Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Amphores | Amphores grecques | Bordeaux (Gironde) | Nécropoles | Bordeaux (Gironde) -- Basilique Saint-Seurin | sylvanus-aquitaine | Burdigala (ville ancienne) | Antiquités | Amphores gallo-romaines | Mythologie grecque | Antiquités gallo-romaines | Sarcophages paléochrétiens | Dessins et plans | Gravure | Récipients | Athéna | Lattes (Hérault) | Héraklès | Art grec de l'Antiquité | ...
Amphore à vin romaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c7b459-amphore-a-vin-romaine

Amphore à vin romaine

Amphore à vin romaine, de type Dressel 1B : l'amphore est, dans l'Antiquité, le récipient le plus utilisé pour le transport de produits de base : le vin, l'huile d'olive, la bière (zythum et zythogala) et les sauces de poissons (de type garum). Légende : 1 : lèvre - 2 : col - 3 : anse - 4 : épaule - 5 : panse - 6 : pilon ou pied. L'amphore est fabriquée à partir d'argile épurée. Il faut de l'eau pour délayer l'argile, et du bois ou un autre combustible pour la cuisson. Le plus fréquemment, c'est le tournage qui est utilisé pour la façonner. Afin de la fabriquer, le potier façonne d'abord un fût, puis y ajoute col, pointe, anses. Une fois mise en forme, elle est mise à sécher au soleil, ou à défaut dans un lieu ventilé. Elle est ensuite mise à cuire pendant plusieurs heures. Le poissage est parfois utilisé pour la rendre plus étanche : on verse à l'intérieur de la poix liquide, de manière à former un film imperméable. L'amphore conservant le vin est bouchée par une bourre de paille, recouverte d'une épaisse couche d'argile ou dès l'Antiquité par un bouchon de liège. Les amphores d'époque romaine portent des noms et une numérotation qui permettent aux archéologues de les retrouver dans la typologie et de les dater. Ces noms renvoient souvent aux savants qui ont établi la chronologie (Heinrich Dressel, Pascual) où à l'origine de l'amphore (Gauloise). Les amphores Dressel 1a et 1b sont typiques des amphores vinaires de la fin de la république romaine.

Amphores au musée de l'école de Nancy. Source : http://data.abuledu.org/URI/5818d229-musee-de-l-ecole-de-nancy

Amphores au musée de l'école de Nancy

Musée de l'école de Nancy, L'amphore du roi Salomon, 1900, Émile Gallé (1846-1904) devant le paravent "La mer" de Louis Guingot (1864-1948).

Amphores égyptiennes. Source : http://data.abuledu.org/URI/573daf59-amphores-egyptiennes

Amphores égyptiennes

Amphores égyptiennes, gravure du XIXe siècle.

Bouchon de liège pour amphore. Source : http://data.abuledu.org/URI/51bc904d-bouchon-de-liege-pour-amphore

Bouchon de liège pour amphore

Bouchon de liège et col d'amphore, musée archéologique d'Aquilée en Italie.

Cargaison d'amphores. Source : http://data.abuledu.org/URI/51db4ca6-cargaison-d-amphores

Cargaison d'amphores

Cargaison d'amphores.

Hadès et sa corne d'abondance. Source : http://data.abuledu.org/URI/573d2316-hades-et-sa-corne-d-abondance

Hadès et sa corne d'abondance

Hadès (à droite) tenant une corne d'abondance et Perséphone (à gauche). Détail d'une amphore attique à figures rouges, v. 470 av. J.-C. Provenance : Italie. La corne d'abondance (cornu copiae en latin) est un objet mythologique en forme de corne de ruminant ou de coquille de triton utilisé par Ploutos, le dieu grec de la richesse et de l'abondance. C'est un attribut des personnifications de certains dieux comme Hadès. Métaphoriquement, la corne d'abondance est synonyme de source inépuisable de bienfaits. Elle est ainsi représentée le plus souvent regorgeant de fruits, mais aussi de lait, de miel et d'autres aliments doux et sucrés. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Corne_d'abondance

La vieille Shawari sur son amphore. Source : http://data.abuledu.org/URI/51db3769-la-vieille-shawari-sur-son-amphore

La vieille Shawari sur son amphore

La vieille Shawari sur son amphore, par John D. Batten (1860–1932), illustration de Hasan de Bassorah, The book of wonder voyages, 1919, par Joseph Jacobs (1854-1916).

Mosaïque de la coupe. Source : http://data.abuledu.org/URI/5907958c-mosaique-de-la-coupe

Mosaïque de la coupe

Mosaïque de la coupe à Saint-Romain-en-Gal, 21-07-2014 : amphore, bouteilles.

Nécropole Saint-Seurin à Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/55aed77e-necropole-saint-seurin-a-bordeaux

Nécropole Saint-Seurin à Bordeaux

Nécropole Saint-Seurin à Bordeaux-33.

Nécropole Saint-Seurin à Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/55aedfe8-necropole-saint-seurin-a-bordeaux

Nécropole Saint-Seurin à Bordeaux

Nécropole Saint-Seurin à Bordeaux-33.

Amphore romaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/51db4dd4-amphore-romaine

Amphore romaine

Amphore à vin romaine (Dressel 1B). 1) lèvre, 2) col, 3) anse, 4) épaule, 5) panse, 6) pilon ou pied. Lieu originel de production : Côte tyrrhénienne (Étrurie, Latium, Campanie – Italie). Date : République romaine tardive, jusqu'en 10 avant J.-C. Dimensions : Hauteur : 100 à 122 cm, Diamètre de la panse : 28 à 30 cm, Diamètre de l'ouverture : 15 à 18 cm, Hauteur de la lèvre : environ 6 cm, Masse : 24 à 26 kg (vide), Capacité : 24 à 26 l. (1 amphore (unité) = 8 conges = 48 setiers = environ 26 litres).

Amphores gallo-romaines de Lattara à Lattes. Source : http://data.abuledu.org/URI/58d4bf36-amphores-gallo-romaines-de-lattara-a-lattes

Amphores gallo-romaines de Lattara à Lattes

Cargaison d'amphores gallo-romaines de Lattara à Lattes.

Amphores gallo-romaines de Lattara à Lattes. Source : http://data.abuledu.org/URI/58d4bf87-amphores-gallo-romaines-de-lattara-a-lattes

Amphores gallo-romaines de Lattara à Lattes

Schéma de cargaison d'amphores gallo-romaines de Lattara à Lattes.

Angers, amphores gallo-romaines. Source : http://data.abuledu.org/URI/562ff34d-angers-amphores-gallo-romaines

Angers, amphores gallo-romaines

Angers, amphores gallo-romaines.

Héraclès et Athéna. Source : http://data.abuledu.org/URI/506330f2-heracles-et-athena

Héraclès et Athéna

Héraclès et Athéna. Médaillon d'un kylix attique à figures rouges, 480-470 av. J.-C. : Athéna sert à boire à Héraklès, assis, sa peau de lion sur la tête.

Héraklès et le taureau crétois. Source : http://data.abuledu.org/URI/53aebbd1-herakles-et-le-taureau-cretois

Héraklès et le taureau crétois

Héraklès et le taureau crétois, enchaînant le taureau de Crète aux pattes arrière. Amphore attique à figures noires, v. 510 av. J.-C. Provenance : Vulci. Groupe de Wurtzbourg 199 (manière du Peintre d'Antiménès).

Nécropole de Saint-Seurin à Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/55aedb5a-necropole-de-saint-seurin-a-bordeaux

Nécropole de Saint-Seurin à Bordeaux

Nécropole de Saint-Seurin à Bordeaux-33.

Nécropole de Saint-Seurin à Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/55aedbf7-necropole-de-saint-seurin-a-bordeaux

Nécropole de Saint-Seurin à Bordeaux

Nécropole de Saint-Seurin à Bordeaux-33.

Nécropole Saint-Seurin à Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/55aed454-necropole-saint-seurin-a-bordeaux

Nécropole Saint-Seurin à Bordeaux

Nécropole Saint-Seurin à Bordeaux-33.

Nécropole Saint-Seurin à Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/55aed85a-necropole-saint-seurin-a-bordeaux

Nécropole Saint-Seurin à Bordeaux

Nécropole Saint-Seurin à Bordeaux-33 : tombes en amphores et sous tegulae.

Récole d'olives dans l'antiquité. Source : http://data.abuledu.org/URI/505a3c84-recole-d-olives-dans-l-antiquite

Récole d'olives dans l'antiquité

Scène de récolte d'olives par des adolescents, l'un dans l'olivier, l'autre à terre ramasse les olives et les deux autres secouent les branches avec un baton. Sur une amphore à col attique à figures noires du Peintre d'Antiménès, vers 520 av. J.-C., Vulci - Italie. Hauteur : 40,64 cm. Lieu de découverte : Vulci, Viterbo. 1837 : acheté à Lucien Bonaparte, Prince of Canino and Musignano (1775 - 1840)

Sacrifice d'un coq aux dieux grecs. Source : http://data.abuledu.org/URI/51eef6bf-sacrifice-d-un-coq-aux-dieux-grecs

Sacrifice d'un coq aux dieux grecs

Ganymède sur l'Olympe, entouré de Zeus qui lui a offert un coq, une déesse le couronnant et Hébé. Face A d'une amphore attique à figures noires, v. 510 av. J.-C.

Tétradrachme athénien en argent. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c64278-tetradrachme-athenien-en-argent

Tétradrachme athénien en argent

Chouette debout sur une amphore couchée. Tétradrachme d'argent athénien du « nouveau style » (monnayage stéphanophorique) (v. 200-150 av. J.-C.). Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France. L'activité des mines du Laurion a repris dans la deuxième moitié du IIe siècle, peut-être en lien avec la relative prospérité de la cité après que Rome lui eut remis l'importante place commerciale qu'était alors Délos. L'apparition à cette époque de belles monnaies athéniennes « New Style » et les révoltes d'esclaves qui nous sont signalées à la fin du IIe siècle et au début du Ier siècle av. J.-C. témoignent que l'argent continue à être extrait du Laurion à l'époque hellénistique, même s'il ne constituait sans doute alors qu'un appoint au métal utilisé pour le monnayage et si son exploitation restait marginale en comparaison de l'époque classique. Au verso de cette monnaie, tête d'Athéna casquée.