Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Flore | Botanique | Peinture | Fleurs dans l'art | Aquarelles | Aquarellistes | Printemps | Jules Eudes (1856-1938) | Plantes des jardins | Plantes de jardins | Photographie | Plantes marines | Flore méditerranéenne | Flore marine | Plantes méditerranéennes | Renonculacées | Brassicacées | Faune marine | Coloriages | Dictionnaires en images | ...
Adonis printanier de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53aca259-adonis-printanier

Adonis printanier de jardin

Adonis vernalis, d'après les aquarelles de J. Eudes dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs de Printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Anémone hépatique. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad7a02-anemone-hepatique

Anémone hépatique

Anémone hépatique, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. C'est une plante duveteuse, aux feuilles généralement persistantes pétiolées, en rosette, à trois lobes vert dessus, souvent brun rougeâtre ou violettes dessous. Les fleurs sont généralement bleues (parfois aussi blanches, roses ou pourprées) avec de cinq à dix sépales ovales. C'est une plante à la floraison précoce (mars-avril) dont il existe des variétés cultivées. Habitat type : sous-bois herbacés médioeuropéens, basophiles. Sols riches et frais souvent calcaire au Québec. On la rencontre dans les bois, broussailles, prés, et même rochers, surtout en montagne en Europe continentale. Séchée, elle peut être utilisée pour ses propriétés diurétiques en macération dans de l'eau ou du vin. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hepatica_nobilis

Anémones coronaires de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad1f49-anemone-coronaire

Anémones coronaires de jardin

Anémone coronaire, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs de Pintemps, Paul Lechevalier, 1929.

Anémones de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad1fd1-anemones-de-jardin

Anémones de jardin

Anémones, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs du Printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Arabette des Alpes. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad26cb-arabette-des-alpes

Arabette des Alpes

Arabette des Alpes (Arabis caucasica), D'après les aquarelles de Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs de Printemps, Paul Lechevalier, 1929. Le nom d'« arabette » fait référence au fait que ces plantes affectionnent les sols sablonneux, qui font penser au désert d'Arabie. Leur aire de répartition couvre l'ensemble des régions tempérées et froides de l'Eurasie. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Arabette

Armérie maritime sauvage. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad28f6-armerie-maritime-sauvage

Armérie maritime sauvage

Oeillets marins, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs de Printemps, Paul Lechevalier, 1929. L'armérie maritime (Armeria maritima), œillet marin, gazon d'Olympe ou gazon d'Espagne, est une espèce de plantes herbacées vivaces de la famille des Plumbaginaceae. Sa répartition est au niveau du littoral de l'hémisphère nord. En France, elle est rencontrée sur les côtes de la Manche et de l'Atlantique (Vendée, Bretagne), sur les rochers et pelouses de bords de mer, battus par les embruns. C'est une plante basse à souche ramifiée, formant des coussinets, à feuilles linéaires, à fleurs roses en têtes denses, arrondies. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9rie_maritime

Asphodeline de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad2db7-asphodeline-de-jardin

Asphodeline de jardin

Asphodeline ou bâton de Jacob, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs de Printemps, Paul Lechevalier, 1929. Asphodeline est un genre de plantes de la famille des Liliaceae selon la classification classique, ou des Asphodelaceae ou des Xanthorrhoeaceae selon la classification phylogénétique. Ce sont des plantes des zones rocailleuses et des prairies sèches méditerranéennes. On trouve également des espèces de ce genre ailleurs en Europe, en Asie, en Afrique. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Asphodeline

Aubriettes de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad1e85-aubriettes

Aubriettes de jardin

Aubriettes de Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs de Printemps, Paul Lechevalier, 1929. Aubrieta est un genre botanique qui regroupe environ 12 espèces de plantes à fleurs de la famille des brassicacées, originaires d'Europe et d'Asie centrale. Ce genre a été dédié par Michel Adanson au peintre et dessinateur Claude Aubriet (1665-1742). Les Aubrieta sont des plantes herbacées vivaces, parfois appelées "aubriettes" ou "aubriéties". En avril-mai, les fleurs d'environ 2 cm de diamètre font leur apparition. Ces fleurs se composent de 4 pétales et leur cœur forme une croix de couleur blanche ou jaune. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Aubrieta

Bergénie ou oreille-d'éléphant. Source : http://data.abuledu.org/URI/53adbcdd-bergenie-ou-oreille-d-elephant

Bergénie ou oreille-d'éléphant

Saxifrage crassifolia, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. L'épithète spécifique crassifolia se compose des étymons latins crassus "épais" et folium "feuilles". La floraison s'étale sur les mois de février-mars-avril. Les plantes cultivées sont plus vigoureuses que le type sauvage et atteignent 40-50 cm de haut. Elle apprécie les sols humifères et frais, à la mi-ombre ou à l'ombre. Elle vient en plein soleil dans un sol frais. Elle résiste bien au gel, puisqu'elle peut supporter -15 °C. Elle constitue un excellent couvre-sol, notamment en sous-bois de feuillus et aux bords des bassins. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bergenia_crassifolia

Bleuets vivaces. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad372c-bleuets-vivaces

Bleuets vivaces

Centaurea montana ou bleuet vivace, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Cette Centaurée est une plante rhizomateuse, duveteuse, plus ou moins ramifiée, aux feuilles molles, allongées, entières, aux fleurs bleues parfois pourpres en capitules avec de très longs fleurons externes, aux bractées à la base du capitule à bord brun-noir. Hauteur : de 50 cm à 1 m selon les variétés. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Centaurea_montana

Bourrache printanière. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad4293-bourrache-printaniere

Bourrache printanière

Omphalodes verna ou bourrache printanière, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Il s'agit d'une plante herbacée vivace, de 10 à 30 centimètres de haut, formant une touffe stolonifère. Les tiges, grêles, érigées, non ramifiées, portent des feuilles alternes, lancéolées vert-clair, minces, à une nervure centrale et pubescentes. Le limbe atteint 7 cm. La floraison s'étend de mars à juin. Les fleurs sont bleues à œillet blanc, de cinq à vingt en racème de cymes unipares hélicoïdes. La corolle de la fleur est large de dix à quinze millimètres, une à deux fois plus longue que le calice. Cette espèce compte 48 chromosomes : il s'agit d'une espèce tétraploïde. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Omphalodes_verna

Campanules à grandes fleurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad30cd-campanules-a-grandes-fleurs

Campanules à grandes fleurs

Campanules à grandes fleurs, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs de Printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Cariatide de Flore à Cauterets. Source : http://data.abuledu.org/URI/55184be7-cariatide-de-flore-a-cauterets

Cariatide de Flore à Cauterets

Cariatide de Flore à Cauterets 65, détail de la façade de la Résidence Continental.

Coquelourdes des jardins. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad3b12-coquelourdes-des-jardins

Coquelourdes des jardins

Silène Rose-du-ciel (coeli-rosa) et coquelourde des jardins (Lychnis coronaria). Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs du printemps, Paul Lechevalier, 1929. La coquelourde des jardins (Silene coronaria) est une plante herbacée vivace appartenant au genre Silene et à la famille des Caryophyllacées. D'origine plutôt méditerranéenne et montagnarde, elle est très cultivée, formant des massifs spectaculaires au feuillage argenté et aux fleurs d'un pourpre ou d'un grenat intense. À noter l'existence d'une variété horticole à fleurs blanches. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lychnis_coronaria

Corydalis ou Fumeterre jaune. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad3b98-corydalis-ou-fumeterre-jaune

Corydalis ou Fumeterre jaune

Corydalis ou Fumeterre jaune, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs du Printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Crocus ou safran printanier. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad3c1b-crocus-ou-safran-printanier

Crocus ou safran printanier

Crocus ou safran printanier, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Deux variétés d'iberis de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad7bb7-deux-varietes-d-iberis-de-jardin

Deux variétés d'iberis de jardin

Iberis sempervirens, Ibéris toujours vert et Iberis umbellata, Tabouret lilas, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Le genre a donné son nom à la Piéride de l'Ibéride, papillon dont la chenille apprécie certaines espèces du genre. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Iberis

Dicentra de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad4516-dicentra-de-jardin

Dicentra de jardin

Dicentra de jardin, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Dicentra (du grec dis, deux et kentron, éperon) est un genre de plantes herbacées de la famille des Fumariaceae selon la classification classique de Cronquist (1981), de la famille des Papaveraceae actuellement. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dicentra

Doronic du Caucase. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad52f4-doronic-du-caucase

Doronic du Caucase

Doronic du Caucase, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Les espèces du genre Doronicum, les doronics, sont des plantes vivaces à racine un peu épaisse, tubéreuse ou stolinifère, oblongue, noueuse, fibreuse et brune en dehors, blanche en dedans. La tige droite, simple ou peu rameuse est pubescente, cylindrique et peut atteindre 1 mètre de haut. Les feuilles sont assez grandes, un peu velues, à pétiole poilu ou presque glabre. Les fleurs se forment en capitules terminaux jaunes d'or. L'involucre a des bractées égales, imbriquées sur 2 ou 3 rangs, les ligules jaunes se situant sur un seul rang. Les fruits sont des akènes oblongs, cylindriques, pubescents et pourvus de côtes saillantes. Ceux du centre sont couronnés d'une aigrette de soie disposées sur plusieurs rangs. La pièce justificative la plus ancienne provient d'un poème médiéval traduit par Olivier de La Haye (Poème sur la Grande Peste) de 1425. Ce serait une traduction d'une source arabe ou persane. Ces indications se sont probablement rapportées aux fleurs de couleur jaune d'or pour en justifier le nom persan "daraniya" pour "or". Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Doronicum

Ephémères de Virginie. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad5b00-ephemeres-de-virginie

Ephémères de Virginie

Ephémères de Virginie, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Les Tradescantia ou setcréasées sont des plantes monocotylédones de la famille des Commelinaceae. C'est un genre regroupant des plantes herbacées venant d'Amérique, aux feuilles engainantes et aux fleurs à trois pétales. Elles sont appelées familièrement misères, en raison de leur tendance à coloniser les espaces, ou éphémères, car chaque fleur ne vit qu'une journée (mais la plante continue tout de même de fleurir au cours du temps). Certaines d'entre elles, telles les misères pourpres (Tradescantia pallida) sont appréciées pour leur feuillage décoratif en appartement. D'autres, comme l'éphémère de Virginie, sont appréciées dans les jardins de par leur feuillage et leur floraison. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tradescantia

Erysimum de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad5c52-erysimum-de-jardin

Erysimum de jardin

Erysimum, ou Velar, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Erythronium ou Dent-de-chien. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad5dae-erythronium-ou-dent-de-chien

Erythronium ou Dent-de-chien

Erythronium ou Dent-de-chien, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Erythronium est un genre de plantes herbacées de la famille des Liliaceae. Ces espèces sont parfois appelées "dent-de-chien" en raison de leur bulbe qui ressemble à une canine de chien. Les anglophones les nomment parfois "trout lily" car les feuilles de plusieurs espèces ont des taches un peu comme une truite arc-en-ciel. Il en existe 20 à 30 espèces selon les auteurs. Une seule est indigène en Europe (Erythronium dens-canis). Ces plantes bulbeuses sont à floraison printanière. Leur fleurs qui ressemblent à celles de lys miniatures, apparaissent seule ou en petit nombre sur une tige nue. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Erythronium

Fréesias de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad65f6-freesias-de-jardin

Fréesias de jardin

Fréesias (Freesia refracta), Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. S'accommodant très bien de la sécheresse, le freesia semble apprécier particulièrement le climat méditerranéen. Dès le début de l'hiver ses feuilles poussent en touffes, les fleurs attendant le début du printemps pour éclore, se développant en grappes le long d'une hampe assez frêle. Leur parfum, très capiteux, ressemble un peu à celui du jasmin. Elles sont d'ailleurs de plus en plus fréquemment utilisées en parfumerie comme note de cœur, par exemple dans Noa, parfum de Cacharel (1998) ou dans Hugo Just Different, parfum Hugo Boss (2011). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Freesia

Fritillaire impériale. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad673d-fritillaire-imperiale

Fritillaire impériale

Fritillaire impériale, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. La fritillaire impériale (Fritillaria imperialis) encore appelée couronne impériale est une plante herbacée vivace de la famille des Liliacées. Le nom ancien de la couronne impériale était Larmes de Marie. Son nom persan (gole achke) signifie la fleur qui pleure. L'inflorescence est composée d'un verticille de fleurs en forme de clochettes disposées au sommet de la tige et tournées vers le bas, surmontée d'une houppe de bractées constituant la « couronne » (d'où le nom vernaculaire de la plante). La variété sauvage possède des fleurs orangées, alors que les couleurs des variétés cultivées varient du rouge écarlate au jaune. Elle possède une odeur particulière qui éloigne souris, taupes et autres rongeurs. Dans l'hémisphère nord, la floraison a lieu aux mois d'avril et de mai. Au XVIIe siècle, cette fleur faisait l'objet de compétitions acharnées entre collectionneurs, tous cherchant à multiplier le nombre des fleurs ou celui des étages de clochettes. Chacun des six tépales porte à sa base, une petite tache. Il s'agit de nectaires sécrétant des gouttes de nectar. Elle fut découverte en 1580 par le botaniste français Charles de L'Écluse. Mais l'on dit qu’elle était déjà cultivée dans les jardins du sultan ottoman Soliman le Magnifique. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fritillaire_imp%C3%A9riale

Giroflées des jardins. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad6c35-giroflees-des-jardins

Giroflées des jardins

Giroflées des jardins, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Giroflées des murailles. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad6bd0-giroflees-des-murailles

Giroflées des murailles

Giroflées de murailles, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Gyroselles de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad73f1-gyroselles-de-jardin

Gyroselles de jardin

Dodecathéon ou gyroselle, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Hellébore d'hiver. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad7505-hellebore-d-hiver

Hellébore d'hiver

Helléborine ou hellébore d'hiver, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Cette plante bulbeuse qui s'étend en tapis possède des fleurs jaunes ressemblant à des boutons d'or au cœur d'une collerette verte, mesurant de 5 à 8 cm de hauteur. Elle apprécie de pousser sous les arbres. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Eranthis_hyemalis

Héllébore noir ou rose de Noël. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad76d9-hellebore-noir-ou-rose-de-noel

Héllébore noir ou rose de Noël

Héllébore noir ou rose de Noël, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. On l'appelle également herbe aux fous, pied de griffon, pied de lion, patte d’ours, rose de serpent ou pain de couleuvre. C'est la seule espèce de la section Helleborus. Jadis, l'Helleborus niger , était considérée comme une plante magique associée à la magie noire. Selon la légende, lorsque le bétail paraissait empoisonné, il fallait lui percer l'oreille et y glisser un fragment de racine de Rose de Noël et l'animal était rétabli en 24 heures. La rose de Noël ne fleurit à cette période qu’à l’intérieur, en pots maintenus à température ambiante. À l’extérieur elle fleurit en général en février – mars. Au Moyen Âge, la plante s'appelait aussi aliboron, terme de l'ancien français issu lui-même du grec elleboros, folie. Considérée comme un remède universel contre la folie dès l'Antiquité, aliboron a pu être associé au nom de maistre pour désigner le médecin, puis le savant et enfin l'âne ou le "maître Aliboron", personnage ridicule car se mêlant de tout. Helleborus niger est une des rares espèces d’hellébores qui produisent des exemplaires à fleurs doubles. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Helleborus_niger

Iris pumila de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad820b-iris-pumila-de-jardin

Iris pumila de jardin

Iris pumila de jardin, ou iris nain, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Iris pumila (appelé aussi Iris nain mais qui est une dénomination vernaculaire commune à Iris lutescens, espèce proche au moins dans sa taille) - est une plante herbacée vivace de la famille des Iridacées originaire d'Asie et d'Europe centrales. Il s'agit d'un iris à rhizome. Sa taille reste modeste : 10 à 20 centimètres de haut. Cette caractéristique est à l'origine de l'épithète spécifique. La floraison a lieu d'avril à mai. La fleur, lavande ou bleu foncé dans les formes botaniques, mais de diverses couleurs dans les variétés horticoles - principalement jaune -, comporte trois grands sépales à crête jaune et trois pétales de plus petite taille. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Iris_pumila

Jacinthes d'orient. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad8602-jacinthes-d-orient

Jacinthes d'orient

Trois jacinthes d'orient, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Julienne des dames. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad9388-julienne-des-dames

Julienne des dames

Julienne des dames (Hesperis matronalis) par Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. La julienne des dames est une plante à fleurs pourpres, parfois blanches, de la famille des Brassicaceae. Elle est connue aussi sous les noms de girarde, giroflée des dames, violette de Damas, cassolette beurrée, aragone. Le terme Hesperis vient du grec hesperos "soir", en raison de l'agréable parfum que diffusent ses fleurs en fin de journée. Le terme matronalis signifie en latin "dames". Les feuilles sont oblongues ou lancéolées, dentées, couvertes de pois courts qui les rendent rugueuses. Les fleurs de 15–20 mm de diamètre sont de couleur lilas, blanches ou panachées, odorantes. Les sépales sont à peu près de même longueur que le pédicelle. La floraison a lieu de mai à juillet. Elle croît spontanément dans les lieux frais et ombragés, fourrés et forêts ripicoles, lisières forestières, chemins, coupes. C'est aussi une plante cultivée comme ornementale. On la trouve souvent dans les mélanges de fleurs de jachères car elle se ressème facilement. Elle est souvent subspontanée. C'est une plante mellifère. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Julienne_des_dames

Monnaie-du-pape. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad9512-monnaie-du-pape

Monnaie-du-pape

Lunaria annua ou Monnaie-du-pape, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Le ter me « lunaire », adjectif lié à la Lune, est lié à la forme des fruits de la monnaie-du-pape. Ce motif a été très représenté dans le mouvement Art nouveau de l'École de Nancy. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lunaire

Muflier à grandes fleurs ou gueule-de-loup. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad963b-muflier-a-grandes-fleurs-ou-gueule-de-loup

Muflier à grandes fleurs ou gueule-de-loup

Mufliers des jardins, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Leur forme singulière est à l'origine du nom Gueule-de-loup de la plante puisque, lorsque l'on pince les côtés de la fleur, celle-ci s'ouvre comme une gueule. Le Muflier atteint une hauteur de 15 à 150 cm. Il fleurit durant l'été et l'automne. Ses fleurs sont blanches, rouges, roses ou jaunes. Ses feuilles sont étroites et ont une longueur de 2 à 8 cm. Il est connu dans les jardins depuis 1583. C'était l'hôte privilégié des jardins de curés. On l'utilise aujourd'hui en rocailles, murets, massifs, jardinières, fleurs coupées et en suspension (selon la variété). Le Muflier apprécie les sols drainants, riches, humifères, à pH neutre. Il est sensible à l'appauvrissement annuel du sol. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Muflier_%C3%A0_grandes_fleurs

Muguet. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad96c0-muguet

Muguet

Muguet, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Myosotis. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad9def-myosotis

Myosotis

Myosotis, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Narcisses en fleurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad9e85-narcisses-en-fleurs

Narcisses en fleurs

Narcisses, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Nivéole et Galantine. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad9fc6-niveole-galantine

Nivéole et Galantine

Nivéole printanière ou claudinette et galantine perce-neige, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Pâquerettes vivaces. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ada8c2-paquerettes-vivaces

Pâquerettes vivaces

Bellis perennis ou pâquerette vivace, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. La pâquerette est haute de dix à vingt centimètres. Ses fleurs naissent sur des inflorescences appelées capitules. Celles du pourtour, qui ont l'aspect de pétales, sont appelées fleurs ligulées, parce qu'elles ont la forme d'une languette, ou demi-fleurons. Ce sont des fleurs femelles ; leur couleur varie du blanc au rose plus ou moins prononcé. Celles du centre, jaunes, appelées fleurs tubuleuses, parce que leur corolle forme un tube, ou fleurons, sont hermaphrodites. Ainsi, ce qu'on considère ordinairement comme une fleur de pâquerette n'est pas, du point de vue botanique, une fleur unique mais un capitule portant de très nombreuses fleurs. La pâquerette est très rustique. On la trouve dans les prés, les pelouses, les bords de chemins, les prairies, sur les gazons et les zones d'herbe rase. Leurs fruits s'envolent grâce au vent (anémochorie) et dégagent des odeurs qui attirent les insectes. Elles ont la particularité, comme certaines autres fleurs de plantes herbacées, de se fermer la nuit et de s'ouvrir le matin pour s'épanouir au soleil ; elles peuvent aussi se fermer pendant les averses, voire un peu avant, ce qui permettrait dans les campagnes de prédire la pluie légèrement à l'avance. En phytothérapie, la pâquerette est souvent utilisée pour lutter contre l'hypertension et l'artériosclérose (utilisation des fleurs et des feuilles). En infusion, une cuillère par tasse d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes, 3 tasses par jour. Les pâquerettes survivant très bien aux tontes répétées même très rases dans un gazon, où elles sont particulièrement visibles, elles ont donné lieu à l'expression "au ras des pâquerettes" signifiant "au ras du sol" et, métaphoriquement, "sans intelligence". La pâquerette est parfois utilisée pour le jeu d'effeuillage de la marguerite. Victor Hugo y fait référence dans Les Misérables. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A2querette

Pensées des jardins. Source : http://data.abuledu.org/URI/53adacaf-pensees-des-jardins

Pensées des jardins

Pensées, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Pieds d'alouette. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad441e-pieds-d-alouette

Pieds d'alouette

Dauphinelles ou Pieds-d'alouette, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Le genre Delphinium, les dauphinelles ou pieds-d'alouette, regroupe plus de 350 espèces de plantes herbacées généralement vivaces, rarement annuelles ou bisannuelles, de la famille des Renonculacées. Elles sont surtout originaires des régions tempérées de l'hémisphère nord. Le nom latin "Delphinium" et son dérivé français "dauphinelle" vient de Dioscoride et décrit la forme du bouton floral, qui ressemblerait au rostre du dauphin. Toutes les parties de la plante contiennent l'alcaloïde delphinine ainsi que d'autres alcaloïdes diterpéniques et sont très toxiques, provoquant des vomissements lorsqu'ils sont ingérés et même la mort à forte dose. À faible dose, des extraits de cette plante ont été utilisés en phytothérapie. Le jus des fleurs mélangé à de l'alun donne une encre bleue. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Delphinium

Pivoine mâle. Source : http://data.abuledu.org/URI/53adaf3c-pivoine-male

Pivoine mâle

Poenia carollina, Pivoine mâle, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.Étymologie : Péon (Παιὠν - Paiôn) était un des plus anciens dieux guérisseurs des grecs, puisqu'il est mentionné dans les tablettes en linéaire B de Knossos en Crête. Il soigna et guérit Hadès et Arès de leurs blessures de guerre. Les anciens Grecs dénommaient aussi la pivoine "paiônia". Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pivoine

Pivoines à odeur de roses. Source : http://data.abuledu.org/URI/53adae2d-pivoines-a-odeur-de-roses

Pivoines à odeur de roses

Pivoine albiflora, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Primevères. Source : http://data.abuledu.org/URI/53adafc6-primeveres

Primevères

Primevère des jardins et primevère à grandes fleurs, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Primevères de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad2f08-primeveres-de-jardin

Primevères de jardin

Primevère de jardin (Primula auricula) ou oreille d'ours, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Fleurs de Printemps, Paul Lechevalier, 1929. Primula auricula, appelée Oreille d'ours comme l'épiaire laineuse, ou parfois Auricule, est une plante vivace formant une rosette de feuilles, parfois blanc farineux et faiblement charnues. Elle fait partie de la famille des Primulacées et est originaire des régions alpines (Alpes occidentales, Jura, Vosges, Tatras). C'est une espèce très rustique. Ramenée des Alpes des environs d'Innsbruck, les premières plantes furent cultivées dans le jardin des plantes de Vienne dès le XVIe siècle par le botaniste Charles de L'Écluse. Elle se répandit à travers toute l'Europe dès le XVIIe siècle, où on la retrouve dans des peintures flamandes dès le début du siècle. Elle sera ramenée par des tisserands exilés en Angleterre. Elle est notamment présentée à la Cour de France en 1685. Au XIXe siècle dans la région de Liège, elle suscitera une véritable passion, qui n'était pas sans rappeler la tulipomanie du XVIIe siècle, donnant notamment leur nom à diverses variétés. Jusqu'à 1.000 variétés seront recensées. Les habitants y présentent notamment leurs collections en de petits gradins aux fenêtres ou sur les balcons, dénommés "Théâtres d'Auricules". Ces "théâtres" de 5 ou 6 gradins disposent généralement d'un fond peint. La mode gagnera Paris vers 1850, mais déclinera sur le continent peu après. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Primula_auricula

Renoncules des fleuristes. Source : http://data.abuledu.org/URI/53adbaf3-renoncules-des-fleuristes

Renoncules des fleuristes

Renoncules des fleuristes, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Sanguinaires du Canada. Source : http://data.abuledu.org/URI/53adbb87-sanguinaires-du-canada

Sanguinaires du Canada

Sanguinaires du Canada, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Saxifrages. Source : http://data.abuledu.org/URI/53adbd6c-saxifrages

Saxifrages

Saxifrages, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Scilles de jardins. Source : http://data.abuledu.org/URI/53adbde5-scilles-de-jardins

Scilles de jardins

Scilles, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929.

Silènes de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53adbf99-silenes-de-jardin

Silènes de jardin

Silènes de jardin, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Ce sont des plantes à feuilles opposées, glabres ou duveteuses. Les fleurs sont en grappes lâches. Le calice est tubulaire portant de 10 à 30 nervures et se termine par 5 dents. Les 5 pétales sont bilobés ou finement divisés en lanières. il y a 10 étamines, et 3 (parfois 5) styles. Plusieurs espèces ont ou peuvent avoir des fleurs unisexuées. Dans ce cas le calice des fleurs femelles est généralement plus enflé que celui des fleurs mâles. Le fruit est une capsule à 5 loges, portée par un "pied". Il faut enlever le calice qui est persistant pour le voir. C'est une baie dans l'espèce S. baccifera. Le nom du genre est certainement lié au personnage de Silène, père adoptif et précepteur de Dionysos, toujours représenté avec un ventre enflé semblable aux calices de nombreuses espèces, par exemple S. vulgaris (le Silène enflé) ou S. conica au calice en outre, telle la panse de Silène. À partir du tissu placentaire de fruits de Silene stenophylla stockés par des écureuils il y a plus de 32 000 ans et retrouvés dans du pergélisol en Sibérie, des chercheurs ont réussi à régénérer cette plante. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sil%C3%A8ne_%28plante%29

Ciste de Montpellier en fleurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/554f2f0b-ciste-de-montpellier-en-fleurs

Ciste de Montpellier en fleurs

Ciste de Montpellier en fleurs au gouffre de l'Oeil Doux (Massif de La Clape, Fleury, Aude) en mai 2015. Le Ciste de Montpellier (Cistus monspeliensis) est un arbuste de la garrigue, supportant bien une période d'aridité et appréciant les sols calcaires. Son feuillage persistant vert et tomenteux est composé de feuilles lancéolées, rugueuses, réticulées, simples, trinervées, et sans pétiole net. Les fleurs très parfumées et pollénifères attirent papillons et insectes qui permettent ainsi une bonne pollinisation. Les fruits sont des capsules ovales déhiscentes à 5 valves contenant de nombreuses graines. La dissémination des fruits est favorisée par les oiseaux et les petits mammifères. C'est une plante dont l'utilisation est fondamentale pour coloniser les terrains dégradés et arides car elle s'adapte parfaitement aux conditions difficiles des sols pauvres de la garrigue ainsi que des sols pauvres proches des zones côtières méditerranéennes. En freinant l'érosion de ceux-ci, elle ralentit leur désertification. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cistus_monspeliensis

Croquis d'hippocampes. Source : http://data.abuledu.org/URI/53fddd03-croquis-d-hippocampes

Croquis d'hippocampes

Croquis d'hippocampes, imagier 2014 de RyXéo.

Croquis de baleine. Source : http://data.abuledu.org/URI/53fba973-croquis-de-baleine

Croquis de baleine

Croquis de baleine, imagier 2014 de RyXéo.

Croquis de crevette. Source : http://data.abuledu.org/URI/53fbb2da-croquis-de-crevette

Croquis de crevette

Croquis de crevette, imagier 2014 de RyXéo.

Faune et flore du département du Lot. Source : http://data.abuledu.org/URI/5305a7f1-faune-et-flore-du-departement-du-lot

Faune et flore du département du Lot

Dépt. du Lot (région sud-ouest) - Fonds Ancely, BM Toulouse. Titre complet du recueil : Atlas national illustré des 86 Départements et des Possessions de la France divisé par Arrondissements, Cantons et Communes avec le tracé de toutes les routes, chemins de fer et canaux. Dressé d'après les Travaux du Cadastre du Dépôt de la Guerre et des Ponts et Chaussées par Victor Levasseur (1800–1870), Ingénieur Géographe attaché au Génie du Cadastre et de la Ville de Paris. Gravé sur acier par les meilleurs artistes. Imprimerie de Lemercier à Paris ou imprimerie Dupuich à Paris. Cartouches avec les portraits de Murat et de Fénelon. Animaux de basse-cour en bas à droite et produits de la ferme en bas à gauche ; pont de Cahors sur le Lot.

Paysages sousmarins. Source : http://data.abuledu.org/URI/50fac9db-paysages-sousmarins

Paysages sousmarins

Lithographie de Anton Seder (1850–1916), Art Nouveau 1890 : paysages sous-marins.

Pin parasol à Rome. Source : http://data.abuledu.org/URI/539c99bd-pin-parasol-a-rome

Pin parasol à Rome

Pin parasol (Pinus pinea) à Rome.

Pin parasol couché par le vent en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/539c9ad6-pin-parasol-couche-par-le-vent-en-corse

Pin parasol couché par le vent en Corse

Pin parasol (Pinus pinea) sur le site du Ricanto à Ajaccio, Corse-du-Sud.

Pin parasol en Catalogne. Source : http://data.abuledu.org/URI/539c975e-pin-parasol-en-catalogne

Pin parasol en Catalogne

Pin parasol (Pinus pinea), "Pí Rodó" en Catalan, à Cambrils, Tarragone.