Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Oiseaux migrateurs | Photographie | Ornithologie | Hirondelles | Dessins et plans | Nids | Oies | Oie cendrée | Oiseaux | Djataka | Branta leucopsis | Cartes du monde | Bernache nonnette | Couples | anatidés | Nidification | Répartition géographique des animaux | Oiseaux échassiers | Cigognes | Plongeons (oiseaux) | ...
Aigrette . Source : http://data.abuledu.org/URI/5056f7f1-aigrette-

Aigrette

L'Aigrette garzette (Egretta garzetta) est une espèce d'oiseaux appartenant à la famille des Ardeidae. L'Aigrette garzette se rencontre dans toutes les zones humides aux eaux peu profondes avec une prédilection pour les eaux saumâtres. L'Aigrette garzette se nourrit de petits poissons, de grenouilles, d'insectes aquatiques et de petits crustacés.

Amerrissage d'oie bernache. Source : http://data.abuledu.org/URI/53f0f3a1-amerrissage-d-oie-bernache

Amerrissage d'oie bernache

Amerrissage d'oie bernache.

Bécasse de profil. Source : http://data.abuledu.org/URI/5629ecc6-becasse-de-profil

Bécasse de profil

Bécasse de profil.

Bécasse des bois. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d48c9c-becasse-des-bois

Bécasse des bois

Bécasse des bois.

Bécasse des bois et lombric. Source : http://data.abuledu.org/URI/5134e788-becasse-des-bois-et-lombric

Bécasse des bois et lombric

La bécasse des bois a besoin d'un humus riche et épais, où, grâce à son long bec, elle prélève les lombrics qui constituent l'essentiel de sa nourriture. Chaque soir ou presque, dès le crépuscule, la bécasse quitte ses remises forestières pour aller sur nourrir sur des prairies pâturées ou dans des vignes riches en lombrics où elle passe l'essentiel de ses nuits. En cours de journée, elle peut également se nourrir en fouillant l'humus des sous-bois à la recherche de lombrics, araignées et autres petits insectes grâce à son bec doté d'une mandibule supérieure articulée. Les gelées, en durcissant la terre, la chassent donc progressivement vers les plaines puis vers le sud, jusqu'au Maroc. En période durable de froid, la bécasse privilégie les sols acides qui gèlent plus difficilement, et lui permettent de trouver une alimentation encore accessible. En mars, les bécasses quittent les plaines pour remonter en altitude. Elles partent appariées et volent de nuit (dès le matin, elles se blottissent dans quelque bois et ne reprendront leur route que vers le soir).

Braconnage de bécasses des bois. Source : http://data.abuledu.org/URI/5134e979-braconnage-de-becasses-des-bois

Braconnage de bécasses des bois

On chassait ou braconnait autrefois la volontiers la bécasse de nuit, quand elle quitte les fourrés pour partir à la recherche de nourriture, notamment en Bretagne, illustration gravée par Yan Dargent pour les Annales forestières, « Chronique forestière », chapitre "Les oiseaux des forêts" ; année 1868, volume 7. Légende d'époque : Ces oiseaux de passage, dont les chasseurs font le plus grand cas, nous arrivent par un temps sombre, le plus souvent la nuit ; ils s'abattent dans les taillis ou les futaies, et préfèrent les bois où il y a beaucoup de terreau humide et de feuilles mortes ; ils s'y trouvent si bien cachés qu'il faut des chiens pour les faire lever. Ils quittent ces fourrés à rentrée de la nuit pour se répandre dans les clairières en suivant les sentiers. C’est là qu'on les prend facilement au lacet. En Bretagne, on leur fait la chasse d'une singulière façon. Deux hommes se réunissent pour s'embusquer dans les pâturages de la forêt, où, sous les bousards (bouses) de vache, les bécasses trouvent une ample moisson de vers. L'un porte une lanterne et une sorte d'épinette fixée à l’extrêmité d'un long manche ; l'autre une de ces sonnettes qu'on attache au cou des vaches. Les oiseaux se laissent ainsi approcher d'assez près pour les enserrer dans les mailles d'un filet. La bécasse est, comme dit Belon, « une moult grosse bête, » si elle se laisse prendre de la manière qu'il raconte et qu'il nomme folâtrerie. « Un homme couvert d'une cape couleur de feuilles sèches, marchant courbé sur deux courtes béquilles, s'approche doucement, s'arrêtant lorsque la bécasse le fixe, continuant d'aller lorsqu'elle recommence à errer jusqu'à ce qu'il la voie s'arrêter la tête basse ; alors frappant doucement de ses deux bâtons l'un contre l'autre, la bécasse s'y amusera et affolera tellement, que le chasseur l'approchera d'assez près pour lui passer un lacet au cou. » La chair de la bécasse, y compris les excréments, est une friandise pour ceux qui l'aiment. C'est le cas de rappeler le proverbe latin : Degustibus... non est disputandum. Source : Belon, Histoire de la nature des oiseaux, p. S7S /Paris, 1355, in-fol. Jean-Édouard Dargent dit Yan' Dargent (1824-1899) est un peintre et illustrateur français dont la majeure partie de l'œuvre picturale est consacrée à sa région natale, la Bretagne.

Carte de répartition du pinson. Source : http://data.abuledu.org/URI/51fc0cbe-carte-de-repartition-du-pinson

Carte de répartition du pinson

Carte de répartition des pinsons des arbres (Fringilla coelebs). Source : Snow & Perrins, "Birds of the Western Palearctic", Harrison "An Atlas of the Birds of the Western Palaearctic"et Clement et al. "Finches & Sparrows". En jaune : visiteurs d'été ; en vert : résidents.

Carte de répartition du plongeon à bec blanc. Source : http://data.abuledu.org/URI/51351f0d-carte-de-repartition-du-plongeon-a-bec-blanc

Carte de répartition du plongeon à bec blanc

Carte de répartition mondiale du plongeon à bec blanc (Gavia adamsii). Cette espèce, comme tous les plongeons, capture ses proies sous l’eau ; il est un essentiellement piscivore, mais se nourrit aussi d'invertébrés aquatiques. Il niche dans la toundra arctique (Russie, Alaska et Canada), en bordure de lacs et de rivières à faible courant. Il hiverne en mer, surtout au large des côtes de Norvège et de l’Ouest du Canada mais on peut parfois le rencontrer sur des grands lacs de l’intérieur des terres ou dans la mer Baltique. Cet oiseau migrateur arrive sur les zones de nidification avant la fonte complète des glaces. Il se nourrit alors dans les zones d'eau libre mais n'hésite pas à plonger sous la glace à la recherche de ses proies.

Cigogne de face. Source : http://data.abuledu.org/URI/5629f0c4-cigogne-de-face
Cigogne de profil. Source : http://data.abuledu.org/URI/5629f325-cigogne-de-profil
Conte indien de la tortue bavarde. Source : http://data.abuledu.org/URI/51968000-conte-indien-de-la-tortue-bavarde

Conte indien de la tortue bavarde

La Tortue bavarde, illustration par John Dickson Batten (1860-1932). Source : Joseph Jacobs (1854-1916) "Fairy tales of India", 1892.

Couple d'hirondelles. Source : http://data.abuledu.org/URI/5188225d-couple-d-hirondelles

Couple d'hirondelles

Couple d'hirondelles (Delichon urbicum) récoltant de la boue pour fabriquer leur nid.

Couple d'hirondelles. Source : http://data.abuledu.org/URI/51882780-couple-d-hirondelles

Couple d'hirondelles

Couple d'hirondelles (Delichon urbicum) posées sur une branche.

Dispositif d'entonnoir d'Emlen. Source : http://data.abuledu.org/URI/50fe9c0e-dispositif-d-entonnoir-d-emlen

Dispositif d'entonnoir d'Emlen

On ne sait pas exactement quelles sont les capacités qui permettent aux oiseaux de s'orienter, cependant plusieurs aptitudes sont sûrement mis en œuvre : la vue, la perception du champ magnétique terrestre et l'odorat. Les espèces à migration nocturne s'orienteraient grâce aux étoiles. Des chercheurs ont découvert une zone spécifique dans le cerveau qui semble spécialisée pour cette tâche. Pour tester cette capacité, les scientifiques utilisent un appareillage spécifique connu comme l'entonnoir d'Emlen, qui consiste en une cage circulaire en forme d'entonnoir avec le sommet couvert d'un verre ou d'un écran de fil pour que le ciel étoilé ou un planétarium soit visible. Le comportement de l'oiseau, et plus spécifiquement son orientation, est alors étudié en fonction de ce que celui-ci peut observer. Technique introduite en 1966 par ST et JT Emlen. Source : Emlen S.T., Emlen J.T.Jr. 1966. "A Technique for Recording Migratory Orientation of Captive Birds". Légende en français par C. Catarina.

Famille de Bernaches du Canada. Source : http://data.abuledu.org/URI/5412a586-famille-de-bernaches-du-canada

Famille de Bernaches du Canada

Bernaches du Canada (Branta canadensis), Ludwigshafen en Allemagne.

Femelle de pinson. Source : http://data.abuledu.org/URI/51fc051f-femelle-de-pinson

Femelle de pinson

Femelle de pinson (FringillaCoelebs). Les mâles et les femelles pinsons, se séparent souvent en groupes de chaque sexe, comme l'hiver et lors de la migration (que seuls les jeunes et les femelles effectuent).

Flux migratoires des oies cendrées. Source : http://data.abuledu.org/URI/5134e06d-flux-migratoires-des-oies-cendrees

Flux migratoires des oies cendrées

Hivernage, nidification et flux migratoires de l'oie cendrée (Anser anser).

Hirondelle de fenêtre. Source : http://data.abuledu.org/URI/518821df-hirondelle-de-fenetre

Hirondelle de fenêtre

Hirondelle de fenêtre (Delichon urbica). Les hirondelles sont des oiseaux migrateurs familiers qui installent leurs nids près des habitations (traditionnellement dans les granges et étables).

Hirondelle de fenêtre au nid. Source : http://data.abuledu.org/URI/518828c7-hirondelle-de-fenetre-au-nid

Hirondelle de fenêtre au nid

Retour de l'hirondelle de fenêtre au nid.

Hirondelle de fenêtre en vol. Source : http://data.abuledu.org/URI/51882374-hirondelle-de-fenetre-en-vol

Hirondelle de fenêtre en vol

Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) en vol près de Reykjavik en Islande.

Hirondelle de fenêtre posée sur une branche. Source : http://data.abuledu.org/URI/518827dd-hirondelle-de-fenetre-posee-sur-une-branche

Hirondelle de fenêtre posée sur une branche

Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) posée sur une branche.

Hirondelles de Fenêtre. Source : http://data.abuledu.org/URI/5188270e-hirondelles-de-fenetre

Hirondelles de Fenêtre

Hirondelles de fenêtre (Delichon urbica), sur une gouttière, toilettage du matin, avant envol. Photo prise à Morgat, commune de Crozon, en juillet 2006, en bord de mer (Bretagne).

Hirondelles posées sur des fils électriques. Source : http://data.abuledu.org/URI/51882839-hirondelles-posees-sur-des-fils-electriques

Hirondelles posées sur des fils électriques

Hirondelles posées sur des fils électriques.

L'île des Pélicans au Sénégal. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d5585e-l-ile-des-pelicans-au-senegal

L'île des Pélicans au Sénégal

L'île où les pélicans se regroupent à Djoudj (Sénégal) : le parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD) est situé à une soixantaine de kilomètres au nord de Saint-Louis du Sénégal. Paradis des oiseaux migrateurs, le parc est la troisième réserve ornithologique du monde. Créé en 1971, agrandi en 1975, le parc a été classé en 1980 « zone humide d'importance internationale » par la Convention de Ramsar, puis inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco en 1981. Séquence tournée dans le Djoudj pour Le Peuple migrateur, un long métrage documentaire de Jacques Perrin en 2001. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Parc_national_des_oiseaux_du_Djoudj

La tortue bavarde. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d164af-la-tortue-bavarde

La tortue bavarde

Conte de Djataka, "La tortue bavarde" traduction Annie Lesca. 252 mots. Narration et dialogues, à partir du CE1.

Le goéland argenté en Europe. Source : http://data.abuledu.org/URI/50f72ae5-le-goeland-argente-en-europe

Le goéland argenté en Europe

Aire de répartition du goéland argenté (Larus argentatus) européen. En vert, Zone de nidification ; en bleu, Zone d'hivernage après dispersion ; en jaune : Zone d'hivernage après migration. Bon voilier et bon marcheur, le goéland est un omnivore opportuniste à tendance carnivore, qui n'hésite pas à devenir charognard, ou à pratiquer le cleptoparasitisme, voire le cannibalisme. Oiseau sociable, il niche en colonie et produit chaque année deux ou trois oisillons qui, s'ils parviennent à l'âge adulte, auront une probabilité de survie particulièrement élevée. Comme chez la plupart des oiseaux de mer, la saison de reproduction s'étale sur une longue période. La reproduction proprement dite, c'est-à-dire la ponte et l'élevage de la nichée, se déroule d'avril à juillet ; mais elle est précédée par une longue phase d'appropriation des territoires et de formation des couples. Les dates d'arrivée aux sites de nidification varient avec la latitude : elles sont plus précoces au sud. Ainsi, les goélands argentés sont observés sur leurs territoires au plus tard dès décembre dans le Finistère et au cap Blanc-Nez, début janvier en mer d'Irlande et début mars dans le sud de la Baltique. Les retours sont même signalés dès novembre au pays de Galles. Schématiquement, les mois précédant la ponte proprement dite, c'est-à-dire approximativement de janvier à avril, sont consacrés à l'appropriation et à la délimitation des territoires, à la formation des couples et à l'accouplement, enfin à la construction du nid. Mai est le mois des pontes et de l'incubation pour la majorité des couples, juin et juillet ceux de l'élevage des jeunes. Les oiseaux quittent progressivement les sites de reproduction dans le courant du mois d'août, les colonies étant pratiquement désertes à la fin de ce mois.

Les Oies sauvages. Source : http://data.abuledu.org/URI/58f71bcd-les-oies-sauvages

Les Oies sauvages

Guy de Maupassant, 1908, "Des vers" : "Les Oies sauvages", première partie du poème, vers 1 à 16. 131 mots.

Marigot du Djoudj au Sénégal. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d559d0-marigot-du-djoudj-au-senegal

Marigot du Djoudj au Sénégal

Pélicans au Parc national du Djoudj au Sénégal : panneau du marigot.

Nid d'hirondelles. Source : http://data.abuledu.org/URI/518825ec-nid-d-hirondelles

Nid d'hirondelles

Nourrissage des petits au nid, par une hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum).

Nid d'hirondelles de fenêtre. Source : http://data.abuledu.org/URI/51882952-nid-d-hirondelles-de-fenetre

Nid d'hirondelles de fenêtre

Deux oisillons d'hirondelles de fenêtre (Delichon urbica) au nid.

Nids d'hirondelle en avril. Source : http://data.abuledu.org/URI/518824a5-nids-d-hirondelle-en-avril

Nids d'hirondelle en avril

Nids d'hirondelles de fenêtre (Delichon urbicum) : nourrissage des petits.

Oie bernache. Source : http://data.abuledu.org/URI/53f0e20b-oie-bernache

Oie bernache

Oie bernache (Branta leucopsis).

Oie cendrée au repos sur une patte. Source : http://data.abuledu.org/URI/5134dd5d-oie-cendree-au-repos-sur-une-patte

Oie cendrée au repos sur une patte

Oie cendrée au repos sur une patte : comme tous les anatidés, l'oie cendrée dort sur une patte.

Oies bernaches. Source : http://data.abuledu.org/URI/53f0e327-oies-bernache

Oies bernaches

Oies bernaches posées dans un pré dans le village de Oostbourg (L'Ecluse), aux Pays-Bas.

Oies blanches du Cap tourmente au Québec. Source : http://data.abuledu.org/URI/59bc5d6f-oies-blanches-du-cap-tourmente-au-quebec

Oies blanches du Cap tourmente au Québec

Grandes oies blanches sur les berges du Fleuve Saint-Laurent, Réserve nationale de faune du Cap tourmente, Québec, Canada.

Oies cendrées. Source : http://data.abuledu.org/URI/5134dc71-oies-cendrees

Oies cendrées

Tableau de Archibald Thorburn (1860-1935), illustrateur écossais spécialiste des oiseaux et de leur environnement naturel. L’Oie cendrée (Anser anser) est une espèce d'oiseau appartenant à la famille des Anatidae et à la sous-famille des Anserinae. Elle est, avec l'oie cygnoïde, un des ancêtres des oies domestiques ; sa domestication remonte à plusieurs milliers d'années. Les variétés sauvages présentent un plumage gris-beige, plus sombre et brun sur la nuque, les flancs, le dessus des ailes et le dessus de la queue. Ces plumes brunes sont veinées du même gris-beige que le dessous de l'oiseau. Les flancs sont nuancés de brunâtre. Le ventre peut être parsemé de quelques taches noires mais cette coloration n'est jamais aussi étendue que chez l'Oie rieuse. Le croupion est blanc, tout comme l'arrière du ventre et les sous-caudales. Le bord d'attaque des ailes est bordé d'une ligne gris bleuté pâle. Les pattes sont rose chair, fortes et palmées. L'œil noir est cerclé de blanc. On observe, chez les populations centrées autour de la mer Baltique, que leur bec est terminé par un onglet corné, ce qui permet à ces individus une extraction plus facile des tubercules, bulbes et racines, tandis que les populations centrée sur la Norvège ont un bec plus court, ce qui facilite le cisaillage des plantes herbacées. L'oie est un oiseau peu bruyant sur les lieux de gagnage, mais bien davantage en vol. Le cri de contact se compose de trois à cinq éléments : ga ga ga, ang ang ang ou ong ong ong. Le passage des oiseaux migrateurs est souvent repéré grâce aux cris fréquents, aigus et puissants émis par cet oiseau.

Oies cendrées en vol. Source : http://data.abuledu.org/URI/5134dfc4-oies-cendrees-en-vol

Oies cendrées en vol

Oies cendrées (Anser anser) en vol. L'oie cendrée est une espèce aquatique qui nage plus souvent que les autres oies. À terre, elle marche avec moins de dandinements que les canards et elle est capable de courir avec vélocité. Lors des migrations, les troupes d'oies volent généralement en formation en V. Le vol est puissant, rapide, régulier, avec des battements d'ailes assez lents. Cette espèce plane avant de se poser et, à la fin, chute brusquement. Le régime alimentaire des oies peut dépendre de leurs habitudes sur leur lieu de nidification. Les Oies cendrées qui nichent en Norvège s’alimentent surtout des parties aériennes de graminées et d’autres plantes prairiales comme Festuca, Agropyron, Lolium, Poa, Taraxacum, Sonchus et Chenopodium. Le régime alimentaire dépend aussi des zones où elles stationnent. Dans l'ouest de la France, l’oie cendrée se nourrit surtout sur les prairies pâturées, consommant les ivraies et puccinellie maritime (Puccinellia maritima) sur les prés à Pâturin maritime (Poa maritima) de la baie de l'Aiguillon, glanant dans les chaumes de maïs et plus occasionnellement sur les céréales d’hiver. Dans les marais d'Orx, les hivernants consomment les pousses de jonc épars et de baldingère faux-roseau et même de la jussie rampante.

Oiseaux migrateurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/5908f129-oiseaux-migrateurs

Oiseaux migrateurs

Oiseaux migrateurs posés sur des fils, 29-10-2013.

Oisillons d'hirondelle de fenêtre au nid. Source : http://data.abuledu.org/URI/5188266a-oisillons-d-hirondelle-de-fenetre-au-nid

Oisillons d'hirondelle de fenêtre au nid

Oisillons d'hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) au nid.

Palombe. Source : http://data.abuledu.org/URI/50ffc59d-palombe

Palombe

La palombe est la plus grande (entre 460 à 570 grammes, envergure de 75 à 80 centimètres et une longueur de 40 à 42 centimètres) et la plus commune des espèces de pigeons européens.

Pinson femelle préparant son nid. Source : http://data.abuledu.org/URI/52dc50fa-pinson-femelle-preparant-son-nid

Pinson femelle préparant son nid

Pinson des arbres femelle (Fringilla coelebs) portant de quoi faire son nid. RHS Wisley Garden, en Angleterre. La femelle est beaucoup plus terne que le mâle, avec son ventre blanchâtre et son dos brun-olive pâle et les motifs de ses ailes sont moins marqués et moins étendus. Le pinson des arbres niche deux fois par an, la première nichée s'effectue généralement en avril-mai, la seconde en juin-juillet. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pinson_des_arbres.

Pluvier. Source : http://data.abuledu.org/URI/505351d6-pluvier

Pluvier

Espèce d'oiseau petit échassier, limicole de rivage, qui arrive en troupe à la saison des pluies. Le pluvier se nourrit d'animaux dans les sables des plages à marée basse

Répartition du plongeon huard. Source : http://data.abuledu.org/URI/51351bd7-repartition-du-plongeon-huart

Répartition du plongeon huard

Répartition mondiale du plongeon huard (Gavia immer) : orange, hivernage ; jaune, nidification ; vert, résident toute l'année. De tous les plongeons, ce sont ceux qui gagnent le moins souvent l'intérieur des terres. Ils migrent généralement au-dessus de la mer, à une certaine distance de la côte. Ces oiseaux quittent l'aire de nidification en septembre. La migration s'effectue de jour, seul ou en formation pouvant compter jusqu'à 15 individus. Pendant la migration vers le sud, ils peuvent passer la nuit en bandes de plusieurs centaines d'individus et se concentrer sur de grands lacs. Pendant la nidification, on le trouve généralement sur les lacs et grandes mares des zones côtières septentrionales, dans un paysage de toundra. Sa zone d’hivernage est plus vaste ; il hiverne en mer et sur de grands lacs.

Vitrail aux oiseaux sauvages en Écosse. Source : http://data.abuledu.org/URI/5353b1fd-vitrail-aux-oiseaux-sauvages-en-ecosse

Vitrail aux oiseaux sauvages en Écosse

Vitrail aux oiseaux sauvages, entrée sud de la cathédrale de Dornoch en Écosse.