Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Lavandes | Papillons | Plantes | Botanique | Peinture | Morosphinx | Photographie en gros plan | Animaux -- Alimentation -- Appareils et matériel | Lavandes -- Cultures | Villandry (Indre-et-Loire) -- Château | Villandry (Indre-et-Loire) -- Parc du château | Produits de la lavande | Limonium | Lavandes de mer | Provence (France) | Entomologie | photo | Déserts | Fantasmagorie | ...
Alpha-pinène. Source : http://data.abuledu.org/URI/513313f9-alpha-pinene

Alpha-pinène

L'alpha-pinène (α-pinène) est un monoterpène bicyclique. Il a pour isomère le bêta-pinène. Il est connu pour ses propriétés antiseptiques. Il peut aussi être prescrit en cas d'hypersécrétion bronchique. La molécule d'α-pinène ressemble à celle du camphre sans atome d'oxygène. Même si l’essence de pin se trouve dans la nature, on la prépare par l’action d’un acide sur l’α-pinène, ce qui le transforme en α-terpinéol (C10H18O), constituant majoritaire de l’essence de pin et la molécule responsable de l’odeur du genièvre. Il est présent dans de nombreuses plantes, comme la menthe, la lavande, la sauge et le gingembre. On la trouve également dans l'essence de térébenthine.

Baies d'argousier. Source : http://data.abuledu.org/URI/506f23a5-baies-d-argousier

Baies d'argousier

Baies d'argousier (Hippophae rhamnoides). Les usages sont alimentaires, médicinaux, horticoles et écologiques ; ils sont reconnus depuis au moins 1 200 ans. Le genre est donc cultivé : Russie, Chine, vallée de la Durance, etc. En Hautes Alpes et dans l'ensemble des Alpes du Sud, nombre de producteurs fabriquent des spécialités locales à base d'argousier (confitures, pâtes, sirops, jus,etc.), Dans la vallée de la Durance (Alpes-de-Haute-Provence), les productions à base d'argousier font partie des produits du terroir au même titre que la lavande.

Bourdon terrestre sur un brin de lavande. Source : http://data.abuledu.org/URI/57f6096c-bourdon-terrestre-sur-un-brin-de-lavande

Bourdon terrestre sur un brin de lavande

Bourdon terrestre sur un brin de lavande (''Bombus terrestris'').

Champ de lavande en fleur. Source : http://data.abuledu.org/URI/59090c6e-champ-de-lavande-en-fleur

Champ de lavande en fleur

Champ de lavande en fleur, 20-07-2013.

Champ de lavande en Provence. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c9f8ce-champ-de-lavande-en-provence

Champ de lavande en Provence

Ferme et champ de lavande en Provence. Lavandula angustifolia, ou lavande vraie. C'est la meilleure des lavandes pour la qualité de son huile essentielle. À l'état sauvage, elle pousse naturellement surtout en haute Provence au-dessus de 700 à 800 mètres d’altitude. Robuste, elle résiste aux contraintes climatiques des montagnes sèches de la haute Provence, mais elle peut être cultivée dans des régions plus septentrionales, d'autant qu'il en existe de nombreux cultivars. C'est un arbrisseau buissonnant pouvant atteindre 0,50 m de haut. Les feuilles, linéaires et de couleur gris-vert, ont une longueur variant entre 3 et 5 cm. Lors de la floraison (juillet-août), la plante développe de longs pédoncules non ramifiés terminés par des épis dont la couleur varie du mauve pâle au violet. Seule l’huile essentielle issue de cette production sur une zone déterminée bénéficie de l’Appellation d'origine contrôlée (AOC), huile essentielle de lavande de Haute-Provence. On recense environ 4 000 hectares cultivés dans les 4 départements producteurs.

Iris pumila de jardin. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad820b-iris-pumila-de-jardin

Iris pumila de jardin

Iris pumila de jardin, ou iris nain, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Iris pumila (appelé aussi Iris nain mais qui est une dénomination vernaculaire commune à Iris lutescens, espèce proche au moins dans sa taille) - est une plante herbacée vivace de la famille des Iridacées originaire d'Asie et d'Europe centrales. Il s'agit d'un iris à rhizome. Sa taille reste modeste : 10 à 20 centimètres de haut. Cette caractéristique est à l'origine de l'épithète spécifique. La floraison a lieu d'avril à mai. La fleur, lavande ou bleu foncé dans les formes botaniques, mais de diverses couleurs dans les variétés horticoles - principalement jaune -, comporte trois grands sépales à crête jaune et trois pétales de plus petite taille. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Iris_pumila

Lavande dans le parc de Villandry. Source : http://data.abuledu.org/URI/55e7289b-lavande-dans-le-parc-de-villandry

Lavande dans le parc de Villandry

Lavande en fleurs dans le parc de Villandry-37.

Lavande de mer en fleurs dans les marais. Source : http://data.abuledu.org/URI/507026a9-lavande-de-mer-en-fleurs-dans-les-marais

Lavande de mer en fleurs dans les marais

Lavande de mer en fleurs dans les marais de Southampton, Angleterre.

Lavande de mer, ou Lilas de mer. Source : http://data.abuledu.org/URI/507024d3-lavande-de-mer-ou-lilas-de-mer

Lavande de mer, ou Lilas de mer

Planche botanique N°272 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Lavande de mer (Limonium vulgare, Statice limonium), pousse dans les prés salés vasicoles de bas-niveau topographique.

Lavande et château dans le parc de Villandry. Source : http://data.abuledu.org/URI/55e72902-lavande-et-chateau-dans-le-parc-de-villandry

Lavande et château dans le parc de Villandry

Lavande en fleurs et château dans le parc de Villandry-37.

Les lavandières de la nuit. Source : http://data.abuledu.org/URI/5134f833-les-lavandieres-de-la-nuit

Les lavandières de la nuit

"Les Lavandières de la nuit", légende bretonne, 1861, Yan' Dargent (1824-1899) : «Il y a un véritable sentiment fantastique dans Les Lavandières de la Nuit de M. Yan' Dargent. On connaît cette légende bretonne de laveuses-spectres qui savonnent des linceuls avec des clairs de lune sur la pierre des lavoirs et prient le passant égaré de les aider à tordre leur linge. C'est par ces nuits où des brumes blanches flottent au dessus des prairies et des saulaies qu'on entend le bruit de leurs battoirs couper la note plaintive de la rainette dans le vaste silence des campagnes. L'artiste a représenté sur une toile de forme oblongue les lavandières de la nuit à la poursuite d'un pauvre paysan bas-breton à qui la peur donne des ailes malgré les grègues embarrassantes et ses lourds sabots. Mais l'haleine va bientôt lui manquer et il tombera mort dans une de ces flaques d'eau où parmi les nénuphars flotte déjà un cadavre. L'essaim des laveuses nocturnes s'allonge derrière lui comme un banc de vapeurs, dessinant de vagues formes humaines, tendant de maigres bras armés de battoirs. Les vieux troncs de saules écimés se tortillent hideusement au bord de la route et prennent de monstrueuses apparences spectrales ; de leurs moignons informes ils semblent vouloir retenir le fugitif ou le menacer. Cependant, une lune blafarde jette son froid rayon sur cette scène de fantasmagorie ébauchant çà et là à travers l'obscurité des silhouettes inquiétantes… » Et Théophile Gauthier (1811-1872) de conclure : « M. Yan' Dargent exprime le côté légendaire de cette Bretagne dont Adolphe Leleux, Luminais et Fortin rendent si bien le côté rustique. » Cité dans le catalogue de l'exposition "Les Lavandières" de la nuit Musée Yan' Dargent.

Moro sphinx en vol stationnaire. Source : http://data.abuledu.org/URI/54fe88cb-moro-sphinx-en-vol-stationnaire

Moro sphinx en vol stationnaire

Moro shpinx ou sphinx colibri (Macroglossum stellatarum) C'est un petit Sphingidae marron beige au corps trapu. Le Moro sphinx possède une très longue trompe pour butiner les fleurs, souvent violettes, bleues ou blanches, en vol stationnaire à la manière des oiseaux-mouches. Il butine généralement le nectar des fleurs que les autres insectes ne peuvent atteindre. Il affectionne les sauges, les lavandes. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Moro_sphinx

Petite libellule butinant. Source : http://data.abuledu.org/URI/541543a5-petite-libellule-butinant

Petite libellule butinant

Leste brun (Sympecma fusca), demoiselle butinant des fleurs de lavande. Les demoiselles du genre Sympecma sont les seules libellules d'Europe à passer l'hiver sous forme d'imagos.

Pollen de Lavande au microscope. Source : http://data.abuledu.org/URI/5095585b-pollen-de-lavande

Pollen de Lavande au microscope

Photo d'un pollen de lavande au microscope optique.

Un morosphinx sur un brin de lavande. Source : http://data.abuledu.org/URI/47f2749e-un-moro-sphinx

Un morosphinx sur un brin de lavande

Un morosphinx en train de butiner un brin de lavande

Un papillon. Source : http://data.abuledu.org/URI/47f27330-un-papillon

Un papillon

Un papillon (Iphiclides podalirius dit "le flambé") posé sur un brin de lavande. Été 2012, concots, France.

Un papillon. Source : http://data.abuledu.org/URI/47f2749d-un-papillon

Un papillon

Un papillon sur un brin de lavande

Un papillon orange. Source : http://data.abuledu.org/URI/47f27370-un-papillon-orange

Un papillon orange

Un papillon orange (Argynnis paphia dit "Le Tabac d'Espagne") posé sur un brin de lavande

Volcan Izzeguerit. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d1ce76-volcan-izzeguerit

Volcan Izzeguerit

Alentours du volcan Izzeguerit, sur le Bagzane, Aïr (Niger). Aux alentours des sommets, et plus particulièrement dans le massif des Bagzan, un petit nombre d'espèces à affinité méditerranéenne a été identifié. Ces espèces constituent un enjeu important de conservation car elles sont isolées aux plus hautes altitudes. Il s'agit notamment de l'olivier sauvage Aleou (Olea europaea subsp. laperrinei), d'une lavande, Alan'n'adragh (Lavandula antinae), de Rumex vesicarius ou des Asteraceae Senecio hoggariensis et Senecio flavus. Trois fougères absentes au Niger ont été identifiées en 2005 aux alentours du sommet des Bagzan : Actiniopteris radiata, Ophioglossum polyphyllum, et Cheilanthes coriacea, ce qui montre que les montagnes de l'Aïr offrent des refuges remarquables pour la biodiversité face à l'aridité du désert et permettent la persistance d'espèces ayant colonisé cette région lors de phases climatiques plus clémentes.