Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Curiosité | Photographie | Contes de fées | Fillettes | Gravure | Peinture | Dessins et plans | Curiosités et merveilles | Forêts | Urbanisme | Animaux des forêts | Humour | Comtesse de Ségur (1799-1874) | Objets magiques | Dix-neuvième siècle | Leyde (Pays-Bas) | Art africain | Ghana -- Ethnologie | Géométrie | Afrique | ...
Cabinet de curiosités au XVIIème siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/505f434a-cabinet-de-curiosites-au-xviieme-siecle

Cabinet de curiosités au XVIIème siècle

Tableau représentant un "cabinet de curiosités" aux Pays-Bas, au XVIIème siècle, probablement celui d'Ortélius, cartographe néerlandais (Dix-sept Provinces) contemporain de Mercator.

Carte de l'Ardèche en 1847. Source : http://data.abuledu.org/URI/531ca150-carte-de-l-ardeche-en-1847

Carte de l'Ardèche en 1847

Carte du département de l'Ardèche en 1847 par Victor Levasseur (1800–1870) : Privas, curiosités naturelles et produits régionaux. Portrait de Boissy d'Anglas.

Cor omnitonique. Source : http://data.abuledu.org/URI/5300bb16-cor-omnitonique

Cor omnitonique

Cor omnitonique : J.B. Dupont, Paris, début du XIX ème siècle - Paris, Musée de la musique. Le cor omnitonique est un cor d'invention sur lequel les tons de rechange ont été intégrés à l'instrument. Un tube mobile permet d'ouvrir le ton souhaité et de fermer les autres. Le changement de tonalité est donc facilité. En revanche, ce dispositif alourdit considérablement l'instrument et ne facilite donc pas forcément le jeu. Ces cors élaborés vers le premier quart du XIXe siècle illustrent les différentes recherches faites à cette époque pour affranchir le cor de ses limitations chromatiques naturelles. Les cors omnitoniques furent rapidement relégués dans l'oubli par la découverte en 1815 et la diffusion du piston à travers l'Europe. Certains cors omnitoniques relèvent plus de la curiosité que d'un instrument de musique.

Encadrement de PI par Liu Hui. Source : http://data.abuledu.org/URI/51e4e301-encadrement-de-pi-par-liu-hui

Encadrement de PI par Liu Hui

Représentation de l'encadrement de π par Liu Hui. Si les calculs pratiques peuvent se faire avec une bonne précision en utilisant la valeur 3,14 comme approximation de π, la curiosité des mathématiciens les pousse à déterminer ce nombre avec plus de précision. Au IIIe siècle, en Chine, Liu Hui, commentateur des Neuf chapitres, propose comme rapport entre le périmètre et le diamètre la valeur pratique de 3 mais développe des calculs proches de ceux d’Archimède mais plus performants et fournit une approximation de π de 3,1416.

Histoire de Blondine, de Bonne-Biche et de Beau-Minon. Source : http://data.abuledu.org/URI/531375c5-histoire-de-blondine-de-bonne-biche-et-de-beau-minon-

Histoire de Blondine, de Bonne-Biche et de Beau-Minon

Histoire de Blondine, de Bonne-Biche et de Beau-Minon de la Comtesse de Ségur (1799-1874), illustré par Virginia Frances Sterrett (1900–1931), chapitre X : Le voyage de Blondine dura, comme le lui avait dit la Tortue, six mois ; elle fut trois mois avant de sortir de la forêt ; elle se trouva alors dans une plaine aride qu’elle traversa pendant six semaines, et au bout de laquelle elle aperçut un château qui lui rappela celui de Bonne-Biche et de Beau-Minon.

L'invitation pour Mme la Duchesse, d'Alice. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cfe81e-l-invitation-pour-mme-la-duchesse-d-alice

L'invitation pour Mme la Duchesse, d'Alice

L'invitation pour Mme la Duchesse, illustration d'origine (1865), par John Tenniel (1820 – 1914), du roman de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles : Alice resta une ou deux minutes à regarder à la porte ; elle se demandait ce qu’il fallait faire, quand tout à coup un laquais en livrée sortit du bois en courant. (Elle le prit pour un laquais à cause de sa livrée ; sans cela, à n’en juger que par la figure, elle l’aurait pris pour un poisson.) Il frappa fortement avec son doigt à la porte. Elle fut ouverte par un autre laquais en livrée qui avait la face toute ronde et de gros yeux comme une grenouille. Alice remarqua que les deux laquais avaient les cheveux poudrés et tout frisés. Elle se sentit piquée de curiosité, et, voulant savoir ce que tout cela signifiait, elle se glissa un peu en dehors du bois afin d’écouter. Alice par John Tenniel 20.png Le Laquais-Poisson prit de dessous son bras une lettre énorme, presque aussi grande que lui, et la présenta au Laquais-Grenouille en disant d’un ton solennel : « Pour Madame la Duchesse, une invitation de la Reine à une partie de croquet. » Le Laquais-Grenouille répéta sur le même ton solennel, en changeant un peu l’ordre des mots : « De la part de la Reine une invitation pour Madame la Duchesse à une partie de croquet ; » puis tous deux se firent un profond salut et les boucles de leurs chevelures s’entremêlèrent.

La curiosité féminine au Japon. Source : http://data.abuledu.org/URI/52768c9d-la-curiosite-feminine-au-japon

La curiosité féminine au Japon

La curiosité féminine au Japon, estampe de Yoshitoshi Taiso (1839-1892), Trente-deux Aspects des Coutumes et des Manières, 1888.

La fenêtre aux trois lièvres. Source : http://data.abuledu.org/URI/535b4de0-la-fenetre-aux-trois-lievres

La fenêtre aux trois lièvres

La "fenêtre aux trois lièvres" dans la cour intérieure du cloître de la cathédrale de Paderborn : "Der Hasen und der Löffel drei, und doch hat jeder Hase zwei" (Les lièvres et les cuillères, trois, et pourtant chaque lièvre en a deux). Ce vers court et concis décrit ce motif. L'œuvre créée au début du XVIe siècle du grès de Weser rouge montre trois lièvres bondissants disposés en rond. Elle se trouve sur le côté nord de la cour intérieure du cloître de la cathédrale et ne se remarque pas au premier regard. La fenêtre est l'une des curiosités les plus connues de Paderborn et un vieux symbole de la ville. Dans des temps plus anciens, c'était un porte-bonheur que chaque artisan passant par Paderborn devait avoir vu. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-Liboire_de_Paderborn

La Petite aux grelots 07. Source : http://data.abuledu.org/URI/534822df-la-petite-aux-grelots-07

La Petite aux grelots 07

Images d'Épinal, 1880, La Petite aux grelots : De retour à la maison elle raconta à sa grand’mère ce qu’elle avait vu, puis prenant ses vêtements elle y attacha une grande quantité de grelots, et s’étant munie de deux petits bâtons garnis de sonnettes, ainsi équipée, elle reprit le chemin du château en agitant ces bâtons : Tique, tique tac…. tique, tique tac…. Source : http://fr.wikisource.org/wiki/La_Petite_aux_grelots

La petite curieuse. Source : http://data.abuledu.org/URI/56bc839d-la-petite-curieuse

La petite curieuse

Camille Corot, La petite fille curieuse, 1860.

La petite souris grise. Source : http://data.abuledu.org/URI/53138a7d-la-petite-souris-grise

La petite souris grise

Le conte de la petite souris grise de la Comtesse de Ségur (1799-1874), illustré par Virginia Frances Sterrett (1900–1931), chapitre I, La maisonnette : Le père de Rosalie avait de la fortune ; il vivait dans une grande maison qui était à lui : la maison était entourée d'un vaste jardin où Rosalie allait se promener tant qu'elle voulait. Elle était élevée avec tendresse et douceur, mais son père l'avait habituée à une obéissance sans réplique. Il lui défendait d'adresser des questions inutiles et d'insister pour savoir ce qu'il ne voulait pas lui dire. Il était parvenu, à force de soin et de surveillance, à presque déraciner en elle un défaut malheureusement trop commun, la curiosité. Rosalie ne sortait jamais du parc, qui était entouré de murs élevés.

Le conte de la petite souris grise. Source : http://data.abuledu.org/URI/5313698e-le-conte-de-la-petite-souris-grise

Le conte de la petite souris grise

Le conte de la petite souris grise de la Comtesse de Ségur (1799-1874), illustré par Virginia Frances Sterrett (1900–1931) : "Attends, méchante bête !" s’écria Rosalie, hors d’elle de colère et d’effroi. Elle saisit un balai et allait en donner un coup violent sur la Souris, lorsque le balai devint flamboyant et lui brûla les mains ; elle le jeta vite à terre et le poussa du pied dans la cheminée pour que le plancher ne prît pas feu.

Le conte de la petite souris grise. Source : http://data.abuledu.org/URI/5313713a-le-conte-de-la-petite-souris-grise-

Le conte de la petite souris grise

Le conte de la petite souris grise de la Comtesse de Ségur (1799-1874), illustré par Virginia Frances Sterrett (1900–1931), chapitre III : Rosalie regarda autour d’elle, ne vit personne, et, oubliant entièrement, dans son désir extrême de satisfaire sa curiosité, la bonté du prince et les dangers qui les menaçaient si elle cédait à la tentation, elle passa ses doigts dans une des ouvertures, tira légèrement : la toile se déchira du haut en bas avec un bruit semblable au tonnerre, et offrit aux yeux étonnés de Rosalie un arbre dont la tige était en corail et les feuilles en émeraudes ; les fruits qui couvraient l’arbre étaient des pierres précieuses de toutes couleurs, diamants, perles, rubis, saphirs, opales, topazes, etc., aussi gros que les fruits qu’ils représentaient, et d’un tel éclat que Rosalie en fut éblouie.

Le conte des trois ours en 1900, p.12. Source : http://data.abuledu.org/URI/5348636e-le-conte-des-trois-ours-en-1900-p-12

Le conte des trois ours en 1900, p.12

Le conte des trois ours, 1900, par Leslie Brooke (1862-1940), page 12, à colorier.

Les Sept Merveilles Du Monde Ancien. Source : http://data.abuledu.org/URI/509130aa-les-sept-merveilles-du-monde-ancien

Les Sept Merveilles Du Monde Ancien

Carte des sept merveilles du monde ancien : Pyramide de Khéops à Memphis, Phare d'Alexandrie, Jardins suspendus de Babylone, Colosse de Rhodes, Mausolée d'Halicarnasse, Temple d'Artémis à Éphèse, Statue de Zeus à Olympie.

Motifs de l'art Adinkra en 1825. Source : http://data.abuledu.org/URI/530cb6f5-motifs-de-l-art-adinkra-en-1825

Motifs de l'art Adinkra en 1825

Motifs de l'art Adinkra en 1825 (Ghana). Toile de coton, peinture à partir d'écorce d'arbre, impression à la main ; dimensions : 271 cm de long sur 212 cm de large. Conservé au Musée National d'Ethnologie de Leyde. Source : http://www.volkenkunde.nl/rmv/internet/eain_ghana.html ". Envoyé en 1825 depuis le fort de Saint George d'Elmina (côte de Guinée) au Cabinet Royal de Curiosités de La Hague. Oeuvre probablement réalisée spécialement pour le roi Guillaume I, ce qui expliquerait la présence centrale du blason hollandais.

Punition de la curiosité. Source : http://data.abuledu.org/URI/5156f79d-punition-de-la-curiosite

Punition de la curiosité

Punition de la curiosité, 1689, gravure sur cuivre de Janez Vajkard Valvasor (1641-1693) : la branche d'un arbre dans lequel se cachait un homme espionnant deux femmes, se brise.

Salle de bain du Pavillon Chinois de Laeken. Source : http://data.abuledu.org/URI/535c1875-salle-de-bain-du-pavillon-chinois-de-laeken

Salle de bain du Pavillon Chinois de Laeken

Salle de bain du Pavillon Chinois, avenue Van Praet, Laeken (Bruxelles). Les trois Musées d'Extrême-Orient sont de véritables curiosités architecturales significatives de la fascination des Européens du début du XXe siècle pour la Chine et le Japon dont certains éléments artistiques auront une forte influence exprimée notamment par l’Art nouveau. Ces constructions, mélange de techniques locales et d’éléments importés, érigées en lisière du domaine royal de Laeken, font partie de réalisations suscitées par le roi Léopold II, qui avait le projet de construire toute une avenue bordée de monuments représentant les différents styles exotiques. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9es_d%E2%80%99Extr%C3%AAme-Orient

Toboggan de la mer de sable. Source : http://data.abuledu.org/URI/53185c92-toboggan-de-la-mer-de-sable

Toboggan de la mer de sable

La Mer de sable est un parc à thème, situé au cœur de la forêt d'Ermenonville, à proximité immédiate d'Ermenonville dans l'Oise. Ses thèmes principaux sont l'aventure, la découverte et l'évasion. Il est plutôt destiné aux enfants de moins de 14 ans. En 1963, le parc ouvre ses portes grâce à Jean Richard qui inaugure le parc à thème français, profitant d'une curiosité géologique, une zone où la terre de bruyère retirée pour alimenter le marché parisien a laissé place à une grande étendue sablonneuse, qui lui permet de créer à quelques pas de Paris des décors du Far West américain. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Mer_de_sable.

Un allumeur de réverbères. Source : http://data.abuledu.org/URI/512a4974-un-allumeur-de-reverberes

Un allumeur de réverbères

Un allumeur de réverbères à Stockholm le 18 décembre 1953 : bec de gaz en Suède. À cette époque, les quelques lampes restantes étaient des curiosités rares.

Une chenille curieuse. Source : http://data.abuledu.org/URI/54357462-une-chenille-curieuse

Une chenille curieuse

Une chenille curieuse.

Visite des Catacombes en 1860. Source : http://data.abuledu.org/URI/5142f543-visite-des-catacombes-en-1860

Visite des Catacombes en 1860

Visite des catacombes en 1860 : Un arrêt du Conseil d'État du 9 novembre 1785 décide la suppression du cimetière des Innocents avec évacuation des ossements, puis son réaménagement en marché public. Le nom de Catacombes est donné aux carrières aménagées, par analogie avec les anciennes nécropoles souterraines de Rome, même si les lieux n'ont jamais servi de sépulture directe et n'ont aucun caractère sacré. Durant toute son existence, plus de deux millions de parisiens sont inhumés au cimetière des Innocents. Dès leur création, les Catacombes suscitent la curiosité. En 1787, le premier visiteur, le comte d'Artois, futur Charles X, y descend en compagnie de dames de la Cour. L'année suivante, on mentionne la visite de Madame de Polignac et Madame de Guiche. Mais il faut attendre 1806 pour que les premières visites publiques soient organisées ; celles-ci ne s'opèrent qu'à des dates irrégulières pour de rares privilégiés. C'est le successeur de Guillaumot, Louis-Étienne Héricart de Thury, alors responsable du service des carrières de la Ville de Paris, qui organise les premières visites régulières dès sa prise de fonction. Il fait tracer au plafond un trait noir, servant de fil d'Ariane aux visiteurs. En 1810 et 1811, il fait aménager l'ossuaire avec la réalisation d'alignements d'ossements décorés de motifs macabres ou artistiques, et placer des plaques portant des citations gravées dans la pierre, tirées de textes sacrés, littéraires, philosophiques ou poétiques célèbres, avec un goût propre au Premier Empire. Les ouvrages de consolidation sont transformés en monuments à la pompe funéraire. Par ailleurs, l'ossuaire est isolé du reste des carrières souterraines, donnant un aspect proche de celui qu'on observe au XXIe siècle. Héricart de Thury (1776-1854) publie en 1815 la "Description des Catacombes de Paris", qui devint la base sur laquelle toutes les études postérieures s'appuient.

Vue de Lyon. Source : http://data.abuledu.org/URI/53b168e7-vue-de-lyon

Vue de Lyon

Le jardin des Curiosités à Lyon (5ème) - Vue sur Lyon et le Rhône.