Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Lumière, Théorie ondulatoire de la | Dessins et plans | Rayonnement solaire | Everest, Mont | Absorption | Météorologie | Lumière -- Absorption | Aqueducs -- France | Architecture | Bleu | Photoabsorption | Ombres | Sources de lumière | Thomas Young (1773-1829) | Gravure | Optique | Paris (France. - 14e) -- Arrondissement | Transmission | Opacifiants | ...
Appareil de Fizeau. Source : http://data.abuledu.org/URI/50a7930f-appareil-de-fizeau

Appareil de Fizeau

L'expérience de Fizeau. L est la lumière, S1 le 1e miroir, Z la roue dentée, S2 le 2e miroir, B l'observateur. Le principe de l'expérience est le suivant : la roue dentée est mise en rotation, la source lumineuse est réfléchie par un premier miroir semi-transparent, franchit une échancrure de la roue, parcourt la distance d, se réfléchit sur un miroir lointain, parcourt à nouveau la distance d, et arrive à nouveau sur la roue dentée. Mais celle-ci, entre-temps, a légèrement tourné : la lumière réfléchie peut tomber sur une dent et donc être bloquée, ou passer par une échancrure suivante. En mesurant le temps t qu'il a fallu à la roue pour devenir bloquante, à partir de sa vitesse de rotation (mesurée par l'appareil), et de la distance parcourue (également connue : 2d), on calcule la vitesse de la lumière c : c = 2d/t.

Cessez l'feu. Source : http://data.abuledu.org/URI/553eb3e8-cessez-l-feu

Cessez l'feu

Utilisation d'un bâton-artifice par la compagnie Cessez L'Feu dans le cadre de son spectacle "Pyrotronic".

Intérieur de l'Aqueduc Medicis, regard 25 dit de Saux. Source : http://data.abuledu.org/URI/53d40f6c-interieur-de-l-aqueduc-medicis-regard-25-dit-de-saux

Intérieur de l'Aqueduc Medicis, regard 25 dit de Saux

A l'intérieur du regard n°25, dit regard de Saux, de l'aqueduc Médicis, exceptionnellement ouvert à la visite à l'occasion des 400 ans de l'aqueduc (Paris 14e, France). Les guirlandes lumineuses représentent la circulation de l'eau.

L'Everest. Source : http://data.abuledu.org/URI/546bac1a-l-everest

L'Everest

Mont Everest, vu depuis Kalar Patar (5700 m). En altitude, où l'air est plus rare, la dispersion est beaucoup moins forte. On reçoit donc plus de lumière directe, et beaucoup moins de lumière indirecte, diffusée par l'atmosphère : le ciel est moins lumineux, plus sombre, ce qui donne un bleu plus "profond". Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Couleur_du_ciel

Opacité électromagnétique de l'atmosphère. Source : http://data.abuledu.org/URI/50be41a2-opacite-electromagnetique-de-l-atmosphere

Opacité électromagnétique de l'atmosphère

Opacité électromagnétique (ou transmittance) de l'atmosphère en fonction de la longueur d'onde (jusqu'à 1km). L’absorption optique est une autre propriété importante de l'atmosphère. Différentes molécules absorbent différentes longueurs d'onde de radiations. Par exemple, l'O2 et l'O3 absorbent presque toutes les longueurs d'onde inférieures à 300 nanomètres. L'eau (H2O) absorbe la plupart des longueurs d'onde au-dessus de 700 nm, mais cela dépend de la quantité de vapeur d'eau dans l'atmosphère. Quand une molécule absorbe un photon, cela accroît son énergie. Quand les spectres d'absorption des gaz de l'atmosphère sont combinés, il reste des « fenêtres » de faible opacité, autorisant le passage de certaines bandes lumineuses. La fenêtre optique va d'environ 300 nm (ultraviolet-C) jusqu'aux longueurs d'onde que les humains peuvent voir, la lumière visible (communément appelé lumière), à environ 400–700 nm et continue jusqu'aux infrarouges vers environ 1100 nm. Il y a aussi des fenêtres atmosphériques et radios qui transmettent certaines ondes infrarouges et radio sur des longueurs d'onde plus importantes. Par exemple, la fenêtre radio s'étend sur des longueurs d'onde allant de un centimètre à environ onze mètres. Le graphe ci-dessus représente 1-T (exprimé en %) (T:transmittance)

Thomas Young, pionnier de l'optique ondulatoire. Source : http://data.abuledu.org/URI/50a599b3-thomas-young-pionnier-de-l-optique-ondulatoire

Thomas Young, pionnier de l'optique ondulatoire

Thomas Young (13 juin 1773-10 mai 1829), est un physicien, médecin et égyptologue britannique. Son excellence dans de nombreux domaines non reliés fait qu'il est considéré comme un polymathe, au même titre par exemple que Léonard de Vinci, Gottfried Leibniz ou Francis Bacon. Son savoir était si vaste qu'il fut connu sous le nom de phénomène Young. Il exerça la médecine toute sa vie, mais il est surtout connu pour sa définition du "module de Young" en science des matériaux et pour son expérience des "fentes de Young" en optique, dans laquelle il mit en évidence et interpréta le phénomène d’interférences lumineuses.