Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Dessins et plans | Pyramides -- Égypte | Pyramides | Architecture égyptienne | Antiquités | Photographie | Architecture égyptienne de l'Antiquité | Plans inclinés | Gravure | Louxor (Égypte) | Louxor (Égypte) -- Temple | Paris (France) -- Obélisque de Louxor | Snéfrou | Transport | Architecture antique | Gizeh (Égypte) | Chapiteaux romains | Dahchour (Égypte) | Chapiteaux corinthiens | Nil (cours d'eau) | ...
Architecture égyptienne en 1799. Source : http://data.abuledu.org/URI/591e2e81-architecture-egyptienne-en-1799

Architecture égyptienne en 1799

Architecture égyptienne en 1799, James BRUCE, "Voyage aux sources du Nil", planche XV.

Construction d'une pyramide, d'après Hérodote. Source : http://data.abuledu.org/URI/50aea448-construction-d-une-pyramide-d-apres-herodote

Construction d'une pyramide, d'après Hérodote

Interprétation du témoignage d'Hérodote sur la construction d'une grande pyramide. Source : Antoine-Yves Goguet, "L'origine des lois, des arts et des sciences", 1820. Lorsque Hérodote visite l'Égypte vers -450, le pays est sous domination perse depuis un peu moins d'un siècle (XXVIIe dynastie). Ne parlant pas la langue des Égyptiens, Hérodote doit faire appel à des traducteurs, ou bien se contenter des dires des colons grecs qui habitent le pays. Il est difficile de savoir quelle connaissance les Égyptiens de l'époque pouvaient avoir des méthodes de construction de monuments vieux déjà de plus de 2000 ans, et on ne peut que s'interroger sur la véracité des propos rapportés par Hérodote ; il apparaît peu probable qu'ils soient entièrement conformes à la réalité. « Les uns durent, depuis les carrières de la Chaîne Arabique, traîner jusqu'au Nil les blocs de pierre qu'on en tirait ; d'autres eurent la tâche de recevoir ces pierres, passées en barques sur l'autre rive, et de les traîner jusqu'à la montagne qu'on appelle la Chaîne Libyque. Cent mille hommes travaillaient à la fois, relevés tous les trois mois. » Hérodote, L'Enquête II-124, traduction d'Andrée Barguet.

Différents types de colonnes. Source : http://data.abuledu.org/URI/541d9edb-differents-types-de-colonnes

Différents types de colonnes

Différents types de colonnes égyptiennes, grecques et romaines, et description des différentes parties d'une colonne.

Formes de chapiteaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/504a60fa-formes-de-chapiteaux

Formes de chapiteaux

Dessin de différents types de chapiteaux en architecture (Larousse 1922) : 1-2 égyptiens, 3 assyrien, 4 hindou, 5 arabe, 6 turc, 7 dorique, 8 ionique, 9 toscan, 10 corinthien, 11 composite, 12 byzantin, 13-14 romans, 15-16 gothiques, 17 Renaissance, 18 XVIII° siècle.

Pylônes et obélisque au temple de Louxor.. Source : http://data.abuledu.org/URI/54d8e30f-pylones-et-obelisque-a-temple-louxor-

Pylônes et obélisque au temple de Louxor.

Pylônes et obélisque au temple de Louxor en Égypte.

Pyramide Saqqara. Source : http://data.abuledu.org/URI/54d8de7a-pyramide-saqqara

Pyramide Saqqara

La pyramide rhomboïdale fut construite pour le pharaon Snéfrou à Dahchour en Égypte. Sa forme particulière en fait une tentative avortée de pyramide à faces lisses, dernier stade de l'évolution des pyramides.

Pyramides de Gizeh. Source : http://data.abuledu.org/URI/52b0bf7e-pyramides-de-gizeh

Pyramides de Gizeh

Les Pyramides de Gizeh (Egypte).

Rampe frontale d'accès à une pyramide. Source : http://data.abuledu.org/URI/50aea8eb-rampe-frontale-d-acces-a-une-pyramide

Rampe frontale d'accès à une pyramide

Rampe frontale en brique crue préconisée par Ludwig Borchardt pour l'édification d'une pyramide. Cette théorie fut développée pour la première fois par l'égyptologue allemand Ludwig Borchardt, interprétant ainsi la présence des vestiges de rampes aux abords de la pyramide de Meïdoum. Elle consiste en une rampe unique, perpendiculaire à une face de la pyramide, dont la pente est constante quelle que soit l'élévation. Cela implique que la longueur de celle-ci croisse proportionnellement avec le nombre d'assises de la pyramide. Les blocs, posés sur des traîneaux, étaient alors charriés sur la rampe à la force des bras. De l'huile, déposée sur le sol, aidait à faire glisser les traîneaux.

Rampe frontale d'accès à une pyramide de Lauer. Source : http://data.abuledu.org/URI/50aea97e-rampe-frontale-d-acces-a-une-pyramide-de-lauer

Rampe frontale d'accès à une pyramide de Lauer

Rampe frontale préconisée par Jean-Philippe Lauer pour l'édification d'une pyramide : Jean-Philippe Lauer propose une rampe linéaire unique en brique crue, perpendiculaire à la face orientée vers le Nil, de longueur variable jusqu'à une faible hauteur puis de longueur constante avec inclinaison variable.

Rampes d'accès à une pyramide. Source : http://data.abuledu.org/URI/50aea835-rampes-d-acces-a-une-pyramide

Rampes d'accès à une pyramide

Rampes de la pyramide de Sésostris Ier à Licht. Le problème de l'élévation des pierres sur les assises des pyramides est celui qui retient le plus l'attention du public. Les égyptologues ont souvent opté pour des solutions fondées sur des rampes, dont les formes et les dimensions restent à définir, tandis que des spécialistes d'autres disciplines s'attachent à donner leurs propres explications. Pourtant, quelques vestiges de rampes subsistent, notamment à la pyramide de Meïdoum, à la pyramide de Sekhemkhet et à celle de Khéphren, ainsi qu'à la pyramide de Sinki, et surtout à celle de Sésostris Ier, à Licht. Toutes sont des rampes frontales, c'est-à-dire perpendiculaires aux faces. Si elles furent effectivement employées, elles ne pouvaient suffire à achever l'édifice, particulièrement dans la phase de la pose des pierres de parement si parfaitement ajustées, comme à la pyramide de Khéops.

Traineau de transport égyptien. Source : http://data.abuledu.org/URI/50aea6a2-traineau-de-transport-egyptien

Traineau de transport égyptien

Traineau de transport des barques funéraires du complexe funéraire de Sésostris III à Dahchour : il mesure 4,21 m de long pour une largeur de 0,78 m. Afin d'acheminer les pierres extraites des lointaines carrières (Assouan est situé à près de mille kilomètres de la région memphite des pyramides), le transport fluvial sur le Nil était nécessaire. Le transport par voie fluviale, parfaitement maîtrisé, était essentiel aux anciens Égyptiens. Ils avaient à leur disposition des embarcations spécialement adaptées aux lourdes charges (barges transportant des colonnes monolithiques et sans doute des blocs de granite à fond de cale ou suspendus dans l'eau entre deux embarcations), comme l'atteste le bas-relief de la chaussée d'Ounas. L'activité atteignait son maximum durant la période des inondations, mais, afin de remédier aux difficultés liées aux périodes de décrue, une voie navigable a été creusée parallèlement et à l'ouest du Nil, permettant aux convois de débarquer leurs lourdes charges dans les ports situés à l'emplacement des temples bas des divers chantiers.