Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Géographie | Les lettres de mon moulin - Alphonse Daudet (1840-1897) | Ajaccio (Corse-du-Sud. - région) | Phares | Corse (France) | Rogliano (Haute-Corse) | Architecture militaire | Corse (France. - Domination génoise) (1347-1768) | Botanique | Textes | Tours génoises | Bonifacio (Corse-du-Sud) | Littérature de jeunesse | Dessins et plans | Cap Corse (Haute-Corse) | Météorologie | Corse (langue) | Biologie marine | Géologie | ...
Trois tours génoises du Cap Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d20188-trois-tours-genoises-du-cap-corse

Trois tours génoises du Cap Corse

Les trois tours génoises du Nord-est du Cap Corse (Îles Finocchiarola, Agnello et Île de la Giraglia) à Rogliano.

Altocumulus lenticulaire à Bastia. Source : http://data.abuledu.org/URI/523376ce-altocumulus-lenticulaire-a-bastia

Altocumulus lenticulaire à Bastia

Lenticulaire formé par le libeccio au large de la ville de Bastia, en Corse.

Archipel des Sanguinaires en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/51cbea79-archipel-des-sanguinaires-en-corse

Archipel des Sanguinaires en Corse

Archipel des Îles Sanguinaires en Corse. Site Natura 2000 : caractéristiques par leur aspect austère et hostile, les quatre îlots sont un site maritime classé, havre de paix pour des espèces d'oiseaux marins comme le goéland leucophée et le puffin, ainsi qu'une réserve naturelle pour une flore riche d'espèces rares et endémiques. Il est rare de trouver une telle diversité sur une surface aussi petite : plus de 150 espèces poussent sur Mezzu Mare. Les îles hébergent certaines plantes rares ou même absentes du reste de la Corse, parmi lesquelles le spectaculaire arum mange mouche. La végétation arborescente, dominée par le lentisque, est basse et adaptée à la proximité de la mer. Parmi de nombreuses espèces halophiles, la plus répandue est le poireau sauvage, qui a donné son nom à l’île d'i Porri.

Bavella en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/520e8b89-bavella-en-corse

Bavella en Corse

Bavella en Corse par Edward Lear (1824-1883).

Blason de Bonifacio. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c9314b-blason-de-bonifacio

Blason de Bonifacio

Armoiries sculptées de la vieille cité de Bonifacio légendée en latin, LIBERTAS : en 832, Boniface II de Toscane fortifie ou construit un château au lieu dit Calcosalto qui prend le nom de Bonifacio.

Blason de la ville de Patrimonio. Source : http://data.abuledu.org/URI/51df0e7d-blason-de-la-ville-de-patrimonio

Blason de la ville de Patrimonio

Blason de la ville de Patrimonio (Haute-Corse). Blasonnement : D'azur à l'oranger arraché d'argent fruité d'or, accompagné en chef de trois étoiles de huit rais aussi d'argent rangées en fasce.

Calanques de Piana en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/530c7abb-calanques-de-piana-en-corse

Calanques de Piana en Corse

Les Calanques de Piana en Corse du Sud, traversées par la route D81. Une calanque (calanca ou calanco en occitan ou provençal, calanca en corse et en italien; cala en catalan) est une formation géologique particulière se présentant sous forme d'un vallon étroit et profond à bords escarpés, en partie submergé par la mer. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Calanque.

Calanques de Piana en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/530c8d84-calanques-de-piana-en-corse

Calanques de Piana en Corse

Calanques de Piana en Corse-du-Sud. Les calanques de Piana (en corse calanche di Piana) sont des calanques situées sur la côte ouest de la Corse, sur la rive sud du golfe de Porto, à mi-chemin entre Ajaccio et Calvi. La route du bord de mer sur laquelle se trouve ce site est une route sinueuse qui passe à travers de roches colorées hachées. Ces formations rocheuses sont percées de cavités, les taffoni, dues à l'action des écarts de température, de l'humidité couplée aux embruns de la mer Méditerranée et aux vents forts.

Carte du département de la Corse en 1852. Source : http://data.abuledu.org/URI/531ca3b2-carte-du-departement-de-la-corse-en-1852

Carte du département de la Corse en 1852

Carte du département de la Corse en 1852, par Victor Levasseur (1800–1870).

Citronnier en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/532f08db-citronnier-en-corse

Citronnier en Corse

Citronnier à Ota en Corse-du-Sud.

Condenseur de rosée en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/519d1a71-condenseur-de-rosee-en-corse

Condenseur de rosée en Corse

Condenseur de rosée en Corse. Une ONG, l'organisation pour l'utilisation de la rosée (OPUR13) promeut et soutient des actions à caractère scientifique, technique, artistique et littéraire liées à la formation et à la récupération de la rosée atmosphérique comme source d'eau alternative. L'OPUR coordonne divers projets de production d'eau alternative ou afférents, notamment pour les pays ou régions souffrant ou risquant de souffrir de pénurie d'eau pure (régions arides, îles, déserts...) ; communique à ce sujet vers les médias ; et a ouvert un centre documentaire et soutient toute activité scientifique et éducative liée à la rosée au sein des collèges, lycées et écoles supérieures.

Drapeau de la Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/504ba4af-drapeau-de-la-corse

Drapeau de la Corse

Drapeau de la Corse.

Escalier du roi d'Aragon dans les falaises de Bonifacio. Source : http://data.abuledu.org/URI/54a7f257-escalier-du-roi-d-aragon-dans-les-falaises-de-bonifacio

Escalier du roi d'Aragon dans les falaises de Bonifacio

Escalier du roi d'Aragon taillé dans les falaises de Bonifacio en Corse : taillé par l'homme directement dans le calcaire et composé de 189 marches, cet escalier aurait, selon la légende, été creusé en seulement une nuit par les troupes du roi d'Aragon lors du siège de Bonifacio de 1420. Plus probablement creusé sur une durée plus longue par les moines franciscains pour accéder à une source d'eau potable située en bas de l'escalier. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bonifacio

Galets multicolores en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/52bf4e46-galets-multicolores-en-corse

Galets multicolores en Corse

Galets multicolores sur la plage de Porto en Corse (France).

L'agonie de la Sémillante. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c99ce5-l-agonie-de-la-semillante

L'agonie de la Sémillante

L'agonie de la Sémillante, in Les lettres de mon moulin - Alphonse Daudet (1840-1897). 792 mots.

L'agonie de la Sémillante. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c99e45-l-agonie-de-la-semillante

L'agonie de la Sémillante

L'agonie de la Sémillante, in Les lettres de mon moulin - Alphonse Daudet (1840-1897). 449 mots.

Le phare des Sanguinaires 01. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c98a9c-le-phare-des-sanguinaires-01

Le phare des Sanguinaires 01

Le phare des Sanguinaires 01, in Les lettres de mon moulin - Alphonse Daudet (1840-1897).

Le phare des Sanguinaires 02. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c98eda-le-phare-des-sanguinaires-02

Le phare des Sanguinaires 02

Le phare des sanguinaires 02, in Les lettres de mon moulin - Alphonse Daudet (1840-1897). 734 mots.

Le phare des Sanguinaires 03. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c99041-le-phare-des-sanguinaires-03

Le phare des Sanguinaires 03

Le phare des Sanguinaires 03, in Les lettres de mon moulin - Alphonse Daudet (1840-1897).

Maquis corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/51dfcbb4-maquis-corse

Maquis corse

Maquis clairsemé corse. Le terme vient de l'italien macchia, lui-même dérivé du latin macula, tache, qui fait référence à l'aspect tacheté d'un paysage de maquis. Le maquis est une formation végétale plus basse qu'une forêt (fruticée), très dense, constituée principalement d'arbrisseaux résistants à la sécheresse, formant des fourrés épineux et inextricables. Cette formation, qui s'établit dans les massifs cristallins en terrain siliceux, résulte en général de la dégradation de la forêt de chênes-liège, elle-même ayant généralement remplacé un peuplement originel de chênes verts.

Méduse en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/56d5ffd4-meduse-en-corse

Méduse en Corse

Méduse photographiée en Méditerranée, août 2013.

Méduse en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/56d6003f-meduse-en-corse

Méduse en Corse

Méduse photographiée en Méditerranée, août 2013.

Mouflon corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/516c6f1c-mouflon-corse

Mouflon corse

Muflon corse (Ovis orientalis musimon), mouton domestique revenu à la vie sauvage. Il faut être patient pour en apercevoir, les mouflons se réfugiant dans les montagnes, notamment dans les réserves du Cinto et de Bavella. Actuellement, la population est estimée à environ 500 têtes. L'animal est appelé a muvra (fém.) en corse (pumunticu), ce qui a inspiré un célèbre ensemble polyphonique, I muvrini, à savoir: "Les Petits Mouflons".

Nids de larves d'insectes sur buisson de genêts en fleurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/538af67d-nids-de-larves-d-insectes-sur-buisson-de-genets-en-fleurs

Nids de larves d'insectes sur buisson de genêts en fleurs

Nids de larves d'insectes sur du genêt en fleurs (Genista salzmannii) au printemps, forêt de Bonifatu en Corse.

Nuage rose solitaire. Source : http://data.abuledu.org/URI/56d60220-nuage-rose-solitaire

Nuage rose solitaire

Nuage rose solitaire en Août à Cargèse (Corse-du-Sud).

Paysage corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/51b89a41-paysage-corse

Paysage corse

Paysage corse, Paul Signac (1863-1935).

Paysage de Haute-Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/51dfca69-paysage-de-haute-corse

Paysage de Haute-Corse

Connu par le WWF sous le nom « forêts, bois et broussailles méditerranéens » ou « forêts sclérophylles », l’environnement méditerranéen correspond à un des 26 grands biomes répartis sur l’ensemble de la planète. On y retrouve près de 20 % des espèces de plantes répertoriées, elles se sont adaptées au climat méditerranéen de ces régions : bas plafond, peu dense, peu verte, elle vit un à rythme ralenti et subit les aléas climatiques des régions méditerranéennes, une courte saison sèche, des précipitations irrégulières, des vents importants mais également le feu et les actions de l’homme qui continuent de dégrader encore plus ce biome qui a déjà perdu la moitié de ses terres potentielles. Le terme sclérophylle provient du vocabulaire grec où il signifie "à feuilles résistantes" ; ce terme s’applique aux plantes méditerranéennes comme les oliviers ou les chênes verts, aux protéacées et a été appliqué à l’ensemble de la végétation méditerranéenne qui a dû s’adapter aux contraintes du climat local.

Phare des îes Sanguinaires. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c92f03-phare-des-ies-sanguinaires

Phare des îes Sanguinaires

Phare des îles Sanguinaires en Corse.

Phare des îles Sanguinaires. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c92eb4-phare-des-iles-sanguinaires

Phare des îles Sanguinaires

Phare des îles Sanguinaires en Corse.

Phare des Sanguinaires. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c92e3a-phare-des-sanguinaires

Phare des Sanguinaires

Phare des Iles Sanguinaires (Corse).

Phare des Sanguinaires. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c92fb3-phare-des-sanguinaires

Phare des Sanguinaires

Phare des îles Sanguinaires en Corse.

Phare des Sanguinaires de nuit. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c92f67-phare-des-sanguinaires-de-nuit

Phare des Sanguinaires de nuit

Phare des îles Sanguinaires en Corse à la lueur du soir.

Pin parasol couché par le vent en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/539c9ad6-pin-parasol-couche-par-le-vent-en-corse

Pin parasol couché par le vent en Corse

Pin parasol (Pinus pinea) sur le site du Ricanto à Ajaccio, Corse-du-Sud.

Plage à posidonies de Macinaggio. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d207a1-plage-a-posidonies-de-macinaggio

Plage à posidonies de Macinaggio

Macinaggio, marine de Rogliano, plage avec dépot de posidonies. Tirant son nom du dieu de la mer grec Poséidon, elle joue plusieurs rôles fondamentaux pour le milieu marin littoral. Les herbiers qu'elle forme sont des lieux de frayère et de nurserie pour de nombreuses espèces animales. Elle constitue également une source de nourriture, parfois importante, pour certaines espèces herbivores (oursins, saupes, etc.). Une partie de la production de feuilles d'un herbier va se retrouver exportée, sous forme de litière, vers d'autres écosystèmes éloignés (plage, canyon sous-marin,...) où elle constituera une source de carbone importante pour le fonctionnement de ces écosystèmes. Elle permet de fixer les fonds marins grâce à l'entrelacement de ses rhizomes. Ceux-ci s'empilent d'une année sur l'autre, contribuant à augmenter progressivement le niveau du fond (environ un mètre par siècle. Elle « piège » des particules en suspension et du sédiment, contribuant ainsi au maintien de la clarté des eaux. Les herbiers à Posidonia oceanica sont considérés comme des formations essentielles dans le stockage du carbone atmosphérique et l'oxygénation du milieu. Lorsque les herbiers de posidonie se développent au fond de criques de très faible profondeur, les plantes affleurent la surface et peuvent créer un récif barrière, par analogie aux récifs coralliens, contribuant à la formation d'un biotope particulier.

Port de Bonifacio. Source : http://data.abuledu.org/URI/54a7f304-port-de-bonifacio

Port de Bonifacio

Deux ferry-boats à Bonifacio, à destination de Santa Teresa di Gallura en Sardaigne.

Port et citadelle de Bonifacio. Source : http://data.abuledu.org/URI/54a7f07d-port-et-citadelle-de-bonifacio

Port et citadelle de Bonifacio

Port et citadelle de Bonifaccio en Corse.

Représentation topographique de la Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/52370ae6-representation-topographique-de-la-corse

Représentation topographique de la Corse

Représentation topographique de la Corse, avec échelle des couleurs.

Séneçon cinéraire corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/549fd405-senecon-cineraire-corse

Séneçon cinéraire corse

Séneçon cinéraire (Senecio cineraria), Calvi, Corse. La cinéraire maritime est une plante à port buissonnant, très ramifié, pouvant atteindre 1 mètre de hauteur. Ses feuilles sont lobées à profondes échancrures, couvertes d'un fin duvet blanc lui donnant une apparence argentée au soleil. Sa brève floraison est constituée de groupes de petits capitules jaunes vifs. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9ne%C3%A7on_cin%C3%A9raire

Sentier de randonnée au Cap Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d1d0b5-sentier-de-randonnee-au-cap-corse

Sentier de randonnée au Cap Corse

Panneau du sentier patrimonial "Au bord du temps" de Rogliano en Corse.

Tortue d'Herman. Source : http://data.abuledu.org/URI/51851800-tortue-d-herman

Tortue d'Herman

Tortue d'Hermann, en Corse du sud.

Tour d'Île-Rousse. Source : http://data.abuledu.org/URI/51ca9c14-tour-d-ile-rousse

Tour d'Île-Rousse

L'Île-Rousse en Corse, tour génoise de la Pietra.

Tour della Parocchia à Rogliano. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d1be54-tour-della-parocchia-a-rogliano

Tour della Parocchia à Rogliano

Tour della Parocchia (ou Torre Franceschi) à Rogliano en Corse. Cette tour ronde, en très bon état, a été bâtie au XVe siècle. Elle se dresse au centre du village, dans le quartier Parocchia. Propriété d'une personne privée, l'édifice fortifié est classé Monument historique par arrêté du 4 novembre 1935.

Tour génoise Castellucio en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/51ca98b9-tour-genoise-castellucio-en-corse

Tour génoise Castellucio en Corse

Tour génoise Castellucio sur la Grande Île des Sanguinaires (Corse).

Tour génoise de la Parata à Ajaccio. Source : http://data.abuledu.org/URI/51caa47f-tour-genoise-de-la-parata-a-ajaccio

Tour génoise de la Parata à Ajaccio

Tour génoise de La Parata à Ajaccio (1550). La garnison d'une tour se constituait de deux à six hommes (les torregiani) recrutés parmi les habitants et payés sur les taxes locales. Ces gardiens devaient résider en permanence dans la tour. Ils ne pouvaient s'en éloigner que deux jours maximum, pour le ravitaillement et la paye, et un par un. Ils assuraient la vigie avec les feux et signaux réglementaires: ils montaient matin et soir sur la plate-forme, renseignaient navigateurs, bergers et laboureurs sur la sécurité, communiquaient par feux avec les tours les plus proches astucieusement positionnées à portée de vue, et surveillaient l'arrivée d'éventuels pirates. En cas d'alerte, le signal donné sur la terrasse au sommet de la tour, sous forme de fumée, de feu ou d'un son de culombu (grande conque marine), prévenait les environs de l'approche d'un navire hostile. S'ensuivait le repli général des bêtes et des gens vers l'intérieur. Les deux tours les plus proches s'allumaient alors et ainsi de suite, ce qui permettait de mettre toute l'île en alerte en quelques heures. Les tours étaient toujours insuffisamment armées. Elles servaient principalement de postes douaniers et d'amers. Les torregiani négligeaient souvent leur rôle militaire, pour se concentrer sur le contrôle du commerce maritime et la perception de diverses taxes. Ils pratiquaient aussi le négoce du bois et l'agriculture sur les terres environnantes.

Tour génoise de la Parata, 1550. Source : http://data.abuledu.org/URI/51caa3c2-tour-genoise-de-la-parata-1550

Tour génoise de la Parata, 1550

Description et plan de la tour génoise de la Parata (1550). Joseph de Fréminvile, Tours génoises du littoral corse, 1894. Le littoral corse est constellé de tours (en corse torri), devenues un des symboles de l'île. Bien que toutes ne soient pas d'origine génoise, on les appelle généralement "tours génoises", sans distinction. La construction de ces tours génoises est la conséquence de la prise de Constantinople par les Turcs en 1453 ; les Barbaresques commencent à razzier les côtes et le feront pendant trois siècles. Elle débuta au XVIe siècle à la demande des communautés villageoises pour se protéger des pirates. En 1530, la république de Gênes dépêche deux commissaires extraordinaires, Paolo Battista Calvo et Francesco Doria, pour inspecter les tours et fortifications chargées de défendre l'île des invasions barbaresques. En 1530 la Corse a 23 tours dont 10 au Cap. Dès 1531, l'édification de quatre-vingt-dix tours est décidée sur le littoral corse, dont trente-deux dans le Cap Corse. Les travaux commencent sous la supervision de deux nouveaux commissaires extraordinaires génois : Sebastiano Doria et Pietro Filippo Grimaldi Podio. Il s'agissait d'étendre à la Corse le système de vigilance déjà en vigueur sur le pourtour méditerranéen. Ces vigies placées en avant-poste prévenaient et défendaient des attaques des Barbaresques et de tous les dangers venant de la mer. En 1730 l'île a 120 tours dont 30 au Cap. Aujourd'hui, sur les 85 tours dénombrées au début du XVIIIe siècle, 67 demeurent encore debout.

Tour génoise des îles Finocchiarola. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d20594-tour-genoise-des-iles-finocchiarola

Tour génoise des îles Finocchiarola

Les îles Finocchiarola (en corse Finuchjarola) forment un archipel inhabité de la mer Tyrrhénienne. Elles se trouvent toutes proches de la côte nord-est du Cap Corse, sur la commune de Rogliano, entre la baie de Tamarone (au sud) et celle de Santa Maria (au nord), et sont constituées de trois îlots désertiques : A Terra, le plus proche de la côte (200 m) ; Mezzana, l'îlot central ; Finocchiarola, le plus grand, le plus haut et le plus au large des îlots (500 m), qui culmine à 27 m au niveau de la tour ruinée. En 1594, une tour littorale fut construite au point culminant du plus grand îlot. Elle était destinée à la défense du Cap corse sous l'occupation génoise et est aujourd'hui en état de ruine. Les deux îlots les plus au larges sont la propriété du Conservatoire du littoral aujourd'hui, et le troisième entre dans sa zone d'intervention. L'archipel fait partie de la Réserve naturelle des îles Finocchiarola depuis 1987. La réserve fut principalement mise en place pour la préservation du goéland d'Audouin, espèce endémique. Les îlots présentent une faune et une flore très particulière. Ils tirent d'ailleurs leur nom d'une plante caractéristique, le fenouil sauvage, finochju en corse.

Tour ronde de Quercioli à Rogliano. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d1d587-tour-ronde-de-quercioli-a-rogliano

Tour ronde de Quercioli à Rogliano

Tour ronde de Quercioli à Rogliano en Corse. Quercioli (prononcé [kɥæɾ.ˈt͡ʃoː.li]) est situé au Nord-ouest de Bettolacce. il est traversé par la route D53. Le village dominé par une tour carrée ruinée, possède une tour génoise ronde en bon état ainsi qu'une chapelle San Roccu du XVIIe siècle.

Tour Santa Maria. Source : http://data.abuledu.org/URI/51caa65a-tour-santa-maria

Tour Santa Maria

Tour génoise Santa Maria, Cap Corse : 1) guardiola, 2) terrasse, 3) salle de garde, 4) salle de repos, 5) réserves. Les tours génoises sont des édifices en pierre de 12 à 17 m de haut sur 8 à 10 m de diamètre. Parfois carrées, le plus souvent circulaires, elles sont toujours construites sur quatre niveaux : 5) la réserve : au sous-sol de la tour ; une niche servait à ranger les vivres ; on y stockait également les munitions ; et l'eau y était conservée dans une citerne, alimentée depuis la terrasse par une conduite directe ; 4) la salle de repos : au premier étage ; parfois séparée de la salle de garde par un simple plancher sommaire et formant avec elle un espace de vie unique ; 3) la salle de garde : au deuxième étage ; percée de meurtrières pour permettre aux torregiani de guetter ; 2) la terrasse : au sommet de la tour ; pour la surveillance ; percée de mâchicoulis ou munie de bretèches, était flanquée d'une guardiola. On passait d'un niveau à l'autre par des trappes et des échelles. L'accès à la porte d'entrée se faisait par une longue échelle mobile, directement au premier étage. Les gardes habitaient à tour de rôle la pièce unique pourvue de niches et d'une cheminée, et située sous la salle de guet.

Tour Santa Maria, au loin l'Ile de Capraia. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d1bdb9-tour-santa-maria-au-loin-l-ile-de-capraia

Tour Santa Maria, au loin l'Ile de Capraia

Vue sur la Tour Santa Maria, au loin l'Ile de Capraia, depuis le Sentier des Douaniers. La tour della Chiappella est située au Nord-ouest de la rade de Santa Maria ; elle date des années 1548-1549. Cette tour a été remaniée plusieurs fois. En 1796 elle avait subi les assauts d'une escadre de la flotte anglaise commandée par le contre-amiral Nelson. Gravement endommagée par le bombardement anglais, elle présente une coupe de ses 3 étages voûtés. Une échelle mobile permettait de monter d'un étage à l'autre. Voûtes et arcature des machicoulis sont en calcaire de Tamarone, roche du quaternaire facile à travailler. Les ruines de la tour sont inscrites au titre des Monuments historiques inscription par arrêté du 8 mars 1991.

Tours génoises en Corse. Source : http://data.abuledu.org/URI/51ca9aa4-tours-genoises-en-corse

Tours génoises en Corse

Carte des tours génoises de Corse.