Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Métaux | Outils à métaux | Dessins et plans | Physique | Cuivre | Éléments (chimie) | Outils | Métallurgie | Mécanique | Pinces | Moules (travail des métaux) | Métaux -- Matriçage | Main | Outils à bois | Corrosion | Gravure | Métaux, Travail des | Vanadium | Matériaux | ...
Barres de tungstène. Source : http://data.abuledu.org/URI/505caabc-barres-de-tungstene

Barres de tungstène

Barres de tungstène avec des cristaux évaporés, partiellement oxydés. D'une pureté de 99,98% en comparaison avec un cube de 1 cm³ de tungstène pur (99,999%). Le tungstène est un élément chimique du tableau périodique de symbole W (de l'allemand Wolfram) et de numéro atomique 74. Son nom provient du suédois « tung » (lourd) et « sten » (pierre) et signifie donc « pierre lourde ».

Brigandine en feutre du XVIème siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/52951a5c-brigandine-en-feutre-du-xvieme-siecle

Brigandine en feutre du XVIème siècle

Brigandine en feutre (Jack of plate) datant de 1580-90, Armerie royale de Leeds. La brigandine est une armure constituée de plaques rivetées sur du cuir ou du tissu épais, fournissant une excellente protection pour une armure peu onéreuse et simple à fabriquer (moins chère que le plastron sur mesure fait par le forgeron, plus rapide à produire que la maille) et pour ces raisons rapidement adoptée par les nombreux mercenaires du XIVe siècle qui portaient alors les noms de "routiers" ou "brigands" d'où le nom de l'armure. La brigandine fournit une protection du torse, de l'abdomen et de la partie supérieure des hanches à la façon d'un doublet dépourvu de manches.

Capsule à vis en métal. Source : http://data.abuledu.org/URI/51bc9598-capsule-a-vis-en-metal

Capsule à vis en métal

Capsule à vis en métal pour bocal en verre.

Corrosion par la rouille. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c2609e-corrosion-par-la-rouille

Corrosion par la rouille

Corrosion d'une plaque de four par la rouille. La corrosion désigne l'altération d'un matériau par réaction chimique avec un oxydant (le dioxygène et le cation H+ en majorité). Les exemples les plus connus sont les altérations chimiques des métaux à l'air ou dans l'eau, telle la rouille du fer. L'étude fondamentale des phénomènes de corrosion relève essentiellement de l'électrochimie. L'étude appliquée des phénomènes de corrosion est un domaine de la science des matériaux, qui comporte à la fois des notions de chimie et de physique (physico-chimie). La corrosion est un problème industriel important : le coût de la corrosion, qui recouvre l'ensemble des moyens de lutte contre la corrosion, le remplacement des pièces ou ouvrages corrodés et les conséquences directes et indirectes des accidents dus à la corrosion, est estimé à 2 % du produit brut mondial). Chaque seconde, ce sont quelque 5 tonnes d'acier qui sont ainsi transformées en oxydes de fer…

Cristal obtenu par cristallogenèse artificielle de bismuth métallique. Source : http://data.abuledu.org/URI/50796b70-cristal-obtenu-par-cristallogenese-artificielle-de-bismuth-metallique

Cristal obtenu par cristallogenèse artificielle de bismuth métallique

Le bismuth est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole Bi et de numéro atomique 83. Longtemps confondu avec le plomb ou l'étain8, il a été identifié en 1753 par Claude Geoffroy le Jeune qui l'a séparé du plomb. L'irisation est due à une couche d'oxyde très mince.

Cristaux de niobium. Source : http://data.abuledu.org/URI/5066fc68-cristaux-de-niobium

Cristaux de niobium

Cristaux de niobium à haute pureté (99.995 % = 4N5), formés par électrolyse, à coté d'un cube d'1 cm3 de haute pureté(99.95 % = 3N5) de niobium anodisé, pour comparaison. Le niobium est un élément chimique, de symbole Nb et de numéro atomique 41. C'est un métal de transition gris, rare, mou et ductile.

Cristaux obtenus par cristallogénèse artificielle de bismuth métallique. Source : http://data.abuledu.org/URI/50796b00-cristaux-obtenus-par-cristallogenese-artificielle-de-bismuth-metallique

Cristaux obtenus par cristallogénèse artificielle de bismuth métallique

Le bismuth est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole Bi et de numéro atomique 83. Longtemps confondu avec le plomb ou l'étain8, il a été identifié en 1753 par Claude Geoffroy le Jeune qui l'a séparé du plomb.

Cuprite au Zaïre. Source : http://data.abuledu.org/URI/5120b34f-cuprite-au-zaire

Cuprite au Zaïre

Cuprite et malachite : Mine de Dikuluwe, à Kolwezi, (Katanga, Shaba), dans la République Démocratique du Congo (Zaïre). La cuprite est une espèce minérale composée d’oxyde cuivreux de formule Cu2O . Elle se transforme très fréquemment en malachite par pseudomorphose.

Dépassivation et repassivation de l'inox. Source : http://data.abuledu.org/URI/51213884-depassivation-et-repassivation-de-l-inox

Dépassivation et repassivation de l'inox

Dépassivation (rupture de la couche d'oxyde) et repassivation d'un acier inoxydable : les atomes de chrome dans l'acier réagissent avec le dioxygène de l'air et forment une couche protectrice d'oxyde de chrome. La passivation ou passivité représente un état des métaux ou des alliages dans lequel leur vitesse de corrosion est notablement ralentie par la présence d'un film passif naturel ou artificiel, par rapport à ce qu'elle serait en l'absence de ce film. Dans la plupart des cas (aluminium, acier, acier inoxydable, titane…), ce film passif apparait spontanément par oxydation, parce que l'oxyde formé sur la surface est insoluble et constitue un obstacle qui ralentit les processus ultérieurs. Dans un milieu aqueux, la formation de ce film est liée à un domaine de potentiel électrochimique ainsi qu'à un domaine de pH dans lesquels l'oxyde est stable. De ce fait, on s'attache à ce que le film passif se forme à l'air avant la mise en service de la pièce.

Diagramme potentiel pH du fer. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c263d8-diagramme-potentiel-ph-du-fer

Diagramme potentiel pH du fer

Diagamme potentiel-pH (diagramme de Pourbaix) de l'élément fer à 25°C en milieu aqueux (simplifié). La stabilité du fer dans l'eau dépend : du pH, qui détermine la concentration d'ions H3O+ dans l'eau ; du potentiel électrique de la pièce en fer par rapport à la solution, qui détermine la capacité des électrons à quitter le fer. On peut ainsi tracer un diagramme potentiel-pH (E, pH), en indiquant les zones de stabilité du fer (Fe), les zones de stabilité de l'ion Fe2+ (ou « ion fer II »), les zones de stabilité de l'ion Fe3+ (ou « ion fer III ») et les zones de passivation. Il s'agit donc d'une sorte de « carte », les zones délimitées par des frontières indiquant les couples de valeurs (E, pH) pour lesquelles une espèce est stable. Ce diagramme porte le nom de diagramme de Pourbaix, et peut être tracé pour tous les métaux. Pour savoir si un matériau est adapté à un milieu, il suffit de regarder le diagramme de Pourbaix de ce matériau. Si le couple (E, pH) se situe dans une zone de stabilité, le matériau est protégé contre la corrosion généralisée.

Disque de Vanadium. Source : http://data.abuledu.org/URI/5066fe1c-disque-de-vanadium

Disque de Vanadium

Disque de Vanadium (pureté : 99,95 %) obtenu à l'aide de la fusion par faisceau d’électron, usiné par Électro-érosion, poli, puis gravé à l'acide. Taille : 35 mm de diamètre, masse : 31,5 g environ. Le vanadium est un élément chimique, de symbole V et de numéro atomique 23. C'est un métal rare, mou et ductile que l'on trouve dans certains minerais. Il est principalement utilisé dans les alliages.

Fabrication d'une brigandine. Source : http://data.abuledu.org/URI/52951b63-fabrication-d-une-brigandine

Fabrication d'une brigandine

Un membre du Groupe Tudor fabrique une brigandine (Jack of Plates). C'est l'équivalent d'un gilet pare-balles contemporain.

Fil de cuivre tressé. Source : http://data.abuledu.org/URI/5120af7c-fil-de-cuivre-tresse

Fil de cuivre tressé

Fil de cuivre tressé (excellente conductivité, métal malléable). Câble électrique : Le fil de cuivre isolé est souvent torsadé en un câble, comportant de deux à plusieurs centaines de fils. Ces câbles sont parfois munis (entourés) d'un ou plusieurs blindage faits d'une feuille d'aluminium et/ou d'une tresse de cuivre.

Fragements purs (99,9 %) de cobalt. Source : http://data.abuledu.org/URI/50788c4b-fragements-purs-99-9-de-cobalt

Fragements purs (99,9 %) de cobalt

Le cobalt est un élément chimique, de symbole Co, de numéro atomique 27 et de masse atomique 59. Il est utilisé en métallurgie (33 %) pour les superalliages (22 %) et les alliages durs (11 %). Une part importante (22 %) est utilisée dans la fabrication d'accumulateurs, secteur en pleine évolution et une autre (7 %) dans la fabrication d'aimants. Le cobalt est également utilisé dans des secteurs non-métallurgiques comme la catalyse (11 %), les pigments (9 %), les pneus, les colles, les savons... La production mondiale de cobalt en 2006 était de 55 000 tonnes8. La chimie du cobalt en solution aqueuse et la formation de complexes est particulièrement riche.

Fragments de fer. Source : http://data.abuledu.org/URI/505d848d-fragments-de-fer

Fragments de fer

Fragments purs (99,97 %+) de fer, raffinés par électrolyse, à coté d'un cube d'1 cm3 de fer de haute pureté (99,9999 % = 6N), pour comparaison.

Hachures de représentation des métaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/51a5a5d6-hachures-de-representation-des-metaux

Hachures de représentation des métaux

Hachures utilisées généralement sur les plans d'ensemble pour représenter les pièces métalliques coupées : tout métal (haut), alliages légers (alliages d'aluminium, de magnésium : milieu), alliages de cuivre (cuivre, bronze, laiton : bas).

Mines de cuivre au 16ème siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/5120b6d3-mines-de-cuivre-au-16eme-siecle

Mines de cuivre au 16ème siècle

Henri Blès, flamandisé en Henri Met de Blès (1510-1560), se fait connaître à Anvers dans le deuxième quart du XVIe siècle. En Italie, il est connu sous le nom de "il Civetta" par le fait qu'il cache dans tous ses tableaux une chouette. C'est le peintre qui introduit le paysage dans la peinture, non pas comme ornement, mais comme thème central.

Résistance des matériaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/511e718f-resistance-des-materiaux

Résistance des matériaux

Graphique de choix de matériaux par classe : résistance mécanique/masse (limite élastique spécifique Re/ρ) et prix au kilogramme. Données issues de CES Selector version 4.7.0, Granta Design Ltd. Céramiques naturelles (pierre, brique, béton), métaux ferreux (aciers, fontes), métaux non ferreux, élastomères, mousses polymères, verres, acier inox, polymères naturels (bois, cuir), polymères synthétiques, céramiques synthétiques, composites.

Scandium sublimé-dendritiques pur à 99,998%. Source : http://data.abuledu.org/URI/50788b69-scandium-sublime-dendritiques-pur-a-99-998-

Scandium sublimé-dendritiques pur à 99,998%

Le scandium est un élément chimique, de symbole Sc et de numéro atomique 21. C'est un métal de transition mou, d'aspect blanc argenté. On trouve du scandium dans quelques rares minéraux en provenance de Scandinavie. Il est classé avec l'yttrium et les lanthanides dans les terres rares.

Siège pliant. Source : http://data.abuledu.org/URI/502cd252-siege-pliant

Siège pliant

Photo de "PliChaise" par SOUVIGNET

Taille-douce 01. Source : http://data.abuledu.org/URI/5120e6c0-taille-douce-01

Taille-douce 01

Taille-douce : première étape. Des creux sont créés sur la plaque (l'échelle des creux, souvent microscopiques, n'est pas représentative sur ce dessin schématique). De par l'importance de l'usage des supports de cuivre dans la taille douce, celle-ci se confond avec la chalcographie (gravure sur cuivre), bien que cette dernière technique puisse se pratiquer, par extension, sur d'autres plaques métalliques (zinc, laiton). La grande précision de dessin permise par cette technique l'a particulièrement destinée à la fabrication des billets de banque et des timbres-poste.

Taille-douce 05. Source : http://data.abuledu.org/URI/5120e8aa-taille-douce-05

Taille-douce 05

Taille-douce, étape numéro 5. 1) Des creux sont créés sur la plaque. 2) La plaque est recouverte d'encre. 3) L'encre en excès est essuyée de la plaque, mais les rainures restent remplies. 4) Le papier est posé et pressé contre la plaque, par une presse ou un rouleau. 5) Le papier est retiré, l'encre présente dans les creux a été transférée sur le papier.

Thulium sublimé pur à 99,99%. Source : http://data.abuledu.org/URI/505a2f33-thulium-sublime-pur-a-99-99-

Thulium sublimé pur à 99,99%

Thulium sublimé sous une forme dendritique pur à 99,99 % (Tm/TREM) placé à côté d'un cube d'un centimètre d'arête de thulium (99,9 %) refondu à l'arc.

Toit en cuivre de la Madeleine à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/5120b124-toit-en-cuivre-de-la-madeleine-a-paris

Toit en cuivre de la Madeleine à Paris

Paris 8e arrondissement, église de la Madeleine vue de la tour Eiffel, avec son toit en cuivre, qui prend une teinte verte caractéristique après quelques années d'oxydation.

Toiture d'église en zinc en Pologne. Source : http://data.abuledu.org/URI/5131abed-toiture-d-eglise-en-zinc-en-pologne

Toiture d'église en zinc en Pologne

Détail du toit en zinc de l'église polonaise Ste Catherine de Toruń, ville de naissance de Nicolas Copernic (1473-1543).

Trois barres de vanadium cristallisé pur à 99,9 %. Source : http://data.abuledu.org/URI/50796d6b-trois-barres-de-vanadium-cristallise-pur-a-99-9-

Trois barres de vanadium cristallisé pur à 99,9 %

Le vanadium est un élément chimique, de symbole V et de numéro atomique 23. C'est un métal rare, dur et ductile que l'on trouve dans certains minerais. Il est principalement utilisé dans les alliages.

Tube en cuivre. Source : http://data.abuledu.org/URI/5120ae57-tube-en-cuivre

Tube en cuivre

Tube en cuivre sectionné. Ce sont des tubes faits spécialement en cuivre pour avoir des caractéristiques élevées de conductibilité thermique et électrique. Ils sont de dimensions moyennes-petites et pour leurs caractéristiques, sont d’un emploi fréquent dans les installations thermo-sanitaires, dans le chauffage et dans le transport de gaz ou de combustibles. Dans le commerce, on trouve ces tubes sous diverses formes : barre en cuivre écroui droite (longueur de 3 à 6 m) ; en couronne de cuivre recuit ; en couronne de cuivre recuit revêtu d’une gaine plastique.

Une demie-barre de Ruthénium. Source : http://data.abuledu.org/URI/505ca1c5-une-demie-barre-de-ruthenium

Une demie-barre de Ruthénium

Une demie-barre de Ruthénium très pur (99,99 %), obtenue par un procédé de fusion par faisceau d'électrons. Taille : 40 × 15 × 10 mm, poids : 44 g environ. Le ruthénium est un élément chimique, de symbole Ru et de numéro atomique 44, qui fait partie des métaux du groupe du platine (dits métaux de transition).

Billot. Source : http://data.abuledu.org/URI/51b0a36b-billot

Billot

Il désigne, dans un grand nombre de métiers, la masse de bois ou de fer à hauteur d’appui sur laquelle on exécute un ouvrage.

Chalumeau. Source : http://data.abuledu.org/URI/51b0a704-chalumeau

Chalumeau

Un chalumeau est un outil servant à faire une découpe ou soudure thermique de pièces de métal en brûlant un gaz.

Chignole. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c44753-chignole

Chignole

Une chignole, ou perceuse, est un outil utilisé pour faire des trous dans des matériaux divers : ciment, bois, métaux, etc. De nos jours, le mot « chignole » fait référence à la version manuelle, celui de « perceuse » désignant la version électrique. Son nom vient du latin ciconia : cigogne.

Deux pinces et une chaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/53a9ad92-deux-pinces-et-une-chaine

Deux pinces et une chaine

Deux pinces et une chaîne.

Deux pinces et une chaine - 2. Source : http://data.abuledu.org/URI/53a9ae4a-deux-pinces-et-une-chaine-2

Deux pinces et une chaine - 2

Deux pinces et une chaîne.

Drille. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c44a73-drille

Drille

Sorte de chignole manuelle, réservée au perçage fin en horlogerie et bijouterie.

Effets de pollutions sur la santé humaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/5200cb1a-effets-de-pollutions-sur-la-sante-humaine

Effets de pollutions sur la santé humaine

Effets de pollutions (eau, air, sol) sur la santé humaine. Traduction en français Christophe Catarina.

Enclume. Source : http://data.abuledu.org/URI/515d9b85-enclume

Enclume

Masse de fer, ordinairement portée par un bloc de bois, sur laquelle on bat le fer, l’argent et les autres métaux, pour leur donner une certaine forme, ou pour les écrouir.

Étau. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c45b70-etau

Étau

Un étau est un dispositif mécanique qui permet la « mise en position » et le « maintien en position » (serrage) d'une pièce.

Les états de la matière. Source : http://data.abuledu.org/URI/50a29977-les-etats-de-la-matiere

Les états de la matière

Graphique des relation des états de la matière légendé en français : enthalpie d'un système. Les quatre états : plasma, gaz, liquide, solide. Les transformations : solidification / fusion ; sublimation / condensation ; ionisation / désionisation ; liquéfaction / vaporisation.

Marteleur de métal. Source : http://data.abuledu.org/URI/47f53573-marteleur-de-metal

Marteleur de métal

Gravure extraite du livre des métiers de Jost Amman, 1568, représentant un marteleur de métal, marteau à la main en train de travailler des casques.

Matriçage d'une pièce de métal. Source : http://data.abuledu.org/URI/51212450-matricage-d-une-piece-de-metal-etape-1

Matriçage d'une pièce de métal

Matriçage d'une pièce de métal. Traduction en français Cyrille Largillier. La forge par matriçage consiste à former par déformation plastique après chauffage des pièces brutes réalisées en alliages non ferreux tels que les alliages d'aluminium, de cuivre, de titane, de nickel, etc. Le matriçage est une opération de forge effectuée à l'aide d'outillage appelés des matrices (demi-matrice supérieure et demi-matrice inférieure). Les matrices portent en creux la forme de la pièce.

Matriçage d'une pièce de métal. Source : http://data.abuledu.org/URI/51212654-matricage-d-une-piece-de-metal

Matriçage d'une pièce de métal

Matriçage d'une pièce de métal. Traduction en français Cyrille Largillier.

Matriçage de sécateurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/512127a8-matricage-de-secateurs

Matriçage de sécateurs

Forges de Pesmes, empreintes d'outillages pour forgeage - Pesmes - Haute-Sâone. Le forgeage est l'ensemble des techniques permettant d'obtenir une pièce mécanique en appliquant une force importante sur une barre de métal, à froid ou à chaud, afin de la contraindre à épouser la forme voulue. Le forgeage implique un dispositif de frappe (marteau, masse, martinet ou marteau-pilon) et un support (enclume ou matrice). Un sécateur est un outil d' agriculteur pour les opérations de taille. C'est une sorte de paire de ciseaux robuste qui permet de couper de petites branches pour tailler les arbustes par l'action d'une seule main. Il fut inventé par Antoine François Bertrand de Molleville (1744-1818), ancien ministre de Louis XVI, exilé par la Révolution. Lors du retour des Bourbons, il revint en France en 1815 avec son invention. Les sécateurs sont formés de deux poignées mobiles reliées entre elles par un axe et prolongées l'une par une lame et l'autre par une contre-lame. Le ressort du sécateur permet d'écarter la mâchoire de la lame coupante lorsqu'on n'appuie pas sur les poignées.

Matrices pour cloches. Source : http://data.abuledu.org/URI/5120d3b3-matrices-pour-cloches

Matrices pour cloches

Fonderie de cloches Cornille-Havard à Villedieu-les-Poêles (Manche, Normandie). Moules utilisés pour la décoration des cloches : trois anciens en bois à droite, trois modernes à gauche.

Modèle en bois pour moulage au sable. Source : http://data.abuledu.org/URI/532ee474-modele-en-bois-pour-moulage-au-sable

Modèle en bois pour moulage au sable

Modèle en bois, résine, ou alliages métalliques monté sur plaques-modèle : coupé en deux et chaque partie est fixée sur une plaque comportant des dispositifs de positionnement. Ce type de modèle s'utilise avec des châssis, comportant les mêmes dispositifs de positionnement, destinés à contenir le sable et à le maintenir lors des manipulations du moule et de la coulée (sable noir). Les entraxes des châssis et des plaques-modèle ne sont pas normalisés, chaque fonderie ayant ses propres standards.

Moule au sable. Source : http://data.abuledu.org/URI/532ee393-moule-au-sable

Moule au sable

Dessus et dessous de moule au sable. Le moulage en sable utilise un matériau réfractaire et qui se présente sous la forme de petits grains ; on peut donc lui donner la forme que l'on veut, et figer cette forme avec un additif. Cela en fait un matériau de choix pour la conception de moules ; cependant, c'est un moule à usage unique, mais que l'on peut fabriquer facilement de manière répétée. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Moulage_en_sable.

Moule de cloche. Source : http://data.abuledu.org/URI/532ee284-moule-de-cloche

Moule de cloche

Fonderie de cloches Cornille-Havard à Villedieu-les-Poêles (Manche, Normandie). Les briques du noyau sont recouvertes de plusieurs couches de "terre" (argile, poils de chèvre et crottin de cheval) lissées avec le gabarit interne. Gabarits en laiton.

Moule de fers à repasser. Source : http://data.abuledu.org/URI/5120d685-moule-de-fers-a-repasser

Moule de fers à repasser

Ancien moule de fers à repasser les vêtements, musée du "Black Country" (pays du charbon) à Dudley, en Angleterre.

Ouvrier réparant une pompe à vapeur en 1920. Source : http://data.abuledu.org/URI/56c884fc-ouvrier-reparant-une-pompe-a-vapeur-en-1920

Ouvrier réparant une pompe à vapeur en 1920

Mécanicien de centrale électrique travaillant sur une pompe à vapeur, un des "Work portraits" (portraits du travail) montrant un ouvrier américain sur son lieu de travail. Le sujet, situé dans un environement industriel, est un jeune homme avec une clé plate, dans une pose très travaillée : il est courbé, et entouré par la machinerie qui définit son travail. Mais bien qu'intégré dans la machinerie, l'homme force sur elle, les muscles tendus, avec un air déterminé, dans une représentation canonique de la masculinité.

Passage au détecteur de métaux en aéroport. Source : http://data.abuledu.org/URI/5373bf99-passage-au-detecteur-de-metaux-en-aeroport

Passage au détecteur de métaux en aéroport

Passage au détecteur de métaux à l'aéroport de Berlin.

Pince coupante. Source : http://data.abuledu.org/URI/53a9acfd-pince-coupante

Pince coupante

Pince coupante avec échelle en centimètres.

Pince pliante. Source : http://data.abuledu.org/URI/53a9af5a-pince-pliante

Pince pliante

Pince pliante de fil en argent. Mauro Cateb, bijoutier brésilien.

Pince universelle. Source : http://data.abuledu.org/URI/53a9ac11-pince-universelle

Pince universelle

Pince universelle.

Pinces et outils suspendus. Source : http://data.abuledu.org/URI/53a9b000-pinces-et-outils-suspendus

Pinces et outils suspendus

Pinces et outils suspendus.

Poignard. Source : http://data.abuledu.org/URI/517fc642-poignard

Poignard

Un poignard est une arme blanche courte (en moyenne 20 centimètres) à double tranchant, utilisé notamment comme arme de jet.

Presse à emboutir. Source : http://data.abuledu.org/URI/5120cd16-presse-a-emboutir

Presse à emboutir

Presse à emboutir (en gris) pour fabriquer des baignoires (en bleu). L’emboutissage est une technique de fabrication permettant d’obtenir, à partir d’une feuille de tôle plane et mince, un objet dont la forme n’est pas développable. La température de déformation se situe entre le tiers et la moitié de la température de fusion du matériau. L’emboutissage est un procédé de fabrication très utilisé dans l’industrie automobile, dans l’électroménager, etc. L’emboutissage se pratique à l’aide de presses à emboutir de forte puissance munies d’outillages spéciaux qui comportent, dans le principe, trois pièces : 1) une matrice, en creux, épouse la forme extérieure de la pièce ; 2) un poinçon, en relief, épouse sa forme intérieure en réservant l’épaisseur de la tôle ; 3) un serre-flan entoure le poinçon, s’applique contre le pourtour de la matrice et sert à coincer la tôle pendant l’application du poinçon.

Quatre étapes d'emboutissage d'une plaque métallique. Source : http://data.abuledu.org/URI/51212acf-quatre-etapes-d-emboutissage-d-une-plaque-metallique

Quatre étapes d'emboutissage d'une plaque métallique

Quatre étapes d'emboutissage d'une plaque métallique. Source : Ratigan, Emboutissage. Phase 1 : Le poincon et le serre-flan sont relevés, la tôle est posée sur la matrice. Phase 2 : Le serre-flan descend et vient serrer le pourtour de la tôle sur la matrice. Phase 3 : La tôle étant maintenue (avec glissement possible entre le serre-flan et la matrice), le poinçon est abaissé et vient plaquer la tôle, en la déformant, contre le fond de la matrice. Phase 4 : On relève le poinçon et le serre-flan ; la pièce reste formée au fond de la matrice. Il ne reste qu'à la sortir et la détourer.

Quatre types de pinces. Source : http://data.abuledu.org/URI/53a9ac7d-quatre-types-de-pinces

Quatre types de pinces

Quatre types de pinces.