Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Odilon Redon (1840-1916) | Symbolisme (mouvement artistique) | Peinture | Dix-neuvième siècle | Vases | Gravure | Animisme | Mythologie grecque | Fleurs coupées | Symbolisme dans l'art | Pégase | Araignées | Bateaux à voiles | Fleurs des champs | Vingtième siècle | Tristesse | Barques | Paysages marins | Rouge | Perception des visages | ...
Bateau rouge aux voiles bleues. Source : http://data.abuledu.org/URI/511764e1-bateau-rouge-aux-voiles-bleues

Bateau rouge aux voiles bleues

Le bateau rouge aux voiles bleues, 1907, par Odilon Redon (1840-1916).

Bouquet de fleurs des champs. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116d275-bouquet-de-fleurs-des-champs

Bouquet de fleurs des champs

Bouquet de fleurs des champs, d'Odilon Redon (1840-1916).

Camille Redon lisant. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116cc3c-camille-redon-lisant

Camille Redon lisant

Camille Redon lisant, par Odilon Redon (1840-1916).

Chimère. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116d08b-chimere

Chimère

Chimère, 1883, par Odilon Redon (1840-1916). Dans la mythologie grecque, la chimère est une créature fantastique malfaisante. Elle est généralement décrite comme un hybride avec une tête de lion, un corps (ou une autre tête) de chèvre, et une queue de serpent. Fille de Typhon et d'Échidna, elle ravageait la région de Lycie (en Asie mineure), quand le héros Bellérophon reçut du roi Iobatès l'ordre de la tuer. Il y parvint en chevauchant le cheval ailé Pégase. La symbolique de la chimère est vaste et son nom a été repris pour désigner, dans un sens étendu, toutes les créatures composites possédant les attributs de plusieurs animaux ainsi que les rêves ou les fantasmes et les utopies impossibles.

Esprit de la forêt d'Odilon Redon. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116bc3e-esprit-de-la-foret-d-odilon-redon

Esprit de la forêt d'Odilon Redon

Esprit de la forêt, 1880, d'Odilon Redon (1840-1916). "Nommer un objet, c’est supprimer les trois quarts de la jouissance du poème qui est faite du bonheur de deviner peu à peu : le suggérer, voilà le rêve. C’est le parfait usage de ce mystère qui constitue le symbole : évoquer petit à petit un objet pour montrer un état d’âme, ou, inversement, choisir un objet et en dégager un état d’âme, par une série de déchiffrements." (par Jules Huret dans Les Échos de Paris, 1891)

Fleur des marais. Source : http://data.abuledu.org/URI/51175d55-fleur-des-marais

Fleur des marais

Fleur des marais, d'Odilon Redon (1840-1916).

Fleurs dans un vase. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116ccfd-fleurs-dans-un-vase

Fleurs dans un vase

Fleurs dans un vase, 1905, par Odilon Redon (1840-1916).

L'ancien chevalier. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116d520-le-vieux-chevalier

L'ancien chevalier

L'ancien chevalier, 1896, par Odilon Redon (1840-1916), lithographie.

L'araignée d'Odilon Redon. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116bf23-l-araignee-d-odilon-redon

L'araignée d'Odilon Redon

L'araignée, 1881, d'Odilon Redon (1840-1916) : "The crying spider" représente une créature mi-humaine mi-monstre, on dirait une araignée qui pleure, elle est triste, elle a une tête d'homme et dix pattes, elle est noire dans une salle blanche, jaune.

L'arbre. Source : http://data.abuledu.org/URI/511760d9-l-arbre

L'arbre

L'arbre, 1890, d'Odilon Redon (1840-1916).

La chasse aux lions de Delacroix. Source : http://data.abuledu.org/URI/51175c25-la-chasse-aux-lions-de-delacroix

La chasse aux lions de Delacroix

La chasse aux lions d'après Delacroix, 1867, par Odilon Redon (1840-1916).

La muse et Pégase. Source : http://data.abuledu.org/URI/51175fc0-la-muse-et-pegase

La muse et Pégase

La muse et Pégase, 1900, par Odilon Redon (1840-1916).

La Voile jaune. Source : http://data.abuledu.org/URI/51176597-la-voile-jaune

La Voile jaune

La Voile jaune, 1905, par Odilon Redon (1840-1916).

Le char d'Apollon. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116c9d2-le-char-d-apollon

Le char d'Apollon

Le char d'Apollon, 1905, par Odilon Redon (1840-1916). Apollon est devenu au Moyen Âge puis à l'époque moderne un dieu solaire, patron de la musique et des arts. Au XIXe siècle, il symbolise la raison, la clarté et l'ordre, considérés comme caractéristiques de l'« esprit grec », par opposition à la démesure et à l'enthousiasme dionysiaques. Ainsi, on a pu écrire de lui qu'il est « le plus grec de tous les dieux » et qu'« aucun autre dieu n'a joué un rôle comparable dans le développement du mode de vie grec ». Peu après sa naissance, Zeus lui remet un char tiré par des cygnes et lui ordonne de se rendre à Delphes. Le dieu n'obéit pas immédiatement, mais s'envole à bord de son char pour le pays des Hyperboréens qui, selon certaines versions, est la patrie de Léto. Là vit un peuple sacré qui ne connaît ni la vieillesse, ni la maladie ; le soleil brille en permanence.

Le coquelicot rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116d17c-le-coquelicot-rouge

Le coquelicot rouge

Le coquelicot rouge, 1895, par Odilon Redon (1840-1916).

Le sourire de l'araignée à dix pattes. Source : http://data.abuledu.org/URI/511762cd-le-sourire-de-l-araignee-a-dix-pattes

Le sourire de l'araignée à dix pattes

Le sourire de l'araignée à dix pattes, 1891, par Odilon Redon (1840-1916).

Le vase turc. Source : http://data.abuledu.org/URI/51175ee5-le-vase-turc

Le vase turc

Le vase turc, 1911, par Odilon Redon (1840-1916).

Nuages en fleurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116c077-nuages-en-fleurs

Nuages en fleurs

Nuages en fleurs, 1903, par Odilon Redon (1840-1916). Les années 1890 et le début du siècle sont une période de transformation, de mutation, c'est l'abandon de ses « noirs », il commence à utiliser le pastel et l'huile, et la couleur domine les œuvres du reste de sa vie.

Orphée à la surface de l'eau. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116dbf6-orphee-a-la-surface-de-l-eau

Orphée à la surface de l'eau

La tête d'Orphée, flottant à la suface de l'eau, 1881, par Odilon Redon (1840-1916). La légende d'Orphée, une des plus singulières de la mythologie grecque, est liée à la religion des mystères ainsi qu'à une littérature sacrée. Aède mythique de Thrace, fils du roi Œagre et de la muse Calliope, il savait par les accents de sa lyre charmer les animaux sauvages et parvenait à émouvoir les êtres inanimés. Il fut comblé de dons multiples par Apollon, et on raconte qu'il ajouta deux cordes à la traditionnelle lyre à sept cordes que lui donna le dieu, en hommage aux neuf muses, auxquelles appartenait sa mère. Il passe pour être l'inventeur de la cithare. Héros voyageur, il participa à l'expédition des Argonautes. Il y faisait office de chef de nage c'est-à-dire qu'il donnait par son chant la cadence aux coups de rame des autres héros. Son chant permit également à l'expédition de résister au danger du chant des sirènes dont il parvint à surpasser le pouvoir de séduction. Il se rendit jusqu'en Égypte, puis revint en Grèce. À la fin de son périple, il rentra en Thrace, dans le royaume de son père. Sa femme, Eurydice (une dryade) fut, lors de leur mariage, mordue au pied par une vipère. Elle mourut et descendit au royaume des Enfers. Orphée put, après avoir endormi de sa musique enchanteresse Cerbère, le monstrueux chien à trois têtes qui en gardait l'entrée, et les terribles Euménides, approcher le dieu Hadès. Il parvint, grâce à sa musique, à le faire fléchir, et celui-ci le laissa repartir avec sa bien-aimée à la condition qu'elle le suive et qu'il ne se retourne ni ne lui parle tant qu'ils ne seraient pas revenus tous deux dans le monde des vivants. Alors qu'Orphée s'apprêtait à sortir des Enfers, il ne put résister à la tentation de contempler sa bien-aimée, et Eurydice disparut définitivement.

Port breton. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116ce2c-port-breton

Port breton

Port breton, 1875-1884, par Odilon Redon (1840-1916).