Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Péages | Peinture | Routes à péage | Suède | Pluie | Louis-Léopold Boilly (1761-1845) | Péages urbains | Droit de passage | Signalisation routière | Dessins et plans | Dix-neuvième siècle | Balances | Ethnologie | Barrières d'octroi | Octrois | Impôts indirects | Gravure |
Bureau de l'octroi au XIXème siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/524d8db2-bureau-de-l-octroi-au-xixeme-siecle

Bureau de l'octroi au XIXème siècle

Le tour de la France par deux enfants, par George Bruno, pseudonyme d'Augustine Fouillée (née Tuillerie), 1877, p.99 ; manuel scolaire, édition de 1904 : Octroi et Bascule. - Aux portes de toutes les villes sont des bureaux d'octroi où l'on doit payer les droits d'entrée sur les marchandises. - Pour peser les voitures et fixer le poids des marchandises qu'elles portent, on les fait passer sur la plate-forme d'une bascule. Cette plate-forme, à l'aide d'un levier, soulève le fléau d'une balance qui se trouve à l'intérieur du bureau d'octroi, et l'employé lit, sur le bras de fer, le nombre de kilogrammes.

Panneau routier de péage. Source : http://data.abuledu.org/URI/513845c2-panneau-routier-de-peage

Panneau routier de péage

Panneau routier suédois signalant une section à péage.

Péage du Passez-payez. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d9704a-peage-du-passez-payez

Péage du Passez-payez

Passez-Payez sous la pluie à Paris, 1803, par Louis-Léopold Boilly (1761-1845). « Passez payez » est la devise et le cri des décrotteurs parisiens qui, pendant les années qui suivent la Révolution, chaque fois qu'il pleut, posent une planche à travers la chaussée pour les passants qui souhaitent traverser sans s'enfoncer dans la boue et veulent bien leur verser en contrepartie un droit de passage. Au lendemain de la Révolution et des guerres qui l'ont suivie, la capitale abrite une foule de pauvres et de déracinés à la recherche de moyens de subsister. C'est ainsi que vers les années 1800, certains d'entre eux imaginent, à l'aide d'une simple planche munie à l'une de ses extrémités de deux roues, un nouveau service à offrir aux membres des classes aisées.