Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Jean de La Fontaine (1621-1695) | Gravure | Dessins et plans | Fables | Dix-septième siècle | François Chauveau (1613-1676) | Peinture | Lion | Biologie animale | Ânes | Récifs coralliens -- Faune | Grenouilles | Biologie | Sabots | Ornithologie | Australie | Animaux des déserts | Préhistoire | Animaux sauvages | ...
Alphabet du XVIème siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e7616d-alphabet-du-xvieme-siecle

Alphabet du XVIème siècle

Alphabet du XVIème siècle (manquent le J, O, W, X et Z). A : Tête d'oiseau et deux serpents, B : Roi et diable, C : Oiseau chevauchant un sanglier sauvage, D : Plante, E : Dragon, F : Oiseau et fleur, G : Chien, H : Marcheur, I : Chien ailé et lézard, K : Masques grotesques, L : Flûtiste portant un chapeau en forme d'oiseau, M : Lion et chardon, N : Poisson en habit de roi, P : Pélican, Q : Oiseau ou dragon, R : Masques et grimaces, S : Lézard en habit de roi, T : Deux griffons, V : Fou du roi, U : Soleil, Y : Petits animaux et plantes. Source : F. Delamotte, “Ornamental Alphabets, Ancient and Mediæval” (1879).

Anémone. Source : http://data.abuledu.org/URI/510bec0d-anemone-

Anémone

Cet animal a ainsi été nommé en raison de sa ressemblance avec la fleur. L’anémone magnifique (Heteractis magnifica) est une anémone de mer de la famille des Stichodactylidés. Cette anémone de grande taille mesure de 30 à 50 cm et déployée recouvre près de 1 m. Certains individus peuvent atteindre 1 m. Les tentacules verts ou jaunâtres ne dépassent pas les 7 à 8 cm. La colonne est quant à elle vert, rouge, brune ou mauve. Cette espèce des récifs est présente de la mer Rouge jusqu'à l'océan Pacifique occidental dans une zone allant de 0,5 à 30 m de profondeur. L’anémone de mer abrite 12 espèces de poissons clown.

Circuits neurobiologiques de la motivation sexuelle chez les mammifères. Source : http://data.abuledu.org/URI/534d877c-circuits-neurobiologiques-de-la-motivation-sexuelle-chez-les-mammiferes

Circuits neurobiologiques de la motivation sexuelle chez les mammifères

Description des principaux circuits neurobiologiques innés qui contrôlent l'apprentissage de la motivation sexuelle chez les mammifères femelles non-primates. Synthèse d'après les travaux suivants : Kobayakawa K., Kobayakawa R., Matsumoto H. , Oka Y., Imai T., Ikawa M., Okabe M., Ikeda T., Itohara S., Kikusui T., Mori K., Sakano H. "Innate versus learned odour processing in the mouse olfactory bulb". Nature, 450(7169):503-508, 2007 ; Novejarque A., Gutierrez-Castellanos N., Lanuza E., Martinez-Garcia F. "Amygdaloid projections to the ventral striatum in mice: direct and indirect chemosensory inputs to the brain reward system". Front Neuroanat., 5:54, 2011 ; Flanagan-Cato L.M. "Sex differences in the neural circuit that mediates female sexual receptivity". Frontiers in Neuroendocrinology, 32(2):124-136, 2011 ; Kang N., Baum M.J., Cherry J.A. "Different profiles of main and accessory olfactory bulb mitral/tufted cell projections revealed in mice using an anterograde tracer and a whole-mount, flattened cortex preparation". Chem. Senses, 36(3):251-260, 2011 ; Cibrian-Llanderal T., Tecamachaltzi-Silvaran M., Triana-Del R.R., Pfaus J.G., Manzo J., Coria-Avila G.A. "Clitoral stimulation modulates appetitive sexual behavior and facilitates reproduction in rats". Physiology & Behavior, 100(2):148-153, 2010.

Esturgeon de Sibérie et Chimère. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d83e61-esturgeon-de-siberie-et-chimere

Esturgeon de Sibérie et Chimère

Planche N° 113 du livre "Le règne animal distribué d'après son organisation" par Georges Cuvier (Tome 8), seconde édition de 1828, représentant en haut un sterlet ou esturgeon de Sibérie (Acipenser ruthenus), et en bas une chimère (Chimaera monstrosa). Les chimères ou chimériformes (Chimaeriformes) forment un ordre de poissons cartilagineux vivant dans les abysses, dont le représentant le plus connu est la chimère commune. Les Chimères sont des animaux plutôt benthiques qui vivent dans les océans tempérés et peuvent atteindre 2 m de long. Comme tous les membres des chondrichthyens, elles ont un squelette cartilagineux. Leur peau est douce et leur couleur peut aller du noir au gris-brun. Pour se défendre, les chimères ont un aiguillon venimeux sur leur aileron dorsal. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chim%C3%A8re_%28poisson%29.

Étoile de mer. Source : http://data.abuledu.org/URI/51489d35-etoile-de-mer

Étoile de mer

Étoile de mer. Les étoiles de mer sont des animaux souvent très colorés. Elles sont reconnaissables à leur forme d'étoile attribuable à leur cinq bras se rejoignant en un centre, le disque circulaire (symétrie radiale pentamère). Les étoiles de mer peuvent mesurer de 5 cm chez la minuscule "Leptasterias hexactis" à plus de 1 m chez "Pycnopodia helianthoides".

Kangourou roux australien. Source : http://data.abuledu.org/URI/50e25cbc-kangourou-roux-australien

Kangourou roux australien

Le Kangourou roux (Macropus rufus) est le plus grand des kangourous. Animal emblématique de l'Australie, il apparaît sur les armoiries du pays. Il a deux bras antérieurs réduits avec de petites griffes et deux pattes arrière puissantes lui permettant des bonds de 12 m de long. La queue très puissante sert de balancier pour la course ou d'appui pour le repos. C'est un animal vivant en petits groupes dirigés par un vieux mâle, passant les heures chaudes de la journée à l'ombre à dormir, à se reposer, à essayer de se rafraîchir en haletant, transpirant, se léchant pour faire évaporer sa salive, s'aérant en agitant les bras. Il mène une vie active du coucher du soleil au lever du jour. Les kangourous se déplacent par petits bonds, à une vitesse de croisière d'environ 30 km/h, et peuvent alors parcourir de longues distances. En cas de danger, ils peuvent passer à la vitesse supérieure et courir en zigzags très rapides, jusqu'à 60 km/h en moyenne avec des pointes à 80 - 90 km/h sur de très courtes distances. Parfois, ils peuvent faire des sauts aériens, jusqu'à 3,50 mètres de haut et 13 mètres en longueur, grâce à leurs ressorts et leurs longues pattes fines. Avec leurs grande rapidité et leurs agilité à bondir, ils n'ont pas vraiment de prédateurs (hormis l'homme qui le chasse avec des armes à feu).

L'éléphant et le crocodile. Source : http://data.abuledu.org/URI/520e7d33-l-elephant-et-le-crocodile

L'éléphant et le crocodile

Illustration par J. M. Gleeson, or P. Bransom, 1885, "Histoires comme ça" (Just so stories, c. 1912) de Rudyard Kipling (1865-1936) Garden City, NY.

La grenouille rieuse en France en 2003. Source : http://data.abuledu.org/URI/5351a5a1-la-grenouille-rieuse-en-france-en-2003

La grenouille rieuse en France en 2003

Carte de répartition et d'abondance de la grenouille rieuse (Pelophylax ridibundus) d'après Duguet et al "Les Amphibiens", Parthénope, 2003 : en vert, commun ; en orange, rare ; en violet, très rare ; en bleu, absent. Cette espèce se rencontre principalement en plaine et en moyenne montagne jusqu'à 800 m d'altitude. Elle apprécie les grandes rivières aux rives bien ensoleillées ainsi que les plans d'eau de superficie importante et d'au moins 50 cm de profondeur, comme les étangs et tourbières, dans leurs parties très ensoleillées. C'est souvent le seul amphibien présent dans les plans d'eau riches en poissons. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Grenouille_rieuse Cet animal a un mode de vie très aquatique, contrairement à la Grenouille rousse qui ne s'éloigne que peu de l'eau.

La lice et sa compagne. Source : http://data.abuledu.org/URI/510c16fe-la-lice-et-sa-compagne

La lice et sa compagne

La lice et sa compagne, illustration par François Chauveau (1613-1676), pour les « Fables choisies mises en vers par M. de la Fontaine », Claude Barbin et Denys Thierry, Paris, 1668 (premier recueil) 1678-79 (deuxième recueil) 1694 (troisième recueil).

Le krill antarctique. Source : http://data.abuledu.org/URI/50e45ec7-le-krill-antarctique

Le krill antarctique

Photo en gros plan du krill antarctique (Euphausia superba). Le site ecoscope propose un microscope virtuel qui permet d'explorer les divers organes de ce krill. Krill est le nom générique d’origine norvégienne de petites crevettes des eaux froides, de l'ordre des euphausiacés. Le krill est un maillon important du réseau trophique des océans, pour les zones nord et sud de la planète. On regroupe sous ce terme au minimum 85 espèces dont les adultes vivent en « essaims » gigantesques dans les couches supérieures de l'océan, les œufs et larves étant trouvés jusqu'à plus de 1 000 m de profondeur. Les essaims forment parfois des bancs de deux millions de tonnes s'étendant sur 450 km² ; estimations de quelque 650 millions de tonnes au niveau de la planète. Dans l'océan austral, le krill antarctique est principalement constitué d’Euphausia superba, sans courbure dorsale et possédant des yeux noirs de grande taille. Pélagique, il constitue la première source d'alimentation des cétacés à fanons (mysticètes ; dont grands rorquals et baleines franches), avec un rendement très faible pour les cétacés, puisque pour grossir de 1 kg, ils doivent en absorber 100 kg. Les baleines en mangent plusieurs tonnes par jour. Ainsi, le déplacement de ces minuscules crustacés entraîne-t-il à lui seul, la migration des géants des mers. Le krill et d'autres types de crevettes sont à l'origine de la coloration rose des flamands roses, et rose-orange de la chair du saumon sauvage. Il renferme en effet de l’astaxanthine, un caroténoïde rouge, une vitamine A anti-oxydante. Il fait l’objet d'une pêche industrielle, dont en Norvège et autour de l'Antarctique.

Le lièvre et les grenouilles. Source : http://data.abuledu.org/URI/510c17cf-le-lievre-et-les-grenouilles

Le lièvre et les grenouilles

Le lièvre et les grenouilles, illustration par François Chauveau (1613-1676), pour les « Fables choisies mises en vers par M. de la Fontaine », Claude Barbin et Denys Thierry, Paris, 1668 (premier recueil) 1678-79 (deuxième recueil) 1694 (troisième recueil).

Le lion de Némée. Source : http://data.abuledu.org/URI/50564884-le-lion-de-nemee

Le lion de Némée

Statue du parc de Versailles, bosquet du Dauphin. Marbre d'après Nicolas Poussin. Hauteur : 2,10 m.

Le lion devenu vieux. Source : http://data.abuledu.org/URI/510c1bc1-le-lion-devenu-vieux

Le lion devenu vieux

Le lion devenu vieux, illustration par François Chauveau (1613-1676), pour les « Fables choisies mises en vers par M. de la Fontaine », Claude Barbin et Denys Thierry, Paris, 1668 (premier recueil) 1678-79 (deuxième recueil) 1694 (troisième recueil).

Le lion et l'âne chassant. Source : http://data.abuledu.org/URI/510c1d7e-le-lion-et-l-ane-chassant

Le lion et l'âne chassant

Le lion et l'âne chassant, illustration par François Chauveau (1613-1676), pour les « Fables choisies mises en vers par M. de la Fontaine », Claude Barbin et Denys Thierry, Paris, 1668 (premier recueil) 1678-79 (deuxième recueil) 1694 (troisième recueil).

Le loup devenu berger. Source : http://data.abuledu.org/URI/510c23b2-le-loup-devenu-berger

Le loup devenu berger

Le loup devenu berger, illustration par François Chauveau (1613-1676), pour les « Fables choisies mises en vers par M. de la Fontaine », Claude Barbin et Denys Thierry, Paris, 1668 (premier recueil) 1678-79 (deuxième recueil) 1694 (troisième recueil).

Le ptéranodon. Source : http://data.abuledu.org/URI/55471424-le-pteranodon

Le ptéranodon

Le ptéranodon, du grec ancien πτερόν / pterón (« aile ») et ἀνόδων / anódôn (« édenté ») était un des plus grands ptérosaures, avec une envergure pouvant atteindre 7,5 m. Il vécut au Crétacé supérieur, il y a de cela environ 70 millions d'années. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pt%C3%A9ranodon

Marie aux sabots de bois se gage - 2. Source : http://data.abuledu.org/URI/52bcb90d-marie-aux-sabots-de-bois-se-gage-2

Marie aux sabots de bois se gage - 2

Marie aux Sabots de bois se gage - 2, Jordic (1876-1915) : Marie a posé par terre le paquet qui contient son trousseau complet : une chemise, deux mouchoirs et une paire de bas. Sa patronne l'interroge : -- Savez-vous balayer, laver, repasser ? -- Oui, Madame. Marie a été très bien élevée : pain de seigle et galette de blé noir à tous les repas, gifles à discrétion. Et maintenant, à l'ouvrage. Madame arrive, majestueuse, dans sa robe de soie et dit : -- Vous allez vous occuper des enfants. Elle présente un beau chat angora au poil roux, et un magnifique caniche noir, au poil frisé. -- Voici M. Minet et M. Bob. Vous irez les conduire chez le père Bénéadek, le tondeur, rue...

Marie aux sabots de bois se gage - 6. Source : http://data.abuledu.org/URI/52bcbf5a-marie-aux-sabots-de-bois-se-gage-6

Marie aux sabots de bois se gage - 6

Marie aux Sabots de bois se gage - 6, Jordic (1876 - 1915) : (... se met à) jurer, le malhonnête ! Pff... pff... Le coq aperçoit enfin son poulailler et vole par-dessus la barrière. "Cocorico !" Il nargue M. Bob, essoufflé et penaud. Marie, boitillant, un pie chaussé du sabot, l'autre avec un simple bas, pense à sa commission : "Tondre le chat, couper la queue du chien." La voici enfin arrivée chez le père Bénéadek, un vieux à l'air jovial. -- Qu'y a-t-il pour ton service gamine ? La fillette récite tout d'une haleine : Madame a dit comme ça qu'il fallait couper la queue du chien et tondre le chat en lion. -- Bon ! Bon ! Cela va être fait. Le tondeur va chercher ses grands ciseaux et une tête de sardine pour apprivoiser Minet qui, docile, s'installe sur l'escabeau : "Arranger un chat en lion, c'est...

Méduses en aquarium. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d7c23a-meduses-en-aquarium

Méduses en aquarium

Méduses dans l'aquarium d'Atlanta. Très souvent fuie à cause de ses cellules urticantes, la méduse a néanmoins des prédateurs. Les deux plus grands consommateurs de méduses sont la tortue Luth dont elle est le mets favori, et le poisson lune. Le thon rouge en est aussi très friand. Dans une moindre mesure, des crustacés apprécient le cadavre de certaines espèces. La surpêche ou la disparition des espèces prédatrices des méduses (thons, harengs, anchois, tortues), la disparition de leurs concurrentes telles que les sardines qui augmentent la quantité de nourriture disponible, « la destruction des fonds marins par les chalutiers qui favorise leur reproduction, le réchauffement des eaux, et l'eutrophisation des milieux côtiers » stimulent leur prolifération, au point que les chercheurs Philippe Cury et Daniel Pauly font la conjecture provocatrice qu'« il nous faudra nous contenter de manger des méduses ! » Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9duse_%28animal%29 ; Philippe Cury et Daniel Pauly, Mange tes méduses !, Éditions Odile Jacob,‎ 2013, 224 p.

Mouflon à manchettes. Source : http://data.abuledu.org/URI/516c6e06-mouflon-a-manchettes

Mouflon à manchettes

Mouflon à manchette (Ammotragus lervia), Habitant les montagnes désertiques du Nord de l'Afrique, il est parfois appelé mouflon de Barbarie, Aoudad ou Arui. C'est un bovidé de la sous-famille des caprinés. Il est de taille moyenne, ne dépassant pas 1,70 m de long (sans la queue) pour un poids de 40 à 145 kg. Adulte, le mâle arbore des cornes qui atteignent 84 cm de long, la femelle ayant des cornes de 40 cm maximum. Elles s'élancent vers le haut puis s'incurvent en demi-cercles divergeant vers l'arrière.

Nids collectifs de passereaux africains en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d1c1c4-nids-collectifs-de-passereaux-africains-en-namibie

Nids collectifs de passereaux africains en Namibie

Nids de passereaux africains en Namibie : Républicain social (Philetairus socius). Ces oiseaux construisent des nids collectifs qui peuvent atteindre une taille énorme et servir à des générations successives, ce qui lui ont valu son nom. Ces nids comptent dans les plus grandes structures construites par des oiseaux, et sont utilisés toute l'année. Ils sont très bien structurés, et fournissent une température plus supportable que celle de l'extérieur. La nuit, les chambres centrales, où les oiseaux dorment, maintiennent la chaleur. Les chambres en périphérie du nid sont utilisées de jour et permettent aux oiseaux de rester à l'ombre. Cette immense « botte de paille » pouvant atteindre 4 m de haut pour 7 m de long, peut parfois peser plusieurs tonnes et casser son support (arbre, poteau, etc.). Ces nids sociaux peuvent accueillir jusqu'à 500 oiseaux, et sont aussi habités par plusieurs autres espèces d'oiseaux commensaux, notamment par le Fauconnet d'Afrique, ou d'autres petits passereaux. De plus grands oiseaux peuvent même construire leur propre nid sur le nid des républicains.

Poisson ange de mer impérial en Mer Rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/55438a63-poisson-ange-de-mer-imperial-en-mer-rouge

Poisson ange de mer impérial en Mer Rouge

Poisson ange de mer impérial (Pomocanthus imperator). C'est un gros poisson-ange, qui peut atteindre 40 cm de long. Sa couleur de fond est jaune vif (notamment les nageoires caudale et dorsale), mais les flancs sont barrés de larges bandes horizontales bleu électrique parfois ramifiées vers la queue. Ce même bleu forme un liseré autour de certaines parties noires, notamment le masque qui barre les yeux horizontalement en remontant sur le front, mais aussi les flancs antérieurs, jusqu'à la base des pectorales (transparentes). La bouche et les joues sont bleu très clair. Ce poisson est très largement réparti dans les récifs de corail de l'indo-pacifique, de la surface à 70 m de profondeur. C'est un poisson territorial. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ange_de_mer_imp%C3%A9rial

Poisson Napoléon aux Maldives. Source : http://data.abuledu.org/URI/554494dc-poisson-napoleon-aux-maldives

Poisson Napoléon aux Maldives

Un Napoléon (Cheilinus undulatus) à Huludhoo, aux Maldives (atoll de Baa). Le napoléon fréquente les eaux tropicales de l'Océan Indien, Mer Rouge incluse, jusqu'aux îles du centre de l'Océan Pacifique. Le napoléon apprécie les pentes récifales externes, comme les pentes des passes ou les récifs bordant les lagons et ce de un à 100 m de profondeur. Les napoléons dorment souvent dans les anfractuosités du récifs qu'ils fréquentent ou dans les épaves. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Napol%C3%A9on_%28poisson%29

Répartition mondiale des espèces de reptiles. Source : http://data.abuledu.org/URI/50f73011-repartition-mondiale-des-especes-de-reptiles

Répartition mondiale des espèces de reptiles

Répartition mondiale du nombre d'espèces de reptiles par continents. Les reptiles sont présents sur quasiment l'intégralité de la surface du globe, à l'exception des zones trop froides à proximité des pôles. Comme ce sont des animaux à sang froid, ils préfèrent tout de même les températures assez élevées, et leur présence et leur diversité deviennent plus importante à proximité des tropiques. Ainsi, les continents les plus riches en reptiles sont l'Asie, l'Afrique et l'Amérique du Sud. Les reptiles peuvent s'adapter à des habitats très différents. On les trouve très présents dans les forêts tropicales, avec une très forte diversité d'espèces, mais ils peuplent également les déserts, où l'on retrouve des lézards et des serpents qui s'abritent durant la journée et sortent la nuit. Dans les zones montagneuses les lézards aiment se cacher dans des amas de pierres, et certains serpents se sont spécialisés dans les zones d'altitude comme la Vipère d'Orsini (Vipera ursinii) que l'on trouve dans les hautes montagnes d'Europe à des altitudes avoisinant 2 000 m. Certains reptiles sont dits fouisseurs et passent une partie de leur vie sous la terre comme les amphisbènes. Les reptiles ont également colonisé les milieux aquatiques : les crocodiliens, certaines tortues comme la Cistude d'Europe et certains serpents comme l'anaconda, le Mocassin d'eau et les couleuvres sont à leur aise dans les rivières et lacs d'eau douce, quand les tortues marines sont présentes dans tous les océans du monde, et ne rejoignent la terre ferme que pour se reproduire. Les serpents marins représentent un niveau d'adaptation supérieur, puisqu'ils ne retournent plus du tout à terre pour la plupart d'entre eux, et ont adopté un cycle de vie exclusivement marin. De nombreuses espèces ont des mœurs arboricoles, comme les serpents ou les lézards. Certains peuvent se déplacer d'arbre en arbre en « planant » comme les dragons volants et dans une moindre mesure certains serpents comme les couleuvres volantes.

Taille du Dilophosaurus. Source : http://data.abuledu.org/URI/512299e9-taille-du-dilophosaurus

Taille du Dilophosaurus

Comparaison entre la taille d'un homme et celle de deux espèces de Dilophosaure. Il pouvait mesurer jusqu'à deux mètres cinquante de haut, six mètres de long et peser 500 kilogrammes. Son crâne possédait des articulations qui lui permettaient de plisser le nez et une paire de crêtes osseuses sur la tête (d’où son nom). Le Dilophosaurus fut une importante figure dans le film de 1993 Jurassic Park et dans le roman original de Michael Crichton. La version filmée montre un Dilophosaurus qui possède une membrane rétractile au cou similaire à celle du chlamydosaurus ou lézard à collerette, et a la capacité de cracher aux yeux un venin aveuglant pour paralyser ses victimes. Il n'existe aucune preuve que le Dilophosaurus ait pu cracher du venin, ni qu'il ait possédé une collerette aux couleurs vives, ce qu'a reconnu M. Crichton, en invoquant la liberté de l'artiste. Dans le film de Steven Spielberg, le Dilophosaurus a été réduit à 1 m de haut et 1,5 m de long, beaucoup plus petit qu'en réalité.

Tarier juvénile de La Réunion. Source : http://data.abuledu.org/URI/521a1ae8-tarier-juvenile-de-la-reunion

Tarier juvénile de La Réunion

Tarier tec-tec juvénile (Saxicola tectes) de La Réunion. C'est un oiseau court et rond, à petit bec fin et pointu, d'une longueur de 12,5 cm. Il est reconnaissable à son sourcil blanc, qui le différencie de Saxicola torquata, le tarier pâtre, dont le sourcil est noir. Il fréquente les clairières forestières et les milieux ouverts, depuis 300 mètres d'altitude jusqu'à la limite haute de végétation, à plus de 2500 m. Il vit en solitaire. On peut le voir souvent se percher au sommet d'un buisson ou d'un rocher pour guetter les insectes qu'il capture au vol ou au sol. Son nid est fait dans le creux d'un tronc ou souvent à même le sol, une habitude sans doute héritée de l'époque (avant l'arrivée de l'homme sur l'île) où il n'avait à craindre aucun prédateur.

Tribut envoyé par les animaux à Alexandre. Source : http://data.abuledu.org/URI/510c5376-tribut-envoye-par-les-animaux-a-alexandre

Tribut envoyé par les animaux à Alexandre

Tribut envoyé par les animaux à Alexandre, illustration par François Chauveau (1613-1676), pour les « Fables choisies mises en vers par M. de la Fontaine », Claude Barbin et Denys Thierry, Paris, 1668 (premier recueil) 1678-79 (deuxième recueil) 1694 (troisième recueil).

Wombat australien. Source : http://data.abuledu.org/URI/50e263f9-wombat-australien

Wombat australien

Wombat à nez poilu. Il peut atteindre 35 cm de haut, 1 m de long et peser jusqu'à 40 kg. L'odorat est très important pour le wombat à nez poilu car il a une mauvaise vue et donc besoin de sentir sa nourriture dans l'obscurité. Il lui faut environ une journée pour creuser un terrier avec ses puissantes griffes acérées qui mesurent environ 5 cm de longueur. Ce sont des animaux herbivores essentiellement nocturnes et crépusculaires.