Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Électrostatique | Ségovie (Espagne) | Manèges (attractions) | François Delarozière | Carrousels | Dessins et plans | Gravure | Électricité statique | Loisirs de plein air | Alessandro Volta (1745-1827) | Jeux de plein air | Loisirs | Jeux d'extérieur | Dix-neuvième siècle | Machines électriques | Nacelles | Aubes (technologie) | Énergie électrique | Éoliennes | ...
Cinématique de l'étau limeur. Source : http://data.abuledu.org/URI/52accb9f-etau-limeur-cinematique

Cinématique de l'étau limeur

Etau limeur : cinématique de la course du coulisseau et de l'avance table. L’étau limeur est une machine à raboter mais travaillant à l’inverse d’une raboteuse, dans le sens que la pièce reste immobile pendant la passe alors que l’outil effectue le mouvement de coupe rectiligne. L’architecture d’un étau limeur est constituée de : 1) le bâti en fonte contenant les organes mécaniques (moteur électrique, hydraulique ou pneumatique ; boîte de vitesse ; système bielle-manivelle ; mécanisme d’avance de la table porte-pièce) ; 2) le coulisseau qui se déplace horizontalement sur le dessus du bâti et qui porte le chariot porte-outil ; 3) la table porte pièce qui coulisse sur une glissière horizontale, qui elle-même coulisse sur une autre glissière verticale. Cette table, selon les modèles, peut pivoter selon un axe parallèle à la trajectoire du coulisseau et être soutenue en bout par bretelle (ou béquille) ; 4) un socle fixé au sol et supportant l’ensemble.

Déshydrateur solaire. Source : http://data.abuledu.org/URI/5101c137-deshydrateur-solaire

Déshydrateur solaire

Un déshydrateur est une machine ou un dispositif qui permet de déshydrater des aliments sans nécessairement les cuire. Les différents types de déshydrateurs utilisent le courant électrique, les rayons du soleil ou la chaleur d'un four et nécessitent une circulation de l'air qui environne les aliments pour empêcher qu'il se sature en humidité. Le déshydrateur solaire est une cage partiellement transparente qui recueille la chaleur des rayons du soleil, et qui est dotée de trous d'aération, qui permettent une circulation d'air sec à travers des grillages sur lesquels sont placés les aliments à déshydrater.

Électrophore de Volta. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c27c61-electrophore-de-volta

Électrophore de Volta

Illustration d'un électrophore de Volta : manche isolant, disque, résine, moule ; peau de chat. Source : Leçons de Physique ; Éditions Vuibert et Nony, 1904. L'électrophore de Volta (Alessandro Volta, vers 1775) : Il se compose d'un gâteau de résine coulé dans un moule et d'un disque de laiton muni d'un manche isolant. C'est une source d'électricité créée par influence. On frappe le gâteau de résine avec une peau de chat, puis on dispose le disque conducteur au-dessus, sans qu'il y ait contact : l'électricité négative de la résine développe par influence de l'électricité positive sur la face inférieure du disque et de l'électricité négative sur la face supérieure. On touche alors le disque avec le doigt, l'électricité négative s'écoule vers le sol par l'intermédiaire du corps humain. On cesse alors le contact avec le doigt : le disque qu'on éloigne, en le tenant par le manche isolant, est alors chargé d'électricité positive. Le disque ainsi chargé permet de faire jaillir une étincelle entre lui et tout corps conducteur. Les machines à influence peuvent être considérées comme des électrophores momentanément perpétuels par addition de charges. L'énergie mécanique est transformée en énergie électrique par l'apport additionnel de charges à une petite charge initiale.

Fonctionnement de la machine à chiffrer Enigma. Source : http://data.abuledu.org/URI/50eca22c-fonctionnement-de-la-machine-a-chiffrer-enigma

Fonctionnement de la machine à chiffrer Enigma

Schéma électrique complet montrant le chemin suivi par le courant : quand la touche « A » est pressée, la lampe « D » s'allume. De même, la lettre « D » est encodée en « A ». Par contre, la lettre « A » n'est jamais encodée en « A ». Le courant circule de la batterie (1) jusqu'au clavier (3).

Générateur électrostatique de Van Marum. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c27adf-generateur-electrostatique-de-van-marum

Générateur électrostatique de Van Marum

Grande machine électrostatique de Van Marum, exposée au musée Teyler, à Haarlem, Pays-Bas. À droite, batterie de bouteilles de Leyde. La machine électrostatique est ainsi nommée parce qu'elle fait appel aux lois de l'électrostatique à la différence des machines dites électromagnétiques. Bien que des moteurs électrostatiques aient été imaginés (ils fonctionnent sur le principe de la réciprocité des générateurs électrostatiques), ils n'ont pas eu de succès. La puissance des machines du XVIIIe siècle et du XIXe siècle était en effet infime (quelques watts) et les frottements mécaniques ne leur laissaient qu'un très mauvais rendement. La raison en est que la densité maximale d'énergie du champ électrique dans l'air est très faible. Les machines électrostatiques ne peuvent être utilisables (de manière industrielle) que si elles fonctionnent dans un milieu où la densité d'énergie du champ électrique est assez élevée, c'est-à-dire pratiquement dans un gaz comprimé. L'invention du condensateur électrique sous la forme de la bouteille de Leyde (par E.-G. Kleist, Van Musschenbroek et son élève Cuneus, améliorée par sir William Watson, 1745-1747) permet de renforcer l'intensité des décharges : 1768, machine de Ramsden ; 1784, la machine de Van Marum.

La cigogne du manège d'Andrea. Source : http://data.abuledu.org/URI/53726a1f-la-cigogne-du-manege-d-andrea

La cigogne du manège d'Andrea

La cigogne du Manège d'Andrea, El Azoguejo, Ségovie, 13 mai 2005. Carrousel construit par "LA MACHINE" à Toulouse, France, en 1999 sous la direction technique et artistique de François Delarozière. Essentiellement conçu avec des matériaux de base comme le bois, le cuir, du verre, du fer, des plumes, de l'acier, de l'étain et du cuivre, le tout avec plusieurs pièces récupérées (motos, des ventilateurs électriques, etc), Le Manège d'Andrea a été conçu pour être récréatif tout en utilisant la fantaisie, la poésie, de la fin du 19e siècle. Chaque monture ou siège a plusieurs dispositifs que l'enfant le conduisant peut activer. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Delarozi%C3%A8re

La licorne ailée du Manège d'Andrea. Source : http://data.abuledu.org/URI/53726965-la-licorne-ailee-du-manege-d-andrea

La licorne ailée du Manège d'Andrea

La licorne ailée du Manège d'Andrea, El Azoguejo, Ségovie, 13 mai 2005. Carrousel construit par "LA MACHINE" à Toulouse, France, en 1999 sous la direction technique et artistique de François Delarozière. Essentiellement conçu avec des matériaux de base comme le bois, le cuir, du verre, du fer, des plumes, de l'acier, de l'étain et du cuivre, le tout avec plusieurs pièces récupérées (motos, des ventilateurs électriques, etc), Le Manège d'Andrea a été conçu pour être récréatif tout en utilisant la fantaisie, la poésie, de la fin du 19e siècle. Chaque monture ou siège a plusieurs dispositifs que l'enfant le conduisant peut activer. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Delarozi%C3%A8re

Le poisson-globe du Manège d'Andrea. Source : http://data.abuledu.org/URI/5372687f-le-poisson-globe-du-manege-d-andrea

Le poisson-globe du Manège d'Andrea

Le poisson-globe du Manège d'Andrea, El Azoguejo, Ségovie, 13 mai 2005. Carousel construit par "LA MACHINE" à Toulouse, France, en 1999 sous la direction technique et artistique de François Delarozière. Essentiellement conçu avec des matériaux de base comme le bois, le cuir, du verre, du fer, des plumes, de l'acier, de l'étain et du cuivre, le tout avec plusieurs pièces récupérées (motos, des ventilateurs électriques, etc), Le Manège d'Andrea a été conçu pour être récréatif tout en utilisant la fantaisie, la poésie, de la fin du 19e siècle. Chaque monture ou siège a plusieurs dispositifs que l'enfant le conduisant peut activer. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Delarozi%C3%A8re

Le spéléologue du Manège d'Andrea. Source : http://data.abuledu.org/URI/53726679-le-speleologue-du-manege-d-andrea

Le spéléologue du Manège d'Andrea

Le spéléologue du Manège d'Andrea, El Azoguejo, Ségovie, 13 mai 2005. Carrousel construit par "LA MACHINE" à Toulouse, France, en 1999 sous la direction technique et artistique de François Delarozière. Essentiellement conçu avec des matériaux de base comme le bois, le cuir, du verre, du fer, des plumes, de l'acier, de l'étain et du cuivre, le tout avec plusieurs pièces récupérées (motos, des ventilateurs électriques, etc), Le Manège d'Andrea a été conçu pour être récréatif tout en utilisant la fantaisie, la poésie, de la fin du 19e siècle. Chaque monture ou siège a plusieurs dispositifs que l'enfant le conduisant peut activer. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Delarozi%C3%A8re

Machine de Wimshurst. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c27e68-machine-de-wimshurst

Machine de Wimshurst

Inventée par James Wimshurst à la fin du XIXe siècle, elle ne fut pas la première à utiliser l'induction électrostatique. Mais sa puissance la rendit rapidement très populaire. Cette machine était constituée de deux disques en verre munis de lames d'étain, contre lesquels viennent frotter des balais garnis de fils métalliques. Les charges produites étaient récupérées par des peignes métalliques, et stockées dans des bouteilles de Leyde. La machine de Wimshurst est une machine électrostatique inventée en 1882 par l'anglais James Wimshurst. Cette machine fut historiquement utilisée pour illustrer de nombreux phénomènes d'électricité statique ou la production d'ozone (à l'odeur caractéristique) dans un arc électrique. Elle est encore présente dans de nombreuses écoles. La machine de Wimshurst a une apparence caractéristique. Elle est équipée de deux larges disques constitués de matériaux isolants et recouverts de secteurs métalliques. Les deux disques tournent en sens opposé l'un par rapport à l'autre dans un plan vertical, les connexions se font à l'aide d'un dispositif de balais à friction permettant ainsi de récupérer la charge et d'emmagasiner l'énergie dans les bouteilles de charges (principe du condensateur). Au voisinage de pointes métalliques adéquatement connectées, et reliées à deux sphères convenablement disposées à une distance pouvant provoquer un étincelage, ce dispositif se nomme : éclateurs.

Machine électrique de Holtz. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c27d57-machine-electrique-de-holtz

Machine électrique de Holtz

Machine électrique de Holtz, dite machine à influence. Source : Bibliothèque des merveilles - Forces Physiques. Entre 1864 et 1880, W. T. B. Holtz a construit et a décrit un grand nombre de machines à influence considérées comme les plus avancées de l'époque. La machine de Holtz est composée d'un disque de verre monté sur un axe horizontal fait pour tourner à une vitesse considérable par démultiplication. Un autre disque, immobile, porte des échancrures dans lesquelles passent de petites pattes conductrices qui permettent aux inducteurs de se décharger.

Machine électrostatique de Ramsden. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c27b81-machine-electrostatique-de-ramsden

Machine électrostatique de Ramsden

Illustration d'une machine électrostatique de Ramsden, 1768. L'invention du condensateur électrique sous la forme de la bouteille de Leyde (par E.-G. Kleist, Van Musschenbroek et son élève Cuneus, améliorée par sir William Watson, 1745-1747) permet de renforcer l'intensité des décharges.

Matériel de cuisine. Source : http://data.abuledu.org/URI/5101b165-materiel-de-cuisine

Matériel de cuisine

Matériel de cuisine : batteur électrique, machine à gaufres, cafetière électrique et bouilloire électrique.

Perceuse. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c44673-perceuse

Perceuse

Une perceuse est une machine qui sert à percer des trous dans différents matériaux.

Pompe centrifuge. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cb3dc4-pompe-centrifuge

Pompe centrifuge

Pompe centrifuge : machine rotative qui pompe un liquide en le forçant au travers d’une roue à aube ou d'une hélice appelée impulseur. C’est le type de pompe industrielle le plus commun. Par l’effet de la rotation de l’impulseur, le fluide pompé est aspiré axialement dans la pompe, puis accéléré radialement, et enfin refoulé tangentiellement. On appelle « corps de pompe » l’enveloppe extérieure de la machine. C’est la partie fixe de la machine ou stator. Le corps est constitué principalement de la « tubulure d’aspiration », de la « volute », et de la « tubulure de refoulement ». La partie mobile ou rotor est formée de l’impulseur (roue à aubes), monté sur un arbre. Le rotor est actionné par une machine d’entraînement qui est le plus souvent un moteur électrique mais peut être également une turbine. Comme l’arbre traverse le plus souvent la volute, il est nécessaire de réaliser à cet endroit un dispositif assurant l’étanchéité globale. Ceci est effectué à l’aide de deux types principaux d’accessoires : le presse-étoupe et la garniture mécanique. On appelle aubes les lamelles grossièrement radiales qui, à l’intérieur de l’impulseur, canalisent le fluide de l’intérieur vers l’extérieur de la volute. On appelle « flasques » les parois de l’impulseur qui enserrent les aubes. (Les roues à deux flasques dites aussi impulseur fermé sont les plus fréquentes. Il existe également des roues sans flasque, et des roues à une seule flasque (impulseur ouvert ou semi-ouvert).

Portrait d'Alessandro Volta. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c26c2b-portrait-d-alessandro-volta

Portrait d'Alessandro Volta

Portrait d'Alessandro Giuseppe Antonio Anastasio Volta (1745-1827). Alessandro Volta fait ses études à Rome, et devient professeur de physique à l'école royale de Côme en 1774 ; il y met au point l'électrophore, première machine électrique à influence. Il étudie par ailleurs la composition du gaz des marais et isole, en 1778, le méthane. De 1780 à 1783, il visite la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Angleterre et collabore avec Antoine Lavoisier et Pierre-Simon de Laplace à une étude de l'électricité atmosphérique. Au début de l'année 1800, Volta publie dans une lettre en français datée du 20 mars au président de la Royal Society l'invention de la pile voltaïque qu'il a mise au point le 17 mars 1800. Le 7 novembre 1801, Volta présente sa pile devant l'Institut de France et y énonce la loi des tensions, ainsi que la valeur des tensions de contact des métaux classés par ordre d'électropositivité décroissante, du zinc à l'argent. Napoléon Bonaparte, qui assiste à cette séance, lui fait décerner une médaille d'or, lui accorde une pension et, le nomme comte et sénateur du Royaume d'Italie (1805-1814). L'étude de l'électricité fut toujours sa passion et, encore jeune étudiant, il écrivit un poème directement en latin, De vi attractiva ignis electrici ac phaenomenis inde pendentibus, sur ce phénomène fascinant et nouveau. C'est son premier écrit scientifique.

Schéma d'éolienne. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cb7fcf-schema-d-eolienne

Schéma d'éolienne

Schéma d'éolienne de type aérogénérateur : une éolienne est un dispositif qui transforme l'énergie cinétique du vent en énergie mécanique. Le plus souvent cette énergie est elle-même transformée en énergie électrique. Les éoliennes produisant de l'électricité sont appelées aérogénérateurs. Une éolienne se compose des éléments suivants : un mât, qui permet de placer le rotor à une hauteur suffisante pour permettre son mouvement (nécessaire pour les éoliennes à axe horizontal) ou placer ce rotor à une hauteur lui permettant d'être entraîné par un vent plus fort et régulier qu'au niveau du sol. Le mât abrite généralement une partie des composants électriques et électroniques (modulateur, commande, multiplicateur, générateur, etc.) ; une nacelle montée au sommet du mât, abritant les composants mécaniques, pneumatiques, certains composants électriques et électroniques, nécessaires au fonctionnement de la machine. La nacelle peut tourner pour orienter la machine dans la bonne direction ; un rotor, composé de plusieurs pales (en général trois) et du nez de l'éolienne, fixé à la nacelle. Le rotor est entraîné par l'énergie du vent, il est branché directement ou indirectement (via un multiplicateur de vitesse à engrenages) au système mécanique qui utilisera l'énergie recueillie (pompe, générateur électrique...).