Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Français (langue) | Dessins et plans | Musées -- Signalisation | Histoire | Djarach (Jordanie) | Gerasa (ville ancienne) | Géographie | Antiquités gallo-romaines | Bois de papeterie | Papeterie | Usines de pâte à papier | Usines | Pin maritime | Usines de papeterie | Moyen âge | Biganos (Gironde) | Palestres | Douzième siècle | Papeteries | ...
Angers, Mosaïque gallo-romaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/562fe21a-angers-mosaique-gallo-romaine

Angers, Mosaïque gallo-romaine

Angers, Musée des Beaux-Arts, Mosaïque polychrome dite du ralliement, à décor géométrique et floral, de la fin du II° siècle (fouilles de 1887). Restauration récente.

Cabanon de Cézanne en Provence. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c9df23-cabanon-de-cezanne-en-provence

Cabanon de Cézanne en Provence

Maison de Cézanne dans les Carrières de Bibémus, Aix-en-Provence, France. Les Carrières de Bibémus figurent souvent dans ses tableaux. Les carrières de Bibémus sont un site à l'est d'Aix-en-Provence où étaient extraites, du XVIIe au XVIIIe siècles, des pierres dites « de Bibémus », ayant servi à la construction de nombreux bâtiments de la ville. Les carrières, d'une superficie de 7 hectares, seront abandonnées à la fin du XIXe siècle à la suite de l'utilisation grandissante de la pierre de Rognes, jugée de meilleure qualité.

Carte de l'Europe au Permien. Source : http://data.abuledu.org/URI/506be1d5-carte-de-l-europe-au-permien

Carte de l'Europe au Permien

Reconstitution paléogéographique de l'Europe au Permien : Le Permien est un système géologique qui s'étend de 299,0 ± 0,8 à 251,0 ± 0,4 millions d'années. Il s'agit de la dernière période du Paléozoïque. Le Permien est précédé par le Carbonifère et lui-même précède le Mésozoïque et son premier système, le Trias. Le Permien a été nommé d'après la ville de Perm en Russie, ou bien d'après la Permie, où se situe un gisement fossilifère de ce système. La fin du Permien est marquée par la plus grande des cinq extinctions de masse survenues sur la Terre. Il s'agit de la quatrième qui a vu, selon les estimations des scientifiques, disparaître 75 % des espèces de la terre ferme et 96 % des espèces marines.

Carte de la France en 1477. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d00173-carte-de-la-france-en-1477

Carte de la France en 1477

Carte de la France à la fin du XVème siècle. Maisons capétiennes, Autres maisons, Maison de Bourgogne ; Possessions anglaises, Possessions de l'Eglise, Villes libres d'Europe.

Cimetiere des Innocents à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/5142f285-cimetiere-des-innocents-a-paris

Cimetiere des Innocents à Paris

Cimetière des Innocents, Paris. Le cimetière des Saints-Innocents apparaît au Ve siècle autour de l'église Notre-Dame-des-Bois, lieu de culte mérovingien installé en ce lieu. Probablement détruite durant les invasions normandes de 885-886, elle est remplacée au XIe siècle par l'église Sainte-Opportune, qui reçoit dès lors dans son enclos les morts de plusieurs paroisses de la rive droite. Ce cimetière prend en 1130 le nom de Saints-Innocents, il reçoit pendant treize siècles des dizaines de générations de Parisiens, décédés dans les vingt-deux paroisses de la ville, ainsi que les cadavres évacués de l'Hôtel-Dieu et de la morgue. D'un petit cimetière de campagne, il devient le plus grand cimetière de Paris, et est progressivement entouré de constructions, jusqu'à devenir partie intégrante d'un des quartiers les plus animés de la ville. Les guerres, les épidémies ou les famines apportent leur lot de milliers de cadavres à inhumer dans cet espace restreint, ce qui rend leur décomposition de plus en plus difficile. Les fosses communes atteignent alors plus de dix mètres de profondeur. À la fin du XVIIIe siècle, le sol du cimetière se situe en conséquence plus de deux mètres au-dessus du niveau de la rue, entraînant des problèmes d'insalubrité, dénoncés de longue date.

Début de l'Odyssée. Source : http://data.abuledu.org/URI/51fd0c1f-debut-de-l-odyssee

Début de l'Odyssée

Début de l'Odyssée. L’Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l’aède Homèrenote , qui l'aurait composée après l’Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature et, avec l’Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne : Ô Muse, conte-moi l’aventure de l’Inventif : celui qui pilla Troie, qui pendant des années erra, voyant beaucoup de villes, découvrant beaucoup d’usages, souffrant beaucoup d’angoisses dans son âme sur la mer pour défendre sa vie et le retour de ses marins.

Fabre d'Eglantine à Turgot. Source : http://data.abuledu.org/URI/50afdd19-fabre-d-eglantine-a-turgot

Fabre d'Eglantine à Turgot

Épître de Fabre d'Églantine à Anne Robert Jacques Turgot, Baron de Laune Turgot. Source : Augustin Challamel, "Histoire-musée de la république Française, depuis l'assemblée des notables", Paris, Delloye, 1842. J'ai vu sur nos chemins l'indigent villageois Accablé sous le faix d'un travail sans salaire, De ses propres secours privé dans sa misère Et mourir de fatigue et de faim à la fois : J'ai vu ce manheureux, honteux d'un esclavage Que par un choix injuste on â fait rdonner Arrosant de ses pleurs un insipide ouvrage, Au sombre désespoir prêt à s'abandonner ; Je l'ai vu frémissant de douleur et de rage À l'aspect des soldats, qui loin de son ménage, À ce travail ingrat accouraient le trainer. Pour punir un instant de désobéissance J'ai vu des hommes durs, dont l'affreuse équité, Au mépris de l'honneur et de l'humanité Vendaient le seul grabât qui fût en sa puissance Et lui ravissaient tout... jusqu'à sa liberté. Oui, tel était le sort de ces hommes utiles, Dont les pénibles soins, dignes d'un meilleur prix, Nourrissent tous les jours, et l'habitant des Villes, Et les Grands...dont peut-être il n'a que les mépris. L'homme sensible et fin, l'homme équitable et sage Gémissaient de ces maux, dans nos champs répandus, Mais contre des conseils, injustes, absolus, Dont le vernis du bien a coloré l'ouvrage, LOUIS de la sagesse a-t'il quelque avantage ? Pour les faire arrêter, pour les voir abbattus, Il fallait de TURGOT, le cœur et le courage Il fallait de LOUIS, les mœurs et les vertus. Par son très humble et très obéissant serviteur, Fabre d'Églantine. Philippe-François-Nazaire Fabre, dit Fabre d’Églantine né et baptisé le 28 juillet 1750 à Carcassonne et guillotiné le 5 avril 1794 à Paris, est un acteur, dramaturge, poète et homme politique français.

Guerre des mercenaires à Carthage. Source : http://data.abuledu.org/URI/520d0ac4-guerre-des-mercenaires-a-carthage

Guerre des mercenaires à Carthage

Cette carte décrit l'intégralité de la Guerre des Mercenaires, depuis la revolt des mercenaries et finissant à la bataille de Leptis Magna. Elle est principalement fondée sur les travaux de Polybius, qui décrit les évènement-clés de la guerre (révoltes de Sicca, les deux sièges de Tunis, la bataille des rivières Badgrades, la bataille "de la scie" et la mort de Mathô à la bataille de Leptis, marquant la fin de la guerre. Les flèches symbolisent les mouvement de troupes principaux — il y eut de longues périodes de stationnement des troupes durant lesquelles la guerre se transformait en une sorte de guérilla. 1) Révoltes des mercenaires et occupation de Tunis ; 2) Siège d'Utique et de Bizerte (Hippo Dyarrhytus) ; 3) Hannon perce le siège d'Utique ; 4) Bataille d'Utique. Hannon est défait ; 5) Hamilcar quitte Carthage et défait les rebelles à la bataille des rivières Badrades ; 6) Campagne d'Hamilcar ; 7) Bataille "de la scie" (près de Djebel Ressas). Mort de Spendios, Zarzas et Autaritus ; 8) Siège de Tunis. Le capitaine Hannibal meurt ; 9) Les renforts d'Hannon rejoignent Hamilcar ; 10) Bataille près de Leptis Magna. Mathos meurt.

Maquette de Nantes au Moyen Âge. Source : http://data.abuledu.org/URI/541c9b7d-maquette-de-nantes-au-moyen-age

Maquette de Nantes au Moyen Âge

Maquette de Nantes à la fin du Moyen Âge. La ville est protégée par des fortifications, le château renforce la défense près de la Loire. Au fond, sur le mur, la Tapisserie dite “des Etats de Bretagne” par Robert Paigné (1585) avec lys de France et hermines de Bretagne.

Méandre du fleuve Kalmious en Ukraine. Source : http://data.abuledu.org/URI/5417de5b-meandre-du-fleuve-kalmious-en-ukraine

Méandre du fleuve Kalmious en Ukraine

Méandre du fleuve Kalmious en Ukraine. Le Kalmious prend sa source à Yassynouvata et coule dans l'oblast de Donetsk en direction du sud. À Marioupol, il reçoit les eaux de la rivière Kaltchyk, peu avant son embouchure dans la mer d'Azov. Le Kalmious est long de 209 km et draine un bassin de 5 070 km. Son débit moyen est de 8,25 m3 par seconde à Sartana, près de Marioupol. Il est gelé de décembre à fin février. Il arrose les villes de Donetsk, Komsomolske et Marioupol. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Kalmious

On ne saurait plaire à tous. Source : http://data.abuledu.org/URI/50ddf005-on-ne-saurait-plaire-a-tous

On ne saurait plaire à tous

Les scènes de la fable d'Ésope, plus connue sous le titre "Le meunier, son fils et l'âne" (La Fontaine) se déroule comme une bande dessinée dans le sens des aiguilles d'une montre. Traduction du texte en anglais : "L'HOMME QUI NE POUVAIT PLAIRE À TOUS. Cet homme bon et son fils traversèrent la ville En essayant de plaire à tout le monde. A tour de rôle ils chevauchèrent seuls, D'abord le père, puis le fils, puis essayèrent à deux, puis finirent par transporter l'âne ; Et pendant tout ce temps, les gens ne cessèrent de se gausser de leurs efforts. On ne saurait plaire à tous ! Mieux vaut s'abstenir d'essayer." Walter Crane est un illustrateur anglais de comptines, du XIXème siècle.

Panneau de présentation de l'Église de l'Évêque Isaïe à Jerash. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b30e1b-panneau-de-presentation-de-l-eglise-de-l-eveque-isaie-a-jerash

Panneau de présentation de l'Église de l'Évêque Isaïe à Jerash

Panneau de présentation de l'Église de l'Évêque Isaïe à Jerash en Jordanie, 8 novembre 2014 : Église de l'évêque Isaïe, 558/559 après J.C. - 749 après J.C. Cette église, découverte en 1983, est l'une des vingt-trois églises d'époque byzantine actuellement connues à Gerasa. Construite "... au temps de l'évêque Isaïe", selon un plan à trois nefs séparées par des rangées de colonnes ioniques provenant d'édifices d'époque romaine, elle est surtout remarquable par ses riches pavements de mosaïque. Ces derniers ont souffert des crises iconoclastes du VIIIe siècle et la plupart des figures animales et humaines ont été détruites. À l'ouest, un atrium (cour entourée de portiques, non fouillée) précédait les trois entrées de la façade principale du monument. Tardivement, ces portes ont été murées, l'entrée principale de l'église étant reportée sur sa face sud où existait une autre cour à portiques. L'ambon et le chancel, partiellement conservés au moment des fouilles, n'ont pas été restaurés. Le bâtiment était en travaux (réparations) lorsqu'il fut détruit par le séisme de 749 ap. J.C. Tout porte donc à croire que cet édifice, comme la plupart des églises de Gerasa, était encore en usage par des membres de la communauté chrétienne à la fin de l'époque omeyyade.

Panneau informatif sur l'Agora et la Basilique Civile à Jerash. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b53f80-panneau-informatif-sur-l-agora-et-la-basilique-civile-a-jerash

Panneau informatif sur l'Agora et la Basilique Civile à Jerash

Panneau informatif en français sur l'Agora et la Basilique Civile à Jerash vers 130 après J.C. - fin du IIIe siècle après J.C. Face au Théatre Nord/Bouleuterion, dans l'angle Nord-Ouest formé par le Cardo et le Decumanus Nord, s'étend un vaste espace plan de plus de 10 000 m². Bien que cette zone n'ait pas été fouillée, deux structures remarquables ont pu être identifiées. À l'ouest, quelques sondages ont permis de mettre au jour les vestiges d'une grande salle de plus de 20 mètres de large et 100 mètres de long. Les éléments conservés (long mur à pilastres, portiques intérieurs, inscriptions officielles ...) permettent d'y voir une basilique civile, grand bâtiment public utilisé pour les meetings, discussions politiques et judiciaires ou encore pour la conservation des archives. L'espace adjacent à l'Est, était accessible par trois portes ouvrant sur le Cardo et une ouvrant sur le Decumanus Nord. Il pourrait correspondre à l'Agora, grande cour de réunion à ciel ouvert, généralement associé aux basiliques civiles. L'ensemble Agora, Basilique et Théâtre Nord/Bouleuterion, correspondrait alors au centre civique de la cité, selon un schéma bien attesté dans le monde gréco-romain. La Basilique et l'Agora, peut-être conçues dès le règne de Trajan et réalisées sous celui d'Hadrien, semblent avoir été détruites par un violent incendie à la fin du IIIe siècle, probablement consécutif au raid des pillards qui saccagèrent également la partie sud de la ville. Cliché novembre 2014.

Panneau sur Les Thermes de l'Ouest à Jerash. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b59626-panneau-sur-les-thermes-de-l-ouest-a-jerash

Panneau sur Les Thermes de l'Ouest à Jerash

Description en Français présente sur un panneau d'information : Les thermes de l'ouest à Jerash en Jordanie. II° siècle après J.C. - 749 après J.C. Les thermes dits de l'Ouest correspondent au plus ancien des sept établissements de bains publics actuellement connus sur le site. Ils n’ont pas été fouillés mais leur phase ancienne peut-être datée du tout début du II° siècle, voire même de la fin du Ier siècle. De plan typiquement romain, ils comprennent un bâtiment consacré aux bains construit au centre d'une cour entourée de portiques. Cette vaste cour, appelée palestre, permettait aux baigneurs de se détendre et/ou de pratiquer des exercices sportifs après et avant de rejoindre les salles froides, tièdes et chaudes du bâtiment thermal. Primitivement limité à trois grandes salles, le bâtiment thermal fut considérablement agrandi au IIIe siècle suivant un plan symétrique, dit "impérial". Les thermes romains sont bien connus pour leurs extraordinaires voûtes en maçonnerie. Le monument de Gerasa est particulièrement remarquable par les voûtes en pierre, beaucoup plus exceptionnelles et difficiles à construire, couvrant les différentes salles froides et chaudes du secteur thermal, en particulier les coupoles sur pendentifs. L'une d'elles a traversé les siècles et est parfaitement conservée. C'est la plus ancienne structure de ce type encore in situ connue au monde. Source : IFPO, tapuscrit Erics

Papeterie de Facture Biganos (Gironde, France). Source : http://data.abuledu.org/URI/52c06ea5-papeterie-de-facture-biganos-gironde-france-

Papeterie de Facture Biganos (Gironde, France)

Une usine à papier, un moulin à papier, une papeterie ou une papetière, est une unité de production servant à la fabrication du papier. Théoriquement n'importe quelle fibre végétale longue, fine et solide peut permettre de faire du papier, mais le bois reste la première source de pâte à papier. Celle de Facture-Biganos est spécialisée dans la production de papier kraft à partir du pin maritime. L'industrie est très ancienne sur le site puisqu'à l'origine, un moulin papetier avait été construit sur le ruisseau du Lacanau de Mios au lieu-dit "pont Nau" dont on peut encore voir les vestiges de nos jours à l'entrée sud de la ville. Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Usine_%C3%A0_papier et http://fr.wikipedia.org/wiki/Biganos.

Pion de tric-trac en ivoire. Source : http://data.abuledu.org/URI/50fb06d3-pion-de-tric-trac-en-ivoire

Pion de tric-trac en ivoire

Judith et Holopherne, pion de trictrac. Ivoire, France de l'Ouest, XIIe siècle, trouvé à Bayeux en 1838. Nabuchodonosor II a envoyé Holopherne châtier les peuples de l'ouest parce qu'ils ont refusé de le soutenir dans la guerre qu'il a menée contre le roi perse Arphaxad (cf. Judith I, 1). Après avoir pillé, tué et ravagé dans tout le Proche-Orient, Holopherne assiège Béthulie, une ville juive (probablement Massalah) qui barre un passage dans les montagnes de Judée. Comme l'eau vient à manquer, les habitants sont sur le point de se rendre, mais une jeune veuve, Judith, d'une extraordinaire beauté et d'une richesse considérable, prend la décision de sauver la ville. Avec sa servante et des cruches de vin elle pénètre dans le camp d'Holopherne ; ce dernier est tout de suite ensorcelé par la beauté et l'intelligence de cette femme ; il organise en son honneur un grand banquet à la fin duquel ses domestiques se retirent discrètement pour ne pas troubler la nuit d'amour qui, pensent-ils, attend leur maître. Mais elle continue à l'enivrer et, quand il est hors d'état de se défendre, elle le décapite avec l'aide de sa servante et revient à Béthulie avec la tête. Quand les soldats découvrent au matin leur chef assassiné, ils sont pris de panique.

Plaque commémorative du Château Frontenac à Québec. Source : http://data.abuledu.org/URI/53569931-plaque-commemorative-du-chateau-frontenac-a-quebec

Plaque commémorative du Château Frontenac à Québec

Plaque commémorative bilingue du Château Frontenac à Québec : Construit en sept étapes à partir de 1892-93, cet édifice offre un excellent exemple des hôtels de style Château établis par les compagnies ferroviaires du Canada. Rehaussé par la splendeur du site, il évoque le romantisme des châteaux de la Loire des XIV° et XV° siècles. Bruce Price, qui en a conçu le plan, a toutefois délaissé la symétrie classique de ces modèles au profit de l'éclectisme pittoresque en vogue à la fin du XIX° siècle. Les interventions subséquentes des architectes Painter et Maxwell et de la firme ARCOP ont respecté l'esprit initial de sa sihouette imposante, qui est l'un des points dominants du Vieux-Québec. Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Gouvernement du Canada.

Raton laveur dans un arbre creux. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d82354-raton-laveur-dans-un-arbre-creux

Raton laveur dans un arbre creux

Raton laveur dans un arbre creux (Procyon lotor). Le raton laveur s’abrite dans les arbres creux, les souches, les cavernes, les terriers de marmottes abandonnés, les granges ou les hangars. Il change souvent d’abri. Vers mi-novembre, l’animal se réfugie dans son gîte et y passe l’hiver en état de torpeur, ne se réveillant que de temps à autre. Comme l’ours noir et le blaireau, il cesse de manger et survit grâce à ses réserves de graisse accumulées pendant l’été. La température de son corps et son métabolisme demeurent élevés. Les mâles sortent de leur gîte fin janvier, les femelles vers mi-mars. En ville, on peut trouver l’animal dans les greniers, les égouts et les cheminées auxquelles il accède grâce à ses griffes qui lui permettent de grimper facilement à plusieurs mètres du sol. Chaque gîte abrite entre un et cinq individus. Il fréquente plusieurs abris en dehors de l’hiver. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Raton_laveur.

Rempart du castrum de Burdigala. Source : http://data.abuledu.org/URI/5558e1d4-rempart-du-castrum-de-burdigala

Rempart du castrum de Burdigala

Essai de reconstitution du rempart du castrum de Burdigala à partir d'éléments architecturaux ayant servi à son édification à la fin du IIIème siècle. Musée d'Aquitaine, Bordeaux.

Ville fortifiée de Mali Ston en Croatie. Source : http://data.abuledu.org/URI/55610767-ville-fortifiee-de-mali-ston-en-croatie

Ville fortifiée de Mali Ston en Croatie

Ville fortifiée de Mali Ston en Croatie. Les murs s'étendaient jusqu'à Mali Ston (le petit Ston), une ville plus petite sur le côté nord de l'isthme de Peljesac et la fin du Golfe de Mali Ston (Malostonski zaljev), réputée pour sa culture de fruits de mer. La Baie de Mali Ston est connue pour ses huîtres, en 2003, 700 000 y étaient produites en 2004. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ston