Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Anémones de mer | Photographie | Anémones | Associations animales | Biologie | Poissons-clowns | Amphiprion | Peinture | Botanique | Actiniaria | Dessins et plans | Printemps | Aquarellistes | Jules Eudes (1856-1938) | Renonculacées | Fleurs dans l'art | Aquarelles | Flore | Cnidaires | Fleurs | ...
Anémone. Source : http://data.abuledu.org/URI/510bec0d-anemone-

Anémone

Cet animal a ainsi été nommé en raison de sa ressemblance avec la fleur. L’anémone magnifique (Heteractis magnifica) est une anémone de mer de la famille des Stichodactylidés. Cette anémone de grande taille mesure de 30 à 50 cm et déployée recouvre près de 1 m. Certains individus peuvent atteindre 1 m. Les tentacules verts ou jaunâtres ne dépassent pas les 7 à 8 cm. La colonne est quant à elle vert, rouge, brune ou mauve. Cette espèce des récifs est présente de la mer Rouge jusqu'à l'océan Pacifique occidental dans une zone allant de 0,5 à 30 m de profondeur. L’anémone de mer abrite 12 espèces de poissons clown.

Anémone. Source : http://data.abuledu.org/URI/53eb9a79-anemone

Anémone

Anémone.

Anémone coronaire. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b524c9-anemone-coronaire

Anémone coronaire

D'après les aquarelles de J. Eudes (Société Linéenne de Caen) dans : A. Guillaumin, ''Les Fleurs de Jardins'', tome I : ''Les Fleurs de Printemps, Paul Lechevalier, 1929. L'Anémone coronaire ou Anémone couronnée (Anemone coronaria) est une plante de la famille des Ranonculacées répandues sur les pelouses, champs, oliveraies, vignes ou cultures à l’abandon des zones basophiles méditerranéennes. Il existe deux types d'anémone couronnée : l'anémone de Caen à fleur unique et l'anémone "St. Brigid'" à fleur double. L'anémone couronnée est également appelée anémone coronaire, anémone des fleuristes ou anémone cultivée. En France, l'anémone couronnée est protégée sur l'ensemble du territoire par l'arrêté du 20 janvier 1982, modifié par l'arrêté du 31 août 1995. Dès le IVe siècle avant notre ère, Théophraste (-372, -288) signalait la floraison précoce de « l'anémone dite « des prairies » [A. coronaria L. et A. pavonina Lam] avec le glaïeul, une jacinthe et presque toutes les autres fleurs de montagnes dont il est fait usage » (Recherche sur les plantes, livre VI).

Anémone de Grèce. Source : http://data.abuledu.org/URI/54de6984-anemone-de-grece

Anémone de Grèce

Anémone de Grèce (Anemone blanda), plante originaire de Grèce et de Turquie qui forme des bulbes, aux feuilles trilobées, aux fleurs bleues, roses ou blanches, constituées d'une quinzaine de pétales allongés. Cette plante qui résiste aux grands froids à condition d'être paillée ou protégée par une surépaisseur de terre est une plante appréciée au jardin d'ornement en potées ou en pleine terre aussi bien à mi-ombre qu'au soleil. Elle apprécie des sols plutôt frais mais légers. La floraison s'étale de mars à mai suivant la localisation. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/An%C3%A9mone_de_Gr%C3%A8ce

Anémone des bois. Source : http://data.abuledu.org/URI/509709e8-anemone-des-bois

Anémone des bois

Planche N°3 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef : Anémone des bois (Anemone nemorosa). Du grec anemos : « vent » et du latin nemorosus : « des bois »), c' est une plante herbacée pérenne de la famille des renonculacées, typique des sous-bois dans les zones tempérées et fraiches de l'hémisphère nord (holarctique). L'anémone des bois forme des tapis qui peuvent être denses en sous-bois, en fleurs en mars-avril. Cette plante à un cycle végétatif précoce, qui lui permet de profiter de la lumière avant que les feuillages des arbres obscurcissent les sous-bois. Les fleurs blanches à blanc-rose suivent la course du soleil, ce qui lui permet probablement de mieux réfléchir les UV solaires et d'être mieux vues par les insectes pollinisateurs. Par temps humide, elles referment leur calice pétaloïde pour protéger leur pollen. Elle est est utilisée en friction locale, contre les rhumatismes. Comme les autres anémones, elle est toxique, en effet 200 mg d'anémonine suffisent à provoquer la mort d'un animal de 10 kg.

Anémone hépatique. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad7a02-anemone-hepatique

Anémone hépatique

Anémone hépatique, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. C'est une plante duveteuse, aux feuilles généralement persistantes pétiolées, en rosette, à trois lobes vert dessus, souvent brun rougeâtre ou violettes dessous. Les fleurs sont généralement bleues (parfois aussi blanches, roses ou pourprées) avec de cinq à dix sépales ovales. C'est une plante à la floraison précoce (mars-avril) dont il existe des variétés cultivées. Habitat type : sous-bois herbacés médioeuropéens, basophiles. Sols riches et frais souvent calcaire au Québec. On la rencontre dans les bois, broussailles, prés, et même rochers, surtout en montagne en Europe continentale. Séchée, elle peut être utilisée pour ses propriétés diurétiques en macération dans de l'eau ou du vin. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hepatica_nobilis

Anémone verte. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c0bd32-anemone-verte

Anémone verte

Les tentacules de cette anémone sont souples, non rétractiles, longs et assez fins, de couleur vert clair, avec la pointe violet-fuchsia. On la trouve sur les fonds rocheux entre 10 et 25m de profondeur.

Anémones blanches. Source : http://data.abuledu.org/URI/535699c3-anemones-blanches

Anémones blanches

Anénomes blanches (Anemone blanda) entourant une anémone mauve.

Anémones coronaires de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad1f49-anemone-coronaire

Anémones coronaires de jardin

Anémone coronaire, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs de Pintemps, Paul Lechevalier, 1929.

Anémones de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad1fd1-anemones-de-jardin

Anémones de jardin

Anémones, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs du Printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Composition florale de mai en 1836. Source : http://data.abuledu.org/URI/53edc55f-composition-florale-de-mai-en-1836

Composition florale de mai en 1836

Illustration de "Nature et romance", 1836, par Louisa Anne Meredith (1812–1895), poète australienne : LOVERS & LILIES, Muguet (Convallaria majalis) et Anémones.

Demoiselles à trois points et anémone magnifique en Mer Rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/5539eb93-demoiselles-a-trois-points-et-anemone-magnifique-en-mer-rouge

Demoiselles à trois points et anémone magnifique en Mer Rouge

Anémone magnifique (Heteractis magnifica) de la famille des Stychodactylidés et Demoiselles à trois points (Dascyllus trimaculatus).

Pollinisation d'anémone des bois. Source : http://data.abuledu.org/URI/50970aa4-pollinisation-d-anemone-des-bois

Pollinisation d'anémone des bois

Anémone sylvie (Anemone nemorosa), pollinisation par un insecte. Nord de la France, 2012-03-24. En zone européenne tempérée, en forêt, là où sa présence est spontanée, elle serait (avec le muguet) un bon bioindicateur d'ancienneté et de la naturalité de la forêt.

Anatomie de l'anémone. Source : http://data.abuledu.org/URI/52b0c2be-anatomie-de-l-anemone

Anatomie de l'anémone

Anatomie de l'anémone (Actiniaria) : 1) tentacule, 2) pharynx, 3) tissu gametogénique (gonade), 5) septum complet, 9) muscle rétracteur, 10) septum incomplet, 13) bouche, 14) disque oral.

Anémone de mer. Source : http://data.abuledu.org/URI/53eb9ac3-anemone-de-mer

Anémone de mer

Anémone de mer.

Anémone de mer du golfe du Mexique. Source : http://data.abuledu.org/URI/52b0b8b6-anemone-de-mer-du-golfe-du-mexique

Anémone de mer du golfe du Mexique

Anémone de mer (Actinoscyphia aurelia, Venus flytrap anemone). Photo prise dans le Golfe du Mexique. Source : Aquapix and Expedition to the Deep Slope 2007, NOAA-OE.

Anémones de mer. Source : http://data.abuledu.org/URI/52b0b481-anemones-de-mer

Anémones de mer

Anémones de mer, 1893, par Giacomo Merculiano (1859–1935).

Anémones de mer. Source : http://data.abuledu.org/URI/52b0b6e1-anemones-de-mer

Anémones de mer

Desriptif de plusieurs anémones de mer, par Giacomo Merculiano (1859–1935) : 1-2) Actinia equina ; 3-5-14) Eloactis mazelii ; 4) Ragactis pulchra ; 6-6a-8) Cerianthus membranaceus ; 7-19) Actinia cari ; 9) Gladactis cortae ; 10) Cereactis aurantiaca ; 11-12-16-17) Heliactis bellis ; 13) Adamsia palliata ; 15) Astroïdes calycularis (corail) ; 18) Anemonia sulcata ; 20) Aiptasia mutabilis ; 21) Bunodes ; 22) Ver tubulaire.

Poisson clown en mer rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/552ed64c-poisson-clown-en-mer-rouge

Poisson clown en mer rouge

Les poissons-clowns (Amphiprion ocellaris) sont remarquables à plusieurs titres. Ils sont principalement connus pour la relation mutualiste qu’ils forment avec dix espèces d’anémones de mer (Heteractis magnifica) — normalement mortelles pour les poissons. Ils se distinguent également des autres espèces de demoiselles par leur hermaphrodisme successif protandre quand les autres espèces sont généralement protogynes. Cette particularité définit une structure sociale particulière au sein d’une anémone. L’individu dominant est la femelle, plus grosse que le reste du groupe. Elle forme un couple stable avec un mâle sexuellement actif, un peu plus petit. Les autres individus du groupe sont des mâles immatures qui n’interviennent pas dans la reproduction.

Poisson clown en mer rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/552ed668-poisson-clown-en-mer-rouge

Poisson clown en mer rouge

Les poissons-clowns (Amphiprion ocellaris) sont remarquables à plusieurs titres. Ils sont principalement connus pour la relation mutualiste qu’ils forment avec dix espèces d’anémones de mer (Heteractis magnifica) — normalement mortelles pour les poissons. Ils se distinguent également des autres espèces de demoiselles par leur hermaphrodisme successif protandre quand les autres espèces sont généralement protogynes. Cette particularité définit une structure sociale particulière au sein d’une anémone. L’individu dominant est la femelle, plus grosse que le reste du groupe. Elle forme un couple stable avec un mâle sexuellement actif, un peu plus petit. Les autres individus du groupe sont des mâles immatures qui n’interviennent pas dans la reproduction.

Poisson clown en mer rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/552ed674-poisson-clown-en-mer-rouge

Poisson clown en mer rouge

Les poissons-clowns (Amphiprion ocellaris) sont remarquables à plusieurs titres. Ils sont principalement connus pour la relation mutualiste qu’ils forment avec dix espèces d’anémones de mer (Heteractis magnifica) — normalement mortelles pour les poissons. Ils se distinguent également des autres espèces de demoiselles par leur hermaphrodisme successif protandre quand les autres espèces sont généralement protogynes. Cette particularité définit une structure sociale particulière au sein d’une anémone. L’individu dominant est la femelle, plus grosse que le reste du groupe. Elle forme un couple stable avec un mâle sexuellement actif, un peu plus petit. Les autres individus du groupe sont des mâles immatures qui n’interviennent pas dans la reproduction.

Poisson clown en mer rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/552ed683-poisson-clown-en-mer-rouge

Poisson clown en mer rouge

Les poissons-clowns (Amphiprion ocellaris) sont remarquables à plusieurs titres. Ils sont principalement connus pour la relation mutualiste qu’ils forment avec dix espèces d’anémones de mer (Heteractis magnifica) — normalement mortelles pour les poissons. Ils se distinguent également des autres espèces de demoiselles par leur hermaphrodisme successif protandre quand les autres espèces sont généralement protogynes. Cette particularité définit une structure sociale particulière au sein d’une anémone. L’individu dominant est la femelle, plus grosse que le reste du groupe. Elle forme un couple stable avec un mâle sexuellement actif, un peu plus petit. Les autres individus du groupe sont des mâles immatures qui n’interviennent pas dans la reproduction.

Poisson clown en mer rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/552ed68f-poisson-clown-en-mer-rouge

Poisson clown en mer rouge

Les poissons-clowns (Amphiprion ocellaris) sont remarquables à plusieurs titres. Ils sont principalement connus pour la relation mutualiste qu’ils forment avec dix espèces d’anémones de mer (Heteractis magnifica) — normalement mortelles pour les poissons. Ils se distinguent également des autres espèces de demoiselles par leur hermaphrodisme successif protandre quand les autres espèces sont généralement protogynes. Cette particularité définit une structure sociale particulière au sein d’une anémone. L’individu dominant est la femelle, plus grosse que le reste du groupe. Elle forme un couple stable avec un mâle sexuellement actif, un peu plus petit. Les autres individus du groupe sont des mâles immatures qui n’interviennent pas dans la reproduction.

Poisson clown en mer rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/552ed699-poisson-clown-en-mer-rouge

Poisson clown en mer rouge

Les poissons-clowns (Amphiprion ocellaris) sont remarquables à plusieurs titres. Ils sont principalement connus pour la relation mutualiste qu’ils forment avec dix espèces d’anémones de mer (Heteractis magnifica) — normalement mortelles pour les poissons. Ils se distinguent également des autres espèces de demoiselles par leur hermaphrodisme successif protandre quand les autres espèces sont généralement protogynes. Cette particularité définit une structure sociale particulière au sein d’une anémone. L’individu dominant est la femelle, plus grosse que le reste du groupe. Elle forme un couple stable avec un mâle sexuellement actif, un peu plus petit. Les autres individus du groupe sont des mâles immatures qui n’interviennent pas dans la reproduction.

Poisson clown en mer rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/552ed6a6-poisson-clown-en-mer-rouge

Poisson clown en mer rouge

Les poissons-clowns (Amphiprion ocellaris) sont remarquables à plusieurs titres. Ils sont principalement connus pour la relation mutualiste qu’ils forment avec dix espèces d’anémones de mer (Heteractis magnifica) — normalement mortelles pour les poissons. Ils se distinguent également des autres espèces de demoiselles par leur hermaphrodisme successif protandre quand les autres espèces sont généralement protogynes. Cette particularité définit une structure sociale particulière au sein d’une anémone. L’individu dominant est la femelle, plus grosse que le reste du groupe. Elle forme un couple stable avec un mâle sexuellement actif, un peu plus petit. Les autres individus du groupe sont des mâles immatures qui n’interviennent pas dans la reproduction.

Poisson clown en mer rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/552ed6b1-poisson-clown-en-mer-rouge

Poisson clown en mer rouge

Les poissons-clowns (Amphiprion ocellaris) sont remarquables à plusieurs titres. Ils sont principalement connus pour la relation mutualiste qu’ils forment avec dix espèces d’anémones de mer (Heteractis magnifica) — normalement mortelles pour les poissons. Ils se distinguent également des autres espèces de demoiselles par leur hermaphrodisme successif protandre quand les autres espèces sont généralement protogynes. Cette particularité définit une structure sociale particulière au sein d’une anémone. L’individu dominant est la femelle, plus grosse que le reste du groupe. Elle forme un couple stable avec un mâle sexuellement actif, un peu plus petit. Les autres individus du groupe sont des mâles immatures qui n’interviennent pas dans la reproduction.

Poisson-clown et anémone de mer. Source : http://data.abuledu.org/URI/50e64079-poisson-clown-et-anemone-de-mer

Poisson-clown et anémone de mer

Les poissons-clowns (Amphiprion ocellaris) sont remarquables à plusieurs titres. Ils sont principalement connus pour la relation mutualiste qu'ils forment avec dix espèces d'anémones de mer (Heteractis magnifica) — normalement mortelles pour les poissons. Ils se distinguent également des autres espèces de demoiselles par leur hermaphrodisme successif protandre quand les autres espèces sont généralement protogynes. Cette particularité définit une structure sociale particulière au sein d'une anémone. L'individu dominant est la femelle, plus grosse que le reste du groupe. Elle forme un couple stable avec un mâle sexuellement actif, un peu plus petit. Les autres individus du groupe sont des mâles immatures qui n'interviennent pas dans la reproduction.

Tapis d'anémones en sous-bois. Source : http://data.abuledu.org/URI/50970b80-tapis-d-anemones-en-sous-bois

Tapis d'anémones en sous-bois

Sous-bois tapissé d'anémones des bois (Anemone nemorosa).