Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Zoologie | Gravure | Animaux -- Dans l'art | Wenceslas Hollar (1607–1677) | Photographie | Renaissance | Seizième siècle | Dessins et plans | Bois (zoologie) | Conrad Gesner (1516-1565) | Cervidés | Astérides | Broutage (zoologie) | Biologie animale | Vaches | Étoiles de mer | Hérons | Éléphants | Singes | Ânes | ...
Animal théorique. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d32073-animal-theorique

Animal théorique

Reprise et mise en couleur de l' "Animal théorique" ; D, appareil digestif ; R, appareil respiratoire ; E, appareil excréteur ; C, appareil circulatoire ; N appareil nerveux. Source : figure 24 du cours de zoologie de Paul Bert (1833-1886), Leçons de zoologie" 1881 ; Éditeur : G. Masson (Paris). Proposé au XIXe siècle comme modèle fictif et pédagogique présentant les systèmes associés qui caractérisent selon lui l'organisme animal. Les flèches désignent les flux de nutriments, d'oxygène, d'excréments et/ou d'excretas.

Cheval en train de brouter une haie. Source : http://data.abuledu.org/URI/514780b8-cheval-en-train-de-brouter-une-haie

Cheval en train de brouter une haie

Cheval en train de brouter une haie. Les chevaux préfèrent manger de petites quantités de nourriture de façon régulière tout au long de la journée. Cela n'est pas toujours compatible avec la vie dans les écuries, ni avec les plannings des humains, qui favorisent le nourrissage deux fois par jour. Le système digestif du cheval est délicat. Il est incapable de régurgiter sa nourriture, sauf depuis l’œsophage. Aussi, en cas d’excès de nourriture ou d’empoisonnement, vomir n’est pas possible pour lui. En outre, son côlon est particulièrement long et complexe, l'équilibre de la flore intestinale dans le cæcum peut être facilement bouleversé par des changements rapides d’alimentation. Ces facteurs le rendent sujet à des coliques, qui s’avèrent être la première cause de mortalité chevaline80. Ils requièrent une nourriture propre et de grande qualité, fournie à intervalles réguliers, et peuvent tomber malades lorsqu’ils subissent un brusque changement de régime alimentaire. Les chevaux sont également sensibles aux moisissures et aux toxines. Pour cette raison, ils ne doivent jamais être nourris par des matières fermentables contaminées, comme la tonte de gazon.

Chouettes et faucons. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2f3b4-chouettes-et-faucons

Chouettes et faucons

Chouettes et faucons, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Couple de lézards. Source : http://data.abuledu.org/URI/5339ac03-couple-de-lezards

Couple de lézards

Couple de lézards (Lampropholis guichenoti) au soleil en Australie.

Dessin de chouette. Source : http://data.abuledu.org/URI/5072a8b9-dessin-de-chouette

Dessin de chouette

Dessin de chouette de Gessner (1555) : Son ouvrage le plus célèbre est son Historia animalium, qu'il commence à publier en 1551. Le dernier volume, posthume, paraîtra 22 ans après sa mort. Il s'agit certainement du plus important ouvrage de zoologie qui fut jamais publié, c'est pour cette raison qu'il fut surnommé le « Pline suisse ». Dans cette Histoire des animaux, œuvre immense de 3 500 pages, chaque espèce est décrite suivant huit chapitres. Gessner donne son nom dans différentes langues (vivantes ou mortes), son habitat et son origine ainsi que sa description anatomique, sa physiologie, les qualités de son âme, les divers usages que l'on peut en tirer, son intérêt alimentaire et médicale, ainsi que son utilisation par les poètes et les philosophes...

Dessin de licorne. Source : http://data.abuledu.org/URI/5072a7a9-dessin-de-licorne

Dessin de licorne

Naturaliste suisse anobli par l'empereur Ferdinand Ier et, en 1557, est nommé professeur de philosophie naturelle à Zurich. Il fait de nombreux voyages naturalistes et est l'un des premiers à s'intéresser à la flore et aux minéraux alpins. On le considère parfois comme l'un des initiateurs de l'alpinisme. Ses œuvres montrent l'étendue de ses connaissances et de ses centres d'intérêts. Il écrit sur la linguistique, la philologie, la pharmacopée et la médecine, la bibliographie, la minéralogie, la zoologie (Ichtyologie en particulier) et la botanique.

Dessin de rhinocéros. Source : http://data.abuledu.org/URI/5072a9c1-dessin-de-rhinoceros

Dessin de rhinocéros

Copie par Conrad Gesner (Historia animalium), du dessin de rhinocéros d'Albert Dürer. Ses descriptions zoologiques (ou botaniques) sont complétées aussi souvent que possible par des illustrations. Celles-ci constituent peut-être l'aspect le plus original de son œuvre. Elles jouent un rôle fondamental dans la reconnaissance des espèces citées. Il rassemble 1 500 gravures, la plupart originales et signées par Lukas Schan, les autres proviennent surtout de l'œuvre de Leonhart Fuchs.

Étoile de mer commune. Source : http://data.abuledu.org/URI/5148969c-etoile-de-mer-commune

Étoile de mer commune

Étoile de mer commune (Asterias rubens). Les étoiles de mer (Asteroidea) forment une classe d'échinodermes. On dénombre au moins 1 500 espèces réparties dans plus de 30 familles vivant dans tous les océans. Elles ont généralement 5 bras, mais peuvent en avoir plus. Celles-ci ont une espérance de vie d'environ 4 à 5 années. Elles sont un symbole maritime important. L'espèce la plus répandue et la plus étudiée est l'étoile de mer commune. Certaines espèces ont la possibilité de se régénérer, c'est-à-dire la capacité de faire repousser un ou plusieurs de leurs bras si elles en sont détachées. Un bras perdu peut être régénéré en moins d'un mois. Elle se nourrit grâce à son orifice buccal, situé sur sa face ventrale et composé de cinq « dents ». Ses pièces buccales sont d'ailleurs un élément qui sert pour sa classification. L'étoile de mer est principalement un prédateur, mais quelques espèces sont filtreurs. Son régime alimentaire est principalement constitué de proies immobiles ou se déplaçant lentement.

Hérons au bord de l'étang. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2f4ad-herons-au-bord-de-l-etang

Hérons au bord de l'étang

Hérons au bord de l'étang, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

L'aigle et les oiseaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2eed8-l-aigle-et-les-oiseaux

L'aigle et les oiseaux

L'aigle et les oiseaux, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

L'âne. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2ee32-l-ane

L'âne

L'âne, d'après Bassano, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

L'éléphant, le chameau et les singes. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2eff4-l-elephant-le-chameau-et-les-singes

L'éléphant, le chameau et les singes

L'éléphant, le chameau et les singes, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

L'éléphant, le singe et les fleurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2f1bd-l-elephant-le-singe-et-les-fleurs

L'éléphant, le singe et les fleurs

L'éléphant, le singe et les fleurs, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Le basilic et la belette. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2f711-le-basilic-et-la-belette

Le basilic et la belette

Le basilic et la belette, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Le lièvre tapi. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2ed8e-le-lievre-tapi

Le lièvre tapi

Le lièvre tapi, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Le pigeonnier. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2ef4c-le-pigeonnier

Le pigeonnier

Le pigeonnier, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Le sanglier et le mastiff. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2eaa5-le-sanglier-et-le-mastiff

Le sanglier et le mastiff

Le sanglier (Sus scrofa) et le mastiff, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Le taureau et le troupeau de vaches. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2eb3e-le-taureau-et-le-troupeau-de-vaches

Le taureau et le troupeau de vaches

Le taureau et le troupeau de vaches, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Les deux ânes et les cochons. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2f67f-les-deux-anes-et-les-cochons

Les deux ânes et les cochons

Les deux ânes et les cochons, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Les deux autruches et les oiseaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2f7a9-les-deux-autruches-et-les-oiseaux

Les deux autruches et les oiseaux

Les deux autruches et les oiseaux, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Les deux cygnes. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2f810-les-deux-cygnes

Les deux cygnes

Les deux cygnes, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Les deux oies caquetant. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2f29c-les-deux-oies-caquetant

Les deux oies caquetant

Les deux oies caquetant au bord du ruisseau, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Les quatre hérons. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2f42e-les-quatre-herons

Les quatre hérons

Les quatre hérons, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Lions et lionne d'après Rubens. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2f230-lions-et-lionne-d-apres-rubens

Lions et lionne d'après Rubens

Lions et lionne d'après Rubens, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Mangouste. Source : http://data.abuledu.org/URI/56865ae1-mangouste

Mangouste

Mangouste rouge (Galerella sanguinea) au zoo de Prague, République tchèque.

Mille-pattes géant africain. Source : http://data.abuledu.org/URI/588cc37b-mille-pattes-geant-africain

Mille-pattes géant africain

Mille-pattes (Archispirostreptus gigas).

Outardes. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2ebe1-outardes

Outardes

Outardes au sol et en vol, par Wenceslas Hollar (1607–1677).

Poney en train de boire. Source : http://data.abuledu.org/URI/51478204-poney-en-train-de-boire

Poney en train de boire

Poney de la race "New Forest" buvant.

Poule domestique Brahma. Source : http://data.abuledu.org/URI/54fe86db-poule-domestique-brahma

Poule domestique Brahma

Brahma blanc herminé noir photographié au Parc de Sainte Croix, Rhodes (Moselle). La Brahma est une volaille très rustique, docile, facile à élever, s'adaptant bien à tous les climats. C'est une grosse mangeuse peu habile à chercher seule sa nourriture, elle s'habitue donc bien à la claustration. Volaille géante d'origine asiatique, créée aux États-Unis à partir de Cochin auquel du sang de combattant Malais a été ajouté donnant cette « tête de rapace » caractéristique. Elle fut importée en Europe occidentale vers 1850. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Brahma_%28race_de_poule%29

Regnum Animale de Linné (1735). Source : http://data.abuledu.org/URI/56ca36a4-regnum-animale-de-linne-1735-

Regnum Animale de Linné (1735)

Tableau du Règne Animal dans la première édition (1735) du Systema Naturae de Linné.

Schéma d'une étoile de mer. Source : http://data.abuledu.org/URI/514894fc-schema-d-une-etoile-de-mer

Schéma d'une étoile de mer

Schéma non légendé d'une étoile de mer (Asterias rubens) : 1-Estomac pylorique, 2-Anus, 3-Glande rectale, 4-Canal hydrophore, 5-Madréporite, 6-Canal pylorique, 7-Cæcum pylorique, 8-Estomac cardiaque, 9-Gonade, 10-Osselets ambulacraires, 11-Ampoules. L'intérieur de l'étoile de mer est constitué au bas de chaque bras par un canal radiaire (prenant forme du canal circulaire) s'étendant sur tout son long et bordé par des canaux latéraux reliés par des ampoules ambulacraires. Le canal radiaire est recouvert par des osselets, mais les ampoules ambulacraires sont à découvert dans la cavité cœlomique (chaque ampoule est la racine des pieds ambulacraires présents à l'extérieur). D'une certaine manière, elles sont leur système hydraulique personnel. Deux enveloppes de gonades sont présentes, en plus ou moins grande quantité selon la saison, de chaque côté d'un bras. Au plus haut du bras on retrouve deux ceca pyloriques, au-dessus des gonades, reliés tous deux en leur centre à l'estomac pylorique pentagonal par leur conduit pylorique. De cet estomac, sort le contenu organique dans le court intestin, vers l'anus. L'intestin est relié en son centre par deux canaux reliés eux-mêmes à un ceca rectal, dont la fonction est toujours floue. Sous l'estomac pylorique se retrouve aussitôt rattaché, l'estomac cardiaque. Celui-ci est rattaché par des ligaments gastriques aux sillons ambulacraires afin de prévenir un trop grand mouvement dans le cœlome.

Stigmates de chenille. Source : http://data.abuledu.org/URI/55322633-stigmates-de-chenille

Stigmates de chenille

Stigmates de chenille d'Actias selene, espèce de papillons de la famille des Saturniidae, dont le nom vernaculaire est papillon lune indien (ou chinois). En zoologie, les stigmates sont les orifices communiquant avec le système respiratoire.

Biche et deux faons. Source : http://data.abuledu.org/URI/50fa6e4e-biche-et-deux-faons

Biche et deux faons

Biche et ses deux faons (cerf de Virginie, Odocoileus virginianus) broutant un arbre. Certains herbivores consomment volontiers les feuillages de diverses essences, mais les arbres ainsi « attaqués » peuvent se défendre en produisant des tanins amers qui rendent leurs feuillages moins appétents.

Cerf. Source : http://data.abuledu.org/URI/50f561ab-cerf

Cerf

Le cerf élaphe (Cervus elaphus) est un grand cervidé des forêts tempérées d'Europe, d'Afrique du Nord et d'Asie. C'est l'un des représentants les plus connus de cette famille de mammifères. La femelle est la biche et le petit, jusqu'à l'âge de 6 mois, le faon. Ensuite, de 6 mois à 1 an, on l'appelle « bichette » si c'est une femelle et « hère » s'il s'agit d'un mâle. De 1 an à 2 ans, le jeune mâle est appelé « daguet ».

Cerf élaphe. Source : http://data.abuledu.org/URI/582cc008-cerf-elaphe

Cerf élaphe

Cerf élaphe (cervus elaphus).

Élan européen. Source : http://data.abuledu.org/URI/516d68ca-elan-europeen

Élan européen

Alces est un genre de mammifères appelés orignaux ou élans au sein de la francophonie. Ces animaux sont les plus grands des cervidés actuels. L’origine du nom « orignal » vient du mot basque oreinak, pluriel d’orein, qui signifie « les cervidés » ou « les rennes » ou « les caribous ». Samuel de Champlain le nommait orignac car aux premières années des colonies, les premiers colons français l’auraient appris des Basques qui venaient régulièrement pêcher la morue et la baleine sur les côtes du Labrador et les abords du fleuve Saint-Laurent. Le mot « élan » dériverait du lituanien. La domestication d'élans semble ancienne. Les Iakoutes de Sibérie l’ont utilisé comme animal de trait et comme monture. Cet usage a plus tard été interdit en Russie, car des malfaiteurs montant des élans distançaient les chevaux de la police. L’élan a aussi servi à tirer de lourdes charges sur des terrains difficiles où le cheval s’enfonçait. Il a été domestiqué, mais non élevé en troupeau. Ses bois sont larges et en partie plats. Au mois de novembre, le cervidé perd sa parure. De longues pattes et un long cou lui permettent de brouter les ligneux, qui composent 50 % de son alimentation en été et 80 % en hiver, ainsi que de se déplacer facilement dans l’eau et dans les mégaphorbiaies en enjambant troncs renversés et ronciers.

La vache. Source : http://data.abuledu.org/URI/516dbce1-la-vache

La vache

La vache, 1885, par Camille Pissarro (1830-1903), lithographie.