Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Dessins et plans | Peinture | Gravure | Géographie | Dix-neuvième siècle | Histoire | Parasols | Caricatures et dessins humoristiques | Dix-huitième siècle | Blason (héraldique) | Animaux fantastiques | Cartes à jouer | Jeux mathématiques | As (cartes à jouer) | Cartographes | Sébastien Le Prestre Vauban (marquis de, 1633-1707) | Richesse | Monuments historiques | Treizième siècle | ...
Affiche pour Le Roi Carotte. Source : http://data.abuledu.org/URI/50f2230c-affiche-pour-le-roi-carotte

Affiche pour Le Roi Carotte

Affiche de 1892 pour la production du "Roi Carotte" de Victorien Sardou et Jacques Offenbach, par Henri Meyer (1844-1899). Le Roi Carotte est un opéra-bouffe-féerie 4 actes et 19 tableaux de Jacques Offenbach, livret de Victorien Sardou, créé au théâtre de la Gaîté le 15 janvier 1872. Il existe une édition opérette-féerie en 3 actes et 11 tableaux.

Affiche publicitaire des Biscuits de Beukelaer. Source : http://data.abuledu.org/URI/52a08d76-affiche-publicitaire-des-biscuits-de-beukelaer

Affiche publicitaire des Biscuits de Beukelaer

Affiche publicitaire des Biscuits de Beukelaer, par Henri Privat-Livemont (1861-1936). Eduard Jacobus De Beuckelaer (1843-1919) est un industriel belge, fondateur et dirigeant de la biscuiterie/chocolaterie du même nom. Vers 1869, De Beukelaer démarra la production de biscuits sur des terrains achetés au zoo d'Anvers, près de la gare centrale. Il apprit des anglais comment fabriquer des biscuits gardant leur fraicheur. Il développa le fameux Prince Fourré en l'honneur du futur roi Léopold II, le Petit-Beurre et le Cent Wafer entre autres. Il commença aussi à fabriquer des barres de chocolat, des caramels, des toffees, du spéculoos.

Allégorie de l'Hiver. Source : http://data.abuledu.org/URI/513ef872-allegorie-de-l-hiver

Allégorie de l'Hiver

L'hiver, sculpture attribuée à Pierre Le Gros l'ainé (Musée du Louvre). Pierre Le Gros (1629-1714) est un sculpteur royal français, connu pour la réalisation de plusieurs sculptures destinées au château de Versailles, principalement d'après des dessins de Charles Le Brun ou en collaboration avec le fondeur Balthazar Keller. Le Gros, faisait partie des sculpteurs attachés aux Bâtiments du Roi. Son fils Pierre Le Gros le jeune fut également sculpteur et fit carrière à Rome. Une allégorie en représentation picturale (peinture et sculpture pour l'essentiel) emploie une figure humaine et quelquefois animale ou hybride (lion, dragon, centaure) pour représenter une idée ou une institution. Une action et des attributs donnent des indications sur le sens de l'ouvrage, ici le manteau.

Armoiries du Cambodge. Source : http://data.abuledu.org/URI/53793200-armoiries-du-cambodge

Armoiries du Cambodge

Armoiries du Cambodge depuis 1993. Les armes royales du Cambodge sont composées de deux coupes, superposées l'une sur l'autre ; sur la plus haute, placée horizontalement, une épée sacrée surmontée par la version cambodgienne du symbole Om̐. Aux côtés des coupes, on peut voir deux rameaux de laurier qui sont utilisés derrière une représentation de la plaque de l'Ordre Royal du Cambodge. Derrière figure un manteau royal. Dans la partie supérieure du blason, on peut voir la couronne royale du Cambodge, avec un rayon de lumière sur elle. Le blason est flanqué de deux animaux mythiques : à droite, un gajasinha, un lion (singha) avec la trompe d'un éléphant (gaja) ; et à gauche, un singha, qui est un autre lion mythologique. Chacun de ces animaux porte un parasol à cinq niveaux. Dans la partie inférieure, sur une ceinture, on peut lire la devise nationale écrite en cambodgien : ព្រះចៅក្រុងកម្ពុជា = Roi du Royaume du Cambodge. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Armoiries_du_Cambodge

Armoiries du Canada. Source : http://data.abuledu.org/URI/5379a4a2-armoiries-du-canada

Armoiries du Canada

Les armoiries du Canada furent ordonnées par le roi George V le 21 novembre 1921 et modifiées deux fois dans le cours du 20e siècle. Elles sont inspirées des armoiries du Royaume-Uni. L'écu est divisé en cinq champs. Le premier, en haut et à dextre (à gauche de l'observateur), porte les trois léopards d'Angleterre ; le deuxième porte le lion et le trescheur écossais ; et le troisième la harpe d'Irlande. Le quatrième quartier d'azur porte les trois fleurs de lys d'or, de l'écu de France. Le cinquième champ occupe la champagne c'est-à-dire la fasce d'en bas : une tige de trois feuilles d'érable rouge. Le ruban porte la devise "Desiderantes meliorem patriam"= Désireux d'une patrie meilleure. Heaume royal, soit un casque en or barrée, montré de face. Il est entouré d'un lambrequin rouge et blanc, les couleurs officielles du Canada. Le cimier est formé d'un lion d'or couronné qui porte une feuille d'érable dans sa patte droite. Le lion de l'Angleterre et la licorne enchaînée de l'Écosse tiennent l'écu ; chaque support tient aussi une lance, l'une avec un Union Flag et l'autre une bannière royale de France (d'azur aux trois fleurs de lis d'or). La devise du Canada est "A mari usque ad mare" = (Tu règneras) D'un océan à l'autre. Sous l'écu et la devise se trouvent une guirlande de roses, de chardons, des trèfles et des lys, représentant respectivement l'Angleterre, l'Écosse, l'Irlande et la France. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Armoiries_du_Canada Au-dessus du lion, la Couronne de saint Édouard, représente la monarchie.

As de carreau. Source : http://data.abuledu.org/URI/53b664a9-as-de-carreau

As de carreau

L'as de carreau a pour valeur l'as et pour enseigne le carreau. En abrégé, il est noté "1♦", plus rarement "A♦" comme ici. De façon générale, l'as de carreau peut être la plus forte carte des carreaux, suivant immédiatement le roi de carreau, ou la plus petite, précédant le deux de carreau. L'élément principal de la carte est un losange, situé en son centre, indiquant à la fois sa valeur et son enseigne. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/As_de_carreau

As de trèfle. Source : http://data.abuledu.org/URI/53b65dce-as-de-trefle

As de trèfle

Schéma d'un as de trèfle. La carte ne présente ici aucune décoration particulière ; elle comporte deux index dans les coins supérieur gauche et inférieur droit, la valeur étant indiquée par "1" au lieu d'un "A". L'as de trèfle a pour valeur l'as et pour enseigne le trèfle. En abrégé, il est noté "1♣", plus rarement "A♣". Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/As_de_tr%C3%A8fle L'as de trèfle fait partie des jeux de cartes occidentaux traditionnels. En particulier, on la retrouve dans les jeux de 32 cartes, de 52 cartes et de tarot. De façon générale, l'as de trèfle peut être la plus forte carte des trèfles, suivant immédiatement le roi de trèfle, ou la plus petite, précédant le deux de trèfle.

Assignat de 15 sols. Source : http://data.abuledu.org/URI/50fd48db-assignat-de-15-sols

Assignat de 15 sols

"Loi du 4 janvier 1792 - La nation, la loi, le roi. L'an quatrième de la liberté. Domaines nationaux : Assignat de quinze sols payable au porteur. La loi punit de mort le contrefacteur. La nation récompense le dénonciateur." Dimensions : 7,9 cm × 6,8 cm. L'assignat était une monnaie sous la Révolution française. Avec le Système de Law, l'assignat est la seconde expérience de monnaie fiduciaire en France au XVIIIe siècle : les deux se soldèrent par un échec retentissant. À l'origine, il s'agissait d'un titre d'emprunt émis par le Trésor en 1789, dont la valeur est assignée sur les biens nationaux. Les assignats deviennent une monnaie en 1791, dont la valeur est le plus souvent comprise entre 2 et 30 sols, et les assemblées révolutionnaires multiplient les émissions, qui entraînent une forte inflation. Le cours légal des assignats est supprimé en 1797.

Balance de changeur. Source : http://data.abuledu.org/URI/52120973-balance-de-changeur

Balance de changeur

Balance de changeur dans sa boite et ses masses.Cette balance est une petite balance à fléau qui était utilisée au XVIIIe siècle par les changeurs pour peser les pièces de monnaie : "CHEMIN, successeur de M. BARBIN, Balancier, Ajusteur des Poids et Balances pour les Monnoyes de l'Hôtel-de-Ville, des Fermes du Roi, et ses Bâtiments de l'Hôtel Royal des Invalides, et des Hôpitaux, demeure rue de la Ferronnerie, vis à vis le Caffé de la Paix, au Q couronné. A PARIS."

Bouffon. Source : http://data.abuledu.org/URI/51cd9359-bouffon

Bouffon

Le bouffon, fou du roi, ou fou est un personnage comique, dont la profession était de faire rire les gens. Les plus connus sont les fous des rois et des seigneurs. Il y a aussi des femmes « fous » ou « folles ». Les fous font rire. Ils divertissent, utilisent l'insolence et sont parfois conseillers. Sous François Ier, on connaît même une école de fous.

Calanque de Morgiou. Source : http://data.abuledu.org/URI/530c811d-calanque-de-morgiou

Calanque de Morgiou

La calanque de Morgiou est une des nombreuses calanques des côtes de Marseille. Elle se situe dans le quartier officiel marseillais des Baumettes. En 1622, les pêcheurs de Marseille y avaient organisé, à l'occasion de la venue du roi Louis XIII en visite à Marseille, une gigantesque pêche au thon traditionnelle appelée une madrague.

Canal dans la forêt amazonienne. Source : http://data.abuledu.org/URI/50f452f9-canal-dans-la-foret-amazonienne

Canal dans la forêt amazonienne

Plan du canal de Casiquaire dressé par Humboldt. Légende d'origine : "Carte de l'Intérieur de la Guyane Espagnole dressée sur les lieux d'Humboldt". En 1799, Humboldt est présenté au roi et à la reine d'Espagne. Il obtient des passeports avec le sceau royal qui garantit aux voyageurs l'assistance des autorités qu'ils rencontrent. Bonpland devient officiellement compagnon et secrétaire de Humboldt. Humboldt et Bonpland sont les premiers à effectuer une exploration scientifique digne de ce nom. L'ambition majeure de Humboldt pendant son voyage aux Amériques est de découvrir l'interaction des forces de la nature et les influences qu'exerce l'environnement géographique sur la vie végétale et animale. Le 5 juin 1799, ils embarquent, à La Corogne, à bord de la corvette « Le Pizarro » à destination du Venezuela, et après une escale aux Canaries, ils arrivent le 16 juillet à Cumaná au Venezuela, à l'est de Caracas. Pendant la navigation, Humboldt fait des mesures astronomiques, météorologiques, de magnétisme, de température et de composition chimique de la mer. En Amérique, il a un profond dégoût pour la façon dont se vendent et s'évaluent les esclaves, même si c'est dans les possessions espagnoles qu'ils sont le moins maltraités. Chateaubriand dira de lui dans son édition de 1827 de "Voyages en Amérique" : « En Amérique, l'illustre Humboldt a tout peint et tout dit ». Humboldt et Bonpland explorent la forêt tropicale pour tenter de confirmer la présence, considérée comme impossible, d'un canal naturel entre l'Orénoque et l'Amazone, le canal de Casiquiare, et de localiser le lieu exact de la source de l'Orénoque. Ils récoltent de nombreux spécimens d'animaux et de plantes inconnus, et Humboldt relève méticuleusement la température du fleuve, du sol et de l'air, et la pression atmosphérique, l'inclinaison magnétique, la longitude et la latitude.

Caravane de Marco Polo en 1375. Source : http://data.abuledu.org/URI/53b410c8-caravane-de-marco-polo-en-1375

Caravane de Marco Polo en 1375

La caravane de Marco Polo voyageant vers les Indes, "Coureurs des mers", Poivre d'Arvor : l’Atlas catalan est une mappemonde du XIVe siècle, réalisée vers 1375 et traditionnellement attribuée à Abraham Cresques, un cartographe juif majorquin de Palma. Il est offert par le roi d'Aragon au roi Charles V de France et est attesté dans l'inventaire de la bilbiothèque du roi de France en 1380 puis fait partie des collections royales. Considéré comme le chef-d'œuvre de la cartographie du XIVe siècle, il est aujourd'hui conservé à la Bibliothèque nationale de France (cote MSS. ESP. 30). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Atlas_catalan

Caricature anglaise de la Révolution française. Source : http://data.abuledu.org/URI/50fc7cec-caricature-anglaise-de-la-revolution-francaise

Caricature anglaise de la Révolution française

"Dans les bras des Radicaux" (The radical's Arms), caricature par George Cruikshank (1792-1878). Inscription sur le ruban tricolore "Ni Dieu ! Ni Religion ! Ni Roi ! Ni Constitution !" Sous le ruban et le bonnet phrygien à la cocarde tricolore, deux haches ensanglantées sont attachées à une guillotine, dont la lame est suspendue au-dessus d'un blobe terrestre en flammes. Un homme décharné et une femme ivre habillés de guenilles jouent le rôle de "supporters" héraldiques, dansant joyeusement et piétinant les vestiges renversés de la royauté et de l'église...

Carte de la côte orientale africaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/52193340-carte-de-la-cote-orientale-africaine

Carte de la côte orientale africaine

Rigobert Bonne (1727–1795), Partie de la côte orientale d’Afrique avec l’Isle de Madagascar et les cartes particulieres des Isles de France et de Bourbon. Projette et assujetie aux observations astronomiques, Paris 1791. Original: 31 x 42 cm. Source : Atlas moderne ou collection de cartes sur toutes les parties du globe terrestre par plusieurs auteurs. Rigobert Bonne était un géographe, ingénieur hydrographe et cartographe français, maitre de mathématiques du XVIIIe siècle. Il est nommé en 1775 cartographe du Roi de France au Service Hydrographique de la Marine (le Dépôt des cartes et plans de la Marine est créé sur ordre du Roi Louis XV en 1720). Vers 1780, il définit précisément la projection qui portera alors son nom: la Projection de Bonne. Il a entre autres produit des cartes pour les ouvrages de l'abbé Raynal et pour l'Encyclopédie méthodique de Nicolas Desmarest.

Chancelier sous des parasols au dix-septième siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/539a1888-chancelier-sous-des-parasols-au-dix-septieme-siecle

Chancelier sous des parasols au dix-septième siècle

Portrait équestre de Pierre Séguier, chancelier de France (1655-1661), par Charles Le Brun (1619–1690) et autoportrait comme écuyer. Musée du Louvre, Sully, 2e étage, Salle 31 : Philippe de Champaigne. Le chancelier sur un cheval, est placé au centre de la composition et est entouré de six écuyers et pages à pied, habillés dans des tons bleu. Le fond est composé d'un ciel sombre. Le chapeau à bordure ronde que porte Séguier est le mortier traditionnel des chanceliers de France. Sa présence est un marqueur de son statut. Le cordon de l'Ordre du Saint-Esprit est peut-être une distinction à laquelle il attachait une importance particulière. La richesse des parures et broderies couleur or sont en lien avec les honneurs faits au cavalier. Les deux parasols sont signes de protection. Ce symbole réfère à la personnalité du chancelier, protecteur des arts. Le Brun s'est représenté sous les traits de l'écuyer qui tient le parasol. Ceci est une marque d'allégeance pour la protection de laquelle il a profité. Le regard qu'il jette vers la gauche du tableau réfère à son passé. En 1642, il part pour Rome avec une pension annuelle de 200 écus données par Séguier, auquel il doit de précieuses lettres de créance. Et de retour en France, en 1646, il obtient une place vacante de valet de chambre du roi, qu'il achète ou obtient de Séguier. Séguier est aussi devenu protecteur de l'Académie après la mort de Mazarin. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Chancelier_Seguier

Chimère. Source : http://data.abuledu.org/URI/5116d08b-chimere

Chimère

Chimère, 1883, par Odilon Redon (1840-1916). Dans la mythologie grecque, la chimère est une créature fantastique malfaisante. Elle est généralement décrite comme un hybride avec une tête de lion, un corps (ou une autre tête) de chèvre, et une queue de serpent. Fille de Typhon et d'Échidna, elle ravageait la région de Lycie (en Asie mineure), quand le héros Bellérophon reçut du roi Iobatès l'ordre de la tuer. Il y parvint en chevauchant le cheval ailé Pégase. La symbolique de la chimère est vaste et son nom a été repris pour désigner, dans un sens étendu, toutes les créatures composites possédant les attributs de plusieurs animaux ainsi que les rêves ou les fantasmes et les utopies impossibles.

Collage médiéval. Source : http://data.abuledu.org/URI/5317098e-collage-medieval

Collage médiéval

Collage médiéval : 1) Détail de la Tapisserie de Bayeux montrant Harold venu informer Guillaume qu'il est le successeur du roi Edouard. 2) Vitrail de la cathédrale de York. 3) Bol en verre et argent viking d'Ormside du VIIIème siècle (British Museum). 4) Cathédrale de Salisbury.

Crésus. Source : http://data.abuledu.org/URI/505f2ee8-cresus

Crésus

Médaillon de Crésus, roi de Lydie, ayant régné d'environ 561 à environ 547 av. J.-C.. Célèbre par ses richesses, il partagea son règne entre les plaisirs, les conquêtes et les arts. Illustration de Guillaume Rouille (1518?-1589), "Promptuarii Iconum Insigniorum", 1553. Inscription : CROESUS REX LID (Crésus, roi 59). Son nom est resté dans le langage courant avec l'expression « riche comme Crésus ».

Descriptif du château de Montrésor. Source : http://data.abuledu.org/URI/50f1817e-descriptif-du-chateau-de-montresor

Descriptif du château de Montrésor

Descriptif bilingue du château de Montrésor, val de Loire : "Bâti vers l'an Mil par Foulque Nerra, le terrible "Faucon noir", duc d'Anjou, à quoi on doit 20 donjons et de nombreux édifices religieux, destinés à expier les terribles guerres qu'il mena en Touraine et en Anjou. Dominant la vallée de l'Indre, le château est entouré d'un double mur d'enceinte construit en 1483 par Imbert de Bastarnay, grand-père de Diane de Poitiers. Au XIX° siècle, le château fut acquis par le comte Xavier Branicki, seigneur polonais, ce qui explique la présence de bas-reliefs représentant les batailles du roi de Pologne Jean Soboeski contre les Tatars, Turcs et Cosaques."

Don Quichotte pour enfants - 09. Source : http://data.abuledu.org/URI/555ce0ad-don-quichotte-pour-enfants-09

Don Quichotte pour enfants - 09

Illustration réalisée par Armand-Louis-Henri Telory, lithographe, pour l'adaptation pour enfants de Don Quichotte parue au XIXe siècle et rééditée au XXe siècle par Mango - collection Au Temps Jadis, scannée par Cyrille Largillier. Une nuit, notre héros fait une rencontre singulière, le chevalier des miroirs, qui soutient avoir déjà vaincu Don Quichotte et le provoque en combat singulier, pour un vrai tournoi, au lever du jour. Après sa victoire, il croit reconnaître sous la visière un compatriote, le bachelier Samson Carrasco. Est-il encore victime de son ennemi l'enchanteur ? Don Quichotte provoque ensuite en duel, à pied, l'épée à la main, un couple de lions d'Afrique affamés, envoyés par le gouverneur d'Oran pour la ménagerie du roi. Mais le mâle refuse le combat, bâille et retourne se coucher dans sa cage. Le gardien muletier rédige un certificat comme quoi il a bien affronté les lions.

Donjon de Gisors dans l'Eure. Source : http://data.abuledu.org/URI/52643e7d-donjon-de-gisors-dans-l-eure

Donjon de Gisors dans l'Eure

Donjon du château de Gisors (Eure) situé dans le Vexin normand, bâti sur une motte féodale. Il est constitué d'un donjon circulaire qui fut ajouté à une forteresse déjà existante. Essentiellement l’œuvre des ducs de Normandie du XIe au XIIe siècle, cette forteresse frontalière devait défendre le domaine anglo-normand contre les prétentions du roi de France.

Douves de la motte féodale de Labrit. Source : http://data.abuledu.org/URI/506b2ae0-douves-de-la-motte-feodale-de-labrit

Douves de la motte féodale de Labrit

Photo des vestiges du château de Labrit : douves autour de la motte féodale. Les vestiges du château de Labrit, dit château d'Albret, se situent sur la commune de Labrit, dans le département français des Landes. Construit en terre et en bois dans les années 1225-12303, il constitue le berceau des seigneurs d'Albret, noble famille gasconne qui, à partir de là, étendra son influence au cours des siècles, jusqu'à l'accession au trône de France de l'un des siens, le roi Henri IV. Le site est classé par les Monuments historiques le 27 décembre 19902.

Drapeau de Malte. Source : http://data.abuledu.org/URI/537a2795-drapeau-de-malte

Drapeau de Malte

Le drapeau de Malte est officiellement adopté en même temps que la constitution maltaise le 21 septembre 1964, jour de l'indépendance. La Constitution maltaise stipule que le drapeau national de Malte consiste en deux bandes verticales d'égale largeur (blanc à la hampe et rouge au vent), avec une représentation de la George Cross, bordée de rouge, dans le canton supérieur gauche de la bande blanche. La largeur du drapeau est 1,5 fois sa hauteur, la croix s'inscrit dans un carré de côté égal au 5/18 de la hauteur du drapeau centré au 1/8 de la largeur du drapeau. La Croix de Georges (George Cross) a été créée par le roi britannique George VI le 24 septembre 1940, afin de pouvoir récompenser les actes de courage et de bravoure des civils (... acts of the greatest heroism or of the most conspicuous courage in circumstances of extreme danger). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Drapeau_de_Malte

Épagneul cavalier du roi Charles. Source : http://data.abuledu.org/URI/5169bd2d-epagneul-cavalier-du-roi-charles

Épagneul cavalier du roi Charles

Le Cavalier King Charles Spaniel est un petit chien d'agrément d'origine anglaise. En français, dans le langage courant, son nom est fréquemment abrégé en Cavalier King Charles, voire en Cavalier ou en C K C. Très calme, il supporte bien la vie en appartement et est un bon compagnon pour les enfants. Même s'il ne fait parler de lui que depuis une dizaine d'années, le Cavalier King Charles est apparu en 1924. Il est issu d'une race fort ancienne, le King Charles Spaniel, dont on a retrouvé la trace dans des documents datant du XVIe siècle. En effet, c'est Charles II d'Angleterre (1630-1685) qui donne aux épagneuls nains anglais leurs lettres de noblesse. Il avait une telle passion qu'ils furent dénommés King Charles Spaniels. Le roi ne se déplaçait jamais sans ses chiens qui avaient même le droit d'entrer dans le parlement.

Étoile chromatique. Source : http://data.abuledu.org/URI/50a947ae-etoile-chromatique

Étoile chromatique

Étoile chromatique RVB (numérique) : Les procédés numériques peuvent être soit additifs comme les écrans couleur des ordinateurs, soit soustractifs comme les imprimantes d'ordinateur. Dans les systèmes additifs, les trois couleurs primaires sont le rouge, le vert et le bleu. Les couleurs secondaires sont le jaune (rouge + vert, le cyan (vert + bleu) et le magenta (bleu + rouge). Dans les systèmes soustractifs, les trois couleurs primaires sont le jaune, le cyan et le magenta. Les trois couleurs secondaires sont le rouge (magenta + jaune), le vert (jaune + cyan) et le bleu (cyan + magenta). Il y a 6 couleurs tertiaires obtenues par le mélange d'une couleur primaire et d'une couleur secondaire voisine. Elles sont identiques pour les systèmes additifs et soustractifs : rouge-Jaune : orange ; jaune-vert : lime ; vert-cyan : vert menthe ; cyan-bleu : bleu roi ; bleu-magenta : violet ; magenta-rouge : rose vif. Le mélange d'une couleur primaire et de la couleur secondaire qui lui fait face sur le cercle chromatique, théoriquement noir, dépend du matériel utilisé : noir pour les écrans d'ordinateurs, de fait gris-marron pour les imprimantes (ce qui est une des raisons pour lesquelles les imprimantes utilisent directement de l'encre noire). rouge + cyan ; vert + magenta ; bleu + jaune.

Fable du roi des corbeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/521b1b1a-fable-du-roi-des-corbeaux

Fable du roi des corbeaux

Le Livre de Kalila et Dimna (version du Pañchatantra), chapitre des hiboux et des corbeaux, Le roi des corbeaux et ses conseillers. Le Pañchatantra (du sanskrit पंचतंत्र Paṃchataṃtra signifiant « Le Livre d’instruction en cinq parties ») est un ancien recueil de contes et de fables (probablement le plus ancien qui nous soit parvenu). Ce livre écrit sous forme d’apologues racontant l’histoire des chacals Karataka (करतक) et Damanaka (दमनक). Sa compilation est traditionnellement attribuée à un brahmane nommé Vishnusharman (विष्णुषर्मन), qui l’aurait produite au Ve siècle ou au VIe siècle, à la demande d’un râja, comme un guide de gouvernement à destination des princes. Le Pañchatantra a eu une riche postérité littéraire via le "Kalîla wa Dimna" arabo-persan. Le Kalîla wa Dimna a été joliment enluminé, en particulier par l’école de miniature persane de Hérat en Afghanistan (à laquelle se rattache le grand peintre miniaturiste Behzad) au XVe siècle.

Falaises de craie. Source : http://data.abuledu.org/URI/50e1769b-falaises-de-craie-

Falaises de craie

Tableau de Caspar David Friedrich (1774–1840) : Falaises de craie sur l'île de Rügen, 1818. Cette île allemande est située au large de la côte de la Mecklembourg-Poméranie occidentale dans la mer Baltique. Sa superficie est de 935 km² et sa population était de 73 000 habitants en 2001. À la fin de l'ère glaciaire, il y a 14 000 ans, la remontée du niveau des eaux de la Baltique recouvrit une partie des côtes. Les points hauts formèrent un chapelet d'îles que des dépôts de sable relièrent entre elles en quelques siècles pour former l'île de Rügen, qui compte désormais 570 km de côtes. Le Parc national de Jasmund inclue les célèbres falaises calcaires qui culminent à plus de 100 mètres au-dessus de la mer dont le Königsstuhl (traduction littérale = chaise du roi), immortalisé par le peintre romantique C. D. Friedrich. La craie de Rügen est réputée pour ses vertus médicales. La poudre de craie est utilisée par les stations thermales de l'île en application dermatologique ou cosmétique.

Feu d'artifice en 1856. Source : http://data.abuledu.org/URI/53872814-feu-d-artifice-en-1856

Feu d'artifice en 1856

Feu d'artifice en 1856 (Chromolithographie) pour Alexander II, tsar de Russie. Alexandre II, empereur de Russie (3 mars 1855 – 13 mars 1881), dit « Le Libérateur ». Il est également grand-duc de Finlande et roi de Pologne jusqu'en 1867, date à laquelle la Pologne est annexée par l'Empire russe. Il est principalement connu pour ses réformes, notamment l'abolition du servage. Malgré les grandes réformes libérales mises en place, il est néanmoins assassiné, le 13 mars (1er mars) 1881, lors d'un attentat organisé par le groupe terroriste russe Narodnaïa Volia. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_II_de_Russie

Fleur de lys (or). Source : http://data.abuledu.org/URI/50d6db0b-fleur-de-lys-or-

Fleur de lys (or)

Fleur de lys d'or : La fleur de lys est l'un des plus anciens emblèmes au monde. Le lys fut symboliquement très présent (sous la forme d'aigrette trifide) dans l'empire byzantin puis dans les royaumes lombard et franc. Il fut utilisé par les souverains carolingiens puis par leurs successeurs, empereurs ottoniens et roi capétiens. C'est sous le règne de Louis VII, que l'expression « fleur de lys » apparut et que les fleurs de lys d'or sur champ d'azur devinrent les armes de France et l'emblème spécifique de la royauté française.

Fleuve Gediz en Turquie. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b105c7-fleuve-gediz-en-turquie

Fleuve Gediz en Turquie

Fleuve Gediz en Turquie, connu sous le nom d'Hermos. L'Hermos est présenté comme l'un des 25 fils de Téthys et d'Océan, cités par Hésiode dans sa Théogonie, où il relate la création du monde : « Téthys à Océan enfanta les fleuves tourbillonnants : Nil, Alphée, Éridan aux tourbillons profonds, Strymon, Méandre, Istros aux belles eaux courantes, Phase, Rhésos, Achéloos aux tourbillons d'argent, Nessos, Rhodios, Halliacmon, Heptaporos, Granicos, Aisepos, le divin Simoïs, Pénée, Hermos, et Caïque au beau cours, le grand Sangarios, Ladon, Parthénios, Événos, Ardescos et le divin Scamandre. » Son affluent, le Sart Çayı ou Pactole, est célèbre pour la légende grecque, disant qu'il charriait des paillettes d'or. Midas était le roi de Phrygie, royaume d'Asie mineure situé entre la Lydie et la Cappadoce. Une histoire raconte l'aventure arrivée au vieil ivrogne Silène. Celui-ci, suivant une procession en l'honneur du dieu de la fête et de l'ivresse Dionysos, se perdit près du palais royal. Midas et ses gardes le retrouvèrent assoupi et le roi lui offrit de rester quelques jours au palais avant de le rendre à Dionysos. Le dieu récompensa le roi en lui accordant un souhait. Midas demanda que tout ce qu'il touche se transforme en or. Incapable de manger et de boire, il supplie le dieu de reprendre son présent. Dionysos lui ordonne alors de se laver les mains dans les eaux du Pactole, dont le sable se change en or. Cette légende explique le caractère aurifère du Pactole, auquel la Phrygie doit une bonne partie de son empire. Les ressources du Pactole étaient déjà épuisées avant le Ier siècle selon le témoigsnage du géographe grec Strabon (57 av. J.-C.-entre 21 et 25 ap. J.-C.). L'électrum a été utilisé dans l'Antiquité pour frapper les premières monnaies. Les sources littéraires montrent que les Lydiens, fréquemment présentés comme les inventeurs de la monnaie, disposaient grâce au fleuve Pactole d'une source d'or naturel. Les fouilles américaines à Sardes ont confirmé l'existence d'une métallurgie de l'or et de l'argent : elles ont mis au jour des installations permettant d'obtenir par coupellation de l'électrum à partir des pépites d'or locales.

Forêt de légende. Source : http://data.abuledu.org/URI/513a024b-foret-de-legende

Forêt de légende

Illustration de Lord Alfred Tennyson “Idylls of the King”, 1868, par Gustave Doré (1832-1883). La forêt est restée présente dans de nombreux contes, mythes et légendes, dans presque toutes les civilisations ; le mouvement romantique au XIXème siècle a souvent fait appel à la forêt des mythes, des légendes et de l'apprentissage.

Fort du Hâ à Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/5547b55f-fort-du-ha-a-bordeaux

Fort du Hâ à Bordeaux

Le Fort du Hâ à Bordeaux. Il a été construit par décision du roi Charles VII, immédiatement après la reprise définitive de Bordeaux aux Anglais en 1453. Ses deux tours, la Tour dite des Anglais et la Tour des Minimes, sont inscrites au titre des monuments historiques le 12 avril 1965. Jean des Vignes est considéré par beaucoup comme l'architecte du château du Hâ. Toutefois, en se fondant sur des similitudes dans les caractéristiques architecturales, le nom de Mathieu de Fortune, constructeur du château Neuf de Bayonne, a pu être avancé, Jean des Vignes n'aurait été alors que le maître d'œuvre.

Fort National Saint-Malo en Bretagne. Source : http://data.abuledu.org/URI/5357db40-fort-national-saint-malo-

Fort National Saint-Malo en Bretagne

Le Fort National est un bastion situé sur une île de Saint-Malo. L'île est accessible à marée basse. Le fort fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis mai 1906. Anciennement appelé "Fort Royal" et aussi "Fort Impérial" (durant les années du Premier et du Second Empire), l'actuel Fort National a été construit en 1689 par l’ingénieur Siméon Garangeau d’après les plans de Vauban et sur les ordres du Roi Louis XIV, en même temps que les remparts de Saint-Malo étaient renforcés, dont il assurait la défense. Bastion avancé de la cité corsaire, il s’inscrit dans l’ensemble des fortifications qui allaient du fort La Latte jusqu'à la pointe de la Varde. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fort_National

Frontispice. Source : http://data.abuledu.org/URI/52964e7e-frontispice-

Frontispice

Frontispice du Très bref rapport sur la destruction des Indes (Brevísima relación de la destrucción de las Indias), 1552, par Bartolomé de las Casas, Dominicain, évêque de Chiapa au Mexique (1544-1550), défenseur des Indiens. Dans celui-ci, las Casas s'efforce de dénoncer les effets néfastes de la colonisation des Amériques par les Espagnols et de la mise en esclavage des peuples indigènes. L'œuvre de Las Casas se veut polémique, ses récits contiennent de nombreuses exagérations et présentent les événements historiques sous un angle souvent manichéen. Elle a été amplement commentée au cours des siècles et a ainsi contribué à forger la Légende noire espagnole. La Brevísima est dédiée au prince Philippe (futur Philippe II d'Espagne), alors chargé par son père l'empereur Charles Quint des affaires des Indes. Las Casas souhaitait grâce à son livre informer le futur roi d'Espagne des injustices et méfaits commis selon lui par les Espagnols en Amérique.

Gros cochon, le Père Peinard. Source : http://data.abuledu.org/URI/534ed8ad-gros-cochon-le-pere-peinard

Gros cochon, le Père Peinard

"À Rothschild, le Roi des Grinches", caricature anarchiste extraite du "Père Peinard" et citée dans "Le Péril anarchiste" (Félix Dubois). Légende : « Quel gros cochon ! Il est gras de notre maigreur. » Un cochon dans une poussette fumant la pipe et abrité du soleil par un serviteur tenant un parasol ; il est tiré par deux hommes pieds-nus.

Guerre de cent ans. Source : http://data.abuledu.org/URI/5075fe8f-guerre-de-cent-ans

Guerre de cent ans

Carte de France en 1422, pendant la guerre de cent ans : Duché du roi d'Angleterre, Régions fidèles à Charles VII, Territoires sous contrôle anglo-bourguignon. En fait, ce sont deux systèmes économiques, sociaux et religieux qui se font face. La France, pays avec une agriculture florissante et un système féodal et religieux puissant d’une part ; l’Angleterre d’autre part, pays d’élevage qui vend sa laine aux drapiers des Flandres. C’est un pays où l’artisanat et la bourgeoisie des villes prennent de l’importance. Les Armagnacs défendent le modèle français, Jean sans Peur, pour prendre le contrôle de Paris, milite pour le modèle anglais (d’autant que les Flandres appartiennent au duché de Bourgogne) promettant baisses d'impôts et contrôle de la monarchie par les états généraux et est soutenu par les artisans et les universitaires parisiens. Il se rend ainsi maitre de Paris et donc du roi en 1413.

Île Du Guesclin en Bretagne. Source : http://data.abuledu.org/URI/5358d551-ile-du-guesclin

Île Du Guesclin en Bretagne

L’île du Guesclin est un îlot accessible à marée basse, à Saint-Coulomb en Ille-et-Vilaine (Bretagne), entre Saint-Malo et Cancale. Le Fort du Guesclin est construit sur l'île. La première construction fut bâtie en 1026 : un imposant château fort flanqué de trois tours et d'un donjon, protégé par deux cercles d'enceintes et doté d'une citerne profonde de 33 mètres. En 1207, Jean sans Terre, roi d'Angleterre, fit occuper le fort jusqu'à ce que Juhel III de Mayenne en chassât les Anglais à la suite de sanglants combats. De 1757 à 1759 l'ancienne construction fut rasée et Vauban y fit construire un fort comprenant une caserne avec poudrière et des plateformes canons pour protéger la côte des Anglais. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fort_du_Guesclin

Intérieur de figue. Source : http://data.abuledu.org/URI/506e7eac-feige-schnitt-png

Intérieur de figue

Figue vue en coupe. Son nom français est emprunté à l'occitan "figa". Les fleurs et fruits du figuier sont d'un type très particulier. La figue est un faux-fruit. Avant d'être un fruit, la figue est une inflorescence en forme d'urne appelée sycone, sorte de petit sac charnu qui enferme une inflorescence constituée de centaines de minuscules fleurs unisexués qui en tapissent l'intérieur. Ces fleurs totalement emprisonnées ne peuvent être fécondées sans intervention extérieure. En France, Louis XIV était un grand amateur de figues. La Quintinie, son jardinier, planta donc plus de sept cents figuiers de diverses variétés dans le potager du roi au Château de Versailles pour satisfaire la passion du Roi Soleil. Figue fraîche, figue sèche, en ingrédient de plat cuisiné, en ingrédient de pâtisserie, en confiture. Elle était recommandée aux athlètes pour sa valeur énergétique. " Nourriture des athlètes par excellence " dit Platon. Ce dernier raffolait des figues à tel point qu'on lui donna le nom de philosicos, c'est-à-dire "amateur de figues"... La fécondation des fleurs des figuiers femelles donnera au mois d'août et septembre les figues fruits qui peuvent être dégustées. En fait, les vrais fruits sont les innombrables petits grains qui parsèment la chair de la figue, ce que les botanistes appellent les akènes.

Jeu du Nain jaune. Source : http://data.abuledu.org/URI/50eb0a77-jeu-du-nain-jaune

Jeu du Nain jaune

Le jeu du nain jaune est un jeu de cartes utilisant un tableau composé de 5 cases. C'est un jeu de hasard raisonné car il mêle les aléas de la distribution des cartes et la stratégie de la construction des suites. C'est un jeu familial très répandu car les règles sont simples (on peut apprendre à jouer aux enfants à partir de 6 ans), le nombre de joueurs est variable (3 à 8 joueurs) et le jeu est intergénérationnel (des petits enfants aux grands-parents, voire plus...). Au départ "Le Nain jaune" est le héros laid, jaloux et méchant d'un conte cruel de la baronne d'Aulnoy publié en 1698. Matériel de jeu : un jeu classique de 52 cartes ; un plateau (ou tableau) de jeu comportant 5 cases (souvent amovibles) représentant aux quatre coins le 10 de carreau, le valet de trèfle, la dame de pique et le roi de cœur, et au centre le 7 de carreau ou « Nain jaune » ; des jetons qui peuvent être de couleurs et de valeurs différentes (1, 5, 10 par exemple) également répartis entre les joueurs au début du jeu. L'équivalent d'une cinquantaine de jetons de valeur unitaire par joueur est généralement suffisante pour une partie normale.

La caraque Marie-Rose. Source : http://data.abuledu.org/URI/50731435-la-caraque-marie-rose

La caraque Marie-Rose

La Mary Rose telle que représentée dans le rouleau d'Anthony (flotte de Henry VIII). Le profil caractéristique de la caraque avec ses « châteaux » à l'avant et à l'arrière est clairement visible. Bien que le nombre des canons ne soit pas précis, la représentation est une illustration assez fidèle du navire.

La table ronde des pélerins. Source : http://data.abuledu.org/URI/5060d75d-la-table-ronde-des-pelerins

La table ronde des pélerins

Illustration des Contes de Canterbury, 1483 (William Caxton) : histoires écrites par Geoffrey Chaucer au XIVe siècle. Le texte est écrit en vieil anglais. Les contes sont intégrés dans une histoire « cadre » et dits par un groupe de pèlerins faisant route de Southwark à Canterbury pour visiter le sanctuaire de Thomas Becket assassiné sur ordre de Henri II (roi d'Angleterre, 1133-1189) dans la cathédrale de Cantorbéry (nom de la ville francisé). 24 pélerins autour de la table ronde pour 24 contes.

Le concile d'Orléans en 511. Source : http://data.abuledu.org/URI/50734901-le-concile-d-orleans-en-511

Le concile d'Orléans en 511

Le concile d'Orléans en 511. D'après Michel Rouche, Clovis, éditions Fayard, 1996, p. 340 et Bruno Dumézil, La reine Brunehaut, éditions Fayard, 2008, p. 536. Le concile rassemble trente-deux évêques, et est présidé par l'évêque métropolitain Cyprien de Bordeaux ; la moitié viennent du « royaume des Francs ». Les évêques métropolitains de Rouen et Tours sont présents mais pas celui de Reims. Les évêques de Gascogne sont absents à cause de troubles dans leur région mais également ceux de Belgique et de Germanie79 du fait du manque de pénétration de l'Église catholique romaine dans ces régions. Ce concile vise à remettre de l’ordre dans l’épiscopat du royaume des Francs, à faciliter la conversion et l’assimilation des Francs convertis et des ariens, à limiter les incestes (brisant ainsi la tradition germanique matriarcale des clans familiaux endogames), à partager les tâches entre administration et Église, à restaurer les liens avec la papauté.

Le cratère Commerson à La Réunion. Source : http://data.abuledu.org/URI/5227ad0e-le-cratere-commerson-a-la-reunion

Le cratère Commerson à La Réunion

Le cratère Commerson est un cratère volcanique des Hauts de l'île de La Réunion. Inscription : Philibert COMMERSON est né dans l'Ain en 1727. C'est en tant que médecin et naturaliste du roi qu'il partit en 1766, pour une expédition autour du monde, qui le conduisit par hasard à l'île Bourbon (La Réunion) en 1771 ; son séjour d'un an sur cette île l'amena à découvrir et décrire le volcan, ce qui lui valut l'honneur de voir son nom attribué à ce cratère. Avec ses 200 m de diamètre et ses 235 m de profondeur, ce cratère d'explosion est le plus impressionnant de l'île. Il fait partie d'un ensemble réuptif formé de trois cratères contigus apparus il y a environ 2000 ans, lors d'un phénomène volcanique d'une intensité exceptionnelle, de type phréato-magmatique. L'hypothèse actuelle (1991) expliquant cette éruption est illustrée par le scénario suivant (d'après Ph. Mairine et P. Bachèlery) : 1) une éruption classique débute ; 2) des explosions apparaissent ; 3) une coulée fluide s'épanche dans la vallée. Source : Bachèlery, P., et Ph. Mairine, Evolution volcano-structurale du Piton de la Fournaise... in "Le Volcanisme de la Réunion, Monographie", J.F Lénat Ed., publié par le Centre de Recherches Volcanologiques, Clermont-Ferrand, France, 213 - 242,1990.

Le Jardin du roi en 1636. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103e5d5-le-jardin-du-roi-en-1636

Le Jardin du roi en 1636

"Vue cavalière du Jardin du Roi", aquarelle de Frédéric Scalberge (1542-1640) : Source : Bibliothèque du Muséum national d'histoire naturelle. Publiée en frontispice de la "Description du Jardin royal des Plantes médicinales" par Guy de La Brosse, médecin ordinaire de Louis XIII et fondateur du Jardin des Plantes. Créé en 1635, le Jardin du roi présente dès le début le dessin général de l'actuel jardin. Il sera à la Révolution rebaptisé Jardin des plantes de Paris. C’est l’un des plus anciens organismes scientifiques officiels français puisqu’il a ouvert un siècle après le Collège royal (1530) mais avant l’Académie des sciences (1666) et l’Observatoire de Paris (1672). C’est dès 1633 que Guy de la Brosse (1586-1641), par son insistance auprès de Louis XIII dont il est le médecin, et grâce au soutien de Jean Héroard (1550-1628), et de Richelieu (1585-1642), obtient la création d’un jardin botanique à vocation médicale à Paris. Le roi acquiert un terrain dans ce que l'on appelle alors le faubourg St-Victor et de la Brosse commence les premiers travaux et ensemencements. Mais l’Édit qui l’instaure n’est publié qu’en 1635 et le jardin n’est officiellement inauguré qu’en 1640 sous le nom de Jardin royal des plantes médicinales. Le projet suscite de nombreuses oppositions notamment de la part de la faculté de médecine de l’Université de Paris qui y voit un concurrent à son propre enseignement, d’autant que les cours sont ouverts à tous et donnés non en latin, mais en français. Ce n’est pas la seule nouveauté : certains sujets, comme la circulation du sang, y sont enseignés alors qu’ils sont encore critiqués par la faculté. Des enseignants viennent de l’Université de Montpellier, grande rivale de l’Université de Paris. Pour apaiser un peu les tensions, Louis XIII décide d’autoriser l’enseignement mais ne permet pas au Jardin d’y dispenser de diplômes, et le Jardin ne comptera, à la Révolution, que trois postes de professeurs : botanique, anatomie et chimie.

Le livre des bêtes. Source : http://data.abuledu.org/URI/52c8cb07-le-livre-des-betes

Le livre des bêtes

Le livre des Dragons, 1900, par Edith Nesbit (1858-1924), illustré par Harold Robert Millar (1869-1942). Source : http://www.gutenberg.org/ebooks/23661. Chapitre I : Le livre des bêtes. Un petit garçon, Lionel, est couronné roi et découvre un livre magique de son arrière-grand-père.

Le poète Fortunat. Source : http://data.abuledu.org/URI/50733431-le-poete-fortunat

Le poète Fortunat

Venance Fortunat lisant ses poèmes à Radegonde VI, Lawrence Alma-Tadema (1862). Venantius Honorius Clementianus Fortunat ou Venance Fortunat, né vers 530 à Valdobbiadene près de Trévise, mort en 609 à Poitiers, est un poète chrétien du VIe siècle. À la fin de sa vie Fortunat s’attache à Radegonde, veuve de Clotaire Ier qui l’engage à se fixer à Poitiers où cette princesse a fondé l'Abbaye Sainte-Croix de Poitiers. En 576, le poète y est ordonné prêtre. Vers l’an 600, il est consacré évêque de Poitiers. Il meurt en l’an 609.

Le roi des aulnes. Source : http://data.abuledu.org/URI/505bafb2-le-roi-des-aulnes

Le roi des aulnes

Photographie de la statue du Roi des Aulnes de Goethe (Erlkoening) à Iéna en Allemagne : poème écrit en 1782. La créature évoquée dans le poème est un "Erlkönig", personnage représenté dans un certain nombre de poèmes et ballades allemandes comme une créature maléfique qui hante les forêts et entraîne les voyageurs vers leur mort. Il a été mis en musique (Lied) en 1815 par Franz Schubert.

Le Vice-roi. Source : http://data.abuledu.org/URI/52c42d72-le-vice-roi

Le Vice-roi

Le Vice-roi, (Basilarchia (Limenitis) archippus), est un insecte lépidoptère de la famille des Nymphalidae, de la sous-famille des Limenitidinae et du genre Basilarchia. Il se présente comme un mime du Monarque. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vice-roi_%28papillon%29.

Les trois croissants disjoints de Bordeaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/5599a8d5-les-trois-croissants-disjoints-de-bordeaux

Les trois croissants disjoints de Bordeaux

Les trois croissants disjoints de Bordeaux, sur la borne qui délimitait jadis la juridiction de Bordeaux, décidée en1297 par le roi de France Philippe Le Bel. Elle était jadis placée au bord de la route de Bordeaux à Saint-Médard-en-Jalles, à la limite de la juridiction de Bordeaux et de la seigneurie du Thil. Le mot est écrit de bas en haut en lettres majuscules. Elle ne dépassait le sol que de 80 cm environ. Elle est actuellement dans le Parc Lescombes à Eysines.