne. Source : http://data.abuledu.org/URI/50f452f9-canal-dans-la-foret-amazonienne

Canal dans la forêt amazonienne

Plan du canal de Casiquaire dressé par Humboldt. Légende d'origine : "Carte de l'Intérieur de la Guyane Espagnole dressée sur les lieux d'Humboldt". En 1799, Humboldt est présenté au roi et à la reine d'Espagne. Il obtient des passeports avec le sceau royal qui garantit aux voyageurs l'assistance des autorités qu'ils rencontrent. Bonpland devient officiellement compagnon et secrétaire de Humboldt. Humboldt et Bonpland sont les premiers à effectuer une exploration scientifique digne de ce nom. L'ambition majeure de Humboldt pendant son voyage aux Amériques est de découvrir l'interaction des forces de la nature et les influences qu'exerce l'environnement géographique sur la vie végétale et animale. Le 5 juin 1799, ils embarquent, à La Corogne, à bord de la corvette « Le Pizarro » à destination du Venezuela, et après une escale aux Canaries, ils arrivent le 16 juillet à Cumaná au Venezuela, à l'est de Caracas. Pendant la navigation, Humboldt fait des mesures astronomiques, météorologiques, de magnétisme, de température et de composition chimique de la mer. En Amérique, il a un profond dégoût pour la façon dont se vendent et s'évaluent les esclaves, même si c'est dans les possessions espagnoles qu'ils sont le moins maltraités. Chateaubriand dira de lui dans son édition de 1827 de "Voyages en Amérique" : « En Amérique, l'illustre Humboldt a tout peint et tout dit ». Humboldt et Bonpland explorent la forêt tropicale pour tenter de confirmer la présence, considérée comme impossible, d'un canal naturel entre l'Orénoque et l'Amazone, le canal de Casiquiare, et de localiser le lieu exact de la source de l'Orénoque. Ils récoltent de nombreux spécimens d'animaux et de plantes inconnus, et Humboldt relève méticuleusement la température du fleuve, du sol et de l'air, et la pression atmosphérique, l'inclinaison magnétique, la longitude et la latitude.

Canard en porcelaine de Strasbourg. Source : http://data.abuledu.org/URI/535b5a0b-canard-en-porcelaine-de-strasbourg

Canard en porcelaine de Strasbourg

Canard en porcelaine de Paul Hannong, au Musée des arts décoratifs de Strasbourg. Paul Hannong est le fils aîné de Charles-François Hannong ; il prend la tête de la manufacture de Strasbourg en 1732 et expérimente la polychromie. Ces essais relèvent désormais de l'appellation "technique mixte" : utilisation de la technique de petit feu pour cuire des couleurs de grand feu. La période 1745-1748 marque l'avènement de la véritable cuisson de petit feu avec l'utilisation du pourpre de Cassius. Il est le premier à utiliser la technique de petit feu sur faïence en France. Son désir de produire de la porcelaine comme à Meissen et d'en égaler la qualité du décor va le conduire à mettre sur le marché des faïences décorées de qualité exceptionnelle que l'on retrouve sur les tables princières de toute l'Europe. Il est le premier français qui réussit à produire de la porcelaine dure. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fa%C3%AFence_de_Strasbourg

Carreaux de faïence ottomans. Source : http://data.abuledu.org/URI/5113972b-carreaux-de-faience-ottomans

Carreaux de faïence ottomans

Carreaux d'Iznik dans la bibliothèque d'Enderûn (Enderûn Kütüphanesi) située derrière la chambre des audiences (Arz Odası) au centre de la 3° Cour du Palais Topkapi d'Istanbul. La céramique d'Iznik comporte plusieurs particularités : sa pâte est siliceuse, mais du plomb y est ajouté afin de baisser la température de cuisson et d'économiser ainsi des matériaux de combustion. De plus, les céramiques sont recouvertes avec un engobe de même composition que la pâte : il s'agit donc du premier engobe siliceux. Le décor est ensuite peint sous glaçure incolore, et la pièce est cuite en une seule fois. Les couleurs utilisées sont tout d'abord le bleu, puis le turquoise, le vert, le rose, le gris, le noir, le pourpre et le brun apparaissent. Mais c'est le rouge tomate, réalisé avec de l'oxyde de fer, qui va faire la réputation des céramiques d'Iznik. Ce rouge d'Iznik apparaît en 1555.

Carte de France de 1723. Source : http://data.abuledu.org/URI/50885acf-carte-de-france-de-1723

Carte de France de 1723

Carte de France avec méridien publiée en 1723 par Cassini-Merdiani : ''Traité de la grandeur et de la Figure de la Terre''.

Carte de L'Isle de Bourbon. Source : http://data.abuledu.org/URI/521be4f8-carte-de-l-isle-de-bourbon

Carte de L'Isle de Bourbon

Carte de l'Isle Bourbon, 1763, par Jacques-Nicolas Bellin (1703-1772) du Musée de la Compagnie des Indes à Port-Louis. En 1721, Bellin est nommé hydrographe du ministère de la Marine suite à la création de l’office hydrographique français et du Dépôt des cartes et plans de la Marine. Nommé ingénieur hydrographe en août 1741. Membre de l’Académie de Marine et la Royal Society of London. Au cours d’une carrière de 50 ans, il est l’auteur d’un grand nombre de cartes et d’atlas. Ses cartes du Canada et des territoires français de l’Amérique du Nord (Nouvelle-France, Acadie, Louisiane) sont d’une valeur considérable. Il a donné 994 articles à l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert. Une grande partie de ses travaux sont aujourd'hui conservés au département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, ce qui permet l'étude de l'homme, de l'œuvre et de l'histoire de la cartographie marine. Le fonds d'archives de Jacques-Nicolas Bellin est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Carte de la Louisiane en 1718. Source : http://data.abuledu.org/URI/53f4d7f9-carte-de-la-louisiane-en-1718

Carte de la Louisiane en 1718

Carte de la Louisiane et de l'Amérique du nord en 1718 par Guillaume Delisle.

Carte de la Nouvelle-France. Source : http://data.abuledu.org/URI/511529f2-carte-de-la-nouvelle-france

Carte de la Nouvelle-France

Carte de la Nouvelle-France vers 1750. Sources : 1) "Les Villes françaises du Nouveau Monde : des premiers fondateurs aux ingénieurs du roi, XVIe-XVIIIe siècles" ; sous la direction de Laurent Vidal et Emilie d'Orgeix ; Éditeur : Paris, Somogy 1999. 2) "Canada-Québec 1534-2000", Jacques Lacoursière, Jean Provencher et Denis Vaugeois, Éditeur : Sillery (Québec), Septentrion 2000.

Carte des éclipses solaires en Europe entre 1701 et 1750. Source : http://data.abuledu.org/URI/550d1465-carte-des-eclipses-solaires-en-europe-entre-1701-et-1750

Carte des éclipses solaires en Europe entre 1701 et 1750

Carte des éclipses solaires en Europe entre 1701 et 1750, dates légendées en anglais.

Carte des éclipses solaires en Europe entre 1751 et 1800. Source : http://data.abuledu.org/URI/550d14f4-carte-des-eclipses-solaires-en-europe-entre-1751-et-1800

Carte des éclipses solaires en Europe entre 1751 et 1800

Carte des éclipses solaires en Europe entre 1751 et 1800, dates légendées en anglais.

Carte des objets du catalogue Messier en 1771. Source : http://data.abuledu.org/URI/550da3a2-carte-des-objets-du-catalogue-messier-en-1771

Carte des objets du catalogue Messier en 1771

Carte des objets du catalogue Messier (en Français). Les objets de Messier sont une liste d'objets astronomiques catalogués par l'astronome français Charles Messier dans son Catalogue des Nébuleuses et des Amas d'Étoiles, publié en 1771. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_objets_de_Messier

Carte des Traites en 1732 : les provinces étrangères. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d01073-carte-des-traites-en-1732-les-provinces-etrangeres

Carte des Traites en 1732 : les provinces étrangères

Carte établie par l'administration royale en 1732 pour représenter les traites, c'est à dire les zones disposant de statuts fiscaux en terme de barrières douanières. Les cinq grosses fermes : en gros la partie nord de la Loire à quelques exceptions près où le commerce interne était libre et les droits de douane vers les autres provinces et l'étranger avaient été uniformisés (Anjou, Aunis, Berry, Bourbonnais, Bourgogne, Champagne, Maine, Orléanais, Picardie, Poitou, Touraine), correspondant globalement à l'aire linguistique de la langue d'oïl. Les provinces réputées étrangères : Le Royaume de Navarre et la Soule (Pays Basque) à l'extrême Sud Ouest, La Bretagne (à l'Ouest), La Flandre, l'Artois (dans le Nord), la Franche Comté (à l'Est) l'Occitanie et la Catalogne (dans le sud de la France) payaient des droits de douane lorsqu'elles échangeaient entre elles ou avec les autres provinces ordinaires du royaume de France. Les provinces à l'instar de l'étranger effectif : comme le Pays Basque (Bayonne et le Labourd), l’Alsace, la Lorraine, le Comtat Vénessain (États du Pape) étaient considérées comme étrangères au royaume (Provinces à l'instar de l'étranger effectif). À ce titre, elles pouvaient commercer librement avec l'étranger, mais payaient des droits de douane importants pour les échanges commerciaux avec les autres provinces françaises. Ces provinces réputés étrangères ou à l'instar de l'étranger effectif sont d'ailleurs les mêmes qui parlent alors, dans la vie quotidienne, une autre langue que le français : le basque, l'occitan et ses dérivés gascons ou provençal, le catalan, le breton, le gallo, l'alsacien, le flamand… En 1732, la Savoie, le comté de Nice, la Corse sont indépendants du Royaume de France.

Carte marine du monde en 1778. Source : http://data.abuledu.org/URI/521becfc-carte-marine-du-monde-en-1778

Carte marine du monde en 1778

Carte marine du monde de Nicolas Bellin en 1778 : projection Mercator basée sur le médidien de L’Isle de Fer (Paris). Ce fichier a été fourni à Wikimedia Commons par Geographicus Rare Antique Maps, marchand spécialisé dans la cartographie d’antiquaire et les cartes historiques du XVe au XVIe siècle, dans le cadre d’un projet de coopération : Essay d'une Carte Reduite, Contenant Les Parties Connuees du Globe Terrestre...

Carte marine du XVIIIème siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/50e72b72-carte-marine-du-xviiieme-siecle

Carte marine du XVIIIème siècle

Carte marine de la côte sud-ouest de l'Irlande, de Dungarvan au fleuve Shannon par le cartographe Samuel Thornton circa 1702-1707.

Chambre noire. Source : http://data.abuledu.org/URI/526e2ae2-chambre-noire

Chambre noire

Chambre noire, ou optique (Camera obscura, Science Museum de Londres). Proche du modèle « Canaletto » conservé au Museo Correr de Venise et utilisé par Canaletto. La chambre noire ou chambre optique (en latin camera obscura), est un instrument d'optique utilisé fréquemment en peinture pour obtenir une image fiable de la réalité. Le dispositif consiste en une lentille, et éventuellement d'un miroir. La scène réelle est focalisée, au moyen de la lentille, et projetée sur un plan sur lequel le peintre peut, après avoir fixé une feuille de papier, retracer les contours. Pour faciliter la vision, le plan de projection est enfermé dans un caisson qui l'abrite de la lumière extérieure, d'où l'adjectif de chambre obscure. Le croquis obtenu peut être ensuite, dans l'atelier du peintre, reporté et peint sur la toile. Canaletto est un utilisateur systématique de ce dispositif.

Chartreuse de Châteauneuf en 1789. Source : http://data.abuledu.org/URI/53b13caf-chartreuse-de-chateauneuf-en-1789

Chartreuse de Châteauneuf en 1789

Le château et le village de Châteauneuf près de Rive-de-Gier, par Jean-Jacques de Boissieu (1736-1810), peintre, dessinateur et graveur à l'eau-forte, conseiller du Roi, trésorier de finances au bureau des finances de la généralité de Lyon.

Chasse à l'arc en char en Inde. Source : http://data.abuledu.org/URI/52ac9d19-chasse-a-l-arc-en-char-en-inde

Chasse à l'arc en char en Inde

Prithu (un des avatars de Vichnou) chasse la déesse de la terre (une vache blanche) : manuscrit indien de Bhagavata Purana daté d'environ 1740 et attribué à Manaku (1700–1760). Nainsukh family, Guler, India Overall: 22 x 32.6 cm (8 11/16 x 12 13/16 in.) Image: 17.8 x 28.5 cm (7 x 11 1/4 in.) Opaque watercolor, gold and silver on paper Classification: Paintings Type, sub-type: Page from an illustrated manuscript of the Bhagavata Purana

Chasse au canard sur le lagon de Venise. Source : http://data.abuledu.org/URI/5198a7f5-chasse-au-canard-sur-le-lagon-de-venise

Chasse au canard sur le lagon de Venise

Chasse au canard sur le lagon de Venise, par Pietro Longhi (1702–1785), peintre vénitien.

Château de Hautot-sur-Seine. Source : http://data.abuledu.org/URI/555afc71-chateau-de-hautot-sur-seine

Château de Hautot-sur-Seine

Chateau de Hautot-sur-Seine, Seine Maritime, exemple parfait du classicisme sous Louis XV, a été construit pour les Le Couteulx, puissante famille de Finances de Rouen. Les lucarnes de la façade ont été remaniées au Second Empire. L'édifice a été attribué à la Sous-Préfecture après la Seconde Guerre mondiale, tandis que les espaces intérieurs étaient profondément modifiés. La commune est désormais propriétaire et loue l'ensemble pour des réceptions. À noter, faisant partie de l'ensemble, un pavillon de musique au bout de la terrasse, mais hélas dans un état de délabrement avancé. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hautot-sur-Seine

Château du Marais. Source : http://data.abuledu.org/URI/518819d3-chateau-du-marais

Château du Marais

Façade occidentale du château du Marais, près du Val-Saint-Germain, dans l'Essonne (France). Construit par l'architecte Jean-Benoît-Vincent Barré pour Jean Le Maître de La Martinière, trésorier général de l'Artillerie et du Génie, il est considéré comme l'un des plus remarquables exemples de château de style Louis XVI en région parisienne.

Chénier. Source : http://data.abuledu.org/URI/51896403-chenier

Chénier

Portrait de Chénier (A.M. de, 1762-1794), gravure de Émile Bayard (1837–1891). Source : Augustin Challamel et Desire Lacroix, Album du centenaire, Grands hommes et grands faits de la Révolution française (1789-1804), Magasin Pittoresque (E.Best), Paris.

Cimetiere des Innocents à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/5142f285-cimetiere-des-innocents-a-paris

Cimetiere des Innocents à Paris

Cimetière des Innocents, Paris. Le cimetière des Saints-Innocents apparaît au Ve siècle autour de l'église Notre-Dame-des-Bois, lieu de culte mérovingien installé en ce lieu. Probablement détruite durant les invasions normandes de 885-886, elle est remplacée au XIe siècle par l'église Sainte-Opportune, qui reçoit dès lors dans son enclos les morts de plusieurs paroisses de la rive droite. Ce cimetière prend en 1130 le nom de Saints-Innocents, il reçoit pendant treize siècles des dizaines de générations de Parisiens, décédés dans les vingt-deux paroisses de la ville, ainsi que les cadavres évacués de l'Hôtel-Dieu et de la morgue. D'un petit cimetière de campagne, il devient le plus grand cimetière de Paris, et est progressivement entouré de constructions, jusqu'à devenir partie intégrante d'un des quartiers les plus animés de la ville. Les guerres, les épidémies ou les famines apportent leur lot de milliers de cadavres à inhumer dans cet espace restreint, ce qui rend leur décomposition de plus en plus difficile. Les fosses communes atteignent alors plus de dix mètres de profondeur. À la fin du XVIIIe siècle, le sol du cimetière se situe en conséquence plus de deux mètres au-dessus du niveau de la rue, entraînant des problèmes d'insalubrité, dénoncés de longue date.

Circumnavigation de Bougainville. Source : http://data.abuledu.org/URI/52236449-circumnavigation-de-bougainville

Circumnavigation de Bougainville

Voyage de la Boudeuse et de l'Étoile : Accompagné d'un naturaliste, d'un dessinateur et d'un astronome, Bougainville part de Nantes, plus précisément de Mindin, le 15 novembre 1766, fait escale dans la rade de Brest d'où il repart le 5 décembre pour un voyage autour du monde à bord de la frégate la Boudeuse. Un second bateau, l’Étoile, une flûte (navire de charge), parti de Rochefort le1er février 1767, le rejoint pour le tour du monde le 13 juin 1767 à Rio de Janeiro après deux rendez-vous manqués aux Malouines et dans l'embouchure du Río de la Plata. Au Brésil, le botaniste Philibert Commerson embarqué sur l’Étoile découvre la fleur qu'il nommera plus tard la bougainvillée et cette fleur sera donnée à Joséphine de Beauharnais, première épouse de Napoléon.

Citation de Goethe. Source : http://data.abuledu.org/URI/514f27f1-citation-de-goethe

Citation de Goethe

Silhouette et Inscription de Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) dans l'album de Johann Friedrich Anthing (1753-1805), 7 Septembre 1789 : Il vaut mieux se promener dans le royaume des ombres d'Anthing que dans le jardin de Proserpine. (Es mag ganz artig seyn wenn Gleich' und Gleiche In Proserpinens Park spazieren gehn, Doch besser scheint es mir im Schattenreiche Herrn Antings sich hinoben wiedersehn.)

Colombine de porcelaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/50eb44f1-colombine-de-porcelaine

Colombine de porcelaine

Statuette de porcelaine peinte de Colombine : Franz Anton Bustelli, Nymphenburg en Bavière, ca. 1765.

Combat de la Dominique 1780. Source : http://data.abuledu.org/URI/50f7228b-combat-de-la-dominique-1780

Combat de la Dominique 1780

Combat de la Dominique, 17 Avril 1780, tableau de Rossel de Cercy (1736-1804). L'invasion de la Dominique en 1778 est une invasion française réussie de l'île de la Dominique dans les Antilles, pendant la Guerre d'indépendance des États-Unis. Le 6 septembre, une flotte française, sous le commandement du marquis de Bouillé, débarque des troupes dans l'île. Le détachement britannique se rend le même jour sans tirer un coup de feu. La prise de la Dominique par la marine française a incité les Anglais à renforcer leur flotte nord-américaine. Ils ont alors saisi l'île de Sainte-Lucie en novembre, Savannah et la Géorgie en décembre.

Comédiens italiens. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c1477b-comediens-italiens

Comédiens italiens

Les comédiens italiens, 1720, par Antoine Watteau (1684-1721).

Commode-écritoire avec miroir. Source : http://data.abuledu.org/URI/5394c757-commode-ecritoire-avec-miroir

Commode-écritoire avec miroir

Ecritoire en deux corps composé d'une commode galbée à quatre tiroirs munie d'un abattant et, en partie supérieure, d'une bibliothèque à un vantail munie d'un miroir ; couronnement en forme de chapeau de gendarme. Thomas Sherburne, Boston, Massachusetts, 1770-1785. Winterthur Museum, New Castle Country, Delaware, Etats-Unis.

Condorcet. Source : http://data.abuledu.org/URI/5189615f-condorcet

Condorcet

Portrait de Condorcet (J.A.N., 1743-1794), gravure de Émile Bayard (1837–1891). Source : Augustin Challamel et Desire Lacroix, Album du centenaire, Grands hommes et grands faits de la Révolution française (1789-1804), Magasin Pittoresque (E.Best), Paris

Condorcet, Essai de. Source : http://data.abuledu.org/URI/50acaecd-condorcet-essai-de-

Condorcet, Essai de

Page de titre de l'Essai de Condorcet de 1785. Dans de nombreux ouvrages, (Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix - Essai sur la constitution et les fonctions des assemblées provinciales - Sur les élections ), Condorcet s’intéresse à la représentativité des systèmes de vote. Il démontre que le vote à la pluralité peut très bien ne pas représenter les désirs des électeurs dès lors que le premier candidat ne récolte pas plus de la moitié des voix. Il propose son propre système de vote, la méthode Condorcet, dans lequel l'unique vainqueur est celui, s'il existe, qui comparé tour à tour à tous les autres candidats, s'avèrerait à chaque fois être le candidat préféré. Néanmoins, il admet que ce système est peu réalisable à grande échelle et échange une correspondance très riche avec Jean-Charles de Borda concepteur d’un autre système, la méthode Borda. Il met en évidence une faille dans son propre système de vote — le paradoxe de Condorcet — qui prouve l’impossibilité, dans son système, de dégager avec certitude une volonté générale à partir d’une somme de volontés individuelles. Kenneth Arrow prouvera par la suite que cette impossibilité est inhérente à tout système de vote (Théorème d'impossibilité d'Arrow).

Arbre généalogique des rois de France et d'Espagne. Source : http://data.abuledu.org/URI/50dc8790-arbre-genealogique-des-rois-de-france-et-d-espagne

Arbre généalogique des rois de France et d'Espagne

Arbre généalogique (en espagnol) de la famille royale d'Espagne, et ses liens avec les maisons royales européennes, dont la France : Louis XIV, marié à Marie-Thérèse. Maison d'Autriche en violet, Maison des Bourbons de France en bleu.

Bureau du dix-huitième siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/5319de68-bureau-du-dix-huitieme-siecle

Bureau du dix-huitième siècle

Bureau du dix-huitième siècle, secrétaire à cylindre de David Roentgen, ébéniste allemand ayant travaillé à la cour de France.

Cannes féminines au dix-huitième siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/5316149e-cannes-feminines-au-dix-huitieme-siecle

Cannes féminines au dix-huitième siècle

Cannes féminines au dix-huitième siècle. Source : L'art et les Artifices de la beauté, 6 ed. Uzanne, Octave. Paris 1902, page 309.

Commerce triangulaire. Source : http://data.abuledu.org/URI/56b6dbca-commerce-triangulaire

Commerce triangulaire

Commerce triangulaire entre l'Europe occidentale, l'Afrique subsaharienne et les Amériques : esclaves vers l'Amérique du sud, sucre vers la Nouvelle-Angleterre, rhum vers l'Europe et l'Afrique.

Costumes allemands du dix-huitième siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/530a5349-costumes-allemands-du-dix-huitieme-siecle

Costumes allemands du dix-huitième siècle

Planche 93, Costumes allemands du dix-huitième siècle, in Costumes of All Nations (Londres, 1882) par Albert Kretschmer, peintre du théâtre de la Cour Royale de Berlin, et Dr. Carl Rohrbach : 1, 3, paysans ; 2, costume de voyage ; 4, pasteur protestant ; 5, magistrat ; 6, évêque ; 7-8, citoyens ; 9-19, citoyennes.

Costumes anglais et écossais du dix-huitième siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/530a4ba3-costumes-anglais-et-ecossais-du-dix-huitieme-siecle

Costumes anglais et écossais du dix-huitième siècle

Planche 94, Costumes anglais et écossais du dix-huitième siècle, in Costumes of All Nations (Londres, 1882) par Albert Kretschmer, peintre du théâtre de la Cour Royale de Berlin, et Dr. Carl Rohrbach : 1-3, 8, citoyennes anglaises ; 4-6, 9-10, aristocrates ; 7, jeune anglais ; 11, aristocrate écossaise ; 12, noble des highlands ; 13-15, membres d'un clan.

Costumes d'aristocrates françaises du début du dix-huitième siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/530a59d8-costumes-d-aristocrates-francaises-du-debut-du-dix-huitieme-siecle

Costumes d'aristocrates françaises du début du dix-huitième siècle

Planche 97, Costumes d'aristocrates françaises du début du dix-huitième siècle, in Costumes of All Nations (Londres, 1882) par Albert Kretschmer, peintre du théâtre de la Cour Royale de Berlin, et Dr. Carl Rohrbach.

Costumes de françaises de la fin du dix-huitième siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/530a5a94-costumes-de-francaises-de-la-fin-du-dix-huitieme-siecle

Costumes de françaises de la fin du dix-huitième siècle

Planche 98, Costumes de françaises de la fin du dix-huitième siècle, in Costumes of All Nations (Londres, 1882) par Albert Kretschmer, peintre du théâtre de la Cour Royale de Berlin, et Dr. Carl Rohrbach.

Costumes français du début du dix-huitième siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/530a591b-costumes-francais-du-debut-du-dix-huitieme-siecle

Costumes français du début du dix-huitième siècle

Planche 96, Costumes français du début du dix-huitième siècle, in Costumes of All Nations (Londres, 1882) par Albert Kretschmer, peintre du théâtre de la Cour Royale de Berlin, et Dr. Carl Rohrbach.

Costumes français du dix-huitième siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/530a4e26-costumes-francais-du-dix-huitieme-siecle

Costumes français du dix-huitième siècle

Planche 99, Costumes français de civils et de militaires du dix-huitième siècle, in Costumes of All Nations (Londres, 1882) par Albert Kretschmer, peintre du théâtre de la Cour Royale de Berlin, et Dr. Carl Rohrbach : 1, abbé ; 2, aristocrate ; 3, citoyen. Sous le règne de Louis XVI : 4, 10, aristocrates en 1785 ; 11, officier de la garde suisse ; 12, colonel des dragons ; 13, garde grenadier ; 14, officier des hussards ; 15, membre de l'infanterie ; 16, garde du corps.

Costumes militaires allemands du dix-huitième siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/530a5825-costumes-militaires-allemands-du-dix-huitieme-siecle

Costumes militaires allemands du dix-huitième siècle

Planche 95, Costumes militaires allemands du dix-huitième siècle, in Costumes of All Nations (Londres, 1882) par Albert Kretschmer, peintre du théâtre de la Cour Royale de Berlin, et Dr. Carl Rohrbach.

Couple d'hirondelles. Source : http://data.abuledu.org/URI/517a2a06-couple-d-hirondelles

Couple d'hirondelles

Branche de Pêcher en fleurs avec couple d'hirondelles, de l'album de Xian'e Changchun, par Giuseppe Castiglione (1688–1766).

Couple de faisans. Source : http://data.abuledu.org/URI/521b025f-couple-de-faisans

Couple de faisans

Couple de faisans, par Maruyama Okyo (1733-1795).

D'Alembert. Source : http://data.abuledu.org/URI/51895fae-d-alembert

D'Alembert

Portrait de D'Alembert (1717-1783), gravure de Émile Bayard (1837–1891). Source : Augustin Challamel et Desire Lacroix, Album du centenaire, Grands hommes et grands faits de la Révolution française (1789-1804), Magasin Pittoresque (E.Best), Paris

Danton. Source : http://data.abuledu.org/URI/50efd832-danton

Danton

Danton, détail de son portrait, huile sur toile (1792) exposée au Musée Carnavalet à Paris (France).

Dégustation au potager. Source : http://data.abuledu.org/URI/5198c5b8-degustation-au-potager

Dégustation au potager

Dégustation au potager à l'entrée de la rivière, Pietro Longhi (1702–1785), peintre vénitien.

Diderot. Source : http://data.abuledu.org/URI/51895e93-diderot

Diderot

Portrait de Diderot (1713-1784), gravure de Émile Bayard (1837–1891). Source : Augustin Challamel et Desire Lacroix, Album du centenaire, Grands hommes et grands faits de la Révolution française (1789-1804), Magasin Pittoresque (E.Best), Paris

Électrophore de Volta. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c2793b-electrophore-de-volta

Électrophore de Volta

Un électrophore, ou électrophore de Volta, est un générateur capacitif utilisé pour produire une charge électrostatique via le processus d'influence électrostatique. Une première version de a été inventée en 1762 par le professeur suédois Johan Carl Wilcke, mais le savant italien Alessandro Volta a amélioré et popularisé le dispositif en 1775. Le mot électrophore a été inventé par Volta à partir du grec ήλεκτρον (« Elektron ») et φέρω (« phero »); il signifie « porteur de l'électricité ».

Épinette de 1759. Source : http://data.abuledu.org/URI/5395b91e-epinette-de-1759

Épinette de 1759

Épinette Birger de 1759, Milan, Tableau représentant un couple de danseurs et des musiciens. Musée des instruments de musique de Rome.

Forges en 1763. Source : http://data.abuledu.org/URI/56c245ed-forges-en-1763

Forges en 1763

Planches de l'Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d'Alembert, volume 3: Forges. 2nde section, Pl. II.

Générateur électrostatique de Van Marum. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c27adf-generateur-electrostatique-de-van-marum

Générateur électrostatique de Van Marum

Grande machine électrostatique de Van Marum, exposée au musée Teyler, à Haarlem, Pays-Bas. À droite, batterie de bouteilles de Leyde. La machine électrostatique est ainsi nommée parce qu'elle fait appel aux lois de l'électrostatique à la différence des machines dites électromagnétiques. Bien que des moteurs électrostatiques aient été imaginés (ils fonctionnent sur le principe de la réciprocité des générateurs électrostatiques), ils n'ont pas eu de succès. La puissance des machines du XVIIIe siècle et du XIXe siècle était en effet infime (quelques watts) et les frottements mécaniques ne leur laissaient qu'un très mauvais rendement. La raison en est que la densité maximale d'énergie du champ électrique dans l'air est très faible. Les machines électrostatiques ne peuvent être utilisables (de manière industrielle) que si elles fonctionnent dans un milieu où la densité d'énergie du champ électrique est assez élevée, c'est-à-dire pratiquement dans un gaz comprimé. L'invention du condensateur électrique sous la forme de la bouteille de Leyde (par E.-G. Kleist, Van Musschenbroek et son élève Cuneus, améliorée par sir William Watson, 1745-1747) permet de renforcer l'intensité des décharges : 1768, machine de Ramsden ; 1784, la machine de Van Marum.

Grues. Source : http://data.abuledu.org/URI/521b0146-grues

Grues

Grues, 1772, par Maruyama Okyo (1733-1795) : période An'ei (1772-1780), Six panneaux de papier.

Hampton Court. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103065a-hampton-court

Hampton Court

Le parc de Hampton Court, par John Tinney (1744) d'après Anthony Highmore (1719-1799).

Horloge décimale de 1795. Source : http://data.abuledu.org/URI/50dd9ad2-horloge-decimale-de-1795

Horloge décimale de 1795

Horloge décimale de la révolution française, par Pierre Basile Lepaute, 1795. Le temps décimal est le temps de la journée exprimé dans une valeur décimale.

Il Dottore Balanzone. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c15370-il-dottore-balanzone

Il Dottore Balanzone

Il Dottore, personnage de la commedia dell'arte. Petite statue en plâtre peint (environ 100 cm) provenant du Théâtre Séraphin installé au Palais-Royal à la fin du XVIIIe siècle et conservée au musée Carnavalet à Paris : série de quatre pièces : Arlequin – Pantalone – Il Dottore – Brighella.

Jeune berger italien. Source : http://data.abuledu.org/URI/5198c43e-jeune-berger-italien

Jeune berger italien

Jeune berger italien, Pietro Longhi (1702–1785), peintre vénitien.

Jeux au casino au XVIIIème siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/5198a8a8-jeux-au-casino-au-xviiieme-siecle

Jeux au casino au XVIIIème siècle

Jeux au casino au XVIIIème siècle, Pietro Longhi (1702–1785), peintre vénitien.

Joueur de luth. Source : http://data.abuledu.org/URI/5198b428-joueur-de-luth

Joueur de luth

Joueur de luth au XVIIIème siècle, par Pietro Longhi (1702–1785), peintre vénitien.

L'alchimiste. Source : http://data.abuledu.org/URI/5198b938-l-alchimiste

L'alchimiste

L'alchimiste, Pietro Longhi (1702–1785), peintre vénitien.