Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Carrières (exploitations minières) | Exploitations agricoles familiales | Fermes familiales | Lapins | Cuniculture | Bourgogne (France) | Agriculture | Lapin -- Élevage | Naissances multiples | Talc | Géographie | Dessins et plans | Exploitations agricoles | Lordat (Ariège) | Main | Trélazé (Maine-et-Loire) | Carrières d'ardoise | Ardoise | Fermes | ...
Export import et pollution. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cc4c07-export-import-et-pollution

Export import et pollution

Ratio exportations/importations de produits à forte intensité de pollution en 1986 et 1995, par tranche de pays. Source : banque mondiale. Les effets du commerce international sur l’environnement font suite à l'expansion rapide et massive du commerce international après la Seconde Guerre mondiale, favorisé par la libéralisation des échanges et la diminution des coûts de transport. Le volume du commerce mondial a été multiplié par 27 entre 1950 et 2006, tandis que le PIB mondial n'était multiplié « que » par huit. La part du commerce international dans le PIB mondial est ainsi passée de 5,5 % à 20,5 %. Ces effets sont l'objet de recherches renouvelées à partir des années 1990, à la suite des objections environnementalistes à la création de l'Accord de libre-échange nord-américain (Alena).

Alimentation au Moyen Age : le lait de brebis. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cb0c99-alimentation-au-moyen-age-le-lait-de-brebis

Alimentation au Moyen Age : le lait de brebis

Alimentation au Moyen Age : le lait. Traite d'une brebis. Source : Le Tacuinum sanitatis, manuel médiéval sur la santé, basé sur le Taqwin al‑sihha تقوين الصحة (Tableaux de santé), un traité médical arabe écrit par Ibn Butlan (v. 1001-1066), médecin irakien. Ses travaux traitent de l'hygiène, de la diététique et de l'exercice physique. Il a souligné les avantages d'une prise en compte attentive du bien-être physique et mental de la personne.

Ancien poulailler-porcherie dans les Pyrénées. Source : http://data.abuledu.org/URI/5156a10f-ancien-poulailler-porcherie-dans-les-pyrenees

Ancien poulailler-porcherie dans les Pyrénées

Ancien poulailler du 19ème siècle (daté de 1878) avec ferronneries et porcherie en pierre de Lourdes, maison Borie, ''en ço de Borie'', à Bourréac-65. On notera en particulier la présence de deux lauburus, ou croix basque, sculptés dans la pierre dont un de part en part. La maison bigourdane désigne un type d'habitat dont les spécificités architecturales puisent leurs origines dans la Bigorre des XVIIIe et XIXe siècles. La porcherie et le poulailler, souvent situés l'un sous l'autre, constituent un bâtiment d'élevage auquel on apporte le plus grand soin esthétique.

Ancienne carrière d'ardoise de Trelazé. Source : http://data.abuledu.org/URI/58b33d53-ancienne-carriere-d-ardoise-de-trelaze

Ancienne carrière d'ardoise de Trelazé

Ancienne carrière d'ardoise de Trelazé, visite du 18 février 2017.

Ardoises de Trélazé. Source : http://data.abuledu.org/URI/58b34660-ardoises-de-trelaze

Ardoises de Trélazé

Espaces extérieurs du musée de l'ardoise de Trélazé (Maine-et-Loire, France), entre la maison de l'Union et l'aire de démonstration.

Arrosage d'un champ de blé en Arizona. Source : http://data.abuledu.org/URI/56c87bd8-arrosage-d-un-champ-de-ble-en-arizona-

Arrosage d'un champ de blé en Arizona

Arrosage d'un champ de blé en Arizona, 1987.

Bennes de la carrière de talc de Luzenac en 1900. Source : http://data.abuledu.org/URI/520cef2d-bennes-de-la-carriere-de-talc-de-luzenac-en-1900

Bennes de la carrière de talc de Luzenac en 1900

Benne de la carrière de talc de Luzenac en 1900, par Eugène Trutat (1840-1910). Source : Bibliothèque de Toulouse.

Calcite sur dolomite. Source : http://data.abuledu.org/URI/520cf751-calcite-sur-dolomite

Calcite sur dolomite

Calcite sur dolomite : Mine de talc de Trimouns à Luzenac, Ariège.

Carrière de gabbro. Source : http://data.abuledu.org/URI/50954450-carriere-de-gabbro

Carrière de gabbro

Ouvrier forant des trous dans une carrière de gabbro pour détacher un bloc. Il peut être utilisé comme source de métaux, pierre de taille. Son utilisation dans les brises-lames semble offrir de meilleurs résultats pour la recolonisation du substrat par les coraux que le béton.

Carrière de granite dans les Vosges. Source : http://data.abuledu.org/URI/5095482b-carriere-de-granite-dans-les-vosges

Carrière de granite dans les Vosges

Carrière de granite rouge de Vieux-Moulin (canton de Senones dans les Vosges).

Carrière de talc à ciel ouvert. Source : http://data.abuledu.org/URI/520cecba-carriere-de-talc-a-ciel-ouvert

Carrière de talc à ciel ouvert

Carrière de talc à ciel ouvert de Trimouns, Luzenac, France : La carrière de talc de Trimouns est située sur le massif de Tabe (ou massif du saint Barthélémy) dans le département de l'Ariège, en région Midi-Pyrénées (France), et est partagée entre les territoires des communes de Lordat, Vernaux et Bestiac. De la carrière est tiré le talc de Luzenac, l'usine de transformation se trouvant sur cette commune. C'est l'une des plus importantes carrières de talc du monde, assurant 8 % de la production mondiale. Le nom de Trimouns vient de l'occitan Tres monts (« Trois monts ») et désigne les trois sommets présents sur le site avant l'exploitation industrielle du minerai de talc.

Carrières de sable de Piusa en Estonie. Source : http://data.abuledu.org/URI/5504aef0-carrieres-de-sable-de-piusa-en-estonie

Carrières de sable de Piusa en Estonie

Carrières de sable de Piusa en Estonie.

Carte des exploitations d'ardoise (Rimogne). Source : http://data.abuledu.org/URI/50e634eb-carte-des-exploitations-d-ardoise-rimogne-

Carte des exploitations d'ardoise (Rimogne)

Carte des exploitations d'ardoise (Rimogne, Ardennes). Bleu foncé, ardoisières (Pierka, Bonne fontaine, St Quentin, Truffy, Grande fosse, Fosse St Brice ; en beige, bâtiments (cités, château Rousseau) ; en bleu clair, routes, ruisseau de la Rimogneuse et étang de Rosainru.

Cassitérite sur quartz. Source : http://data.abuledu.org/URI/520cf883-cassiterite-sur-quartz

Cassitérite sur quartz

Cassiterite sur quartz : Mine de talc de Trimouns à Luzenac dans l'Ariège.

Catacombes de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/5142f18b-catacombes-de-paris

Catacombes de Paris

Le passage dit des doubles carrières dans les Catacombes de Paris. Près de trois cents kilomètres de galeries s'étalent sous Paris intra-muros, sur parfois trois niveaux de carrières. La profondeur moyenne est d'environ vingt mètres sous le niveau du sol naturel. Lorsque ces carrières étaient actives, on en extrayait de la pierre à bâtir, qui a permis pendant plusieurs siècles de construire les bâtiments de Paris sans importer d'autre matériau de construction. On assimile abusivement les Catacombes à l'ensemble des carrières de la capitale, bien qu'elles n'en représentent en réalité qu'une infime fraction.

Contreforts en pierre de Notre Dame. Source : http://data.abuledu.org/URI/51439cae-contreforts-en-pierre-de-notre-dame

Contreforts en pierre de Notre Dame

Matériaux utilisés pour la construction de Notre Dame de Paris : "À l'inspection des monuments élevés pendant le moyen âge, il est aisé de reconnaître qu'alors, plus encore que pendant la période gallo-romaine, on exploitait une quantité considérable de carrières qui depuis ont été abandonnées, qu'on savait employer les pierres exploitées en raison de leur qualité, mais avec une économie scrupuleuse ; c'est-à-dire qu'on ne plaçait pas dans un parement, par exemple, une pierre de qualité supérieure convenable pour faire des colonnes monolithes, des corniches, des chéneaux ou des meneaux. Ce fait est remarquable dans un de nos édifices bâti avec un luxe de matériaux exceptionnel: nous voulons parler de la cathédrale de Paris. Là les constructeurs ont procédé avec autant de soin que d'économie dans l'emploi des matériaux. Les pierres employées dans la cathédrale de Paris proviennent toutes des riches carrières qui existaient autrefois sous la butte Saint-Jacques, et qui s'étendent sous la plaine de Montrouge jusqu'à Bagneux et Arcueil. La façade est entièrement construite en roche et en haut banc pour les parements, en liais tendre pour les grandes sculptures (banc qui avait jusqu'à 0m,90 de hauteur) et en cliquart pour les larmiers, chéneaux, colonnettes (banc de 0m,45 de hauteur au plus). Le liais tendre des carrières Saint-Jacques se comporte bien en délit, aussi est-ce avec ces pierres qu'ont été faites les arcatures à jour de la grande galerie sous les tours. Les cliquarts ont donné des matériaux incomparables pour la rose et pour les grandes colonnettes de la galerie, ainsi que pour tous les larmiers des terrasses. Parmi ces matériaux, on rencontre aussi dans les parements et pour les couronnements des contre-forts des tours l'ancien banc royal de Bagneux, qui porte 0m,70, et le gros banc de Montrouge, qui porte 0m,65 : ces dernières pierres se sont admirablement conservées. Dans les fondations, nous avons reconnu l'emploi des lambourdes de la plaine, et surtout de la lambourde dite ferme, qui porte jusqu'à un mètre ; quelquefois, mais rarement, du banc vert." Eugène Viollet-le-Duc. "Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle".

Cristaux de Pyrite de la mine de talc de Trimouns. Source : http://data.abuledu.org/URI/520cf3ec-cristaux-de-pyrite-de-la-mine-de-talc-de-trimouns

Cristaux de Pyrite de la mine de talc de Trimouns

Cristaux de Pyrite de la mine de talc de Trimouns à Luzenac dans l'Ariège.

Dolomite et talc de Luzenac. Source : http://data.abuledu.org/URI/520cf0a2-dolomite-et-talc-de-luzenac

Dolomite et talc de Luzenac

Dolomite (en haut à gauche) et Talc (en bas au centre) de la carrière de talc de Trimouns, Luzenac, Ariège, Midi-Pyrénées (10x6.2cm).

Entrée de ferme en hiver. Source : http://data.abuledu.org/URI/53732f5e-entree-de-ferme-en-hiver

Entrée de ferme en hiver

Entrée de ferme en hiver : portail ouvert, pelles pour enlever la neige, et bidon de lait.

Exploitation ancienne d'eau d'érable. Source : http://data.abuledu.org/URI/505b974d-exploitation-ancienne-d-eau-d-erable

Exploitation ancienne d'eau d'érable

Gravure représentant une exploitation traditionnelle et artisanale de l'eau d'érable pour fabriquer du sucre. Les acériculteurs collectent l'eau d'érable essentiellement à la fin de l'hiver ou au début du printemps, suivant les régions, lorsque les nuits de gel sont suivies par des jours de dégel (températures diurne positive et nocturne négative). Une entaille (dans la version traditionnelle) permet de récupérer l'eau d'érable, liquide qui contient environ 2 % à 3 % de sucre. Ce sucre (essentiellement du saccharose)5 provient des racines de l'arbre. Au printemps, il monte sous l’écorce, à travers le xylème, dans la totalité de l'arbre afin de fournir l'énergie suffisante pour relancer son métabolisme. L'eau d'érable (ou sève brute) est différente de la sève élaborée.

Exploitations agricoles biologiques en France. Source : http://data.abuledu.org/URI/5377adab-exploitations-agricoles-biologiques-en-france

Exploitations agricoles biologiques en France

Evolution du nombre d'exploitations et des surfaces en mode de production biologique en France de 1995 à 2011. Source : Agence Bio - Agriculture biologique - Chiffres clés édition 2011.

Famille de fermiers australiens. Source : http://data.abuledu.org/URI/503c8326-famille-de-fermiers-australiens

Famille de fermiers australiens

Photographie d'une famille de cinq fermiers en Australie.

Ferme. Source : http://data.abuledu.org/URI/5026431c-ferme
Ferme abandonnée. Source : http://data.abuledu.org/URI/503c825c-ferme-abandonnee

Ferme abandonnée

Photographie d'une ferme abandonnée en Écosse, sur une colline dominant la rivière Spey et la mer du Nord dans le lointain.

Ferme au Honduras. Source : http://data.abuledu.org/URI/503c848e-ferme-au-honduras

Ferme au Honduras

Photographie d'un champ de papayer près d'une ferme au Honduras.

Ferme du pays de Caux. Source : http://data.abuledu.org/URI/51ccb2bb-ferme-du-pays-de-caux

Ferme du pays de Caux

Exemple de Clos masure, un type de ferme du Pays de Caux, en Haute Normandie. Le clos-masure, ou cour-masure, est une prairie, plantée d'arbres fruitiers, entourée d'un talus planté d'arbres de haute taille qui abritent une ferme à bâtiments dispersés. L'origine de cette organisation agricole est complexe et sans doute liée à l'influence de plusieurs traditions. Certaines recherches ont démontré qu'il existait des villae gallo-romaines structurées selon le même principe et que les talus se retrouvaient autour de certaines fermes gauloises. On note aussi des paysages ruraux analogues au Danemark et dans le Kent en Grande-Bretagne.

Friche industrielle de Trélazé. Source : http://data.abuledu.org/URI/58b34aa4-friche-industrielle-de-trelaze

Friche industrielle de Trélazé

Site ardoisier autour de la Maison de l'Union, musée de l'ardoise de Trélazé (Maine-et-Loire, France). Friche industrielle composée de buttes de déchets ardoisiers et de vieux fonds.

Géologie d'une carrière parisienne. Source : http://data.abuledu.org/URI/514395af-geologie-d-une-carriere-parisienne

Géologie d'une carrière parisienne

Schéma en coupe (simplifié) des carrières de calcaire parisiennes. Vue simplifiée des bancs de roche qui composent la géologie des carrières de la rive gauche de Paris. En jaune, les bancs exploitables pour la construction. De bas en haut : Juste au-dessus des sables yprésiens, on trouve le lutétien inférieur. Celui-ci se reconnaît par un grand nombre de nummulites visibles à l'œil nu dans la roche, et se divise en deux bancs : 1) La base verdâtre, dont la couleur révèle la présence de glauconie et de quartz ; 2) Les forgets, petits bancs alternant calcaires durs (également glauconieux) et lits de sable. En raison de sa profondeur et du peu de pierre utilisable pour la construction, cette couche n'a pas été exploitée par les carriers. Encore au-dessus, le lutétien moyen constitue une strate de six mètres d'épaisseur. Il se divise en trois bancs : 1) Le banc à vérin des carriers, reconnaissable par les cérithes géants qui s'y trouvent et par une couleur jaune-rougeâtre. D'un grain serré, il n'a été exploité que dans sa partie supérieure et de façon épisodique. 2) Les lambourdes ou vergelets, banc gris, peu épais et tendre. Il ne contient pas d'eau, ce qui le rend « non gélif » (il ne peut pas geler) et utilisable pour la construction, bien que les traces de coquilles et de fossiles y soient très visibles. 3) Le banc royal, non gélif et homogène, qui fournit des pierres de grande qualité pour la construction. Le lutétien supérieur contient quant à lui les bancs les plus variés et les plus exploitables. Il se constitue de deux strates : le banc vert et les bancs francs. Le premier sépare les niveaux inférieurs et supérieurs en carrière, le second constitue le calcaire le plus souvent exploité, avec plusieurs bancs exploitables souvent séparés par des couches de sables plus ou moins marneuses appelées bousins. Ces bancs sont en partie composés d'argile et contiennent de l'eau, ce qui les rend gélifs, mais leur dureté et leur solidité les rend tout à fait aptes à la construction. Le banc vert, premier étage du lutétien supérieur, se divise en trois bancs : 1) le liais du bas, 2) le banc vert proprement dit (qui donne son nom générique aux deux couches qui l'entourent), composé d'un lit marneux, d'argile verte et de fossiles qui témoignent de son origine lacustre, et 3) le liais du haut, identique à celui du bas. Ce liais est appelé liais franc lorsqu'il est exploité, et banc de marche lorsqu'il constitue le sol de la carrière (et donc que les visiteurs marchent dessus). Les bancs francs, qui représentent les bancs les plus souvent visibles dans les galeries de carrière, se subdivisent en six sortes : 1) Le banc de laine, ou cliquart, ou banc des galets. D'une faible épaisseur, il contient peu de fossiles. Sa consistance varie selon les cas et ressemble à celle des lambourdes lorsqu'elle est tendre, du liais lorsqu'elle est dure ; 2) Le grignard, ou coquiller. Très riche en fossiles, ce banc est peu exploitable, car il est trop constellé de coquillages pour donner des blocs réellement solides. 3) Le souchet. Très tendre, peu compact, il va donner son nom au souchevage, une technique d'extraction de la pierre. En effet, pour commencer à exploiter les bancs situés juste au-dessus, les carriers extraient le souchet de manière à créer un espace vide horizontal, puis creusent des fentes sur le côté du bloc à extraire (ce que l'on appelle le défermage). Contenant quelquefois des galets et des fossiles, le souchet se délite facilement. 4) Le banc blanc, ou banc royal, ou liais franc, ou remise. D'un grain fin et serré, il donne des blocs de bonne qualité, qui se vendront à prix d'or pendant les chantiers du XVIIIe et du XIXe siècle. 5) Le banc franc, ou haut banc, ou banc royal, ou rustique. Il ressemble au banc blanc, et donne lui aussi des blocs de qualité, mais on l'en distingue par le fait qu'il contienne beaucoup moins de fossiles. 6) La roche, ou ciel de carrière. Cette couche, très dure et très coquillière, est souvent laissée en place pour servir de toit à la carrière (que l'on appelle ciel de carrière).

Grottes de sable de Piusa en Estonie. Source : http://data.abuledu.org/URI/5504aea7-grottes-de-sable-de-piusa-en-estonie

Grottes de sable de Piusa en Estonie

Grottes de sables de Piusa dans le sud de l'Estonie, septembre 2011.

Inscription à l'entrée des Catacombes de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/51430409-inscription-a-l-entree-des-catacombes-de-paris

Inscription à l'entrée des Catacombes de Paris

Inscription à l'entrée des Catacombes de Paris : Avant de pénétrer dans l'ossuaire, par une porte métallique encadrée de deux piliers de soutènement décorés de motifs géométriques blancs sur fond noir, un avertissement en alexandrin du poète Jacques Delille (1738-1813) inscrit en lettres noires sur le linteau accueille le visiteur : « Arrête ! C'est ici l'empire de la mort ».

La laitière. Source : http://data.abuledu.org/URI/58220cb4-la-laitiere

La laitière

La laitière, au musée des automates de La Rochelle-17.

Laitières à chien. Source : http://data.abuledu.org/URI/55cc5a39-laitieres-a-chien

Laitières à chien

Deux laitières à chien de la Laiterie des Fermiers Réunis, Musée de l'Hôtel Morin à Amboise.

Les animaux de la ferme. Source : http://data.abuledu.org/URI/587eb2fe-les-animaux-de-la-ferme

Les animaux de la ferme

Les animaux de la ferme, "Les Américains à quatre-pattes et leur famille" (Four-footed Americans and their kin), 1898, par Ernest Thompson Seton (1860-1946).

Les carrières de Montmartre en 1887. Source : http://data.abuledu.org/URI/5515c866-les-carrieres-de-montmartre-en-1887

Les carrières de Montmartre en 1887

Les carrières de Montmartre en 1887, par Vincent Van Gogh (1853-1890).

Les lapins de Paul - 01. Source : http://data.abuledu.org/URI/55743bd9-les-lapins-de-paul-01

Les lapins de Paul - 01

Les lapins de Paul et leur maman - 01, début juin ; onze semaines après le reportage sur la naissance des lapereaux nés le 15 mars 2015.

Les planteurs de pommes de terre. Source : http://data.abuledu.org/URI/505dccb1-les-planteurs-de-pommes-de-terre

Les planteurs de pommes de terre

Tableau du peintre Jean-François Millet (1814-1875) : "les planteurs de pommes de terre" représentant un couple de paysans, l'homme sarcle la terre. Un âne attend à l'arrière-plan.

Les six lapins de Paul - 02. Source : http://data.abuledu.org/URI/55743c51-les-six-lapins-de-paul-02

Les six lapins de Paul - 02

Les six lapins de Paul - 02, début juin ; onze semaines après le reportage sur la naissance des lapereaux nés le 15 mars 2015.

Les six lapins de Paul - 03. Source : http://data.abuledu.org/URI/55743cc7-les-six-lapins-de-paul-03

Les six lapins de Paul - 03

Les six lapins de Paul - 03, début juin ; onze semaines après le reportage sur la naissance des lapereaux nés le 15 mars 2015.

Marbre cipolin. Source : http://data.abuledu.org/URI/50a2ae9a-marbre-cipolin

Marbre cipolin

Fût d’une colonne en marbre cipolin, conservé à la Basilique de Massenzio au Forum Romain, à Rome. Le marbre cipolin est une variété de marbre utilisée par les Romains. Le nom moderne correspond en latin à "marmor carystium" (c.à.d. « marbre de Karystos »). Il était extrait de nombreuses carrières situées sur la côte sud-occidentale de l'île d’Eubée, en Grèce, entre l’actuelle cité de Styra et Karystos. Certaines de ces carrières antiques conservent des cavités d’extraction longues de plus de 100 m. Il s'agit d'un marbre avec un fond blanc-vert, parcouru par d’épaisses nervures ondulées vert, tendant au bleuté et traversé par d'épaisses couches de mica. La couleur de fond des veines a tendance à s'assombrir en fonction de la situation géographique de la carrière d'origine du sud au nord. Du point de vue pétrographique, c’est une roche métamorphique, marbre saccharoïde cristalline (cristaux entre 0,2 et 0,6 mm), avec des stries colorées par l’épidote et la chlorite.

Mas provençal. Source : http://data.abuledu.org/URI/51ca1548-mas-provencal

Mas provençal

Mas (ferme) provençal du Luberon.

Mine de cuivre à ciel ouvert. Source : http://data.abuledu.org/URI/511c823e-mine-de-cuivre-a-ciel-ouvert

Mine de cuivre à ciel ouvert

Mine de cuivre exploitée à ciel ouvert à Chino (Silver City, Nouveau Mexique).

Mineurs allemands du XVIème siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/47f53508-mineurs-allemands-du-xvieme-siecle

Mineurs allemands du XVIème siècle

Gravure extraite du livre des métiers de Jost Amman, 1568, représentant un mineur la hache sur l'épaule, un autres pénétrant dans une carrière à flanc de rocher, une lampe à la main et un troisième sortant d'un tunnel en poussant un wagonnet.

Mobilier industriel du musée de l'ardoise de Trélazé. Source : http://data.abuledu.org/URI/58b341da-mobilier-industriel-du-musee-de-l-ardoise-de-trelaze

Mobilier industriel du musée de l'ardoise de Trélazé

Mobilier industriel du musée de l'ardoise de Trélazé.

Mur de ferme en pierre en Béarn. Source : http://data.abuledu.org/URI/58669ae5-mur-de-ferme-en-pierre-en-bearn

Mur de ferme en pierre en Béarn

Mur de ferme en pierre et galets du Gave en Béarn, décembre 2016.

Naissances à la ferme - 01. Source : http://data.abuledu.org/URI/551987c9-naissance-a-la-ferme-01

Naissances à la ferme - 01

Naissances à la ferme - 01, ou l'histoire des lapereaux de Paul, en Bourgogne.

Naissances à la ferme - 02. Source : http://data.abuledu.org/URI/551988a1-naissance-a-la-ferme-02

Naissances à la ferme - 02

Naissances à la ferme - 02, ou l'histoire des laperaux de Paul, près de Dijon-21.

Naissances à la ferme - 03. Source : http://data.abuledu.org/URI/5519919d-naissance-a-la-ferme-03

Naissances à la ferme - 03

Naissances à la ferme - 03, ou l'histoire des laperaux de Paul, près de Dijon-21.

Naissances à la ferme - 04. Source : http://data.abuledu.org/URI/5519928a-naissance-a-la-ferme-04

Naissances à la ferme - 04

Naissances à la ferme - 04, ou l'histoire des laperaux de Paul, près de Dijon-21 : une semaine après la naissance.

Naissances à la ferme - 05. Source : http://data.abuledu.org/URI/5519940c-naissance-a-la-ferme-05

Naissances à la ferme - 05

Naissances à la ferme - 05, ou l'histoire des lapereaux de Paul près de Dijon-21 : une semaine après la naissance.

Naissances à la ferme - 06. Source : http://data.abuledu.org/URI/551995dd-naissance-a-la-ferme-06

Naissances à la ferme - 06

Naissances à la ferme - 06, ou l'histoire des laperaux de Paul, près de Dijon-21 : la nichée, 9 jours après la naissance.

Naissances à la ferme - 07. Source : http://data.abuledu.org/URI/551996e2-naissance-a-la-ferme-07

Naissances à la ferme - 07

Naissances à la ferme - 07, ou l'histoire des lapereaux de Paul près de Dijon-21 : 9 jours après la naissance.