Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Gravure | Dessins et plans | Dix-neuvième siècle | Peinture | Fillettes | Alice au pays des merveilles - Lewis Carroll (1832-1898) | Lewis Carroll (1832-1898) | Littérature pour la jeunesse | Saint-Tropez (Var) | Physique | Pointillisme (art) | Fleurs | Marines (peinture) | Paul Signac (1863-1935) | Géographie | Botanique | Chiens | Anglais (langue) | Coqs | ...
Al Alcorn et Pong, en 2011. Source : http://data.abuledu.org/URI/52c1c581-al-alcorn-et-pong-en-2011

Al Alcorn et Pong, en 2011

Al Alcorn et Pong à l'ouverture de l'exposition au Musée de l'Histoire de l'Ordinateur, le 11 janvier 2011. En 1972, Nolan envisage de créer un jeu de conduite de voiture pour les salles d'arcades. Il loue les services d'un ingénieur électronicien, Allan Alcorn, tout juste sorti de l'université. Comprenant que le jeu qu'il envisageait est trop complexe pour son nouvel employé, Nolan lui demande tout d'abord de faire un jeu de ping-pong. Le jeu qu'Alcorn crée est si amusant que Nolan décide de foncer et de le lancer sur le marché. Puisque le nom Ping-Pong est déjà une marque déposée, ils l'ont simplement appelé Pong. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pong.

Alice et la petite clef. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cf7e7f-alice-et-la-petite-clef

Alice et la petite clef

Alice et la petite clef, illustration d'origine (1865), par John Tenniel (1820 – 1914), du roman de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles : Tout à coup elle rencontra sur son passage une petite table à trois pieds, en verre massif, et rien dessus qu’une toute petite clef d’or. Alice pensa aussitôt que ce pouvait être celle d’une des portes ; mais hélas ! soit que les serrures fussent trop grandes, soit que la clef fût trop petite, elle ne put toujours en ouvrir aucune. Cependant, ayant fait un second tour, elle aperçut un rideau placé très-bas et qu’elle n’avait pas vu d’abord ; par derrière se trouvait encore une petite porte à peu près quinze pouces de haut...

Alice et le breuvage interdit. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cf806a-alice-et-le-breuvage-interdit

Alice et le breuvage interdit

Alice et le breuvage interdit, illustration d'origine (1865), par John Tenniel (1820 – 1914), du roman de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles : Cette fois elle trouva sur la table une petite bouteille (qui certes n’était pas là tout à l’heure). Au cou de cette petite bouteille était attachée une étiquette en papier, avec ces mots « BUVEZ-MOI » ("DRINK ME") admirablement imprimés en grosses lettres. C’est bien facile à dire « Buvez-moi, » mais Alice était trop fine pour obéir à l’aveuglette. « Examinons d’abord, » dit-elle, « et voyons s’il y a écrit dessus « Poison » ou non. »

Alice et le chiot. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cfdbb0-alice-et-le-chiot

Alice et le chiot

Alice tend un bâton au chiot en se cachant derrière un chardon, illustration d'origine (1865), par John Tenniel (1820 – 1914), du roman de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles : Sans trop savoir ce qu’elle faisait, elle ramassa une petite baguette et la présenta au petit chien qui bondit des quatre pattes à la fois, aboyant de joie, et se jeta sur le bâton comme pour jouer avec. Alice passa de l’autre côté d’un gros chardon pour n’être pas foulée aux pieds.

Alice grandit encore. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cf8d70-alice-grandit-encore

Alice grandit encore

Alice grandit encore, illustration d'origine (1865), par John Tenniel (1820 – 1914), du roman de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles : Tout en causant ainsi, Alice était entrée dans une petite chambre bien rangée, et, comme elle s’y attendait, sur une petite table dans l’embrasure de la fenêtre, elle vit un éventail et deux ou trois paires de gants de chevreau tout petits. Elle en prit une paire, ainsi que l’éventail, et allait quitter la chambre lorsqu’elle aperçut, près du miroir, une petite bouteille. Cette fois il n’y avait pas l’inscription BUVEZ-MOI — ce qui n’empêcha pas Alice de la déboucher et de la porter à ses lèvres. « Il m’arrive toujours quelque chose d’intéressant, » se dit-elle, « lorsque je mange ou que je bois. Je vais voir un peu l’effet de cette bouteille. J’espère bien qu’elle me fera regrandir, car je suis vraiment fatiguée de n’être qu’une petite nabote ! » C’est ce qui arriva en effet, et bien plus tôt qu’elle ne s’y attendait. Elle n’avait pas bu la moitié de la bouteille, que sa tête touchait au plafond et qu’elle fut forcée de se baisser pour ne pas se casser le cou. Elle remit bien vite la bouteille sur la table en se disant : « En voilà assez ; j’espère ne pas grandir davantage. Je ne puis déjà plus passer par la porte. Oh ! je voudrais bien n’avoir pas tant bu ! » Hélas ! il était trop tard ; elle grandissait, grandissait, et eut bientôt à se mettre à genoux sur le plancher. Mais un instant après, il n’y avait même plus assez de place pour rester dans cette position, et elle essaya de se tenir étendue par terre, un coude contre la porte et l’autre bras passé autour de sa tête. Cependant, comme elle grandissait toujours, elle fut obligée, comme dernière ressource, de laisser pendre un de ses bras par la fenêtre et d’enfoncer un pied dans la cheminée en disant : « À présent c’est tout ce que je peux faire, quoi qu’il arrive. Que vais-je devenir ? »

Anti-monte-lait en inox. Source : http://data.abuledu.org/URI/5121358e-anti-monte-lait-en-inox

Anti-monte-lait en inox

Anti monte-lait en inox. Un anti-monte-lait (ou simplement : monte-lait) est un dispositif qui empêche le débordement du lait bouillant. L'anti-monte-lait est un disque lourd, qui tombe au fond, là où se forment les bulles. Au lieu de monter directement, les bulles produites sous l'objet se rassemblent en une bulle assez grosse pour le soulever : celui-ci laisse alors s'échapper la bulle puis retombe sur le fond avec bruit. L'objet agite le lait et augmente fortement la taille des bulles, ce qui a deux effets : 1) réduire la formation de la mousse : composée de bulles plus grosses, qui éclatent plus facilement, la mousse est plus instable ; 2) réduire l'effet de la peau. Les bulles plus grosses et l'agitation du liquide gênent la formation de la pellicule imperméable. De plus, le bruit caractéristique avertit le cuisinier de la nécessité de baisser le feu. Si celui-ci n'est pas trop important l'anti-monte-lait suffit à empêcher le débordement alors que sans lui il aurait eu lieu. L'anti-monte-lait a été inventé en 1938 par l'anglais Vincent Hartley et s'est popularisé dans les pays latins.

Assortiment de raccords en cuivre. Source : http://data.abuledu.org/URI/51255311-assortiment-de-raccords-en-cuivre

Assortiment de raccords en cuivre

Assortiment de raccords en cuivre pour plomberie : coude à 45° femelle-femelle, T égal, raccord ; bouchon, coude à 90° femelle-femelle, réducteur, coude à 45° mâle-femelle. Environ 98 % du cuivre est utilisé sous forme métallique, profitant de ses propriétés physiques spécifiques - malléabilité et ductilité, bonne conductivité thermique et électrique et du fait qu’il est résistant à la corrosion. Le cuivre s’avère souvent trop mou pour certaines applications, aussi est-il intégré à de nombreux alliages. On compte parmi ceux-ci le laiton, alliage de cuivre et de zinc ou le bronze, alliage de cuivre et d'étain. On peut usiner le cuivre, bien qu’il soit souvent nécessaire de faire appel à un alliage pour les pièces de forme complexe, comme les pièces filetées, afin de conserver des caractéristiques d’usinabilité satisfaisantes. Sa bonne conductivité thermique permet de l’utiliser pour les radiateurs et les échangeurs de chaleur.

Basset de Gascogne. Source : http://data.abuledu.org/URI/51609b36-basset-de-gascogne

Basset de Gascogne

Basset bleu de Gascogne. Le basset bleu de Gascogne est une race de chien de chasse originaire de France. À l'origine utilisé pour la chasse, le basset bleu de Gascogne bénéficie d'une belle voix et d'un bon flair. Peu rapide, il peut cependant accéder à différents types de terrains, tant que ce n'est pas trop escarpé. On peut chasser avec lui seul ou en meute, car il tolère très bien ses congénères. Il convient à différents type de gibiers mais sa spécialité est le lapin de garenne ou le lièvre. C'est un chien facile à dresser, affectueux, gai et curieux. Il peut vivre en appartement, mais il faudra alors l'y habituer dès son plus jeune âge et lui permettre des sorties fréquentes. De plus, un dressage ferme est nécessaire, car tout le monde n'appréciera pas forcément sa voix.

Blason de Saint-Tropez. Source : http://data.abuledu.org/URI/51eef7e4-blason-de-saint-tropez

Blason de Saint-Tropez

Blasonnement : d'azur à la barque de gueules portant Tropes allongé, un chien et un coq, surmontée d'un ange d'argent volant au dessus et portant une couronne dans la main. Caïus Silvius Torpetius, né à Pise, grand officier de la cour de Néron, fut séduit par les idéaux pacifistes. Converti par Paul en l'an 68, il engendra la colère de l'empereur par son refus d'abjurer sa foi chrétienne. Il fut torturé, martyrisé et décapité à Pise et son corps jeté dans une barque sur l'Arno en compagnie d'un coq et d'un chien censés se nourrir du cadavre. Le courant Ligure ramena la barque jusqu'au rivage de l'actuel Saint-Tropez, autrefois appelé Héraclès. Les moines de l’Abbaye de Saint-Victor de Marseille, propriétaires au XIe siècle de la presqu'île, et de toutes les terres adjacentes, trouvèrent la barque, cachèrent le corps du martyr et élevèrent une chapelle qu'ils baptisèrent « Ecclesia Sancti Torpetis ». Torpes devint finalement Tropez. On raconte que le coq s'arrêta dans un champ de lin à quelques kilomètres de là. Le coq au lin donna le village Cogolin. Et le chien : Grimaud (chien en vieux français).

Boxer femelle. Source : http://data.abuledu.org/URI/516a4753-boxer-femelle

Boxer femelle

Le Boxer est une race canine d'origine allemande, qui fait partie de la famille des molosses. Il a été créé comme chien de défense dans le but de retrouver la race originelle du Bullenbeisser qui, à force de croisements incontrôlés, était devenu trop agressif

Buste du Baron de Munchausen. Source : http://data.abuledu.org/URI/521dd962-buste-du-baron-de-munchausen

Buste du Baron de Munchausen

Buste du baron de Münchhausen, sculpté dans le marbre par Antonio Canova, gravure de Gustave Doré : "dans le mensonge, la vérité" MENDACE VERITAS (CANOVA, sc° 1766). Le livre sera traduit de l'allemand en français par Théophile Gautier (fils) (1836-1904), en 1857, avec des illustrations de Gustave Doré. Cette traduction est très agréable, bien qu'amputée de certains passages jugés trop « politiquement incorrects » pour ses contemporains.

Cadran britannique de berger. Source : http://data.abuledu.org/URI/524c3375-cadran-britannique-de-berger

Cadran britannique de berger

Cadran britannique de berger sur un cylindre (d'août à novembre). Source : Encyclopædia Britannica, 1911, Volume 8, Slice 3. Un cadran de berger est un cadran solaire de hauteur, portable, permettant de lire l´heure sur une surface verticale. Pour lire l´heure, il faut procéder en 3 temps : 1) d'abord faire tourner la lame sur le dessus du cylindre de façon à ce qu'elle soit située en face de la date du jour ; 2) puis tenir le cylindre bien verticalement (certains modèles disposent d'un fil permettant de suspendre le cylindre - comme on le fait lorsque l'on tient un fil à plomb) ; 3) et enfin orienter le cylindre vers le Soleil de façon que l'ombre de la lame soit verticale et donc aussi mince que possible. L´extrémité de l'ombre de la lame sur le cylindre se trouve alors sur une courbe horaire correspondante à l´heure solaire (angle horaire du soleil) du moment, celle-ci permettant après correction d'obtenir l'heure légale officielle. Un cadran de berger est conçu pour une latitude donnée. Il ne donne donc l'heure que si l'on ne s'éloigne pas trop du parallèle correspondant.

Cagettes d'arbouses. Source : http://data.abuledu.org/URI/518b635a-cagettes-d-arbouses

Cagettes d'arbouses

Cagettes d'arbouses mûres (Arbutus unedo) en vente près d'Oran en Algérie. Le fruit peut être consommé cru, être utilisé pour la confection de confitures et de pâtisseries, ou fermenté pour produire une boisson alcoolisée. Il possède une très légère toxicité : consommé cru en trop grande quantité, il peut induire des coliques bénignes et des vomissements.

Capucines jaunes. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ee7caa-capucines-jaunes

Capucines jaunes

La Grande Capucine ou Capucine (Tropaeolum majus) est une plante herbacée annuelle ou vivace de la famille des Tropaéolacées et du genre Tropaeolum. Cette plante ornementale et comestible est probablement un hybride originaire d'Amérique du Sud. Elle a été introduite en France en provenance du Pérou à la fin du XVIIe siècle. Dans son pays d'origine, le Pérou, la capucine est pollinisée par les oiseaux-mouches. En Europe, les bourdons s'acquittent de cette tâche. Mais la fleur secrète son nectar tout au bout d'un interminable éperon. Certains bourdons, dont la langue est trop courte, n'hésitent pas à percer un trou sur le côté pour accéder au nectar (vol de nectar). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_capucine

Caricature de savant. Source : http://data.abuledu.org/URI/52ed76aa-caricature-de-savant

Caricature de savant

Cours d'embryologie, caricature de savant, 1895, par Joseph Wolf (1820–1899) : Trop de science rend bête.

Carrière de marbre à ciel ouvert. Source : http://data.abuledu.org/URI/51439a0a-carriere-de-marbre-a-ciel-ouvert-

Carrière de marbre à ciel ouvert

Carrière de marbre de Carrare à ciel ouvert. Aux techniques traditionnelles d'abattage, par saignée au pic, au coin, à la masse réalisé à bras d'homme, succède le travail mécanique et « aveugle » des machines : la frappe mécanique du marteau-piqueur, la scie à chaîne (haveuse), la perforatrice rotative (de la tarière au rotary), le marteau perforateur, le jet d'eau sous pression voir le laser de puissance. Comparativement au travail à la main ou le mineur, à chaque coup choisit le point d'attaque le plus approprié, le travail de la machine est extrêmement dispendieux en énergie : l'abattage avec une machine ponctuelle consomme 76 fois plus, l'abattage à l'explosif dans des trous de mine est du même ordre. Une tarière de grand diamètre consomme 135 fois plus, la combinaison optimale, tarière, havage, et tir en forage réduit ce facteur à 20. Le marbre de Carrare (pour les Romains marmor lunensis, « marbre de Luni ») est un type de marbre, extrait des carrières des Alpes apuanes sur le territoire de Carrare, universellement connu comme un des marbres les plus prisés pour sa blancheur sans trop de veinage.

Carte de l'Asie Mineure. Source : http://data.abuledu.org/URI/505ebc51-carte-de-l-asie-mineure

Carte de l'Asie Mineure

Carte de l'Asie Mineure antique et de Milet, la ville des "Sept Sages" présocratiques : Stilpon, Chilon, Thalès, Pythagore, Empédocle, Phérécyde, Anacharsis. Voici leur devise traduite : Thalès de Milet : Ἐγγύα, πάρα δ᾽ ἄτα. « Ne te porte jamais caution. » Solon d'Athènes : Μηδὲν ἄγαν. « Rien de trop. » Chilon de Sparte : Γνῶθι σεαυτόν. « Connais-toi toi-même. » Pittacos de Mytilène : Γίγνωσκε καιρόν. « Reconnais l'occasion favorable. » Bias de Priène : Οἱ πλεῖστοι κακοί. « Les plus nombreux sont les méchants. » ou « La plupart des hommes sont mauvais. » Cléobule de Lindos : Μέτρον ἄριστον. « La modération est le plus grand bien. » Périandre de Corinthe : « Prudence en toute chose. »

Chevilles de femme en 1854. Source : http://data.abuledu.org/URI/5385ad26-chevilles-de-femme-en-1854

Chevilles de femme en 1854

Illustration du dilemne victorien ("If we lift our skirts, they level their eye-glasses at our ankles." : Si nous relevons nos jupes, ils baissent les yeux) des promeneuses en robe longue, quand il y avait trop de boue dans la rue. Source : Family Friend, Vol. IX, page 321, 1854.

Chien Groenlandais. Source : http://data.abuledu.org/URI/5318bf05-chien-groenlandais

Chien Groenlandais

Lulo, un chien Groenlandais à Upernavik, au Groenland. Lulo est le seul chien groenlandais utilisé comme animal de compagnie à Upernavik. Il lui arrive de rentrer dans la maison pour un cours laps de temps. Après, il a trop chaud.

Chocalat fondu au bain-marie. Source : http://data.abuledu.org/URI/50ff0f73-chocalat-fondu-au-bain-marie

Chocalat fondu au bain-marie

"Bain-marie. Technique de cuisson pour des aliments fragiles." Cette technique de chauffage présente l'avantage d'éviter un apport de chaleur trop brutal et permet de contrôler le chauffage en évitant à peu près tout risque de calcination, même partielle.

Compas gyroscopique. Source : http://data.abuledu.org/URI/518f67e2-compas-gyroscopique

Compas gyroscopique

Sphère de compas gyroscopique. L'utilisation de compas gyroscopiques permet de s'affranchir des difficultés dues au magnétisme terrestre. La différence angulaire entre le nord vrai et le nord compas est appelée variation gyro (Wg). Cette variation est généralement faible (0,5° à 1°). Mais les compas gyroscopiques peuvent ne pas être parfaitement réglés, ou se dérégler. La variation gyro se mesure (ou se vérifie) régulièrement par le relèvement d'astre dont l'élévation sur l'horizon de l'observateur ne doit pas être trop élevée pour garantir la précision de la mesure et en appliquant le calcul d'amplitude, et en navigation côtière en relevant des alignements connus.

Composantes d'un radar monostatique. Source : http://data.abuledu.org/URI/5232f5e3-composantes-d-un-radar-monostatique

Composantes d'un radar monostatique

Composantes d'un radar monostatique : 1) L'émetteur qui produit l'onde radio. 2) Un guide d'onde qui amène l'onde vers l'antenne sur les radars à hyperfréquences (fréquences supérieures au gigahertz). 3) Le duplexeur, un commutateur électronique, dirige l'onde vers l'antenne lors de l'émission puis le signal de retour depuis l'antenne vers le récepteur lors de la réception quand on utilise un radar monostatique. Il permet donc d'utiliser la même antenne pour les deux fonctions. Il est primordial qu'il soit bien synchronisé, puisque la puissance du signal émis est de l'ordre du mega-watt ce qui est trop important pour le récepteur qui, lui, traite des signaux d'une puissance de l'ordre de quelques nano-watts. Au cas où l'impulsion émise serait dirigée vers le récepteur, celui-ci serait instantanément détruit.

Cuisine d'antan. Source : http://data.abuledu.org/URI/524d4f4f-cuisine-d-antan

Cuisine d'antan

Le tour de la France par deux enfants, par George Bruno, pseudonyme d'Augustine Fouillée (née Tuillerie), p.12 : manuel scolaire, édition de 1904 : LE POÊLE. - Le poêle est nécessaire dans les pays froids comme ceux de l'est et du nord ; car il donne plus de chaleur qu'une cheminée, mais cette chaleur est moins saine, elle rend l'air trop sec. Pour y remédier, il est bon de placer sur les poêles en fonte un vase rempli d'eau.

Décoration en fer forgé. Source : http://data.abuledu.org/URI/50faa669-decoration-en-fer-forge

Décoration en fer forgé

Lithographie de Anton Seder (1850–1916), Art Nouveau, 1890 : Fer forgé. Le fer forgé est une forme très pure de fer destiné au commerce, qui se caractérise par une faible teneur en carbone. Il est dur, malléable et peut être aisément mélangé à d'autres métaux. Il est cependant trop peu résistant pour la confection de lames et d'épées. Le fer forgé est utilisé depuis des milliers d'années, et représente le "fer" standard tel qu'on le connaît en histoire. De façon traditionnelle, le fer forgé était obtenu à partir du minerai de fer qui était chauffé à blanc dans une forge. Par la suite, on le martelait afin d'éliminer les scories contenues dans le minerai. Les procédés industriels du XIXe siècle ont permis de produire du fer forgé en grande quantité ce qui a permis d'étendre son utilisation à de grandes structures.

Détail du système d'accorage d'un conteneur. Source : http://data.abuledu.org/URI/51166f47-detail-du-systeme-d-accorage-d-un-conteneur

Détail du système d'accorage d'un conteneur

Détail du système d'accorage (amarrage) d'un conteneur sur un porte-conteneur maritime. Le principe du conteneur a été inventé en 1956 par Malcom McLean (en), un transporteur routier américain qui trouvait que le transbordement en vrac des marchandises était trop long. Il charge d'abord directement le camion dans le bateau, puis perfectionne cette idée en rendant la caisse du camion mobile. Son invention restera confinée à la côte est des États-Unis pendant 10 ans, puis franchira l'Atlantique en 1966 et connaîtra ensuite une croissance fulgurante. Si le conteneur « de base » (et le plus répandu) reste une simple boîte, il existe des conteneurs spécialisés : réfrigérés, ventilés, déshumidifiés, avec un réservoir de carburant, à munitions, à vêtements, sans toit, pliants, à bétail, à voitures, plats, citernes, etc. En revanche, ils partagent le même système de fixation, par pièces de coin présentes sur les huit sommets du parallélépipède et verrous tournants fixés sur les châssis des véhicules ou les engins de manutention.

Deux oisillons de grèbe en quête de nourriture. Source : http://data.abuledu.org/URI/533c0ffb-deux-oisillons-de-grebe-en-quete-de-nourriture

Deux oisillons de grèbe en quête de nourriture

Le Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis) est une espèce d'oiseaux de la famille des Podicipedidae. Cet oiseau est le plus petit des membres de la famille des grèbes, et aussi le seul grèbe d’Europe à pondre régulièrement deux fois par an. Oiseaux discrets, ils s’installent sur n’importe quel lac, étang, mare ou marais possédant une végétation assez dense sur ses rives. Les poussins sont couverts de duvet gris, leur bec est jaune et ils ont la tête, le cou et le dos présentant des rayures jaunâtres à rousses. Les jeunes ressemblent aux adultes en plumage internuptial mais les joues et les côtés du cou brun foncé sont rayés irrégulièrement de blanc. Leur mue partielle se déroule de juillet à décembre. Leur régime alimentaire (insectes et petits crustacés) leur permet de s’établir sur des plans d’eau trop petits pour contenir de gros poissons. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3%A8be_castagneux

Élevage en bocage et openfield. Source : http://data.abuledu.org/URI/50ba596a-elevage-en-bocage-et-openfield

Élevage en bocage et openfield

L'openfield est un terme de géographie qui désigne un paysage agraire à champ ouverts. Les géographes francophones ont décidé de recourir à ce vocable anglais pour éviter le mot français correspondant (campagne ou champagne) que les multiples sens et l'usage toponymique rendaient trop ambigu. On appelle bocage la région où les champs et les prés sont enclos par des levées de terre portant des haies ou des rangées d'arbres qui marquent les limites de parcelles de tailles inégales et de formes différentes, et où l'habitat est dispersé généralement en fermes et en hameaux.

Ensoleillement en France. Source : http://data.abuledu.org/URI/50dad914-ensoleillement-en-france

Ensoleillement en France

Carte de l'ensoleillement en France métropolitaine : "Irradiation Globale Horizontale en France, SolarGIS 2011" (moyenne de la somme annuelle, de 2004 à 2010). Les estimations climatologiques de l’ensoleillement sont importantes en agrométéorologie ou pour la mise en œuvre de production d’énergie solaire (thermique ou photovoltaïque) ; elles jouent également un rôle notable pour l’appréciation de l’attrait touristique d’une région. On estime également qu’un ensoleillement trop faible pourrait être un des facteurs de la « dépression saisonnière » qui touche certaines personnes en automne et en hiver.

Galettes de cassave. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d99f32-galettes-de-cassave

Galettes de cassave

Galettes de manioc sêchant sur des tiges de manioc. La cassave est à base de couac, une farine obtenue par le râpage ou grageage (grajé en créole) de la racine de manioc. Sa pulpe est délayée dans un mélange d'eau et de chaux, tamisée, ensuite, elle est placée soit dans un long boyau de vannerie appelé couleuvre et parfois étirée, ce qui permet d'en extraire le jus, qui est un poison, soit écrasée sur une meule à bras appelée metate, jusqu'à la formation d'une pâte dite masa. Cette pâte est mise alors dans une platine chauffée au bois. Cette technique permet de sécher le produit sans le cuire. Ce travail demande beaucoup d'attention, il faut sans cesse remuer la farine avec une palette de bois, pour l'empêcher de coller au fond de la platine et de se colorer, pour qu'elle puisse rester toujours blanche. Lors de la dernière phase de cuisson, la semoule est amalgamée en une grande galette. Une fois cette pâte séchée, elle est pétrie puis aplatie et étalée sur une plaque appelée comal et posée sur un feu pour la cuire. La cassave est cuite sur les deux faces, la cuisson est rapide et pas trop forte afin que les galettes restent moelleuses. Leur forte teneur en amidon fait qu'en quelques minutes elles deviennent solides. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cassave.

Gemmage d'un pin : haute care. Source : http://data.abuledu.org/URI/5131f4da-gemmage-d-un-pin-haute-care

Gemmage d'un pin : haute care

Démonstration de gemmage en été à Mimizan (Landes) pour les touristes : La pique se pratique de bas en haut, car la sève élaborée circule de haut en bas, en entaillant l'aubier dans le sens des fibres (verticalement). La care est incurvée dans sa largeur, et le haut de l'entaille prend la forme d'une ogive. La blessure ne dépasse pas 1 cm de profondeur et varie entre 6 et 11 cm en largeur. Le rafraichissement des cares se fait de plus en plus haut sur les troncs au fil des saisons. Lorsque la taille finit par être trop haute, le résinier doit monter sur un pitey, pièce en bois munie de cales utilisables comme des marches. Le pitey finit peu à peu par céder la place au hapchot équipé d’un long manche.

Géologie d'une carrière parisienne. Source : http://data.abuledu.org/URI/514395af-geologie-d-une-carriere-parisienne

Géologie d'une carrière parisienne

Schéma en coupe (simplifié) des carrières de calcaire parisiennes. Vue simplifiée des bancs de roche qui composent la géologie des carrières de la rive gauche de Paris. En jaune, les bancs exploitables pour la construction. De bas en haut : Juste au-dessus des sables yprésiens, on trouve le lutétien inférieur. Celui-ci se reconnaît par un grand nombre de nummulites visibles à l'œil nu dans la roche, et se divise en deux bancs : 1) La base verdâtre, dont la couleur révèle la présence de glauconie et de quartz ; 2) Les forgets, petits bancs alternant calcaires durs (également glauconieux) et lits de sable. En raison de sa profondeur et du peu de pierre utilisable pour la construction, cette couche n'a pas été exploitée par les carriers. Encore au-dessus, le lutétien moyen constitue une strate de six mètres d'épaisseur. Il se divise en trois bancs : 1) Le banc à vérin des carriers, reconnaissable par les cérithes géants qui s'y trouvent et par une couleur jaune-rougeâtre. D'un grain serré, il n'a été exploité que dans sa partie supérieure et de façon épisodique. 2) Les lambourdes ou vergelets, banc gris, peu épais et tendre. Il ne contient pas d'eau, ce qui le rend « non gélif » (il ne peut pas geler) et utilisable pour la construction, bien que les traces de coquilles et de fossiles y soient très visibles. 3) Le banc royal, non gélif et homogène, qui fournit des pierres de grande qualité pour la construction. Le lutétien supérieur contient quant à lui les bancs les plus variés et les plus exploitables. Il se constitue de deux strates : le banc vert et les bancs francs. Le premier sépare les niveaux inférieurs et supérieurs en carrière, le second constitue le calcaire le plus souvent exploité, avec plusieurs bancs exploitables souvent séparés par des couches de sables plus ou moins marneuses appelées bousins. Ces bancs sont en partie composés d'argile et contiennent de l'eau, ce qui les rend gélifs, mais leur dureté et leur solidité les rend tout à fait aptes à la construction. Le banc vert, premier étage du lutétien supérieur, se divise en trois bancs : 1) le liais du bas, 2) le banc vert proprement dit (qui donne son nom générique aux deux couches qui l'entourent), composé d'un lit marneux, d'argile verte et de fossiles qui témoignent de son origine lacustre, et 3) le liais du haut, identique à celui du bas. Ce liais est appelé liais franc lorsqu'il est exploité, et banc de marche lorsqu'il constitue le sol de la carrière (et donc que les visiteurs marchent dessus). Les bancs francs, qui représentent les bancs les plus souvent visibles dans les galeries de carrière, se subdivisent en six sortes : 1) Le banc de laine, ou cliquart, ou banc des galets. D'une faible épaisseur, il contient peu de fossiles. Sa consistance varie selon les cas et ressemble à celle des lambourdes lorsqu'elle est tendre, du liais lorsqu'elle est dure ; 2) Le grignard, ou coquiller. Très riche en fossiles, ce banc est peu exploitable, car il est trop constellé de coquillages pour donner des blocs réellement solides. 3) Le souchet. Très tendre, peu compact, il va donner son nom au souchevage, une technique d'extraction de la pierre. En effet, pour commencer à exploiter les bancs situés juste au-dessus, les carriers extraient le souchet de manière à créer un espace vide horizontal, puis creusent des fentes sur le côté du bloc à extraire (ce que l'on appelle le défermage). Contenant quelquefois des galets et des fossiles, le souchet se délite facilement. 4) Le banc blanc, ou banc royal, ou liais franc, ou remise. D'un grain fin et serré, il donne des blocs de bonne qualité, qui se vendront à prix d'or pendant les chantiers du XVIIIe et du XIXe siècle. 5) Le banc franc, ou haut banc, ou banc royal, ou rustique. Il ressemble au banc blanc, et donne lui aussi des blocs de qualité, mais on l'en distingue par le fait qu'il contienne beaucoup moins de fossiles. 6) La roche, ou ciel de carrière. Cette couche, très dure et très coquillière, est souvent laissée en place pour servir de toit à la carrière (que l'on appelle ciel de carrière).

Haricot d'Espagne. Source : http://data.abuledu.org/URI/5471d45c-haricot-d-espagne

Haricot d'Espagne

Haricot d'Espagne Vilmorin-Andrieux 1904. Tiges grimpantes, très vigoureuses, atteignant 3 mètres et plus dans l’espace de quelques semaines ; fleurs blanches en grappes nombreuses à longs pédoncules. Cosses larges, très aplaties, contenant rarement plus de trois ou quatre grains, qui sont blancs, renflés, très gros, réniformes, atteignant quelquefois 0,025m de long sur 0,015m de large et 0,010m d’épaisseur. Le litre pèse 735 grammes, et 100 grammes contiennent environ 75 grains. Le grain du Haricot d’Espagne ne mûrit pas très bien habituellement sous le climat de Paris. Dans le Midi au contraire, cette espèce, qui est très rustique et très productive, est passablement cultivée comme légume, et dans certains pays on en fait le plus grand cas. Dans le Nord, on trouve que la peau en est trop épaisse et la chair peu délicate. Il est certain qu’elle est très farineuse, mais moins fine, surtout à l’état sec, que celle des bonnes variétés de notre pays. Source : https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Plantes_potag%C3%A8res/Haricot_d%E2%80%99Espagne

Ionisation par électrospray. Source : http://data.abuledu.org/URI/50ac0ea6-ionisation-par-electrospray

Ionisation par électrospray

Spectrométrie de masse avec inoisation par électrospray. Son principe est le suivant : à pression atmosphérique, les gouttelettes de solutés sont formées à l'extrémité d'un fin capillaire porté à un potentiel élevé. Le champ électrique intense leur confère une densité de charge importante. Sous l'effet de ce champ et grâce à l'assistance éventuelle d'un courant d'air co-axial, l'effluent liquide est transformé en nuage de fines gouttelettes (spray) chargées suivant le mode d'ionisation. Sous l'effet d'un second courant d'air chauffé, les gouttelettes s'évaporent progressivement. Leur densité de charge devenant trop importante, les gouttelettes explosent en libérant des microgouttelettes constituées de molécules protonées ou déprotonées de l'analyte, porteuses d'un nombre de charges variable. Les ions ainsi formés sont ensuite guidés à l'aide de potentiels électriques appliqués sur deux cônes d'échantillonnage successifs faisant office de barrières avec les parties en aval maintenues sous un vide poussé (<10-5 Torr). Durant ce parcours à pression élevée, les ions subissent de multiples collisions avec les molécules de gaz et de solvant, ce qui complète leur désolvatation. En faisant varier les potentiels électriques appliqués dans la source il est possible de provoquer des fragmentations plus ou moins importantes.

La bouée rouge à Saint-Tropez. Source : http://data.abuledu.org/URI/51b8ad64-la-bouee-rouge-a-saint-tropez

La bouée rouge à Saint-Tropez

La bouée rouge à Saint-Tropez, 1895, par Paul Signac (1863-1935). Le 7 juillet, est émis un timbre artistique de 0,75 € reproduisant La Bouée rouge, peinture de Paul Signac de 1895, conservée au musée d'Orsay et représentant un paysage du port de Saint-Tropez. Le timbre imprimé en héliogravure est mis en page par l'atelier Didier Thimonier. Il est conditionné en feuille de trente. Environ 5,7 millions d'exemplaires ont été vendus jusqu'au retrait le 12 mars 2004.

La Cité des dames. Source : http://data.abuledu.org/URI/513fda93-la-cite-des-dames

La Cité des dames

La Cité des dames est un récit allégorique de Christine de Pizan (1363-1431) paru à Paris en 1405. Christine de Pizan est une philosophe et poétesse française de naissance italienne considérée comme la première femme de lettres française ayant vécu de sa plume. Son érudition la distingue des écrivains de son époque, hommes ou femmes. Veuve et démunie, elle dut gagner sa vie en écrivant. Elle composa des traités de politique et de philosophie, et des recueils de poésie. On lui doit, entre autres, "Cent ballades d'amant et de dame" et "la Cité des dames". Son travail majeur a été accompli entre 1400 et 1418. Christine est d'abord une poétesse. Et pour cause : c'est le premier moyen de se faire remarquer en bien par les princes mécènes, car leur cour se plaît particulièrement aux jeux poétiques de la littérature courtoise. Elle chante des amours plutôt malheureux en fin d'histoire, mais n'en abuse pas car elle sait que ses lecteurs préfèrent le chant amoureux comblé. C'est par la poésie qu'elle a fondé son autorité d'écrivaine, la manière la plus efficace de se faire admettre dans le monde littéraire pour une femme de la haute société. "La cité des dames" est un des premiers ouvrages féministes de la littérature, en ce sens qu'il ne reprend pas les tropes usés du débat rhétorique utilisés par les auteurs masculins pour attaquer ou défendre la femme, mais se place délibérément dans une perspective nouvelle, la narratrice prenant conscience de ce que sa vision d'elle-même est en fait déterminée par les clichés qui circulent sur les femmes et leur infériorité "naturelle". Christine de Pizan décrit une société allégorique, où la dame est une femme dont la noblesse est celle de l'esprit plutôt que de la naissance. L'ouvrage cite une série de figures féminines du passé que Christine de Pizan donne comme exemple de la façon dont les femmes peuvent mener une existence pleine de noblesse tout en apportant leur contribution à la société. Le Maître de la Cité des dames est un nom de convention désignant un enlumineur actif à Paris entre 1400 et 1415. Collaborateur de Christine de Pisan dans la réalisation de ses manuscrits, il doit son nom de convention des manuscrits de La Cité des dames qu'il a enluminés.

La comptine du père Guillaume-4, par Alice. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cfe4bb-la-comptine-du-pere-guillaume-4-par-alice

La comptine du père Guillaume-4, par Alice

La comptine du père Guillaume-4, illustration d'origine (1865), par John Tenniel (1820 – 1914), du roman de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles : "— Vous êtes vieux, par quelle adresse Tenez-vous debout sur le nez Une anguille qui se redresse Droit comme un I quand vous sifflez ? — Cette question est trop sotte ! Cessez de babiller ainsi, Ou je vais, du bout de ma botte, Vous envoyer bien loin d’ici. »

La cuisine de la duchesse, par Alice. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cfe99b-la-cuisine-de-la-duchesse-par-alice

La cuisine de la duchesse, par Alice

La cuisine de la duchesse, illustration d'origine (1865), par John Tenniel (1820 – 1914), du roman de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles : La porte donnait sur une grande cuisine qui était pleine de fumée d’un bout à l’autre. La Duchesse était assise sur un tabouret à trois pieds, au milieu de la cuisine, et dorlotait un bébé ; la cuisinière, penchée sur le feu, brassait quelque chose dans un grand chaudron qui paraissait rempli de soupe. « Bien sûr, il y a trop de poivre dans la soupe, » se dit Alice, tout empêchée par les éternuements.

La mer. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c4df70-la-mer

La mer

Huile sur toile (1871) de Gustave Courbet (1819–1877), Musée des Beaux-Arts de Caen. En 1841, Courbet découvre la mer, mais il faut attendre son passage à Montpellier pour qu’il en fasse un sujet pictural. Il préfère les termes « paysage de mer » au trop académique « marine ». La ligne d'horizon est clairement une ligne de fuite de la perspective. L'absence de lignes droites fuyant vers l'infini rend difficile d'affirmer si l'horizon est ou non ligne de fuite principale. Si vous partagez le sentiment que la mer y est peinte selon une vue en légère plongée, c'est-à-dire que l'artiste est situé sur un promontoire, alors l'horizon de ce tableau n'est pas pour vous une ligne principale.

La petite souris grise. Source : http://data.abuledu.org/URI/53138a7d-la-petite-souris-grise

La petite souris grise

Le conte de la petite souris grise de la Comtesse de Ségur (1799-1874), illustré par Virginia Frances Sterrett (1900–1931), chapitre I, La maisonnette : Le père de Rosalie avait de la fortune ; il vivait dans une grande maison qui était à lui : la maison était entourée d'un vaste jardin où Rosalie allait se promener tant qu'elle voulait. Elle était élevée avec tendresse et douceur, mais son père l'avait habituée à une obéissance sans réplique. Il lui défendait d'adresser des questions inutiles et d'insister pour savoir ce qu'il ne voulait pas lui dire. Il était parvenu, à force de soin et de surveillance, à presque déraciner en elle un défaut malheureusement trop commun, la curiosité. Rosalie ne sortait jamais du parc, qui était entouré de murs élevés.

La Tour de Babel. Source : http://data.abuledu.org/URI/52a6c3bc-la-tour-de-babel

La Tour de Babel

Construction de la Tour de Babel, 1568, par Pieter Brueghel l'ancien (1526/1530–1569). La tour de Babel est une tour mythique évoquée dans la Genèse. Après le Déluge, les premiers hommes entreprennent sa construction pour atteindre le ciel, mais Dieu interrompt leur projet qu'il juge trop ambitieux, en brouillant leur langage et en les dispersant sur la Terre.

Le conte de Monsieur Fox-2. Source : http://data.abuledu.org/URI/507a7c5a-le-conte-de-monsieur-fox-2

Le conte de Monsieur Fox-2

Illustration du conte de fées anglais "Mister Fox" de Joseph Jacobs, 1892, par John D. Batten. Légendes en anglais : "Be bold" = Sois aventureuse ! "Be not too bold" = Ne sois pas trop aventureuse ! "It is not so, nor it was not so. And God forbid it should be so" = Il n'en est pas ainsi, il n'en fut pas ainsi. Il ne saurait en être ainsi, Dieu me pardonne ! "But it is so, and it was so. Here's hand and ring I have to show" = Mais il en est ainsi, et il en fut ainsi. Voici la main et la bague que je dois vous montrer !

Le lézard d'Alice. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cfda5d-le-lezard-d-alice

Le lézard d'Alice

Le lézard projeté hors de la cheminée par le coup de pied d'Alice enfermée, illustration d'origine (1865), par John Tenniel (1820 – 1914), du roman de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles : Elle retira son pied aussi bas que possible, et ne bougea plus jusqu’à ce qu’elle entendît le bruit d’un petit animal (elle ne pouvait deviner de quelle espèce) qui grattait et cherchait à descendre dans la cheminée, juste au-dessus d’elle ; alors se disant : « Voilà Jacques sans doute, » elle lança un bon coup de pied, et attendit pour voir ce qui allait arriver. La première chose qu’elle entendit fut un cri général de : « Tiens, voilà Jacques en l’air ! » Puis la voix du Lapin, qui criait : « Attrapez-le, vous là-bas, près de la haie ! » Puis un long silence ; ensuite un mélange confus de voix : « Soutenez-lui la tête. — De l’eau-de-vie maintenant. — Ne le faites pas engouer. — Qu’est-ce donc, vieux camarade ? — Que t’est-il arrivé ? Raconte-nous ça ! » Enfin une petite voix faible et flûtée se fit entendre. (« C’est la voix de Jacques, » pensa Alice.) « Je n’en sais vraiment rien. Merci, c’est assez ; je me sens mieux maintenant ; mais je suis encore trop bouleversé pour vous conter la chose. Tout ce que je sais, c’est que j’ai été poussé comme par un ressort, et que je suis parti en l’air comme une fusée. »

Le Port de Saint-Tropez. Source : http://data.abuledu.org/URI/51b8cbeb-le-port-de-saint-tropez

Le Port de Saint-Tropez

Le Port de Saint-Tropez, 1902, par Paul Signac (1863-1935).

Les musiciens de Brème 1. Source : http://data.abuledu.org/URI/520d1bfc-les-musiciens-de-breme-2

Les musiciens de Brème 1

Les musiciens de Brème des frères Grimm 1, par Oskar Herrfurth (1862-1934) : Serie 285, Nr. 4695. Dans un village situé non loin de Brême, un meunier vit avec son âne. Ce dernier prenant de l'âge, son maître décide de le tuer pour récupérer sa peau. Mais dans la nuit, sentant les ennuis venir, l'âne s'enfuit. Il décide de se rendre à Brême pour devenir musicien. En chemin, l'âne rencontre un chien devenu trop âgé pour la chasse dont son maître voulait se débarrasser. Il propose alors au chien d'aller avec lui à Brême pour s'engager dans l'orchestre municipal.

Lys maritime. Source : http://data.abuledu.org/URI/518a451d-lys-maritime

Lys maritime

Lys maritime (Sea daffodil, Pancratium maritimum) sur l'île d'Houat, également appelé lis de mer, ou lis des sables, est une plante vivace bulbeuse de la famille des Amaryllidacées. L'inflorescence, composée d'une petite dizaine de fleurs réunies en ombelle, est portée par une tige d'une trentaine de centimètres émergeant d'un gros bulbe enterré dans le sable. La floraison s'étale de juillet à septembre. La plante a la particularité de pouvoir s'enterrer plus profondément afin d'éviter son déchaussement, ou bien d'allonger sa tige en cas de recouvrement trop important par le sable.

Magnanerie. Source : http://data.abuledu.org/URI/524dbb39-magnanerie

Magnanerie

Le tour de la France par deux enfants, par George Bruno, pseudonyme d'Augustine Fouillée (née Tuillerie), 1877, p.164 ; manuel scolaire, édition de 1904 : UNE MAGNANERIE DANS LE DAUPHINÉ. - Les magnaneries sont des chambres dans lesquelles on a installé, les unes au-dessus des autres, des claies de roseaux. Les oeufs des vers à soie sont placés sur des claies, et, pour qu'ils puissent éclore, on chauffe ces chambres. Souvent les magnaneries sont mal tenues et trop petites. Les maladies des vers à soie ont, dans les dernières années, diminué de moitié la production de cocons.

Maquette de Saint-Tropez à France Miniature. Source : http://data.abuledu.org/URI/5645aeee-maquette-de-saint-tropez-a-france-miniature

Maquette de Saint-Tropez à France Miniature

Maquette de Saint-Tropez à France Miniature (Élancourt).

Marie aux sabots de bois se gage - 8. Source : http://data.abuledu.org/URI/52bcc381-marie-aux-sabots-de-bois-se-gage-8

Marie aux sabots de bois se gage - 8

Marie aux Sabots de bois se gage - 8, Jordic (1876 - 1915) : applique un pansement fait d'une toile d'araignée, et qu'il entoure d'un chiffon. En route ! Mais Marie se méfie de Bob trop coureur ; elle attache Minet à la chaîne et porte le chien, tout attristé de ne pouvoir comme autrefois, agiter sa belle queue. La petite servante rentre au logis, où elle trouve Madame assoupie dans un grand fauteuil, et détache Minet qui, d'un bond, saute sur les genoux de sa maîtresse. Celle-ci ouvre les yeux et pousse un cri d'horreur. Quel est cet animal ridicule, à pèlerine soyeuse, avec des cuisses nues grelottantes ? C'est Minet, jadis si bel angora, maintenant ressemblant à un jouet de bazar à treize sous. "Oua ! oua !" fait Bob sollicitant une caresse et agitant son bout de queue écourtée. -- Vous êtes une petite sotte ! dit Mme de Bougon, et je ne vous garde pas une minute de plus à mon service ! Marie refait son paquet et, boitillant avec un seul sabot, rentre chez sa mère où une volée de gifles l'accueille. Heureusement le restaurateur, M. Tourne-sauce donne un banquet...

Masque en papier mâché. Source : http://data.abuledu.org/URI/518fd94a-masque-en-papier-mache

Masque en papier mâché

Masque en papier mâché réalisé avec une pâte modelable à base de papier. Il faut pour cela, après avoir détrempé les menus morceaux de papier longtemps au préalable, faire bouillir le papier dans un grand volume d'eau, puis mixer le liquide et mélanger la pâte obtenue après un léger égouttage, avec de la colle vinylique, type colle à bois, de la colle à papiers peints, de l'huile de lin pour la souplesse de la pâte, et éventuellement un peu de plâtre de paris pour absorber le trop plein d'humidité. La pâte ainsi obtenue s'utilise alors comme de la terre de modelage.

Max und Moritz 13. Source : http://data.abuledu.org/URI/52167cc0-max-und-moritz-13

Max und Moritz 13

Mais trop tard, Max und Moritz - Wilhelm Busch (1832-1908).