Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Paris (France) | Photographie | Gravure | Dessins et plans | Dix-neuvième siècle | Peinture | Urbanisme | Dix-huitième siècle | Cartes anciennes | Architecture | Histoire | Paris (France) -- Gare de l'Est | Textes | Seine (France. - cours d'eau) | Immeubles d'habitation -- France | Façades | Immeubles locatifs | Ensembles constructibles | Architecture contemporaine | Paris (France. - 17e) -- Arrondissement | ...
14ème arrondissement de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/5043ced8-14eme-arrondissement-de-paris

14ème arrondissement de Paris

Carte des arrondissements de Paris, le 14° est en rouge.

Affiche de concert. Source : http://data.abuledu.org/URI/50e42304-affiche-de-concert

Affiche de concert

Affiche pour le Concert des Ambassadeurs, de Eugénie Buffet, "tous les soirs", 1896, par Lucien Marie François Métivet (1863-1932), illustrateur français ; in "Les maîtres de l'affiche" : publication mensuelle contenant la reproduction des plus belles affiches illustrées des grands artistes, français et étrangers, éditée par L'Imprimerie Chaix (1896-1900).

Art de la silhouette. Source : http://data.abuledu.org/URI/514eb705-art-de-la-silhouette

Art de la silhouette

Artiste des rues découpant la silhouette d'un profil, sur la place Notre-Dame à Paris.

Balcons fleuris à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/581a2762-balcons-fleuris-a-paris

Balcons fleuris à Paris

Balcons fleuris à Paris.

Balcons fleuris à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/581a27ae-balcons-fleuris-a-paris

Balcons fleuris à Paris

Balcons fleuris à Paris.

Bibliothèques à Paris en 1849. Source : http://data.abuledu.org/URI/51422f4d-bibliotheques-a-paris-en-1849

Bibliothèques à Paris en 1849

Carte des bibliothèques publiques à Paris en 1849. Source : Rapport du "Select Committee on Public Libraries", 23 Juillet 1849.

Blason de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/50f2187c-blason-de-paris

Blason de Paris

Armoiries de Paris : FLUCTUAT NEC MERGITUR. Le navire représenté est le symbole de la puissante corporation des Nautes ou des Marchands de l'eau, gérante de la municipalité au Moyen Âge. La devise de la ville, Il est battu par les flots sans être submergé, ou encore Il flotte mais ne sombre pas, est également une référence à ce bateau.

Bonbons parisiens. Source : http://data.abuledu.org/URI/52009f9d-bonbons-parisiens

Bonbons parisiens

Bonbons oursons au pied de la Tour Eiffel de nuit.

Catacombes de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/5142f18b-catacombes-de-paris

Catacombes de Paris

Le passage dit des doubles carrières dans les Catacombes de Paris. Près de trois cents kilomètres de galeries s'étalent sous Paris intra-muros, sur parfois trois niveaux de carrières. La profondeur moyenne est d'environ vingt mètres sous le niveau du sol naturel. Lorsque ces carrières étaient actives, on en extrayait de la pierre à bâtir, qui a permis pendant plusieurs siècles de construire les bâtiments de Paris sans importer d'autre matériau de construction. On assimile abusivement les Catacombes à l'ensemble des carrières de la capitale, bien qu'elles n'en représentent en réalité qu'une infime fraction.

Cimetiere des Innocents à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/5142f285-cimetiere-des-innocents-a-paris

Cimetiere des Innocents à Paris

Cimetière des Innocents, Paris. Le cimetière des Saints-Innocents apparaît au Ve siècle autour de l'église Notre-Dame-des-Bois, lieu de culte mérovingien installé en ce lieu. Probablement détruite durant les invasions normandes de 885-886, elle est remplacée au XIe siècle par l'église Sainte-Opportune, qui reçoit dès lors dans son enclos les morts de plusieurs paroisses de la rive droite. Ce cimetière prend en 1130 le nom de Saints-Innocents, il reçoit pendant treize siècles des dizaines de générations de Parisiens, décédés dans les vingt-deux paroisses de la ville, ainsi que les cadavres évacués de l'Hôtel-Dieu et de la morgue. D'un petit cimetière de campagne, il devient le plus grand cimetière de Paris, et est progressivement entouré de constructions, jusqu'à devenir partie intégrante d'un des quartiers les plus animés de la ville. Les guerres, les épidémies ou les famines apportent leur lot de milliers de cadavres à inhumer dans cet espace restreint, ce qui rend leur décomposition de plus en plus difficile. Les fosses communes atteignent alors plus de dix mètres de profondeur. À la fin du XVIIIe siècle, le sol du cimetière se situe en conséquence plus de deux mètres au-dessus du niveau de la rue, entraînant des problèmes d'insalubrité, dénoncés de longue date.

Cirque d'été, aux Champs-Elysées. Source : http://data.abuledu.org/URI/514ead48-cirque-d-ete-aux-champs-elysees

Cirque d'été, aux Champs-Elysées

Gravure représentant un des quatre cirques sédentaires en activité à Paris à la fin du XIXème siècle : le Cirque des Champs-Élysées (1841-1898), connu sous les noms de Cirque de l'Impératrice ou de Cirque d'été, qui pouvait contenir jusqu'à 3 500 places. Source : "Dictionnaire historique et pittoresque du théâtre", d'Arthur Pougin (1885). page 209. Cette salle parisienne fut édifiée en 1841 au carré Marigny par l'architecte Jacques Hittorff, elle est aujourd’hui disparue. Pendant du Cirque d’hiver, construit par Hittorf pour Dejean boulevard du Temple en 1852, il fonctionnait du 1er mai au 1er septembre. L’acoustique y était si bonne qu'Hector Berlioz y donna une série de concerts en 1845. En 1847, les spectateurs payaient 2 francs au pourtour et 1 franc à l’amphithéâtre. Devenu un temps Cirque-National, il connut son apogée sous le Second Empire sous le nom de Cirque de l’Impératrice à partir de 1853 (le Cirque d’hiver devenant quant à lui le Cirque Napoléon). Sa grande attraction fut longtemps le clown Jean-Baptiste Auriol. Caroline Otero et Émilienne d'Alençon y firent leurs débuts. Son succès se prolongea jusque dans les années 1880. Le Tout-Paris s'y précipitait le samedi, jour réputé chic. Petit à petit délaissé par le public après l’exposition universelle de Paris de 1889, il fut démoli vers 1900, laissant son nom à la rue du Cirque.

Coin de rue à Paris en 1895. Source : http://data.abuledu.org/URI/535edc89-coin-de-rue-a-paris-en-1895

Coin de rue à Paris en 1895

Coin de rue à Paris, 1895, par Félix Vallotton (1865-1925), artiste suisse naturalisé français.

Complexe souterrain Châtelet. Source : http://data.abuledu.org/URI/50dce80d-complexe-souterrain-chatelet

Complexe souterrain Châtelet

Plan du complexe souterrain Métro/RER de Châtelet (Paris).

Deux stylistes Rue du Caire à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/51b8abff-deux-stylistes-rue-du-caire-a-paris

Deux stylistes Rue du Caire à Paris

Deux stylistes Rue du Caire à Paris, 1885, par Paul Signac (1863-1935). Le/la styliste est une personne chargée de dessiner un ou plusieurs vêtements (pour alors former une collection). Le/la styliste peut également travailler sur mesure (à la demande du client). Le/la styliste peut travailler en équipe ou seul(e).

Durée de voyage en train depuis Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/50dce2ba-duree-de-voyage-en-train-depuis-paris

Durée de voyage en train depuis Paris

Carte de la durée de voyage en train depuis Paris : Chaque couleur correspond à toutes les régions du territoire français dont le temps de parcours depuis Paris par le réseau SNCF est compris entre x heures et x+1 heures. Par exemple, le gris le plus clair correspond aux régions situées à moins d'une heure de Paris ; le gris le plus foncé, à celles situées à plus de 6 heures de Paris. Les villes représentées par un point sur cette carte sont celles dont le meilleur temps de parcours depuis Paris a été précisément vérifié. Les préfectures sont indiquées en noir, les autres villes importantes en bleu.

Entretien d'une sanisette. Source : http://data.abuledu.org/URI/530de7d3-entretien-d-une-sanisette

Entretien d'une sanisette

Boulevard Richard-Lenoir à Paris, entretien d'une sanisette. Véhicule électrique Goupil G3 fourgon rideau.

Exposition universelle à Paris en 1889. Source : http://data.abuledu.org/URI/56309c2b-exposition-universelle-a-paris-en-1889

Exposition universelle à Paris en 1889

Galerie des machines, Exposition universelle internationale de 1889 à Paris.

Façade d'immeuble parisien. Source : http://data.abuledu.org/URI/50237eea-facade-d-immeuble-parisien

Façade d'immeuble parisien

Photo d'un immeuble hausmannien (dit "de rapport") du boulevard de Magenta, à Paris 10ème arrondissement.

Fête de la musique 2015 au Palais Royal à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/594b823d-fete-de-la-musique-2015-au-palais-royal-a-paris

Fête de la musique 2015 au Palais Royal à Paris

Musique celtique sur le grand podium dans les jardins du Palais Royal, Fête de la musique 2015, Paris.

Fontaine place Georges Mulot à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/509fde91-fontaine-place-georges-mulot-a-paris

Fontaine place Georges Mulot à Paris

Fontaine du Puits artésien de Grenelle, place Georges Mulot, Paris. Cette fontaine a été construite à l'emplacement du premier forage artésien de Paris réalisé de 1833 à 1841 par l'ingénieur G. Mulot sous les ordres de F. Arago. La fontaine se présente sous la forme d'un massif monumental de pierre de taille de section carrée encadré de colonnes. Sur chacune de ses faces sont apposés des médaillons de pierre représentant des personnalités dont le nom est honoré par les rues qui convergent dans cette partie du 15e arrondissement : Louis-Georges Mulot (place Georges-Mulot), par Paul Waast ; Valentin Haüy (rue Valentin-Haüy), par Hippolyte Lefèbvre ; Rosa Bonheur (rue Rosa-Bonheur), par Georges Loiseau Bailly ; Eugène Bouchut (rue Bouchut), par Firmin Michelet.

Galerie des Machines à Paris en 1889. Source : http://data.abuledu.org/URI/56309cc2-galerie-des-machines-a-paris-en-1889

Galerie des Machines à Paris en 1889

Carte postale ancienne éditée par CLC N°528, PARIS : La Galerie des Machines. Au premier plan, tramways. Au loin, la Tour Eiffel. La "Galerie des Machines" a été construite pour l'Exposition universelle de Paris de 1889 par Charles-Louis Ferdinand Dutert, et démolie en 1909.

Géologie d'une carrière parisienne. Source : http://data.abuledu.org/URI/514395af-geologie-d-une-carriere-parisienne

Géologie d'une carrière parisienne

Schéma en coupe (simplifié) des carrières de calcaire parisiennes. Vue simplifiée des bancs de roche qui composent la géologie des carrières de la rive gauche de Paris. En jaune, les bancs exploitables pour la construction. De bas en haut : Juste au-dessus des sables yprésiens, on trouve le lutétien inférieur. Celui-ci se reconnaît par un grand nombre de nummulites visibles à l'œil nu dans la roche, et se divise en deux bancs : 1) La base verdâtre, dont la couleur révèle la présence de glauconie et de quartz ; 2) Les forgets, petits bancs alternant calcaires durs (également glauconieux) et lits de sable. En raison de sa profondeur et du peu de pierre utilisable pour la construction, cette couche n'a pas été exploitée par les carriers. Encore au-dessus, le lutétien moyen constitue une strate de six mètres d'épaisseur. Il se divise en trois bancs : 1) Le banc à vérin des carriers, reconnaissable par les cérithes géants qui s'y trouvent et par une couleur jaune-rougeâtre. D'un grain serré, il n'a été exploité que dans sa partie supérieure et de façon épisodique. 2) Les lambourdes ou vergelets, banc gris, peu épais et tendre. Il ne contient pas d'eau, ce qui le rend « non gélif » (il ne peut pas geler) et utilisable pour la construction, bien que les traces de coquilles et de fossiles y soient très visibles. 3) Le banc royal, non gélif et homogène, qui fournit des pierres de grande qualité pour la construction. Le lutétien supérieur contient quant à lui les bancs les plus variés et les plus exploitables. Il se constitue de deux strates : le banc vert et les bancs francs. Le premier sépare les niveaux inférieurs et supérieurs en carrière, le second constitue le calcaire le plus souvent exploité, avec plusieurs bancs exploitables souvent séparés par des couches de sables plus ou moins marneuses appelées bousins. Ces bancs sont en partie composés d'argile et contiennent de l'eau, ce qui les rend gélifs, mais leur dureté et leur solidité les rend tout à fait aptes à la construction. Le banc vert, premier étage du lutétien supérieur, se divise en trois bancs : 1) le liais du bas, 2) le banc vert proprement dit (qui donne son nom générique aux deux couches qui l'entourent), composé d'un lit marneux, d'argile verte et de fossiles qui témoignent de son origine lacustre, et 3) le liais du haut, identique à celui du bas. Ce liais est appelé liais franc lorsqu'il est exploité, et banc de marche lorsqu'il constitue le sol de la carrière (et donc que les visiteurs marchent dessus). Les bancs francs, qui représentent les bancs les plus souvent visibles dans les galeries de carrière, se subdivisent en six sortes : 1) Le banc de laine, ou cliquart, ou banc des galets. D'une faible épaisseur, il contient peu de fossiles. Sa consistance varie selon les cas et ressemble à celle des lambourdes lorsqu'elle est tendre, du liais lorsqu'elle est dure ; 2) Le grignard, ou coquiller. Très riche en fossiles, ce banc est peu exploitable, car il est trop constellé de coquillages pour donner des blocs réellement solides. 3) Le souchet. Très tendre, peu compact, il va donner son nom au souchevage, une technique d'extraction de la pierre. En effet, pour commencer à exploiter les bancs situés juste au-dessus, les carriers extraient le souchet de manière à créer un espace vide horizontal, puis creusent des fentes sur le côté du bloc à extraire (ce que l'on appelle le défermage). Contenant quelquefois des galets et des fossiles, le souchet se délite facilement. 4) Le banc blanc, ou banc royal, ou liais franc, ou remise. D'un grain fin et serré, il donne des blocs de bonne qualité, qui se vendront à prix d'or pendant les chantiers du XVIIIe et du XIXe siècle. 5) Le banc franc, ou haut banc, ou banc royal, ou rustique. Il ressemble au banc blanc, et donne lui aussi des blocs de qualité, mais on l'en distingue par le fait qu'il contienne beaucoup moins de fossiles. 6) La roche, ou ciel de carrière. Cette couche, très dure et très coquillière, est souvent laissée en place pour servir de toit à la carrière (que l'on appelle ciel de carrière).

Inondations à Paris en 1740. Source : http://data.abuledu.org/URI/51422a6c-inondations-a-paris-en-1740

Inondations à Paris en 1740

Carte des inondations de la Seine à Paris en décembre 1740. Source : Commission Municipale du Vieux Paris.

Inscription à l'entrée des Catacombes de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/51430409-inscription-a-l-entree-des-catacombes-de-paris

Inscription à l'entrée des Catacombes de Paris

Inscription à l'entrée des Catacombes de Paris : Avant de pénétrer dans l'ossuaire, par une porte métallique encadrée de deux piliers de soutènement décorés de motifs géométriques blancs sur fond noir, un avertissement en alexandrin du poète Jacques Delille (1738-1813) inscrit en lettres noires sur le linteau accueille le visiteur : « Arrête ! C'est ici l'empire de la mort ».

Jean-Charles Alphand. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103b8ee-jean-charles-alphand

Jean-Charles Alphand

Portrait de Jean-Charles Adolphe Alphand (1817-1891) par Alfred Roll (1846–1919), peintre officiel de la Troisième République. Jean-Charles Alphand est un ingénieur des ponts et chaussées connu pour son travail d'embellissement de Paris. En 1853, il est appelé par baron Haussmann comme ingénieur en chef au service des promenades et dès lors participe aux transformations de Paris sous le Second Empire en compagnie de son confrère Eugène Belgrand et du jardinier Jean-Pierre Barillet-Deschamps. Il y crée des promenades, des parcs et des jardins destinés à embellir et assainir Paris. Il remodèle également les bois de Vincennes et de Boulogne. À la destitution du baron Haussmann le 5 janvier 1870 il reste en poste et à la chute du Second Empire, il est maintenu directeur des travaux de Paris. À la mort d'Haussmann, en 1891, il fut élu à l'académie des Beaux-Arts et occupa le fauteuil d'Haussmann.

Jean-des-Figues 13. Source : http://data.abuledu.org/URI/5143b6aa-jean-des-figues-13

Jean-des-Figues 13

Fuite de Blanquet, chapitre 13 de "Jean-des-Figues", 1884, par Paul Arène (1843-1896), poète provençal et écrivain français. Narration et description : souvenirs d'enfance, départ de Provence, trajet vers Paris pendant un mois à dos d'âne (881 mots).

Jean-des-Figues 14. Source : http://data.abuledu.org/URI/5143b8d2-jean-des-figues-14

Jean-des-Figues 14

Une première, chapitre 14 de "Jean-des-Figues", 1884, par Paul Arène (1843-1896), poète provençal et écrivain français. Narration et description : souvenirs d'enfance, découverte de Paris, soirée à une "première", coup de foudre pour le théâtre (1103 mots).

L'Institut de France. Source : http://data.abuledu.org/URI/524f0f5e-l-institut-de-france

L'Institut de France

Le tour de la France par deux enfants, par George Bruno, pseudonyme d'Augustine Fouillée (née Tuillerie), 1877, p.286 : manuel scolaire, édition de 1904. L'INSTITUT DE FRANCE. - C'est dans ce palais que siègent les cinq grandes Académies dont l'ensemble forme l'Institut de France. On appelle académie une réunion d'hommes illustres dans les lettres, dans les sciences ou dans les arts. Tout le monde connaît l'Académie française qui compta parmi ses membres Bossuet, Racine, Corneille, Boileau et tant d'autres ; l'Académie des sciences compta parmi les siens Buffon, Monge, Lavoisier, Laplace, Fresnel, Arago, etc.

La Bibliothèque Sainte-Geneviève en 1859. Source : http://data.abuledu.org/URI/53befd26-la-bibliotheque-sainte-genevieve-en-1859

La Bibliothèque Sainte-Geneviève en 1859

Intérieur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, Thomas, in Edward Edwards, "Memoirs of libraries: including a handbook of library economy", London : Trübner & Co., 1859, p. 674. (Library of Congress's Prints and Photographs division, ID ppmsca.15552). Henri Labrouste (1801-1875) est appointé depuis 1838 comme architecte de l'ancienne bibliothèque Sainte-Geneviève. En tant qu'expert, il préconise la construction d'un nouvel ensemble, contre toute attente il en reçoit lui-même la commande et présente rapidement un projet, approuvé en juillet 1843 et confirmé par la loi du 19 juillet relative à la bibliothèque Sainte-Geneviève. Ce premier édifice, spécifiquement dédié à l'accueil d'une bibliothèque, innovant par son architecture, est inauguré le 4 février 1851. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Biblioth%C3%A8que_Sainte-Genevi%C3%A8ve

La montagne qui accouche. Source : http://data.abuledu.org/URI/51f9ee93-la-montagne-qui-accouche

La montagne qui accouche

La montagne qui accouche, par J.J. Grandville (1803-1847), illustrations des fables de La Fontaine, 1838-1840.

Lampe sépulcrale aux Catacombes de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/51430558-lampe-sepulcrale-aux-catacombes-de-paris

Lampe sépulcrale aux Catacombes de Paris

Lampe sépulcrale aux Catacombes de Paris : après un coude de la galerie, s'élève dans un renfoncement une colonne de pierre surmontée d'une vasque de forme antique, dite lampe sépulcrale. Ce monument, le premier réalisé dans l'ossuaire, servait à brûler de la résine de poix, l'air étant progressivement corrompu par les dépôts d'ossements, ce qui rendait l'air difficilement respirable pour les ouvriers chargés des transferts. L'entretien d'un foyer était en effet le meilleur moyen d'assurer une ventilation lors de travaux souterrains. Elle servait ainsi à veiller les morts, et plus prosaïquement à améliorer la circulation de l'air, avant la construction des puits d'aération.

Le coq de l'horloge. Source : http://data.abuledu.org/URI/51ef05a8-le-coq-de-l-horloge

Le coq de l'horloge

Le coq de l'horloge (hors service) sur le mur du 14 rue Perrée, à Paris III.

Le Démolisseur. Source : http://data.abuledu.org/URI/51b8ddbf-le-demolisseur

Le Démolisseur

Le Démolisseur (1897-1899) par Paul Signac (1863-1935). Musée des Beaux-Arts de Nancy.

Le droit au logement en 1912. Source : http://data.abuledu.org/URI/51fc1c50-le-droit-au-logement-en-1912

Le droit au logement en 1912

Couverture du supplément illustré du Petit Journal le 11 février 1912 : le syndicat des locataires manifeste et tente d'installer en plein jardin des Tuileries une famille de dix personnes explusée de son logement.

Les environs de Paris en 1757. Source : http://data.abuledu.org/URI/5142275a-les-environs-de-paris-en-1757

Les environs de Paris en 1757

Les environs de Paris, 1757, carte de Robert de Vaugondy père et fils : Gilles Robert de Vaugondy (1688–1766) et Didier Robert de Vaugondy (1723–1786). Source : "Atlas Universel", Paris 1757 (1ère édition)

Les méandres de la Seine à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/50ef3040-les-meandres-de-la-seine-a-paris

Les méandres de la Seine à Paris

Vue aérienne des méandres de la Seine à Paris.

Monument Alphand à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103baf0-monument-alphand-a-paris

Monument Alphand à Paris

"Monument à Alphand"1899, par Jules Dalou (1838-1902), avenue Foch à Paris : monument à la mémoire de Jean-Charles Alphand (1817-1891), œuvre du sculpteur Jules Dalou et de l'architecte Jean Camille Formigé, érigé entre les numéros 17 et 22 de l'avenue Foch, dans le 16e arrondissement de Paris.

Orme champêtre. Source : http://data.abuledu.org/URI/506e0891-orme-champetre

Orme champêtre

Orme champêtre (Ulmus minor, var. Jacqueline Hillier) : orme nain âgé d'environ 15 ans et planté en 2007 aux Arènes de Lutèce, à Paris.

Paris, capitale du dix-neuvième siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/50d97bb9-paris-capitale-du-dix-neuvieme-siecle

Paris, capitale du dix-neuvième siècle

"Paris, capitale du dix-neuvième siècle" : A. Fourier ou Les passages, chapitre 1. Walter Benjamin (1892 - 1940) est un philosophe, historien de l'art, critique littéraire, critique d'art et traducteur (notamment de Balzac, Baudelaire et Proust) allemand de la première moitié du XXe siècle, rattaché à l'école de Francfort. Les "passages" sont contemporains du commerce de luxe parisien et des débuts de la construction métallique.

Paris, capitale du dix-neuvième siècle (2). Source : http://data.abuledu.org/URI/50d98110-paris-capitale-du-dix-neuvieme-siecle-2-

Paris, capitale du dix-neuvième siècle (2)

"Paris, capitale du dix-neuvième siècle" : A. Fourier ou Les passages, chapitre 2. Walter Benjamin (1892 - 1940) est un philosophe, historien de l'art, critique littéraire, critique d'art et traducteur (notamment de Balzac, Baudelaire et Proust) allemand de la première moitié du XXe siècle, rattaché à l'école de Francfort. Les phalanstères de Fourier sont une ville faite de passages, décor idéal pour le flâneur, ou comment intégrer la technique dans la vie sociale.

Plan de Lutèce en 508. Source : http://data.abuledu.org/URI/50734303-plan-de-lutece-en-508

Plan de Lutèce en 508

Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville (1697-17--), 1705 : "Lutèce conquise par les François sur les Romains ou second plan de la ville de Paris : Tiré du misopogone de l'empereur Julien, d'Amian Marcellin, de Grégoire de Tours, de Boète, de l'Abbé Suger, des Anciens titres, du Trésor des Chartres, des archives de St Magloire, de St Eloy, du Temple et des Vestiges de cette ancienne enceinte qui subsiste encore aujourd'huy ou que l'on a vu de nos jours."

Plan de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/51bae981-plan-de-paris-

Plan de Paris

Plan de Paris, 1615, par Matthäus Merian (1593-1650), graveur sur cuivre et éditeur germano-suisse.

Plan de Paris en 1615. Source : http://data.abuledu.org/URI/50acd5ac-plan-de-paris-en-1615

Plan de Paris en 1615

"Plan de Paris" de Mérian : Le plan de Mérian est un plan « vu d'oiseau » de Paris en direction de l'est, avec perspective datant de 1615. Il a été composé sur deux feuilles de 51 cm sur 38 cm chaque par le graveur suisse Matthäus Merian. En haut, un phylactère avec le titre : « LE PLAN DE LA VILLE, CITE, VNIVERSITE ET FAVX-BOVRGS DE PARIS AVEC LA DESCRIPTION DE SON ANTIQVITE ET SINGVLIARITES ». En haut à gauche, entre le Château de Vincennes et les Marets du Temple, figurent les armes de Paris (un bateau sur une rivière), au milieu d'une couronne de lauriers. Et à côté les armes de France et de Navarre entourées du collier de l'ordre du Saint-Esprit. En bas à gauche, au-dessous de la ferme de la Grange Batellière on peut lire ce quatrain : Cette ville est un autre monde / Dedans, un monde florissant, / En peuples et en biens puissants / Qui de toutes choses abonde. À côté, sur la droite, le nom de l'auteur : « Matheus Merian Basiliensis fecit». En bas du plan, se trouve un ornement en forme de rose des vents placée au milieu de la Seine en aval.

Plan de Paris en 1760. Source : http://data.abuledu.org/URI/5142202b-plan-de-paris-en-1760

Plan de Paris en 1760

Plan de Paris en 1760, par Robert de Vaugondy (1723-1786), cartographe français.

Plan de Paris en 1789. Source : http://data.abuledu.org/URI/51422df9-plan-de-paris-en-1789

Plan de Paris en 1789

Carte de Paris en 1789. Source : William R. Shepherd, "Atlas historique".

Plan du Jardin des Plantes et du Muséum. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103e0ad-plan-du-jardin-des-plantes-et-du-museum

Plan du Jardin des Plantes et du Muséum

Plan détaillé du Muséum d'Histoire Naturelle et du Jardin des Plantes de Paris, classés, avec l'ensemble des bâtiments, monument historique le 24 mars 1993.

Plan du métro de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/50dce751-plan-du-metro-de-paris

Plan du métro de Paris

Plan du réseau du métro de Paris.

Point Zéro des routes de France. Source : http://data.abuledu.org/URI/50411368-point-zero-des-routes-de-france

Point Zéro des routes de France

Photographie du Point Zéro (plus précisément le Point Kilomètre Zéro) des Routes de France matérialisé par une dalle en quatre quartiers au centre de laquelle est placé un médaillon hexagonal représentant une rose des vents. C' est à partir de ce point que sont calculées, en kilomètres, les distances routières entre Paris et les autres villes de France. Ce Point Zéro est situé sur le parvis de Notre-Dame de Paris.

Quais et bouquinistes à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/581a26f2-quais-et-bouquinistes-a-paris

Quais et bouquinistes à Paris

Quais et bouquinistes à Paris.

Quais et bouquinistes à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/581a2721-quais-et-bouquinistes-a-paris

Quais et bouquinistes à Paris

Quais et bouquinistes à Paris.

Aménagements piétons Boulevard Berthier à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/58c66520-amenagements-pietons-boulevard-berthier-a-paris

Aménagements piétons Boulevard Berthier à Paris

Aménagements piétons Boulevard Berthier à Paris.

Aquarelle de Notre-Dame de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/5472efb1-aquarelle-de-notre-dame-de-paris

Aquarelle de Notre-Dame de Paris

Aquarelle de Notre Dame de Paris au IXème siècle, par David Roberts (1796-1864).

Armoiries de Paris en faïence en 1904. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e23b34-armoiries-de-paris-en-faience-en-1904

Armoiries de Paris en faïence en 1904

Les armoiries de Paris, 1904, en faïence, sur le mur d'un dispensaire public municipal (Centre de santé de l'Épée de Bois) dans le 5ème arrondissement, avec devise en latin : Fluctuat nec mergitur.

Atelier Nadar à Paris en 1860. Source : http://data.abuledu.org/URI/53f0d9a3-atelier-nadar-a-paris-en-1860-

Atelier Nadar à Paris en 1860

Atelier Nadar 35 Boulevard Des Capucines, Paris, en 1860.

Avenue de Wagram à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e39695-avenue-de-wagram-a-paris

Avenue de Wagram à Paris

L'avenue de Wagram à Paris, vue du sommet de l'Arc de Triomphe de l'Etoile.

Balcons fleuris à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/581a24e9-balcons-fleuris-a-paris

Balcons fleuris à Paris

Balcons fleuris à Paris.

Buste de Brassens à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/53b5b466-buste-de-brassens-a-paris

Buste de Brassens à Paris

Buste de Georges Brassens, Parc Brassens, Paris 15ème.

Café Turc à Paris en 1831. Source : http://data.abuledu.org/URI/58703b9d-cafe-turc-a-paris-en-1831

Café Turc à Paris en 1831

Café Turc à Paris en 1831, par Augustus Pugin (1762-1832) : ouvert en 1780 sur le boulevard du Temple, jardin avec spectacles nocturnes. En 1831, il y avait environ 787 cafés populaires à Paris.

Canot de Sauvetage des pompiers de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/52fd0d7f-canot-de-sauvetage-des-pompiers-de-paris

Canot de Sauvetage des pompiers de Paris

Canot de Sauvetage Léger CSL des pompiers de Paris, en intervention sur la Seine à Paris.

Canot de sauvetage et péniche des pompiers de Paris sur la Seine. Source : http://data.abuledu.org/URI/52fd4cf0-canot-de-sauvetage-et-peniche-des-pompiers-de-paris-sur-la-seine

Canot de sauvetage et péniche des pompiers de Paris sur la Seine

Canot de sauvetage et péniche des pompiers de Paris sur la Seine (CS La Monnaie).

Carte de Paris RER. Source : http://data.abuledu.org/URI/56d0d159-carte-de-paris-rer

Carte de Paris RER

Carte du réseau de RER en Île de France au format vectoriel, comprenant les zones tarifaires, fleuves et codes-mission.

Coupole du Printemps à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/5171aa41-coupole-du-printemps-a-paris

Coupole du Printemps à Paris

Coupole de la brasserie du Printemps Haussmann - Paris IXème arrondissement.

Crèche halte-garderie rue de Saussure à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/58c66427-creche-halte-garderie-rue-de-saussure-a-paris

Crèche halte-garderie rue de Saussure à Paris

Panneau à l'entrée d'une crèche halte-garderie, rue de Saussure à Paris.

Ensemble immobilier 134 rue de Saussure à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/58c66178-ensemble-immobilier-134-rue-de-saussure-a-paris

Ensemble immobilier 134 rue de Saussure à Paris

Ensemble immobilier rue de Saussure à Paris : Guibert et Lesage, 1985.

Ensemble immobilier rue de Saussure à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/58c6614b-ensemble-immobilier-rue-de-saussure-a-paris

Ensemble immobilier rue de Saussure à Paris

Ensemble immobilier rue de Saussure à Paris : Guibert et Lesage, 1985.

Façade de La Gerbe d'or à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/581a2486-facade-de-la-gerbe-d-or-a-paris

Façade de La Gerbe d'or à Paris

La Gerbe d'or à Paris, rue Saint-Martin, propriété de la société civile l'Avenir.

Façade de la Manufacture des Gobelins à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/548b5480-facade-de-la-manufacture-des-gobelins-a-paris

Façade de la Manufacture des Gobelins à Paris

Façade de la Manufacture des Gobelins, XIII° arrondissement, Paris.

Gare de l'Est à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/581a22b2-gare-de-l-est-a-paris

Gare de l'Est à Paris

Gare de l'Est à Paris.

Gare de l'Est à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/581a2346-gare-de-l-est-a-paris

Gare de l'Est à Paris

Gare de l'Est à Paris.

Gare de l'Est à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/581a238d-gare-de-l-est-a-paris

Gare de l'Est à Paris

Gare de l'Est à Paris.

Gargouilles à Notre-Dame de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e39f47-gargouilles-a-notre-dame-de-paris

Gargouilles à Notre-Dame de Paris

Gargouilles à Notre-Dame de Paris.

Grande Roue de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e3a548-grande-roue-de-paris

Grande Roue de Paris

Grande Roue de Paris, Place de la Concorde.

Grille de fenêtre de la Mosquée de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e33250-grille-de-fenetre-de-la-mosquee-de-paris

Grille de fenêtre de la Mosquée de Paris

Grille de fenêtre de la Mosquée de Paris.

Hôtel des Invalides à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/56e5c62d-hotel-des-invalides-a-paris

Hôtel des Invalides à Paris

Hôtel des Invalides à Paris.

Invasion des Vikings à Paris en 886. Source : http://data.abuledu.org/URI/56c8e72e-invasion-des-vikings-a-paris-en-886

Invasion des Vikings à Paris en 886

Plaque commémorant le sacrifice des 12 derniers défenseurs de la tour du Petit Pont lors de l'attaque de Paris par les Vikings en 886. La plaque se trouve à l'entrée de la crypte de Notre-Dame de Paris. La tour du Petit Pont fut remplacée par la forteresse du Petit Châtelet. Leur sacrifice ne fut pas vain, car les Normands ne réussirent pas à prendre la forteresse du Grand Châtelet et se replièrent.

Iris Pruysen au Meeting d'Athlétisme Paralympique de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/54542afc-iris-pruysen-au-meeting-d-athletisme-paralympique-de-paris

Iris Pruysen au Meeting d'Athlétisme Paralympique de Paris

Iris Pruysen au Meeting d'Athlétisme Paralympique de Paris, saut en longueur, 4 juin 2014, stade Charléty.

L'hôpital Hôtel-Dieu à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/524f023b-l-hopital-hotel-dieu-a-paris

L'hôpital Hôtel-Dieu à Paris

Le tour de la France par deux enfants, par George Bruno, pseudonyme d'Augustine Fouillée (née Tuillerie), 1877, p.285 : manuel scolaire, édition de 1904. L'Hôtel-Dieu à Paris.—C'est le plus ancien et le plus célèbre hôpital de Paris, qui en possède encore bien d'autres. On y traite de douze à treize mille malades par an. Il a été complètement rebâti.

La Petite Ceinture du parc Montsouris à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/54209a19-la-petite-ceinture-du-parc-montsouris-a-paris

La Petite Ceinture du parc Montsouris à Paris

La Petite Ceinture du parc Montsouris à Paris, dans le 14ème.

Le bal à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/58704ccd-le-bal-a-paris

Le bal à Paris

Le bal à Paris, caricatures de l'aristocratie par Cham.

Le jardin turc à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d92e8a-le-jardin-turc-a-paris

Le jardin turc à Paris

L'entrée au jardin turc, 1812, par Louis-Léopold Boilly (1761-1845) ; au J. Paul Getty Museum de Los Angeles. Le jardin turc était un lieu de rendez-vous bourgeois dans le quartier du Marais au XIXème siècle.

Le Louvre et les Tuileries en 1615. Source : http://data.abuledu.org/URI/50acce46-le-louvre-et-les-tuileries-en-1615

Le Louvre et les Tuileries en 1615

Le Louvre, le palais des Tuileries et la Grande Galerie en 1615. Extrait du plan de Merian.

Le panorama de tout-Paris vu des Invalides en 1889. Source : http://data.abuledu.org/URI/58702d6c-le-panorama-de-tout-paris-vu-des-invalides-en-1889

Le panorama de tout-Paris vu des Invalides en 1889

Le panorama de tout-Paris vu des Invalides et La grande passerelle, 1889. Huard, Charles-Lucien, Livre d'or de l'Exposition, Tome 1. Paris: L. Boulanger. Pont en aicer passant au-dessus de l'Avenue de la Motte-Picquet construit par Moisant, Laurent et Savey.

Le Petit FabLab de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/58866b94-le-petit-fablab-de-paris

Le Petit FabLab de Paris

Le Petit FabLab de Paris en Juillet 2013, 156 rue Oberkampf, 75011 Paris.

Le Petit FabLab de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/58866c03-le-petit-fablab-de-paris

Le Petit FabLab de Paris

Le Petit FabLab de Paris en Juillet 2013, 156 rue Oberkampf, 75011 Paris.

Les Halles de Paris en 1877. Source : http://data.abuledu.org/URI/524f0082-les-halles-de-paris-en-1877

Les Halles de Paris en 1877

Le tour de la France par deux enfants, par George Bruno, pseudonyme d'Augustine Fouillée (née Tuillerie), 1877, p.281 : manuel scolaire, édition de 1904. LES HALLES CENTRALES A PARIS. - Les Halles centrales de Paris forment un vrai monument dont le faîte s'élève à 25 mètres au-dessus du sol. Il est construit presque tout en fonte ou en zinc. De nombreux vitraux en cristal dépoli et des persiennes laissent partout entrer la lumière sans le soleil. Les Halles centrales sont un établissement unique en son genre dans le monde.

Les hommes de la Commune, 1871. Source : http://data.abuledu.org/URI/5071fc70-les-hommes-de-la-commune-1871

Les hommes de la Commune, 1871

"Les hommes de la Commune." Source : L'Illustration, journal universel, 15 juillet 1871. Le conseil de la Commune : Toutes les tendances politiques républicaines et socialistes y sont représentées, jusqu'aux anarchistes. Parmi la vingtaine de « jacobins », admirateurs de la Révolution de 1789 et plutôt centralisateurs, on trouve Charles Delescluze, Félix Pyat, Charles Ferdinand Gambon ou Paschal Grousset. À peine plus nombreux sont les « radicaux », partisans de l'autonomie municipale et d'une république démocratique et sociale, tels Arthur Arnould, Charles Amouroux, Victor Clément et Jules Bergeret. On compte une dizaine de « blanquistes », adeptes de l'insurrection et avant-gardistes, comme Jean-Baptiste Chardon, Émile Eudes, Théophile Ferré, Raoul Rigault ou Gabriel Ranvier. Quelques « proudhoniens », partisans de réformes sociales, siègent : Léo Fränkel, Benoît Malon, Eugène Varlin... Enfin, des « indépendants » ont été élus, tels Jules Vallès et Gustave Courbet.

Les jardins du ruisseau à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/542028e2-les-jardins-du-ruisseau-a-paris

Les jardins du ruisseau à Paris

Les jardins du ruisseau à Paris, porte de Clignancourt : délaissés depuis l’arrêt du trafic de transport de voyageurs (1950), les quais en pleine terre de la gare d’Ornano ont été utilisés depuis quelques années pour y faire pousser des végétaux, des légumes, des fruits et des fleurs.

Les jardins du ruisseau à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/542029e8-les-jardins-du-ruisseau-a-paris

Les jardins du ruisseau à Paris

Les jardins du ruisseau, porte de Cignancourt à Paris.