Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Dessins et plans | Solides | Géométrie | Polyèdres | Liquides | Platon (0427?-0348? av. J.-C.) | Physique | Surfaces (mathématiques) -- Volumes | Mouillage (chimie des surfaces) | Gouttes | Gaz | Octaèdres | Hexaèdres | Tétraèdres | Gouttes -- Dimensions | Chimie | Lingots | Solides moléculaires | Structure cristalline (solides) | Molécules -- Modèles | ...
Angle de mouillage entre liquide et solide. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cdb01c-angle-de-mouillage-entre-liquide-et-solide

Angle de mouillage entre liquide et solide

Légende : SL = Solide-Liquide, LG = Tension de surface Liquide-Gaz, SG = Solide-Gaz (Vapeur) : l'angle de raccordement d'un liquide sur un solide est l'angle formé par la surface du solide avec la tangente à une goutte du liquide déposée sur ce solide passant par le bord de la goutte. La forme de la goutte est déterminée par la mouillage. L'angle de raccordement n'est pas limité à un solide et un liquide. Ça pourrait être également un interface entre deux liquides ou deux vapeurs. Il est donné par la loi de Young-Dupré.

Cinq formes de tentes. Source : http://data.abuledu.org/URI/51fc189a-cinq-formes-de-tentes

Cinq formes de tentes

Cinq formes de tentes légères : 1. géodésique, 2. dome, 3. tunnel, 4. crête, 5. pyramide. les tentes gonflables : la membrane est conçue pour se tendre sous l'action d'un gaz, celui-ci exerce une pression qui lui donne sa forme. Il s'agit ensuite de lester et de haubaner l'ensemble pour garantir une résistance optimale. Les formes obtenues sont généralement des solides gaussiens facilement concevables avec les logiciels de mise en forme 3D.

Formes d'une goutte. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cda85c-formes-d-une-goutte

Formes d'une goutte

Illustration de la longueur capillaire d'une goutte posée sur un liquide, sphérique ou aplatie selon sa taille, comparée à sa longueur capillaire. Il existe une très grande diversité de forme de goutte (sphérique, en larme, etc.). Ce sont les forces en présence (poids, tension de surface, inertie pour une goutte en mouvement) qui en déterminent la forme. Une goutte statique sur un solide peut être décrite de la même manière qu’une goutte dans l’air. Ainsi, si elle est suffisamment petite, la seule force qui détermine sa forme est la tension de surface. Par contre, l’angle de contact avec lequel la goutte repose sur le solide dépend des conditions de mouillage. Cet angle de contact et les conditions de mouillage sont décrits thermodynamiquement par le modèle de Young qui met en relation les tensions de surface et l'angle de contact à l’équilibre ( heta_mathrm{C}) du système goutte-substrat. L’angle de contact à l'équilibre en soi est physiquement difficile à mesurer. Une façon d'acquérir l'angle de contact à l'équilibre, est à travers sa relation (son lien) avec les angles de contact avançant ( heta_mathrm{A}) et reculant ( heta_mathrm{R}) qui quant à eux peuvent être mesurés facilement. Au final, la goutte aura donc une forme de calotte sphérique.

Groupe de symétrie du tétraèdre régulier. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c484f8-groupe-de-symetrie-du-tetraedre-regulier

Groupe de symétrie du tétraèdre régulier

Un tétraèdre régulier peut être placé dans 12 positions distinctes par une seule rotation. Celles-ci sont illustrées dans le format d'un graphe de cycles avec des rotations à 180° par rapport à une arête (flèches bleues) et à 120° par rapport à un sommet (flèches rouges) qui permutent le tétraèdre dans toutes les positions. Les 12 rotations forment le groupe (de symétrie) de rotation de la figure.

Hexaèdre. Source : http://data.abuledu.org/URI/51844ad7-hexaedre

Hexaèdre

Un des cinq Solides de Platon : l'hexaèdre (8 sommets, 12 arêtes, 6 faces). En géométrie euclidienne, un solide de Platon est un polyèdre régulier et convexe.

Hexaèdre régulier, le cube. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c479fc-hexaedre-regulier-le-cube

Hexaèdre régulier, le cube

En géométrie des solides, un hexaèdre est un polyèdre à six faces. Il existe un hexaèdre régulier : le cube. Le terme hexaèdre vient du grec heksaedros et du bas latin hexahedrum, ce qui justifie la présence de la lettre h dans la traduction anglaise "hexahedron".

Icosaèdre. Source : http://data.abuledu.org/URI/51844c68-icosaedre

Icosaèdre

Un des cinq Solides de Platon : l'isocaèdre (12 sommets, 30 arêtes, 20 faces). En géométrie euclidienne, un solide de Platon est un polyèdre régulier et convexe.

Les quatre états de la matière. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cd996c-les-quatre-etats-de-la-matiere

Les quatre états de la matière

Graphique des relations des quatre états de la matière, terminologie des changements d'état. En thermodynamique, un changement d'état est une transition de phase lors du passage d'un état de la matière à un autre. Les trois principaux états de la matière sont : solide, liquide, gaz. On distingue également un quatrième état, celui de plasma. La thermodynamique attribue un terme spécifique à chaque changement d'état. Les paramètres fixant le changement d'état d'un corps pur sont la pression et la température. À pression atmosphérique, l'eau est solide pour une température inférieure à 0 °C, liquide pour une température comprise entre 0 °C et 100 °C, et à l'état de gaz pour des températures supérieures. À pression plus faible, le changement d'état se produit pour des températures plus basses. Ainsi, l'eau bout à une température inférieure à 100 °C en montagne car la pression diminue avec l'altitude.

Molécules d'un solide, d'un liquide et d'un gas. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cd9db0-molecules-d-un-solide-d-un-liquide-et-d-un-gas

Molécules d'un solide, d'un liquide et d'un gas

Molécules à l'état solide, liquide et gazeux. Diagramme montrant comment sont configurés les molécules et les atomes pour les différents états de la matière.

Octaèdre régulier. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c47afc-octaedre-regulier

Octaèdre régulier

En géométrie, un octaèdre (du grec oktô, huit et hedra, face) est un polyèdre à huit faces. Certains octaèdres satisfont des conditions de symétrie ou de régularité des faces, notamment l'octaèdre régulier. Un octaèdre dont toutes les faces sont triangulaires, possède alors douze arêtes et six sommets.

Organisation des molécules des trois états de la matière. Source : http://data.abuledu.org/URI/50a2a076-organisation-des-molecules-des-trois-etats-de-la-matiere

Organisation des molécules des trois états de la matière

Molécules à l'état solide, liquide et gazeux : la phase liquide est un état de la matière. Sous cette forme, la matière est facilement déformable mais difficilement compressible. Le liquide est une forme de fluide : les molécules sont faiblement liées, ce qui rend les liquides parfaitement déformables. Mais, à l'inverse du gaz, elles sont tout de même liées : une molécule ne peut s'éloigner beaucoup d'une autre, ce qui fait que la matière liquide a une cohésion que ne possède pas le gaz et, comme dans les solides, les molécules sont très proches les unes des autres, ce qui rend doncles liquides difficilement compressibles.

Tension superficielle de gouttes. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cda69f-tension-superficielle-de-gouttes

Tension superficielle de gouttes

Gouttes de trois liquides en contact avec une surface : tension superficielle et mouillage. Dans le cas où l'une des phases est solide (jaune), ce phénomène s'appelle mouillage et on appelle angle de contact l'angle entre l'interface fluide/fluide et la surface solide. Cet angle de contact est donné par la Loi de Young-Dupré. La qualité du mouillage d'un liquide sur un solide est le degré d'étalement du liquide sur ce solide. On parle de mouillage total lorsque le liquide s'étale totalement, et de mouillage partiel lorsque le liquide forme une goutte sur le solide. Le type de mouillage (total ou partiel) est déterminé par le signe du coefficient d'étalement.

Tétraèdre. Source : http://data.abuledu.org/URI/51844a0a-tetraedre

Tétraèdre

Un des cinq Solides de Platon : le tétraèdre (4 sommets, 6 arêtes, 4 faces). En géométrie euclidienne, un solide de Platon est un polyèdre régulier et convexe.

Tore aplati en carré. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c4aa14-tore-aplati-en-carre

Tore aplati en carré

Construction du tore par recollement des côtés opposés d'un carré. On obtient une variété plate. Un tore est un solide géométrique représentant un tube courbé refermé sur lui-même. Le terme « tore » comporte différentes acceptions plus spécifiques selon le contexte : En ingénierie ou en géométrie élémentaire, un tore désigne un solide de révolution de l'espace obtenu à partir d'un cercle, ou bien sa surface. Une chambre à air, une bouée, certains joints toriques d'étanchéité ou encore un beignet (donut nord-américain) ont ainsi une forme plus ou moins torique.

Trapézoèdre décagonal. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c483ce-trapezoedre-decagonal

Trapézoèdre décagonal

Trapézoèdre décagonal.

Trapézoèdre hexagonal. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c482ad-trapezoedre-hexagonal

Trapézoèdre hexagonal

Trapézoèdre hexagonal. La partie n-gonale du nom ne fait pas référence aux faces mais à l'arrangement des sommets autour d'un axe de symétrie. L'antiprisme dual n-gonal possède deux faces n-gonales. Un trapézoèdre n-gonal peut être décomposé en deux pyramides n-gonales égales et un antiprisme n-gonal.

Trapézoèdre octagonal. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c48317-trapezoedre-octagonal

Trapézoèdre octagonal

Trapézoèdre octogonal.

Trapézoèdre pentagonal. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c47d1d-trapezoedre-pentagonal

Trapézoèdre pentagonal

Trapézoèdre pentagonal : 10 faces en cerf-volant - dual : antiprisme pentagonal. Le trapézoèdre pentagonal est le premier solide différent des solides de Platon utilisé comme un dé dans les jeux de rôle tels que Donjons et Dragons. Ayant 10 côtés, il peut être utilisé en répétition pour générer n'importe quelle probabilité discrète désirée de base décimale.

Trapézoèdre tétragonal. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c47bf9-trapezoedre-tetragonal

Trapézoèdre tétragonal

En géométrie, un octaèdre (du grec oktô, huit et hedra, face) est un polyèdre à huit faces. Certains octaèdres satisfont des conditions de symétrie ou de régularité des faces, par exemple le trapézoèdre tétragonal. Le nom trapézoèdre est trompeur puisque les faces ne sont pas des trapèzes. Le trapézoèdre ou antidiamant ou deltoèdre n-gonal est le polyèdre dual d'un antiprisme n-gonal régulier. Ses 2n faces sont des deltoïdes congrus (ou cerfs-volants). Les faces sont décalées symétriquement.

Les solides d'Einstein. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b2537e-les-solides-d-einstein-

Les solides d'Einstein

Schéma des solides d'Einstein : en physique statistique et en physique du solide, le modèle d’Einstein est un modèle permettant de décrire la contribution des vibrations du réseau à la capacité calorifique d’un solide cristallin.

Structure cristalline d'un lingot. Source : http://data.abuledu.org/URI/513e3fcb-structure-cristalline-d-un-lingot

Structure cristalline d'un lingot

Morphologie cristalline typique d'un lingot : structure colonnaire à l'extérieur, puis structure dendritique, et structure équiaxe au cœur, avec une retassure sur le dessus — le profil du moule est normalement trapézoïdal, afin de pouvoir démouler le lingot. Un lingot résulte d'une coulée dans un moule globalement parallélépipédique ; en général, il s'agit d'une pyramide tronquée à base rectangulaire afin de pouvoir démouler le lingot. Le refroidissement se fait par l'extérieur ; en conséquence, il se crée un gradient de température : le cœur du liquide est plus chaud que les bords. La solidification commence donc par les bords et se termine par le centre. Il en résulte en général une structure typique en trois « couches » : structure dite « colonnaire » au bord, suivie d'une structure dendritique, puis au cœur d'une structure équiaxe. Le métal diminuant de volume lors de la solidification, le haut du lingot, qui est à l'air libre, présente en général un creux appelé « retassure ». Si le métal a été mal dégazé, il va présenter en surface des « criques » (sorte de sillons ressemblant à des fissures) et des pores à l'intérieur. Cependant, cette structure n'est pas systématique ; cela dépend grandement de la vitesse de solidification, de la direction de solidification (on peut volontairement isoler certaines parties du moule pour avoir une solidification dirigée) et de l'ajout éventuel de floculant.