Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Dessins et plans | Armoiries | Blasons | Peinture | Musique | Femmes gymnastes | Barre fixe | Dessin en noir et blanc | Blason (héraldique) | Contes de fées | Animaux -- Dans l'art | Neuf (le nombre) | Sports | Trois (le nombre) | Acrobatie | Jesolo (Italie) | Clip art | Outils | Latin (langue) | ...
Accélérateur de parapente. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b1095d-accelerateur-de-parapente

Accélérateur de parapente

L'accélérateur est un dispositif constitué d'une barre actionnée par les pieds reliées aux élévateurs permettant de modifier l'incidence de l'aile. Cette modification d'incidence permet au parapente de gagner de la vitesse, mais elle rend l'aile plus sensible aux turbulences. Généralement l’usage de l’accélérateur dégrade la finesse, la meilleure finesse étant obtenue généralement bras haut. Cependant l’usage de l'accélérateur peut améliorer la finesse sol, par exemple lorsque le pilote se retrouve dans la situation où il est contré par un fort vent de face : 1=Élévateurs, 2=Boucle d'attache à la sellette, 3=Crochet d'accroche à la ficelle du barreau, 4=Ficelle principale, 5=Poulies de renvoi, 6=Sangles de redistribution de la traction, 7=Boucle de renvoi.

Accouplement de coléoptères. Source : http://data.abuledu.org/URI/5415544b-accouplement-de-coleopteres

Accouplement de coléoptères

Chlorophores soufrés (Chlorophorus varius), accouplement. Le mâle a les antennes plus longues (milieu des élytres) que la femelle. Pubescence jaune-verdâtre plus rarement grise. Le pronotum est barré d'une bande noire pouvant parfois se limiter à trois points. Sur les élytres mats une tache en forme de C de couleur noire. Les pattes et les antennes sont noires. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chlorophorus_varius

Affiche publicitaire des Biscuits de Beukelaer. Source : http://data.abuledu.org/URI/52a08d76-affiche-publicitaire-des-biscuits-de-beukelaer

Affiche publicitaire des Biscuits de Beukelaer

Affiche publicitaire des Biscuits de Beukelaer, par Henri Privat-Livemont (1861-1936). Eduard Jacobus De Beuckelaer (1843-1919) est un industriel belge, fondateur et dirigeant de la biscuiterie/chocolaterie du même nom. Vers 1869, De Beukelaer démarra la production de biscuits sur des terrains achetés au zoo d'Anvers, près de la gare centrale. Il apprit des anglais comment fabriquer des biscuits gardant leur fraicheur. Il développa le fameux Prince Fourré en l'honneur du futur roi Léopold II, le Petit-Beurre et le Cent Wafer entre autres. Il commença aussi à fabriquer des barres de chocolat, des caramels, des toffees, du spéculoos.

Affiche publicitaire pour Biscuits et Chocolat Delacre. Source : http://data.abuledu.org/URI/52a08c26-affiche-publicitaire-pour-biscuits-et-chocolat-delacre

Affiche publicitaire pour Biscuits et Chocolat Delacre

Affiche publicitaire pour Biscuits et Chocolat Delacre à Vilvorde, 1896, par Henri Privat-Livemont (1861-1936). En 1870, Charles Delacre, un pharmacien bruxellois décida de vendre du chocolat, qui était alors considéré comme un médicament fortifiant. Le succès lui permit d'ouvrir une boutique spécialement dédiée au chocolat, adjacente à sa pharmacie, et en 1873, une nouvelle usine. C'est aussi en 1873 qu'il déposa la marque Delacre comme un fabricant de barres de chocolat. En 1879, grâce à la qualité de ces chocolats, on lui attribue le titre de Fournisseur de la Cour. En 1891, Charles Delacre ouvre une usine à Vilvorde, et développe avec des Maîtres pâtissiers des biscuits fins enrobés d'un riche chocolat, adaptés à l'accompagnement du thé ou du café popularisés.

Arbalète sur affût. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b83279-arbalete-sur-affut

Arbalète sur affût

L'arbalète sur affût permettait de lancer des flèches de grande longueur, des barres de fer rougies au feu ou des traits garnis d'étoupe enflammée. Elle pouvait être pointée comme une pièce d'artillerie moderne grâce à trois roues pour sa manoeuvre latérale et une crémaillère avec manivelle pour régler le tir en hauteur. Sa puissance destructrice était considérable (panneau informatif du musée). Cliché Mme Gomez, directrice de l'école Montesquieu de Pessac-33, dans le cadre de la semaine rousse de ses élèves de CE1-CE2 à Saint-Lary, octobre 2014.

Armatures de béton rouillées. Source : http://data.abuledu.org/URI/597801a8-armatures-de-beton-rouillees

Armatures de béton rouillées

Armatures de béton en fer rouillées, empilées sur le chantier d'une ancienne carrière à Rixö, Lysekil, Suède.

Armoiries d'Andorre. Source : http://data.abuledu.org/URI/5378e825-armoiries-d-andorre

Armoiries d'Andorre

Armoiries d'Andorre : VIRTVS VNITA FORTIOR : la vertu unie (est) plus forte. Écartelé : au 1, de gueules à la mître perfilée et embellie d'argent sur une crosse posée en barre (évêque d'Urgel) ; au 2, d'or à trois pals de gueules (comté de Foix) ; au 3, d'or à quatre pals de gueules (Catalogne) ; au 4, d'or aux deux vaches de gueules, accornées, colletées et clarinées d'azur, passant l'une sur l'autre (Béarn).

Armoiries du Canada. Source : http://data.abuledu.org/URI/5379a4a2-armoiries-du-canada

Armoiries du Canada

Les armoiries du Canada furent ordonnées par le roi George V le 21 novembre 1921 et modifiées deux fois dans le cours du 20e siècle. Elles sont inspirées des armoiries du Royaume-Uni. L'écu est divisé en cinq champs. Le premier, en haut et à dextre (à gauche de l'observateur), porte les trois léopards d'Angleterre ; le deuxième porte le lion et le trescheur écossais ; et le troisième la harpe d'Irlande. Le quatrième quartier d'azur porte les trois fleurs de lys d'or, de l'écu de France. Le cinquième champ occupe la champagne c'est-à-dire la fasce d'en bas : une tige de trois feuilles d'érable rouge. Le ruban porte la devise "Desiderantes meliorem patriam"= Désireux d'une patrie meilleure. Heaume royal, soit un casque en or barrée, montré de face. Il est entouré d'un lambrequin rouge et blanc, les couleurs officielles du Canada. Le cimier est formé d'un lion d'or couronné qui porte une feuille d'érable dans sa patte droite. Le lion de l'Angleterre et la licorne enchaînée de l'Écosse tiennent l'écu ; chaque support tient aussi une lance, l'une avec un Union Flag et l'autre une bannière royale de France (d'azur aux trois fleurs de lis d'or). La devise du Canada est "A mari usque ad mare" = (Tu règneras) D'un océan à l'autre. Sous l'écu et la devise se trouvent une guirlande de roses, de chardons, des trèfles et des lys, représentant respectivement l'Angleterre, l'Écosse, l'Irlande et la France. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Armoiries_du_Canada Au-dessus du lion, la Couronne de saint Édouard, représente la monarchie.

Autoharpe américaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ebad73-autoharpe-americaine

Autoharpe américaine

Autoharpe, cithare américaine. L'autoharpe a une forme trapézoidale, une ouïe centrale circulaire et généralement 36 cordes (certaines auto harpes en ayant jusqu'à 48) y sont tendues dans le sens de la longueur de l'instrument. Les cordes sont fixées à la base par des pointes et accordées en haut par des chevilles en métal qui permettent de régler la hauteur du son de chaque corde à l'aide d'une clé en métal. La caractéristique de cet instrument qui le différencie des autres cithares est un boîtier posé au-dessus des cordes dans le sens de la largeur de l'instrument. Ce boîtier contient un jeu de barres (dont le nombre varie en fonction de l'instrument) équipées d'étouffoirs qui neutralisent la vibration de cordes choisies à l'avance et permet ainsi d'obtenir des accords avec les autres cordes libres. On les met en action en appuyant sur des boutons et elles reviennent à leur emplacement initial grâce à un système de ressorts. Les noms des accords obtenus par ces barres sont inscrits avec la notation anglo-saxonne A B C D E F G (respectivement la si do ré mi fa sol) sur le boîtier. Les accords disponibles sont des accords mineurs, majeurs et de septième. Les modèles les plus courants possèdent un jeu de 12 accords et un nombre plus important pour les instruments plus élaborés. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Autoharpe

Balance ordinaire. Source : http://data.abuledu.org/URI/502e91c4-balance-ordinaire

Balance ordinaire

Photo de balance ordinaire composée d'une barre métallique rigide appelée « fléau » traversée en son milieu perpendiculairement à sa longueur par un prisme d'acier appelé « couteau central ». Ce prisme repose par une de ses arêtes sur deux petits plans d'acier fixés à l'extrémité d'une colonne qui, par suite, soutient le fléau. Les deux extrémités du fléau servent à supporter : l'un, le corps à peser, l'autre les masses marquées destinées à faire équilibre au corps.

Barre servant de prototype du mètre jusqu'en 1960. Source : http://data.abuledu.org/URI/52c41343-barre-servant-de-prototype-du-metre-jusqu-en-1960

Barre servant de prototype du mètre jusqu'en 1960

La barre de platine-iridium utilisée comme prototype du mètre (Système International) de 1889 à 1960, image générée par ordinateur : 90% platine et 10% iridium, d'après le standard du "Mètre des Archives". Vingt-neuf copies en furent distribuées.

Barres de tungstène. Source : http://data.abuledu.org/URI/505caabc-barres-de-tungstene

Barres de tungstène

Barres de tungstène avec des cristaux évaporés, partiellement oxydés. D'une pureté de 99,98% en comparaison avec un cube de 1 cm³ de tungstène pur (99,999%). Le tungstène est un élément chimique du tableau périodique de symbole W (de l'allemand Wolfram) et de numéro atomique 74. Son nom provient du suédois « tung » (lourd) et « sten » (pierre) et signifie donc « pierre lourde ».

Blason de la ville de Biriatou. Source : http://data.abuledu.org/URI/5280196c-blason-de-la-ville-de-biriatou

Blason de la ville de Biriatou

Blasonnement : Coupé mi-parti en chef, au premier d'or à un lion de gueules tenant en sa patte dextre un dard du même péri en barre, parti d'azur à une fleur de lys d'or,au deuxième de gueules à la rose des vents d'argent bordée d'or aux pointes d'or et de sable, l'aiguille d'azur brochant en barre la pointe en bas,

Blason de la ville de Saint-Jean-d'Illac. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d9d0cf-blason-de-la-ville-de-saint-jean-d-illac

Blason de la ville de Saint-Jean-d'Illac

Blason de la ville de Saint-Jean-d'Illac en Gironde : D'azur à la croix estrée d'or cantonnée au premier d'un agneau auréolé tenant une houlette en barre sur une terrasse herbée isolée, le tout d'argent, au second d'une pomme de pin renversée avec ses aiguilles aussi d'or, au troisième d'une tunique surmontée d'un casque de sapeur-pompier forestier du même et au quatrième de trois maisons couvertes aussi d'argent couvertes de sable, au chef de gueules chargé d'un léopard d'or armé et lampassé du champ. Remarque : les trois "maisons" sont probablement des ruches.

Blason de Rolleville. Source : http://data.abuledu.org/URI/536a97e9-blason-de-rolleville

Blason de Rolleville

blason de la commune de Rolleville en Seine-Maritime : de sinople à la barre ondée d’argent chargée de trois roues de moulin de gueules, accompagnée, en chef d’un pigeonnier aussi d’argent et en pointe d’une gerbe de lin d’or.

Blason de Saint-Sébastien-sur-Loire. Source : http://data.abuledu.org/URI/539574d4-blason-de-saint-sebastien-sur-loire

Blason de Saint-Sébastien-sur-Loire

Blason de Saint-Sébastien-sur-Loire (Loire-Atlantique). Blasonnement : De gueules à la barre ondée d'argent chargée de trois mouchetures d'hermine de sable, accompagnée en chef d'un lion rampant d'or et en pointe d'un brin de muguet d'argent feuillé d'or.

Boucles d'oreille. Source : http://data.abuledu.org/URI/5398593e-boucles-d-oreille

Boucles d'oreille

Boucles d'oreille, emplacements des différents perçages sur une oreille droite : 1) Helix : sur le haut de l'oreille dans le cartilage. 2) Industriel : seul piercing fait de deux trous, avec une barre transversale qui traverse la partie supérieure de l'oreille. Les trous sont faits dans le cartilage. 3) Rook : se situe dans les plis de l'oreille vers la racine de l'hélix et dans le prolongement de l'anthélix. 4) Daith : piercing courbe, entoure la racine de l'hélix, tout près du conduit auditif. Selon le créateur du daith, le positionnement est idéal quand la branche inférieure de l'anneau semble sortir directement du conduit auditif. 5) Tragus : se situe dans le cartilage, dans la petite zone prédominance à l'entrée du conduit auditif. 6) Snug : se situe vers l’extérieur du pavillon de l'oreille, dans le cartilage. 7) Conch : traverse le cartilage de l'oreille. 8) Anti-Tragus : se situe dans le cartilage, dans la partie opposée au tragus, juste au-dessus du lobe. 9) Lobe : se situe dans la partie inférieure de l'oreille, où le cartilage est absent. C'est le trou le plus répandu et le plus commun, l'emplacement où se portent les boucles d'oreille. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Piercing

Brouette. Source : http://data.abuledu.org/URI/51de594d-brouette

Brouette

La brouette se compose de cinq sous-ensembles : 1) le châssis : constitué de deux brancards solidarisés, fonction support de l’ensemble ; 2) les poignées : fonction préhension, commande et transmission de l’énergie : c’est l’interface utilisateur ; 3) le porte-charge : contenant du transportable, c’est la fonction outil (on appelle fonction outil la fonction du sous-ensemble qui en dernière analyse assure la fonction de l’ensemble), réalisée par un simple plateau plus ou moins équipé de parois, une benne (nommée caisse, cuve, coffre, etc.) ou un équipement spécifique ; 4) le système roulant : permet le déplacement par roulement (frottements minimum) en supportant une partie de la charge ; 5) le pied (paire ou barre) : assure avec la roue, une base polygonale d’appui stable, pour les périodes d’utilisations statiques (chargement, par exemple).

Capitain Crochet et Peter Pan. Source : http://data.abuledu.org/URI/50212413-capitain-crochet-et-peter-pan

Capitain Crochet et Peter Pan

Dessin du Capitaine Crochet attaquant Peter Pan, extrait de James Matthew Barrie, "Peter and Wendy", Charles Scribner's Sons, New York, 1912, page 188.

Charaxes brutus natalensis.jpg. Source : http://data.abuledu.org/URI/5086967b-charaxes-brutus-natalensis-jpg

Charaxes brutus natalensis.jpg

C'est un grand papillon marron barré d'une bande blanche qui ressemble au Charaxes antiquus tout en étant un peu plus grand et ayant des queues plus fines. La bande discale n'est pas blanc-cassé mais blanche, plus rectiligne que chez Charaxes antiquus et l'aile antérieure de brutus est moins effilée et galbée. Le revers est chatoyant de taches sur un fond rouge orangé. Il a une envergure de 60 à 75 mm chez les mâles et 75 à 90 mm chez les femelles

Château du Marais. Source : http://data.abuledu.org/URI/518819d3-chateau-du-marais

Château du Marais

Façade occidentale du château du Marais, près du Val-Saint-Germain, dans l'Essonne (France). Construit par l'architecte Jean-Benoît-Vincent Barré pour Jean Le Maître de La Martinière, trésorier général de l'Artillerie et du Génie, il est considéré comme l'un des plus remarquables exemples de château de style Louis XVI en région parisienne.

Chiffrage des mesures en solfège. Source : http://data.abuledu.org/URI/5345544b-commontime-svg

Chiffrage des mesures en solfège

Les deux nombres du chiffrage forment une fraction (sans la barre horizontale) dont l'unité de valeur est toujours la ronde. Le chiffrage 4/4 est parfois représenté par un "C", et le chiffrage 2/2 par un "C barré". Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mesure_%28solfege%29

Cinq perdrix grises. Source : http://data.abuledu.org/URI/51348c3f-cinq-perdrix-grises

Cinq perdrix grises

"Perdrix grises avec genêt et chardons" par Archibald Thorburn (1860-1935), illustrateur écossais spécialiste des oiseaux et de leur environnement naturel. La Perdrix grise (Perdix perdix) est une espèce d'oiseau gallinacé, appartenant à la famille des Phasianidae, de l'ordre des Galliformes. Habitat : Milieux ouverts de la montagne (2 500 m) jusqu'aux plaines cultivées (céréales, betterave, pomme de terre), ou zone bocagère et de bosquets. Les adultes sont granivores, mais les jeunes se nourrissent d'insectes, qu'ils ne trouvent plus à manger en raison des pesticides. Quand on les dérange, comme la plupart des oiseaux de ce type, les perdrix se sauvent en courant tout en lançant des regards vers la source de danger et/ou après s'être cachée s'envolent brutalement sur une courte distance avec un cri d'alarme : "rick rick rick". La seule différence constante entre les sexes est ce qu'on appelle "le fer à cheval", tache rouille à deux barres transversales visible sur la poitrine du mâle.

Code-barre à rayures. Source : http://data.abuledu.org/URI/503a1443-code-barre-a-rayures

Code-barre à rayures

Photo d'un code-barre à rayures pour colis postal.

Compter jusqu'à 10 avec des points et des barres. Source : http://data.abuledu.org/URI/53381ec0-compter-jusqu-a-10-avec-des-points-et-des-barres

Compter jusqu'à 10 avec des points et des barres

Manière de compter jusqu'à 10 avec des points et des barres (côtés et diagonales du carré).

Coupe d'un piano à queue. Source : http://data.abuledu.org/URI/510293f9-coupe-d-un-piano-a-queue

Coupe d'un piano à queue

Coupe d'un piano à queue : 1 et 14) Cadre métallique, 2) Abattant du couvercle, 3) Capo d'astro ou barre harmonique, 4) Tête d'étouffoir, 5) Couvercle, 6) Chevalet d'étouffoir (ou pivot des étouffoirs ?), 7) Rail des chevalets d'étouffoir (ou barre de forte ?), 8) Barre de transmission de la pédale forte, 9) Levier de la transmission du forte, 10) Tige de Lyre, 11) Pédale, droite (forte), gauche (piano), 12) Chevalet, 13) Cheville d'accord (pointe d'accroche), 15) Table d'harmonie, 16) Corde. Le piano à queue est constitué : d'un clavier, généralement à 88 touches (7 octaves 1/4), muni d'un couvercle ; d'un barrage, structure en poutres ; d'une table d'harmonie, mise en vibration par les cordes par l'intermédiaire de chevalets ; de cordes : une par note dans les graves, deux dans les notes intermédiaires, trois dans les aiguës. Les cordes d'aigus sont nues, les cordes de graves sont filées ; d'un cadre métallique au-dessus de la table d'harmonie (sur les pianos modernes) ; d'une ceinture, coffrage entourant la table d'harmonie ; d'un couvercle s'ouvrant à 45° ; d'une mécanique de percussion ; d'un pédalier (lyre) ; d'un pupitre.

Cousoir de relieur. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d98088-cousoir-de-relieur

Cousoir de relieur

Cousoir moderne servant à coudre les cahiers, une des étapes de la reliure. Cousoir monté sur presse : on voit des cahiers en train d'être cousus et les ficelles que le cousoir maintient en extension. Un cousoir est un appareil en bois utilisé en reliure pour maintenir les ficelles pendant que la brocheuse ou le relieur coud les cahiers qui formeront le livre. Il est composé de deux vis sans fin, verticales, qui permettent de faire monter une barre transversale sur laquelle sont attachées des ficelles. Ce faisant, le cousoir maintient en tension les ficelles, conserve leur écart et facilite ainsi grandement le travail de couture.

Deux barre de zirconium cristallisés, pures à 99,97 %. Source : http://data.abuledu.org/URI/50796e1e-deux-barre-de-zirconium-cristallises-pures-a-99-97-

Deux barre de zirconium cristallisés, pures à 99,97 %

Le zirconium est un élément chimique, de symbole Zr et de numéro atomique 40. Il a été découvert par Martin Heinrich Klaproth, qui l'a extrait du zircon en 1789 sous forme d'oxyde. En 1824, Jöns Jacob Berzelius l'a isolé sous forme de métal. En 1999 est retrouvé en Australie un fin morceau de cristal de zircon de 4,4 milliards d'années d'âge : hormis certains fragments de météorites, c'est le plus vieil objet terrestre connu10. C'est un métal de transition appartenant, avec le titane et le hafnium, à la colonne IVa de la classification périodique des éléments.

Drapeau de l'Autriche. Source : http://data.abuledu.org/URI/537a559d-drapeau-de-l-autriche

Drapeau de l'Autriche

Drapeau de l'Autriche : il est composé de trois bandes horizontales rouge (dessus), blanche et rouge (dessous). Ce drapeau a été adopté au XIIIe siècle par Frédéric II d'Autriche en sa qualité de duc d'Autriche. Mais l'origine semble être l'utilisation comme bannière de la chemise ou de la tunique tachée de sang du duc de Babenberg lors d'une bataille contre les Maures. La chemise avait été protégée en partie par la ceinture qui la barrait. Le drapeau a été repris par l'Autriche lors du remplacement de l'empire austro-hongrois (l'empire de Habsbourg) par la République après la Première Guerre mondiale. La période de rattachement à l'Allemagne entre 1938 et 1945 a été marquée par l'utilisation du drapeau nazi. Le retour à ce drapeau bicolore se fait officiellement le 1er mai 1945. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Drapeau_de_l%27Autriche

Enfants dans une mine de charbon en1906. Source : http://data.abuledu.org/URI/58c7b27f-enfants-dans-une-mine-de-charbon-en1906

Enfants dans une mine de charbon en1906

Enfants dans une mine de charbon en 1906 à Wilkes-Barre, PA, USA.

Estaminet des 4 fils Aymon à Lille. Source : http://data.abuledu.org/URI/54a75ee2-estaminet-des-4-fils-aymon-a-lille

Estaminet des 4 fils Aymon à Lille

L'ancien estaminet aux 4 Frères Aymon rue de la Barre à Lille (Nord).

Fée clochette. Source : http://data.abuledu.org/URI/50264224-fee-clochette

Fée clochette

La fée de "Peter Pan", l'histoire imaginée par l'écossais J. M. Barrie en 1911, avec sa baguette magique et sa poussière d'étoiles.

Fête régionale autrichienne du Kufenstechen. Source : http://data.abuledu.org/URI/534709d7-fete-regionale-autrichienne-du-kufenstechen

Fête régionale autrichienne du Kufenstechen

Le "Kufenstechen" est un évènement qui se déroule à Feistritz an der Gail, en Carinthie (Autriche) durant la kermesse annuelle du lundi de pentecôte. Les jeunes hommes célibataire doivent briser un baril de bois avec une barre de fer en chevauchant à cru un cheval de race Noriker. Chaque concurrent doit passer plusieurs fois avant que le baril ne soit détruit. Celui qui arrive enfin à le briser recoit un bouquet de fleurs qu'il met à son poignet. Ensuite a lieu la danse traditionnelle sous un tilleul. Le vainqueur du « Kufenstechen » ouvre la danse suivi des autres couples non mariés, habillés en costume folkloriques. La danse s'accompagne de chansons anciennes.

Guimbarde italienne. Source : http://data.abuledu.org/URI/533c1ada-marranzano

Guimbarde italienne

Guimbarde italienne dite marranzano. La guimbarde est un instrument de musique utilisant une lamelle actionnée par le doigt comme élément vibrant et la bouche du musicien comme cavité de résonance. Elle existe en Europe depuis au moins l'époque gallo-romaine, et elle est répandue en Asie et en Mélanésie. La guimbarde est composée de deux éléments : 1) une armature, d'une forme quelconque, qui comprend invariablement deux barres parallèles assez rapprochées; 2) une languette fine, haute de quelques millimètres, fixée à l'armature par l'une de ses extrémités, libre de l'autre côté et qui passe entre les deux barres. Un joueur de guimbarde place l'instrument devant la bouche d'une main, en la tenant par l'armature (à l'opposé des branches parallèles). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Guimbarde_%28instrument%29

Gymnaste italienne à la barre fixe. Source : http://data.abuledu.org/URI/54734a93-gymnaste-italienne-a-la-barre-fixe

Gymnaste italienne à la barre fixe

Elisabetta Preziosa à la barre. Jesolo en Italie, 24 mars 2013.

Gymnaste italienne à la barre fixe. Source : http://data.abuledu.org/URI/5473598a-gymnaste-italienne-a-la-barre-fixe

Gymnaste italienne à la barre fixe

Elisa Meneghini à la barre fixe, Jesolo en Italie le 24 mars 2013.

Gymnaste italienne à la barre fixe. Source : http://data.abuledu.org/URI/54735a6c-gymnaste-italienne-a-la-barre-fixe

Gymnaste italienne à la barre fixe

La gymnaste italienne Enus Mariani à la barre fixe, Florence, 6 avril 2013.

Haltère modulable. Source : http://data.abuledu.org/URI/50431b96-haltere-modulable

Haltère modulable

Un haltère modulable, constitué d'une barre centrale et d'anneaux amovibles

Herse. Source : http://data.abuledu.org/URI/51c46154-herse

Herse

Une herse est un instrument agricole constitué d'un châssis en forme de grille, formée par deux séries de barres, les unes verticales, les autres horizontales, parallèles entre elles et fixées aux points de croisement. Cet outil est muni de dents courtes et proches les unes des autres qui permettent de travailler la terre en surface pour préparer un lit de semence ou pour le recouvrir. Son passage aplanit le sol, en pulvérisant les mottes, et en enlevant tout ce qui pourrait gêner la germination de la semence.

Horloge avec les trois aiguilles. Source : http://data.abuledu.org/URI/50ddb2d5-horloge-avec-les-trois-aiguilles

Horloge avec les trois aiguilles

Horloge avec les trois aiguilles, les heures sont indiquées par des barres.

Huit chandails tête en bas. Source : http://data.abuledu.org/URI/50fbb382-huit-chandails-tete-en-bas

Huit chandails tête en bas

Huit chandails suspendus sur deux barres, ouverture vers le bas, 5 ras-du-cou.

Illustration d'un voilier. Source : http://data.abuledu.org/URI/501d804b-illustration-d-un-voilier

Illustration d'un voilier

1: grand-voile, 2: foc, 3: spinnaker, 4: coque, 5: quille, 6: safran, 7: dérive, 8: mât, 9: barre de flèche, 10: hauban, 11: écoute de grand-voile, 12: bôme, 13: mât, 14: tangon, 15: pataras, 16: étai, 17: hale-bas

Joueurs de Baby Foot. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d9a301-joueurs-de-baby-foot

Joueurs de Baby Foot

Joueurs de baby-foot au Festival de jeux de Cannes, 2 mars 2013. Le baby-foot est un football de table qui se joue généralement à deux équipes de deux et parfois à un contre un. La table, nommée elle aussi baby-foot, est constituée d'un plateau représentant le terrain, au-dessus duquel se déplacent huit barres qui supportent les onze figurines de chaque équipe appelées joueurs. Chaque côté peut ainsi actionner quatre barres : 1) une barre supportant trois avants (elle fait face aux défenseurs adverses) et une barre supportant cinq demis ; correspondant aux milieux de terrain (elle fait face aux demis adverses) ; 3) une barre supportant deux défenseurs qui fait face aux avants adverses ; 4) une barre supportant le gardien de but. À chaque extrémité du plateau, le but est abrité par une cage, derrière laquelle est fixé le boulier servant au décompte des points. La balle peut être en liège ou en plastique.

Joug de cornes. Source : http://data.abuledu.org/URI/50e62916-joug-de-cornes

Joug de cornes

Boeufs liés par un joug de cornes, en bois, au Chili. (Yunta de bueyes, sector rural de Carahue, fotografía facilitada por la concejala de Carahue, la señorita Paola Retamal ; Fuente: www.carahue.blogspot.com). L'utilisation d'animaux de trait nécessite généralement la création d'un équipement d'attache, l'attelage, permettant à l'animal de tracter une charge, sans se blesser. Le plus ancien système serait le joug à cornes, où dans l'Égypte antique, une barre en bois était placée entre les cornes d'un bovidé. Avec le temps, la barre en bois est sculptée pour mieux s'adapter à la morphologie de l'animal et des trous sont réalisés pour y faire passer les liens en cuir permettant la traction de la charge. Les jougs s'utilisent exclusivement avec des animaux ayant le cou dans le même alignement que celui de la colonne vertébrale.

Koudou. Source : http://data.abuledu.org/URI/507546d8-koudou

Koudou

Le Grand koudou, Tragelaphus strepsiceros, est un mammifère africain de la famille des bovidés. Son corps est strié de 13 ou 14 raies blanches verticales. Une tache blanche bien visible orne sa gorge et une barre blanche son poitrail. e chevron blanc entre ses yeux de velours et la tache blanche autour de sa bouche donnent du caractère à sa face sombre. Une courte crinière blanche qui court le long de son cou, de ses épaules et de son dos. Quant à sa tête, elle est couronnée de deux cornes divergentes qui s’enroulent gracieusement en trois spires. Les sabots du Grand koudou sont adaptés aux terrains accidentés. De ce fait, il a une course gauche et lente en terrain plat, mais il est rapide en terrain accidenté (rocheux, montagneux). C'est un excellent sauteur ; il peut franchir d'un bond des obstacles de 2,50 mètres de hauteur.

Le Banc d'Arguin vu depuis la Dune du Pilat en octobre 2014. Source : http://data.abuledu.org/URI/545183e2-le-banc-d-arguin-vu-depuis-la-dune-du-pilat-en-octobre-2014

Le Banc d'Arguin vu depuis la Dune du Pilat en octobre 2014

Le Banc d'Arguin à marée basse vu depuis la Dune du Pilat, le 27/10/2014, entre la passe sud (à gauche) et la passe nord bordée par la barre des brisants de l'océan atlantique. Cliché NS.

Le maréchal et l'ouvrier. Source : http://data.abuledu.org/URI/534f8914-le-marechal-et-l-ouvrier

Le maréchal et l'ouvrier

Grandville (1803-1847), "Cent Proverbes", 1845, "Il n'y a pas de sot métier" : un employé chargé de l'entretien des égouts toise un gradé qui le salue avec condescendance de la main gauche, un chiot sous le bras droit, accompagné d'une vieille femme bossue engoncée sous sa cape et sa coiffe ; une échelle, une plaque (ou regard) d'égout et une barre à mine évoquent le dur métier des égoutiers.

Le mois de septembre dans les Très Riches Heures du Duc de Berry. Source : http://data.abuledu.org/URI/531c5895-le-mois-de-septembre-dans-les-tres-riches-heures-du-duc-de-berry

Le mois de septembre dans les Très Riches Heures du Duc de Berry

Le mois de septembre dans les Très Riches Heures du duc de Berry : septembre est illustré par les vendanges. Cinq personnages cueillent du raisin tandis qu'un homme et une femme, apparemment enceinte, se reposent. Les grappes sont déposées dans des paniers qui sont ensuite vidés dans des hottes fixées sur des mulets. Ces hottes sont elles-mêmes déversées dans des cuves chargées dans des charrettes tirées par des bœufs. Le second plan est entièrement occupé par le château de Saumur en Anjou, région déjà viticole à l'époque. Les tours sont coiffées de girouettes à fleurs de lys. À ses abords, une lice (palissade) est représentée avec sa barre centrale et son mur de treillage.

Le nain capitaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/51e859f3-le-nain-capitaine

Le nain capitaine

Le nain capitaine à la barre du VIKTORIA, à Wroclaw en Pologne.

Le stade du miroir de Lacan. Source : http://data.abuledu.org/URI/51eeb9f9-le-stade-du-miroir-de-lacan

Le stade du miroir de Lacan

Stade final du stade du miroir selon Lacan : S barré = le sujet divisé. M (miroir) : A = le grand Autre. C = le corps propre. a = l'objet du désir. i'(a) = moi idéal. S = sujet de l'imaginaire. I = idéal du moi. Dans l'expérience archétypique du stade du miroir, l'enfant n'est pas seul devant le miroir, il est porté par l'un de ses parents qui lui désigne, tant physiquement que verbalement, sa propre image. Ce serait dans le regard et dans le dire de cet autre, tout autant que dans sa propre image, que l'enfant vérifierait son unité. En effet, l'enfant devant le miroir reconnaît tout d'abord l'autre, l'adulte à ses côtés, qui lui dit « Regarde c'est toi ! », et ainsi l'enfant comprend « C'est moi ».