Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Dessins et plans | Gravure | La Réunion | Dix-neuvième siècle | Constructions géométriques | Compas | Ornithologie | Botanique | Peinture | Plantes | Dessin en noir et blanc | Coloriages | Lettres (alphabet) -- Dessin | Noir de carbone | Géographie | Exploitation des ressources forestières | Géométrie | Cercles | Astronomie | ...
51 Pegasi b. Source : http://data.abuledu.org/URI/55a284c6-51-pegasi

51 Pegasi b

51 Pegasi b, aussi informellement nommée Bellérophon11,10, est une planète extrasolaire (exoplanète) confirmée en orbite autour de l'étoile 51 Pegasi, une sous-géante (classe de luminosité IV) jaune (type spectral G) de magnitude apparente 5,49, située à une distance d'environ 51 années-lumière (15,36 parsecs) du Soleil, dans la direction de la constellation boréale de Pégase. Elle constitue le prototype de la classe des Jupiters chauds. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/51_Pegasi_b

Agapanthus africanus de La Réunion. Source : http://data.abuledu.org/URI/521f963e-agapanthus-africanus-de-la-reunion

Agapanthus africanus de La Réunion

Agapanthe (Agapanthus africanus) dans un jardin de l'île de La Réunion.

Alphabet du XVIème siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e7616d-alphabet-du-xvieme-siecle

Alphabet du XVIème siècle

Alphabet du XVIème siècle (manquent le J, O, W, X et Z). A : Tête d'oiseau et deux serpents, B : Roi et diable, C : Oiseau chevauchant un sanglier sauvage, D : Plante, E : Dragon, F : Oiseau et fleur, G : Chien, H : Marcheur, I : Chien ailé et lézard, K : Masques grotesques, L : Flûtiste portant un chapeau en forme d'oiseau, M : Lion et chardon, N : Poisson en habit de roi, P : Pélican, Q : Oiseau ou dragon, R : Masques et grimaces, S : Lézard en habit de roi, T : Deux griffons, V : Fou du roi, U : Soleil, Y : Petits animaux et plantes. Source : F. Delamotte, “Ornamental Alphabets, Ancient and Mediæval” (1879).

Artistes américains dans les bois de Mont Kisco en 1912. Source : http://data.abuledu.org/URI/585f61b6-artistes-americains-dans-les-bois-de-mont-kisco-en-1912

Artistes américains dans les bois de Mont Kisco en 1912

Group d'artistes américains assis sous les arbres : Paul Haviland, Abraham Walkowitz, Katharine Rhoades, Mrs. Alfred Stieglitz, Agnes Ernst Meyer, Alfred Stieglitz, J. B. Kerfoot, John Marin.

Ascenseurs de la Tour Eiffel en 1889. Source : http://data.abuledu.org/URI/58704c20-ascenseurs-de-la-tour-eiffel-en-1889

Ascenseurs de la Tour Eiffel en 1889

La Tour Eiffel. Détails de la construction et du fonctionnement des ascenseurs Otis. A. Vue intérieure d'une cabine. B. Vue générale d'une des piles avec indications sur le mécanisme: 1. Cylindre hydraulique; 2 et 3. Poulies de l'ascenseur; 4. Quai d'embarquement; 5. Cabine pendant son ascension. C. La Tour Eiffel. Il y avait deux sortes d'ascenceurs, par Otis et Combaluzier.

Autoharpe américaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ebad73-autoharpe-americaine

Autoharpe américaine

Autoharpe, cithare américaine. L'autoharpe a une forme trapézoidale, une ouïe centrale circulaire et généralement 36 cordes (certaines auto harpes en ayant jusqu'à 48) y sont tendues dans le sens de la longueur de l'instrument. Les cordes sont fixées à la base par des pointes et accordées en haut par des chevilles en métal qui permettent de régler la hauteur du son de chaque corde à l'aide d'une clé en métal. La caractéristique de cet instrument qui le différencie des autres cithares est un boîtier posé au-dessus des cordes dans le sens de la largeur de l'instrument. Ce boîtier contient un jeu de barres (dont le nombre varie en fonction de l'instrument) équipées d'étouffoirs qui neutralisent la vibration de cordes choisies à l'avance et permet ainsi d'obtenir des accords avec les autres cordes libres. On les met en action en appuyant sur des boutons et elles reviennent à leur emplacement initial grâce à un système de ressorts. Les noms des accords obtenus par ces barres sont inscrits avec la notation anglo-saxonne A B C D E F G (respectivement la si do ré mi fa sol) sur le boîtier. Les accords disponibles sont des accords mineurs, majeurs et de septième. Les modèles les plus courants possèdent un jeu de 12 accords et un nombre plus important pour les instruments plus élaborés. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Autoharpe

Avertisseur électromagnétique. Source : http://data.abuledu.org/URI/53024e33-avertisseur-electromagnetique

Avertisseur électromagnétique

Représentation vectorielle du fonctionnement d'un klaxon : A l'établissement du courant, celui-ci traverse le rupteur et passe dans l'électroaimant. Ceci crée un champ électromagnétique qui fait se déplacer le plongeur (les deux parties métalliques s'attirent). Le déplacement du plongeur ouvre le cicruit au niveau du rupteur. Celui ci se referme par attraction électrique et entraîne le plongeur avec lui, redémarrant un cycle. I-Première partie du mouvement (juste après la fermeture de l'interrupteur), II-Seconde partie du mouvement, a) Passage du courant, b) Pas de passage du courant, c) Champ électromagnetique, d) Mouvement dû à l'attraction, e) Mouvements secondaires.

Ballon d'eau chaude solaire. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cb5a0c-ballon-d-eau-chaude-solaire

Ballon d'eau chaude solaire

Chauffe-eau solaire : Énergie solaire A ; Envoi de l'eau chaude dans le ballon de stockage grâce à une petite pompe B (triangle dans un cercle). Le second serpentin C peut être utilisé pour une source complémentaire d'eau chaude. D = sortie de l'eau chaude. E = entrée de l'eau froide. Dans le réservoir d'eau chaude (ou ballon d'eau chaude) un volume d'eau est chauffé par le liquide caloporteur à travers un échangeur thermique, le serpentin de cuivre. Cet organe peut venir aussi en 2 parties : un échangeur de chaleur et un réservoir d'eau chaude, ceci peut permettre la réutilisation d'un cumulus. Un dispositif de chauffage d'appoint peut être intégré au réservoir, sous forme d'une résistance électrique ou de liaison à une chaudière à gaz, au fioul ou au bois. Il est utile lorsque l'énergie solaire ne suffit pas aux besoins. L'appoint peut être évité avec une plus grande installation pour pallier les creux ou en adaptant[réf. souhaitée] la façon dont on utilise l'eau chaude.

Bébé souriant. Source : http://data.abuledu.org/URI/47f50ce2-b-b-souriant

Bébé souriant

Un bébé souriant dans son couchage

Blason de Bidart. Source : http://data.abuledu.org/URI/5280189f-blason-de-bidart

Blason de Bidart

Céramique ornant un des murs de la mairie de Bidart portant les armes de la ville depuis 1958 : BIDARTEAN ZUZENA OHENA. Blasonnement : Parti, au premier, de sinople au rocher d'argent mouvant du flanc dextre sommé d’une tour d’or ajourée et enflammée de gueules ; au deuxième, de gueules au bateau d'or mouvant de face, la voile d'argent chargée d'une croix basque de sable, le tout des deux parties posé sur une mer d’argent ; à la vergette d'or brochant sur la partition accostée à chaque flanc de cinq billettes du même. Le blasonnement définitif fut adopté par le conseil municipal le 3 mars 1958 avec l'ajout d'ornements extérieurs : L’écu sommé de deux ondes d’argent dans lesquelles plonge un grand harpon de sable en pal, passant sous l’écu et le listel bordant en pointe cet écu. L'anneau du harpon en chef retenant un cordage d’or dont les entrelacs forment à dextre la lettre majuscule anglaise B contournée, puis passe sous l’écu pour former à senestre la même lettre B. Le cordage retenant le listel d’argent chargé de la devise basque « bidartean zuzena onena » (parmi les chemins, le plus droit est le meilleur).

Braconnage de bécasses des bois. Source : http://data.abuledu.org/URI/5134e979-braconnage-de-becasses-des-bois

Braconnage de bécasses des bois

On chassait ou braconnait autrefois la volontiers la bécasse de nuit, quand elle quitte les fourrés pour partir à la recherche de nourriture, notamment en Bretagne, illustration gravée par Yan Dargent pour les Annales forestières, « Chronique forestière », chapitre "Les oiseaux des forêts" ; année 1868, volume 7. Légende d'époque : Ces oiseaux de passage, dont les chasseurs font le plus grand cas, nous arrivent par un temps sombre, le plus souvent la nuit ; ils s'abattent dans les taillis ou les futaies, et préfèrent les bois où il y a beaucoup de terreau humide et de feuilles mortes ; ils s'y trouvent si bien cachés qu'il faut des chiens pour les faire lever. Ils quittent ces fourrés à rentrée de la nuit pour se répandre dans les clairières en suivant les sentiers. C’est là qu'on les prend facilement au lacet. En Bretagne, on leur fait la chasse d'une singulière façon. Deux hommes se réunissent pour s'embusquer dans les pâturages de la forêt, où, sous les bousards (bouses) de vache, les bécasses trouvent une ample moisson de vers. L'un porte une lanterne et une sorte d'épinette fixée à l’extrêmité d'un long manche ; l'autre une de ces sonnettes qu'on attache au cou des vaches. Les oiseaux se laissent ainsi approcher d'assez près pour les enserrer dans les mailles d'un filet. La bécasse est, comme dit Belon, « une moult grosse bête, » si elle se laisse prendre de la manière qu'il raconte et qu'il nomme folâtrerie. « Un homme couvert d'une cape couleur de feuilles sèches, marchant courbé sur deux courtes béquilles, s'approche doucement, s'arrêtant lorsque la bécasse le fixe, continuant d'aller lorsqu'elle recommence à errer jusqu'à ce qu'il la voie s'arrêter la tête basse ; alors frappant doucement de ses deux bâtons l'un contre l'autre, la bécasse s'y amusera et affolera tellement, que le chasseur l'approchera d'assez près pour lui passer un lacet au cou. » La chair de la bécasse, y compris les excréments, est une friandise pour ceux qui l'aiment. C'est le cas de rappeler le proverbe latin : Degustibus... non est disputandum. Source : Belon, Histoire de la nature des oiseaux, p. S7S /Paris, 1355, in-fol. Jean-Édouard Dargent dit Yan' Dargent (1824-1899) est un peintre et illustrateur français dont la majeure partie de l'œuvre picturale est consacrée à sa région natale, la Bretagne.

Buissons de tamarins des hauts. Source : http://data.abuledu.org/URI/521fa16e-buissons-de-tamarins-des-hauts-

Buissons de tamarins des hauts

Le Tamarin des Hauts (Acacia heterophylla), habituellement un arbre de 10 à 20 m de hauteur, est capable de pousser dans les fissures des dalles de lave à plus de 2,000 m d'altitude, mais il se développe alors en buisson.

Calcul de racine carrée au compas. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c50a31-calcul-de-racine-carree-au-compas

Calcul de racine carrée au compas

Construction au compas seul de la racine carrée du produit xy. Si A a pour abscisse x et B pour abscisse y, on construit les points A' et B' d'abscisses -x et -y Les cercles de diamètres [AB'] et [A'B] se coupent sur l'axe des ordonnées en un point d'ordonnée sqrt{xy} (propriété de la hauteur dans un triangle rectangle). Il est toujours possible de rabattre sqrt{xy} en abscisse par symétrie par rapport à la première bissectrice (constructible au compas).

Camion poubelle de petit gabarit. Source : http://data.abuledu.org/URI/56c89417-camion-poubelle-de-petit-gabarit

Camion poubelle de petit gabarit

Benne à ordures ménagères : camion poubelle à petit gabarit pour les ruelles du centre-ville dans le vieux Nice.

Campanile de la gare de Limoges. Source : http://data.abuledu.org/URI/54a82a40-campanile-de-la-gare-de-limoges

Campanile de la gare de Limoges

Campanile de la gare de Limoges. À l'angle des façades sud et ouest, se dresse le campanile haut de 67 mètres (ce qui en fait le plus haut édifice de Limoges) et comptant douze niveaux à partir du sol. Il est surmonté d'un dôme de cuivre surhaussé portant un vase de cinq mètres de haut muni d'un paratonnerre. L'horloge est graduée en chiffres romains, sauf le 4 : IIII et non pas IV (ceci afin de préserver l'harmonie esthétique de la pendule entre les chiffres 4 et 8 (VIII). Il fut un temps où les pendules affichaient volontairement deux minutes d'avance, ceci dans le but de presser les voyageurs. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gare_de_Limoges-B%C3%A9n%C3%A9dictins

Carte de règlementation climatique. Source : http://data.abuledu.org/URI/51cbfb62-carte-de-reglementation-climatique

Carte de règlementation climatique

Carte du coefficient de rigueur climatique du label BBC 2005 (Bâtiment Basse Consommation). Les zones climatiques sont les mêmes que la RT 2005. La réglementation thermique française a pour but de fixer une limite maximale à la consommation énergétique des bâtiments neufs pour le chauffage, la ventilation, la climatisation, la production d’eau chaude sanitaire et l'éclairage. La France est répartie en 8 zones climatiques, qui sont regroupées en trois zones hiver (période de chauffage) : H1, H2 et H3, et quatre zones d'été (période de non chauffage) : a, b, c et d. Le coefficient de rigueur climatique est fonction de la zone climatique de la RT 2005, variant de 0,8 (sur la Méditerranée) à 1,3 (Nord de la France). Ce coefficient est augmenté de 0,1, si l'altitude du bâtiment est comprise entre 400 et 800 mètres, et de 0,2 si l'altitude du bâtiment est supérieure à 800 mètres. Il est utilisé dans les labels BBC (Bâtiment de basse consommation) 2005, HPE (Haute performance énergétique) rénovation 2009 et BBC rénovation 2009.

Cessez l'feu. Source : http://data.abuledu.org/URI/553eb3e8-cessez-l-feu

Cessez l'feu

Utilisation d'un bâton-artifice par la compagnie Cessez L'Feu dans le cadre de son spectacle "Pyrotronic".

Champs de canne à sucre à La Réunion. Source : http://data.abuledu.org/URI/521a479e-champs-de-canne-a-sucre-a-la-reunion

Champs de canne à sucre à La Réunion

Champs de canne à sucre à La Réunion : petites propriétés au moment de la récolte. Dans les dernière décennies, les terres de canne à sucre, détenues jusqu'alors par les sociétés sucrières ont été redistribuées à des agriculteurs à travers une réforme foncière de première importance ayant fait référence. Petit à petit, les terres à canne exploitées en direct par les sociétés ou exploitées par des colons (en bail à colonat partiaire) sont devenues propriétés pour une exploitation en faire-valoir direct ou en bail à ferme. Les exploitations issues de cette réforme ont une taille moyenne à petite, de l'ordre de 5 ha.

Clematis mauritiana de La Réunion. Source : http://data.abuledu.org/URI/5227c86c-clematis-mauritiana-de-la-reunion

Clematis mauritiana de La Réunion

La Clématite de Maurice, ou liane arabique (Clematis mauritiana) au Pas des Sables (étage oligotherme), est une espèce de liane de la famille des renonculacées, endémique de la région floristique de Madagascar et des îles de l'océan Indien, naturellement présente sur les îles de Madagascar, de La Réunion et de Maurice. Bien que la plante eût déjà été collectée et répertoriée par Philibert Commerson et figurât dans son herbier, la première description officielle complète fut établie par Lamarck sur la base d'échantillons rapportés par Pierre Sonnerat et parut en 1786 dans le tome second de botanique de l'Encyclopédie méthodique. Les inflorescences, qui naissent à l'aisselle des feuilles, sont des cymes portées par de longs pédoncules. Elles comportent le plus souvent de 3 à 9 fleurs penchées, elles-mêmes portées par de longs pédicelles. Les pétales sont absents. Ce sont les sépales, généralement au nombre de quatre, qui en prennent l'apparence. Ils sont plus ou moins pileux, blancs à jaunâtres, souvent teintés de rose ou de pourpre à la face externe. Les étamines sont nombreuses et s'allongent après l'éclosion du bouton floral pour atteindre, longueurs du filet et de l'anthère cumulées, plus d'un centimètre. Les carpelles sont également nombreux, couverts de poils argentés.

Concorde : transfert de carburant. Source : http://data.abuledu.org/URI/50d5d8f7-concorde-transfert-de-carburant

Concorde : transfert de carburant

Le transfert de carburant : A : décollage, B : croisière, C : retour en subsonique. En plus de l’alimentation des réacteurs, le carburant remplit une autre fonction : il est utilisé pour le centrage. Après le passage du mur du son, l’équilibre aérodynamique est modifié, le centre de poussée recule. Pour compenser cet effet, le centre de gravité de l’appareil est déplacé vers l'arrière. Sur Concorde, la seule masse déplaçable est le carburant. Le transfert du carburant se fait de l’avant vers l’arrière pour le vol supersonique et le contraire pour le retour en subsonique comme sur le Dassault Mirage IV. Trois réservoirs situés dans le fuselage, deux à l’avant et un à l’arrière servaient principalement à cette fonction. Le transfert s’effectue par deux conduits dits « main gallery » entre les trois réservoirs. Pendant ces transferts, le déplacement du carburant est entendu en cabine. À Mach 0,93, transfert vers l’arrière du carburant, aux environs de Mach 1,2, début du transfert vers l’avant. Pendant l'avitaillement, la séquence de chargement du carburant permet de ne pas « poser » l’avion sur la roulette de queue. Une table des volumes des réservoirs permet de connaître la répartition du carburant. Sur cet avion, le carburant est également utilisé pour le refroidissement de l’air de conditionnement de la cabine.

Conservation de viande dans un tonneau. Source : http://data.abuledu.org/URI/51dbee9f-conservation-de-viande-dans-un-tonneau

Conservation de viande dans un tonneau

Parmi les procédés signalés dans ces derniers temps, nous mentionnerons l'emploi de l'acide phénique, cet agent antiseptique dont les usages se sont rapidement multipliés. On prend un tonneau, et on le remplit de couches alternatives de la viande crue à conserver et de charbon concassé imbibé d'une solution d'acide phénique au millième. Notre figure représente la disposition de l'appareil : les couches de viandes A, A', A", sont séparées par des couches de charbon phéniqué B, B', B". Dans ce mode d'emballage, il est indispensable d'envelopper préalablement les morceaux de viande d'une toile légère qui les préserve du contact du charbon pulvérisé. Dans ces conditions, si le baril a été hermétiquement rempli de viande et de charbon phéniqué, la conservation sera au moins de la durée d'une année entière. Source : Édouard Charton (dir.), Le magasin pittoresque, 40e année, Paris, 1872, 412 p., p. 56..

Construction d'un parallélogramme au compas. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c4f939-construction-d-un-parallelogramme-au-compas

Construction d'un parallélogramme au compas

Construction au compas seul du quatrième point d'un parallélogramme : Les points A, B et C étant donnés, le quatrième point D du parallélogramme ABCD est le point d'intersection du cercle de centre A et de rayon BC et du cercle de centre C et de rayon BA non situé dans le demi-plan de frontière (CA) contenant B.

Construction du milieu d'un arc au compas. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c5066b-construction-du-milieu-d-un-arc-au-compas

Construction du milieu d'un arc au compas

Construction au compas seul du milieu d'un arc : OABC est un parallélogramme de la forme OA=OB, I est le milieu de l'arc AB de centre O, D est le point de la demi-droite [OI) telle que CA=CD, alors OD=CI. En effet, CD^2=CA^2=2CO^2+OA^2. Ensuite il suffit d'appliquer le théorème de Pythagore dans les deux triangles rectangle COI et COD : CI^2=CO^2+OI^2=CO^2+OA^2, OD^2=CD^2-CO^2=CO^2+OA^2. Or cette figure est réalisable au compas seul et permet donc de placer le point I. Si l'on suppose donnés le point O et l'arc AB, on construit le point C intersection du cercle de centre B et passant par A avec le cercle de centre O et de rayon AB. On construit de même le point C' intersection du cercle de centre A passant par O et du cercle de centre O et de rayon AB. Le point D est à l'intersection des cercles de centre C et C' et passant par A et B. Le point I est à l'intersection des cercles de centre C et C' et de rayon OD.

Correspondances heures et angles. Source : http://data.abuledu.org/URI/50dda555-correspondances-heures-et-angles

Correspondances heures et angles

Douze angles définis modulo 360 degrés correspondent à des temps, définis modulo 12 heures. Par exemple, une aiguille d’horloge a une seule position numérotée zéro ou vingt-quatre, parce que 0 = 24 modulo 12. Cette position correspond à 90 ou –270 degrés modulo 360 degrés. Ainsi nous identifions direction et sens d’une demi-droite ou d’un vecteur en coordonnées polaires, ou l’angle d’une rotation donnée, ou l’argument d’un nombre complexe donné. Le dessin sur le cadran de l’horloge évoque des progressions arithmétiques de raisons 5 ou 7 modulo 12. Par exemple, en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre à partir de 1, nous passons par les termes : 1, 6, 11, 4, 9, 2, 7, 12, 5, 10, 3, 8. Cette suite correspond à une progression de raison arithmétique 210 degrés modulo 360 degrés. Si les douze positions d’une aiguille d’horloge sont numérotées dans l’ensemble P de douze éléments, de 1 à 12 modulo 12, et si l’ensemble A est constitué des angles indiqués dans l’image, une bijection B de P sur A peut être définie par B( t ) = 90 – 30 t. Par exemple, B( 12 ) = 90 – 30 × 12 = 90 degrés modulo 360 degrés. L'arithmétique modulaire est un système arithmétique d'entiers modifiés, où les nombres sont « abaissés » lorsqu'ils atteignent une certaine valeur. Donnons comme exemple, l'« arithmétique de l'horloge » qui se réfère à l'« addition » des heures indiquées par la petite aiguille d'une horloge : concrètement, si nous commençons à 9 heures et ajoutons 4 heures, alors plutôt que de terminer à 13 heures (comme dans l'addition normale), nous sommes à 1 heure. De la même manière, si nous commençons à minuit et nous attendons 7 heures trois fois de suite, nous nous retrouvons à 9 heures (au lieu de 21). Fondamentalement, quand nous atteignons 12, nous recommençons à zéro ; nous travaillons modulo 12. Pour reprendre l'exemple précédent, on dit que 9 et 21 sont congrus modulo 12. Les nombres 9 ; 21 ; 33 ; 45 ; etc. sont considérés comme égaux lorsqu'on travaille modulo 12. Pour généraliser, nous pouvons facilement imaginer une horloge qui contient un nombre arbitraire d'heures, et faire des calculs avec un nouveau modulo.

Cuisson de la sauce Béchamel. Source : http://data.abuledu.org/URI/549842af-cuisson-de-la-sauce-bechamel

Cuisson de la sauce Béchamel

Cuisson de la sauce Béchamel dans une marmite.

Diagrame de Minkowski, dilatation temporelle. Source : http://data.abuledu.org/URI/50ad7fd2-diagrame-de-minkowski-dilatation-temporelle

Diagrame de Minkowski, dilatation temporelle

Dilatation temporelle : les deux observateurs considèrent que le temps passe plus lentement dans l'autre référentiel. Selon la théorie de la relativité restreinte, une horloge animée d'une certaine vitesse par rapport à un référentiel qualifié de fixe sera observée comme battant le temps à un rythme plus lent que celui des horloges de ce référentiel. Cette constatation est réciproque, c'est-à-dire que l'horloge dans le repère "fixe" sera également observée comme plus lente que celles du référentiel en mouvement, à partir de ce dernier référentiel, ce qui semble à première vue paradoxal. Ceci peut être visualisé avec un diagramme de Minkowski. Pour un observateur en A, le temps "simultané" de l'autre référentiel est le temps en B qui est inférieur à A. L'observateur en A peut donc logiquement conclure que le temps se passe plus lentement dans l'autre référentiel. Réciproquement, pour un observateur en B, le temps « simultané » de l'autre référentiel est en C, qui est inférieur à B, et observe également un ralentissement du temps dans l'autre référentiel.

Dieu nain égyptien. Source : http://data.abuledu.org/URI/532d9078-bes-le-dieu-nain-egyptien

Dieu nain égyptien

Colonne-statue, temple de Dendérah : Bès est dans la mythologie égyptienne le dieu du foyer mais a également d'autres attributs secondaires. Bès est un dieu originaire du Soudan qui s'est implanté en Égypte sous la XIIe dynastie. En dépit de son physique peu engageant, il acquiert une grande popularité grâce à sa jovialité. Ce dieu est généralement associé au dieu guerrier Aha et est souvent associé à la déesse Hathor. Les amulettes à son effigie ont une fonction apotropaïque. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A8s.

Dôme polychrome à Londres. Source : http://data.abuledu.org/URI/54cff544-dome-polychrome-a-londres

Dôme polychrome à Londres

Dôme polychrome de la salle centrale des Barry Rooms, dans le musée de la National Gallery de Londres. La National Gallery fut fondée en 1824 et possède une collection de plus de 2300 peintures peintes entre le milieu du XIIIe siècle et 1900. Le bâtiment actuel, situé sur la place de Trafalgar Square, est le troisième à accueillir la collection et fut conçu par William Wilkins entre 1832 et 1838. Les Barry Rooms sont plus tardives, entre 1872 et 1876, et portent le nom de l'architecte qui les a dessinées, Edward Middleton Barry. La coupole surplombe la salle n° 36 et est de style néo-Renaissance.

Epipactis à large feuilles et Listère à feuilles ovales. Source : http://data.abuledu.org/URI/5063ffde-epipactis-a-large-feuilles-et-listere-a-feuilles-ovales

Epipactis à large feuilles et Listère à feuilles ovales

Planche botanique de l'Atlas des Plantes de France, 1891 présentant deux orchidées. A- L'épipactis à larges feuilles, (Epipactis helleborine subsp. helleborine), est une plante herbacée vivace de la famille des Orchidacées que l'on rencontre en forêt ou spontanément dans les parcs et jardins des villes et campagnes. Les pollinisateurs confirmés sont des fourmis, mouches, coléoptères (Cantharis rustica...), des bourdons et des guêpes (Vespula vulgaris, Dolichovespula sylvestris...). La plante produit du nectar facilement accessible aux visiteurs en tout genre, son hypochile nectarifère ayant une forme de coupe. Aire de répartition : eurasiatique, se répand dans le quart nord-est des États-Unis depuis 150 ans. Espèce courante en France, sauf dans les départements du Finistère, du Gers et des Landes. B- Listère à feuilles ovales (Listera ovata), Orchidacée terrestre européenne.

Extraction du soufre par distillation. Source : http://data.abuledu.org/URI/591ab133-extraction-du-soufre-par-distillation

Extraction du soufre par distillation

Extraction du soufre par distillation, "Leçons élémentaires de chimie" (B.Bussard, H.Dubois) 1906 page 93 : V) vases dans lesquels on place le minerai, B) vases de condensation, S) vase dans lequel s'écoule le soufre fondu par la tubulure.

Fabrication d'une feuille de papier en 1906. Source : http://data.abuledu.org/URI/53caa703-fabrication-d-une-feuille-de-papier-en-1906

Fabrication d'une feuille de papier en 1906

Fabrication du papier, "Leçons élémentaires de chimie" (B.Bussard, H.Dubois) 1906, fig. 97. Dans un premier temps, on a utilisé un cadre de bois recouvert d’un tamis d’abord végétal et non fixé (c’est toujours le cas en Orient) puis métallique à partir de 1275 en Italie. Cet ensemble s’appelle une forme et sert à puiser la pâte dans une cuve où elle a été diluée en fonction du grammage du papier à fabriquer. Après égouttage, on peut transférer la feuille sur un feutre. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Papier

Fabrication de Noir de fumée. Source : http://data.abuledu.org/URI/513af8ac-fabrication-de-noir-de-fumee

Fabrication de Noir de fumée

Fabrication industrielle du noir de fumée, image scannée dans : "Leçons élémentaires de chimie" (B.Bussard, H.Dubois) 1906 page 39. « Dans l’industrie, on prépare le noir de fumée en brûlant des résines dans un espace restreint. La fumée épaisse qui se dégage passe dans une vaste chambre cylindrique tendue de toile, et dont le toit, de forme conique présente une ouverture pour la sortie des gaz dus à la combustion. Le noir de fumée se dépose sur les toiles et on le fait tomber au moyen d’un cône mobile engagé dans la toiture et dont le bord inférieur s’applique exactement contre la paroi de la chambre. »

Fabrication du noir de fumée en 1906. Source : http://data.abuledu.org/URI/53caa5cb-fabrication-du-noir-de-fumee-en-1906

Fabrication du noir de fumée en 1906

Fabrication du noir de fumée, "Leçons élémentaires de chimie" (B.Bussard, H.Dubois) 1906 page 39 : Dans l’industrie, on prépare le noir de fumée en brûlant des résines dans un espace restreint. La fumée épaisse qui se dégage passe dans une vaste chambre cylindrique tendue de toile, et dont le toit, de forme conique présente une ouverture pour la sortie des gaz dus à la combustion. Le noir de fumée se dépose sur les toiles et on le fait tomber au moyen d’un cône mobile engagé dans la toiture et dont le bord inférieur s’applique exactement contre la paroi de la chambre. (p.38-40)

Ferme coloniale en Australie. Source : http://data.abuledu.org/URI/51fa07d8-ferme-coloniale-en-australie

Ferme coloniale en Australie

Ferme coloniale en Australie dans le parc national de Scheyville.

Gentiane jaune en montagne. Source : http://data.abuledu.org/URI/505cb0ff-gentiane-jaune-en-montagne

Gentiane jaune en montagne

Photographie de gentiane jaune (Gentiana lutea) dans les Monts du Cantal ; à l'arrière-plan, le Puy Mary.

Grain en arc vu au radar. Source : http://data.abuledu.org/URI/52340714-grain-en-arc-vu-au-radar

Grain en arc vu au radar

Évolution typique d'un grain en arc vu au radar : (a) Supercellule, (b) Ligne de grains, (c) Grain en arc, (d) Rotation engendrée dans les bouts. Les lignes tiretées indiquent l'axe des rafales maximales et les flèches la direction des vents par rapport à la ligne d'orages. Un grain en arc résulte de l'étalement d'une goutte froide qui se forme à l'avant d'un orage ou d'une ligne d'orages quand l'air des niveaux moyens et la précipitation en descendent. Lorsque le cisaillement des vents est de modéré à fort dans les bas niveaux de l'atmosphère et que la direction de ce changement est linéaire, la goutte s'étale en arc. Le soulèvement sur le devant de la goutte cause la reformation d'orages qui s'aligneront en arc. Le grain orageux ainsi généré aura quelques kilomètres d'épaisseur et de 20 à 200 km de long, en général moins long qu'une ligne de grains rectiligne. Sa durée de vie sera de 3 à 6 heures et en général causera des dégâts importants sur son trajet, car le courant-jet des niveaux moyens qui descend le long du front de rafales se trouve concentré. Un grain en arc peut se transformer en Derecho si les conditions sont favorables.

Habitation de Champlain à Quebec. Source : http://data.abuledu.org/URI/511530ec-habitation-de-champlain-a-quebec

Habitation de Champlain à Quebec

Habitation de Québec : A) Le magazin. B) Colombier. C) Corps de logis où sont nos armes, & pour loger les ouvriers. D) Autre corps de logis pour les ouvriers. E) Cadran. F) Autre corps de logis où est la forge, & artisans logés. G) Galeries tout au tour des logemens. H) Logis de sieur de Champlain. I) La porte de l'habitation, où il y a pont-levis. L) Promenoir autour de l'habitation concernant 10 pieds de large jusques sur le bort du fossé. M) Fossés tout autour de l'habitation. N) Plattes formes, en façon de tenaille pour mettre le canon. O) Jardin du sieur de Champlain. Q) Place devant l'habitation sur le bort de la rivière. R) La grande rivière de sainct Lorens. vers 1608. Source : "The works of Samuel de Champlain in six volumes", Toronto, The Champlain Society, 1925, reprinted 1971 by University of Toronto press, volume II, p. 39. Samuel Champlain fonde Québec en 1608, mandaté par Pierre Dugua de Mons, « là où le fleuve se rétrécit », selon l'appellation algonquienne, et il en fait la capitale de la Nouvelle-France aussi dite le « Canada ». Québec sera, jusqu'aujourd'hui, le premier lieu habité à l'année de façon continue par des Français et leurs descendants, en Amérique du Nord. Champlain remonte aussi le fleuve en 1615 jusqu'au-delà du Sault Saint-Louis (rapides de Lachine), à la baie Georgienne (partie ouest du lac Huron) et navigue sur les eaux de la rivière Richelieu jusqu'à ce qui est aujourd'hui le lac Champlain. Tout au long de son périple en Nouvelle-France, il établit notamment avec les Innus-Montagnais, les Algonquins et les Hurons-Wendats, d'excellentes relations diplomatiques et commerciales, et agit, d'office (non en titre), comme premier gouverneur de la Nouvelle-France. Cependant, les colons européens apportent de nombreuses maladies qui, par les routes commerciales, se propagent rapidement au sein des populations autochtones, faisant des ravages parmi celles-ci. Les colons français, arrivant souvent très malades dans des bateaux qui ne sont pas très sains, sont sauvés par les remèdes amérindiens. Ainsi, pour soigner le scorbut, les Iroquoiens du Saint-Laurent proposent à Cartier des décoctions d'écorce de cèdre blanc, appelé annedda.

Héron garde-boeufs. Source : http://data.abuledu.org/URI/5543cd8f-heron-garde-boeufs

Héron garde-boeufs

Héron garde-boeufs Bubulcus ibis), Henry Doorly Zoo, Omaha, Nebraska. Le Héron garde-bœufs est un oiseau trapu de 88 à 96 cm d'envergure, de 46 à 56 cm de longueur et pesant entre 270 et 512 g. Il a un cou relativement court et épais, un bec robuste et une posture voûtée car il rentre son cou dans les épaules. Le positionnement des yeux lui permet d'avoir une vision binoculaire pendant qu'il mange et des études physiologiques suggèrent que cette espèce peut être en mesure d'avoir une activité crépusculaire ou nocturne. Adaptée à la recherche de nourriture sur le sol, elle a perdu la capacité possédée par ses parents des zones humides de corriger avec précision la réfraction de la lumière sur l'eau. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9ron_garde-b%C5%93ufs

La danse des trolls dans Peer Gynt. Source : http://data.abuledu.org/URI/51a2921b-la-danse-des-trolls-dans-peer-gynt

La danse des trolls dans Peer Gynt

La danse des trolls. Peer Gynt, poème dramatique de Henrik Ibsen (1828-1906), illustré par Arthur Rackham (1867-1939), publié en 1936 par J. B. Lippincott à Philadelphie. Source : openlibrary.

La lettre B dans un coeur. Source : http://data.abuledu.org/URI/5330c417-la-lettre-b-dans-un-coeur

La lettre B dans un coeur

La lettre B dans un coeur.

Les 5 Piliers de la 3ème Révolution industrielle selon J. Rifkin. Source : http://data.abuledu.org/URI/50cb2cd4-les-5-piliers-de-la-3eme-revolution-industrielle-selon-j-rifkin

Les 5 Piliers de la 3ème Révolution industrielle selon J. Rifkin

Les 5 piliers nécessaires à la troisième révolution industrielle telle que présentée dans le projet de Jeremy Rifkin. Pour lui ces 5 piliers sont également indispensables et doivent être mis en œuvre ensemble. Un défaillance ou un retard de l'un des piliers empêcherait le développement des autres. L’expression « troisième révolution industrielle » (TRI), popularisée par Jeremy Rifkin désigne une nouvelle révolution industrielle et économique, peut-être déjà entamée. Elle est fondée sur une production d'énergie non plus « centralisée », mais « distribuée », l'énergie circulant dans le réseau de manière « intelligente », un peu comme l'information circule dans l'Internet. Des prospectivistes tels que J. Rifkin la jugent nécessaire et urgente pour notamment répondre à la diminution de la production de pétrole et pour une transition vers un développement plus soutenable nécessitant une « économie décarbonée » (produisant moins de gaz à effet de serre). L'enjeu est aussi la survie des écosystèmes et donc de l'humanité qui en dépend et Rifkin ne voit pas de « Plan B ». Elle a été récemment rendue possible par les progrès des Nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) mais reste à mettre en œuvre. En 2007, le Parlement européen a officiellement adopté cette vision. Ces 5 piliers sont : 1) La transition d'un régime d'énergies carbonées ou nucléaire vers les énergies renouvelables. 2) Reconfigurer les infrastructures et bâtiments (180 millions de bâtiments rien qu'en Europe) en mini-centrales électriques collectant in situ des énergies renouvelables ; au profit d’une production décentralisée d’énergies, proche des endroits où on en a besoin. 3) « installer dans chaque bâtiment et dans toute infrastructure de la société des technologies de l'hydrogène et d'autres moyens de stockage pour conserver l'énergie renouvelable intermittente et garantir la satisfaction de la demande par une offre fiable et continue d'électricité verte ». 4) le développement de "Smart grids" et "intergrids" grâce à une technologie inspirée d’Internet connectant les réseaux énergétiques et électriques (devenus bi-directionnels) en un réseau unique et intelligent. Le réseau électrique sera son propre réseau informationnel. Ceci implique que toutes les mini-centrales de productions d'énergie soient équipés d'un module électronique dans un esprit d'interopérabilité. 5) la transition des flottes de transport vers des véhicules hybrides ou à pile à combustible, pour tous les véhicules motorisés, chaque véhicule pouvant acheter et vendre de l'électricité en se connectant au réseau Smart grid. Ce réseau est continental et marin (hydrogène ou électricité produits par les éoliennes offshore eténergies marines. Il est ouvert et interactif ; chaque batterie ou réservoir d’hydrogène de véhicule ou navire y joue aussi potentiellement : 1) un rôle de réservoir « tampon » du réseau, et 2) un rôle de transporteur d'énergie. Tout véhicule connectable peut - selon les moments - prélever de l'énergie dans le réseau, ou lui en fournir (à partir de ses réserves inutilisées et/ou à partir de modules photovoltaïques.

Machine électrique de Holtz. Source : http://data.abuledu.org/URI/50c27d57-machine-electrique-de-holtz

Machine électrique de Holtz

Machine électrique de Holtz, dite machine à influence. Source : Bibliothèque des merveilles - Forces Physiques. Entre 1864 et 1880, W. T. B. Holtz a construit et a décrit un grand nombre de machines à influence considérées comme les plus avancées de l'époque. La machine de Holtz est composée d'un disque de verre monté sur un axe horizontal fait pour tourner à une vitesse considérable par démultiplication. Un autre disque, immobile, porte des échancrures dans lesquelles passent de petites pattes conductrices qui permettent aux inducteurs de se décharger.

Meule à charbon de bois en 1906. Source : http://data.abuledu.org/URI/53caa493-meule-a-charbon-de-bois-en-1906

Meule à charbon de bois en 1906

Meule pour la production de charbon de bois, "Leçons élémentaires de chimie" (B.Bussard, H.Dubois) 1906 page 37. Pour construire une meule ou charbonnière, il fallait utiliser entre 10 à 50 tonnes de bois, provenant essentiellement du hêtre et du chêne blanc ou verta. Leurs troncs étaient étagés autour d'une cheminée centrale et cette demi-sphère recouverte de terre humide et de feuillage pour en assurer l'étanchéité. La combustion était maîtrisée par le charbonnier grâce au percement de "trous d'évent" dans le revêtement terreux. Au bout de quelques jours avait lieu le défournement, cinq tonnes de bois avaient fourni une tonne de charbon. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Ventoux

Murviel-lès-Béziers. Source : http://data.abuledu.org/URI/54d293a4-murviel-les-beziers

Murviel-lès-Béziers

Murviel-lès-Béziers, Hérault. La commune se trouve à 15 km de Béziers dans la vallée de l'Orb. Elle est dominée par le Pech Bellet qui culmine à 157 m. Murviel est un village construit sur le plan d'une circulade. Château féodal, avec une grande terrasse dominant le vieux village. La mairie y est installée depuis 1861

Navire frigorifique. Source : http://data.abuledu.org/URI/527583b9-navire-frigorifique-

Navire frigorifique

Illustration d'un navire frigorifique, dans Antonin Rolet, Les conserves de légumes de viandes des produits de la basse-cour et de la laiterie, J.-B. Baillère et fils, Paris, 1913.

Niveaux trophiques en Atlantique nord. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b7e5d7-niveaux-trophiques-en-atlantique-nord

Niveaux trophiques en Atlantique nord

Tendance à la réduction du niveau trophique moyen dans les pêcheries de l'Atlantique nord et des zones côtières (poisson débarqué, sachant qu'une partie a été jetée en mer) pour la période 1950–2000, à partir d'un calcul basé sur l'aggrégation de données venant de 180 000 cellules d'un demi-degré de côté (latitude/longitude) (Méthode d'aggrégation de Watson et al, 2004). La validité statistique est forte et on peut remarquer un déclin beaucoup plus rapide (mai plus tardivement entamé ?) dans l'Atlantique Nord. Atelier Graphique de Wikimedia Commons, d'après Pauly D. and Watson R., (2005), « Background and interpretation of the ‘Marine Trophic Index’ as a measure of biodiversity », Philosophical Transactions of the Royal Society B., n°360, pp. 415-423.

Noble rhubarbe. Source : http://data.abuledu.org/URI/50a81b86-noble-rhubarbe

Noble rhubarbe

La noble rhubarbe ou rhubarbe du Sikkim (Rheum nobile) est une plante herbacée géante de la famille des Polygonaceae. Elle est originaire de l'Himalaya, on la trouve dans le nord-est de l'Afghanistan, au nord du Pakistan et de l'Inde, au Népal, au Sikkim (en Inde), au Bhoutan, au Tibet et au Myanmar, localisée dans l'étage alpin entre 4 000 à 4 800 m d'altitude. C'est une espèce extraordinaire de rhubarbe (genre Rheum). De ses 1 à 2 m de hauteur, Rheum nobile culmine au-dessus de tous les buissons et les herbes courtes dans son habitat, et elle est visible à plus d'un kilomètre. Rheum nobile est souvent appelée par les anglophones "glasshouse plant" = plante de serre, à cause de sa rangée externe de bractées translucides qui laisse passer la lumière visible, créant un effet de serre, mais arrêtant les rayons ultraviolets. Ceci constitue une importante défense contre l'augmentation de l'exposition aux UV-B et le froid extrême dû à l'altitude élevée de sa distribution.

Noisetier. Source : http://data.abuledu.org/URI/50649bc6-noisetier

Noisetier

Planche botanique de l'Atlas des Plantes de Fance, 1891. Le noisetier était anciennement appelé le coudrier (Corylus avellana). Corylus signifie « casque » en latin en référence à la forme de ses cupules (bractées) membraneuses et frangées qui entourent la noisette. Le noisetier serait une des rares espèces de l'ère secondaire (- 70 millions d'années) à avoir survécu jusqu'à nos jours. De tout temps le coudrier apparaît dans la littérature si l'on s'en réfère notamment à Virgile : il est dit dans les Bucoliques que les coudriers et les fleuves ont été témoins de la douleur des nymphes occasionnée par la mort de Daphnis. Par ailleurs, dans Tristan et Iseut, l'amour existe à la seule condition que le coudrier puisse s'enlacer au chèvrefeuille. Dans le cas contraire, les deux dépérissent. Le coudrier a toujours été source d'histoires magiques. Il était utilisé pour des incantations par les druides. Il a aussi été utilisé par les sourciers et les chercheurs d'or. Selon la légende le noisetier était utilisé par les sorcières pour fabriquer leur balai... La noisette, est un des oléagineux parmi les plus riches en omega 3 (contre le mauvais cholestérol). Elle est aussi très riche en vitamine E (contre le vieillissement cellulaire), en fibres (contre le cancer du côlon), en cuivre (contre les rhumatismes et les maladies infectieuses), en fer (contre l'anémie), en magnésium (contre le stress), en phosphore (contre la fatigue intellectuelle) et en vitamine B. Les écorces et les feuilles ont des propriétés astringentes et antidiarrhéiques. L'huile sert de vermifuge pour les enfants. Casse-noisette (en russe : Щелкунчик ; Chtchelkountchik) est un ballet-féerie Tchaïkovski ; Le livret d'Ivan Vsevolojski et Marius Petipa s'inspire de la version d'Alexandre Dumas d'un conte d'Ernst Theodor Amadeus Hoffmann : Nußknacker und Mausekönig (Casse-noisette et le Roi des souris).

Objet transitionnel. Source : http://data.abuledu.org/URI/5295110e-objet-transitionnel

Objet transitionnel

Objet transitionnel, utilisant des cliparts dans le domaine public : [1] (Lumen Design Studio), [2] (Gerald G.) et Image:Niemowle.JPG (Aleksandra Pospiech) comme modèle. Légende : (a) mère, (b) enfant, (1) illusion, (2) objet transitionnel.

Oiseau blanc de La Réunion. Source : http://data.abuledu.org/URI/521bf339-oiseau-blanc-de-la-reunion

Oiseau blanc de La Réunion

Oiseau blanc (Zosterops borbonicus) près du Col des Boeufs, à La Réunion. Parfois appelé oiseau-lunettes gris ou Zoizo blanc, est une espèce de petits passereaux de la famille des Zosteropidae. Il est endémique de l'île de la Réunion. Il possède également un croupion blanc caractéristique. Il est très mobile, bruyant et se déplace toujours en groupe (de 6 à 20 individus). C'est un oiseau très social, chez qui les agressions sont rares, même à proximité des nids. Il est fréquent de voir ces oiseaux s’épouiller mutuellement et il peut arriver que le nourrissage des poussins se fasse de manière coopérative. Il se reproduit pendant l’été austral, et la femelle pond 2 à 4 œufs dans un nid en forme de coupe. Son régime alimentaire est constitué essentiellement d’insectes et de fruits, mais également de certaines fleurs. L'oiseau blanc est d'ailleurs le seul pollinisateur connu d'une orchidée endémique: Angraecum striatum (Orchidaceae).