Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Réseaux (géodésie) | Photographie | Géodésie | Dessins et plans | Nivellement | Triangulation | Géographie | Bornes | Institut géographique national. France | Représentation de Mercator | Canevas topométriques | Cartes de monde | Méridiens | Terre -- Rotation | Cartographie | Satellites artificiels en navigation | Sciences spatiales | Gerard Mercator (1512-1594) | Pyramides | Méridien de Greenwich | ...
Archives de lithographies. Source : http://data.abuledu.org/URI/5392cad9-archives-de-lithographies

Archives de lithographies

Archives géodésiques de Munich, avec au 1er plan une planche lithographique concernant les anciens Pays-Bas, région de polders où il était particulièrement important de connaître l'altitude des terres conquises sur la mer souvent situées sous le niveau marin. Source : Landesamt für Vermessung und Geoinformation.

Borne géodésique. Source : http://data.abuledu.org/URI/505c8885-borne-geodesique

Borne géodésique

Photographie d'une borne de l'IGN au mont des Avaloirs (Mayenne).

Borne IGN à Gazinet. Source : http://data.abuledu.org/URI/56d33e66-borne-ign-a-gazinet

Borne IGN à Gazinet

Borne IGN à Gazinet, 99 rue Jean Moulin : altitude 52,1m, N°99.

Point géodésique sur l'église néo-romane de St-Seurin-. Source : http://data.abuledu.org/URI/55be09ce-point-geodesique-sur-l-eglise-neo-romane-de-st-seurin-

Point géodésique sur l'église néo-romane de St-Seurin-

Point géodésique matérialisé dont l’altitude est déterminée avec précision, sur l'église néo-romane de Chenac-St-Seurin-d'Uzet, Charente-Maritime. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nivellement_g%C3%A9n%C3%A9ral_de_la_France

Repère géodésique sur une borne ancienne. Source : http://data.abuledu.org/URI/5096a2c3-repere-geodesique-sur-une-borne-ancienne

Repère géodésique sur une borne ancienne

Borne kilométriquecomportant un point géodésique, sur l'ancien tracé de la RN 301 à Stains (Seine Saint Denis - France), rue Carnot. Des repères de nivellement étaient fréquemment implantés sur des édifices publics (mairies et églises) ou des bornes routières. Le système traditionnel en France jusqu'à la fin du XXe siècle était la Nouvelle triangulation de la France (NTF) : système géodésique classique associé à un réseau géodésique terrestre ; il était associé à la projection de Lambert ; la coordonnée verticale se référait au système Nivellement général de la France (NGF).

Surfaces de repérage sur la Terre. Source : http://data.abuledu.org/URI/50969a7f-cd-surfref-png

Surfaces de repérage sur la Terre

Croquis des différentes surfaces de repérage sur la Terre. Dans l'acception française du terme, la géodésie s'occupe de la détermination de la forme et des dimensions de la Terre dans son ensemble (autrement dit, de la "figure de la Terre"), ainsi que de son champ de pesanteur (pour l'étude duquel on emploie actuellement le terme de géodésie physique). On définit le géoïde comme étant une surface équipotentielle du champ de pesanteur, choisie arbitrairement, mais très proche du niveau des océans que, par la pensée, nous pouvons prolonger sous les continents. On introduit des systèmes de référence pour décrire le mouvement de la Terre dans l'espace (« système céleste »), ainsi que la géométrie de surface et le champ de pesanteur de la Terre (« système terrestre »). Le choix des meilleurs systèmes de référence, compte tenu des progrès spectaculaires de la métrologie actuelle, est devenu l'une des grandes avancées de la géodésie, la géométrie globale de la Terre étant désormais mesurée à mieux que 1 cm.

Système de coordonnées cartésiennes. Source : http://data.abuledu.org/URI/5096a1bc-systeme-de-coordonnees-cartesiennes

Système de coordonnées cartésiennes

Un système géodésique est, initialement, un repère tridimensionnel défini par : son centre O (choisi à proximité du centre de gravité terrestre) et trois axes orthonormés Ox, Oy et Oz, définis par leur orientation. Ox et Oy se trouvent pratiquement dans le plan équatorial terrestre, et Oz est orienté approximativement suivant l'axe de rotation terrestre. Dans un système géodésique ainsi défini, un point est localisé par ses coordonnées cartésiennes, exprimées par trois valeurs (X, Y, et Z) relatives aux trois axes du repère. Les données spatialisées sont rarement stockées sous cette forme, mais on peut avoir recours à ce système de données cartésiennes pour convertir des données d'un système géodésique à un autre.

Navstar-2. Source : http://data.abuledu.org/URI/47f4bfda-navstar-2

Navstar-2

Montage photographique montrant le satellite GPS Navstar-2 devant un croissant de Terre

Projection de Mercator. Source : http://data.abuledu.org/URI/531f2fb8-projection-de-mercator

Projection de Mercator

La projection de Mercator est une projection cylindrique tangente à l'équateur du globe terrestre sur une carte plane formalisée par Gerardus Mercator en 1569. La projection de Mercator est une projection conforme, c’est-à-dire qu'elle conserve les angles (plus précisément les angles conformes). L'inévitable étirement Est-Ouest en dehors de l'équateur est accompagné par un étirement Nord-Sud correspondant, de telle sorte que l'échelle Est-Ouest est partout égale à l'échelle Nord-Sud. Une carte de Mercator ne peut couvrir les pôles : ils seraient infiniment hauts. La projection de Mercator entraine donc des déformations sur les distances.

Pyramide du Petit Bordeaux (Cassini). Source : http://data.abuledu.org/URI/505c7293-pyramide-du-petit-bordeaux-cassini-

Pyramide du Petit Bordeaux (Cassini)

Photographie de la plaque située à l'entrée du lotissement de Cassini à Cestas-33 rappelant deux dates liées à la pyramide du Petit-Bordeaux ayant servi à la triangulation de la carte de Cassini.

Station géodésique de 1855 en Belgique. Source : http://data.abuledu.org/URI/5392cbf0-station-geodesique-de-1855-en-belgique

Station géodésique de 1855 en Belgique

Exemple de « point géodésique » de référence marqué par un pilier et daté de 1855, à Ostende sur le littoral de Belgique.

Système de référence fondamental CTS. Source : http://data.abuledu.org/URI/50969ca9-systeme-de-reference-fondamental-cts

Système de référence fondamental CTS

Système de référence fondamental figé dans la Terre classique (CTS). Comme système fondamental de coordonnées terrestres on utilise désormais volontiers un système de coordonnées spatiales cartésiennes X, Y, Z dont l'origine O est au centre des masses de la Terre, et tournant avec celle-ci. L'axe OZ coïncide avec l' axe de rotation moyen de la Terre. Le plan de l'équateur moyen est perpendiculaire à cet axe OZ, et donc contenu dans le plan OXY. Historiquement, une ancienne convention fixait que le plan OXZ contenait le plan méridien moyen de Greenwich, correspondant à la longitude « moyenne » de l'Observatoire de Greenwich, dans la banlieue de Londres. Ce n'est désormais plus le cas, le méridien de référence étant calculé sous forme d'un système de référence mondial, l'"International Terrestrial Reference System". Ce calcul est mené au Laboratoire LAREG de l'IGN et celui-ci, intégrant au mieux les vitesses des plaques tectoniques, a conduit à un méridien de référence désormais significativement différent de celui de Greenwich. L'introduction de l'axe de rotation moyen s'avère nécessaire, car la rotation terrestre est variable dans le temps.