Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Peinture | Photographie | Sarrasin commun | Blé noir | Cuisine (manioc) | Couscous -- Recettes | Afrique | Côte d'Ivoire | Côte d'Ivoire -- Moeurs et coutumes | Patrimoine culinaire | Pollinisation | Polygonacées | Plantes | Aliments | Manioc -- Fécule | Couscous (graine) | École de Barbizon | Quatorzième siècle | Façons culturales | Calendrier | ...
Calendrier des travaux agricoles. Source : http://data.abuledu.org/URI/5075aee4-calendrier-des-travaux-agricoles-

Calendrier des travaux agricoles

Travaux agricoles des douze mois de l'année au moyen âge : Calendrier extrait du Rustican, de Pierre Crescent (Pietro Crescenzi). Le Moyen Âge n’a pas ignoré les traités centrés autour d’une activité donnée comme l’agriculture ; ceux-ci se sont multipliés depuis les œuvres des Anglo-Normands du XIIIe siècle, dont Walter de Henley, au grand traité de Pierre de Crescent au XIVe siècle. Rédigé entre 1304 et 1306, le "Ruralium commodorum opus" réunit toute la science agronomique médiévale et tous les souvenirs des auteurs latins, avec une orientation vers l’agriculture méditerranéenne. Il fut composé en latin, sous ce titre : "Opus ruralium commodorum, libri duodecim". Dès qu'il parut, il fit une grande sensation, et fut bientôt répandu dans toute l'Europe. Charles V, roi de France, le fit traduire en français en 1373. Légende : janvier, curer les fossés à la houe ; février, étaler le fumier sur les terres avec bêche et houe ; mars, tailler la vigne à la serpe ; avril, tondre les moutons aux ciseaux (les forces) ; mai, chasse au faucon ; juin, faucher l’herbe à la faux ; juillet, moisson à la faucille ; août, battre le blé au fléau sur l'aire ; septembre, semer à la volée après avoir labouré les champs ; octobre, presser le raisin aux pieds dans une cuve ; novembre, cueillette des glands pour les cochons l'hiver ; décembre, pèle-porc.

Les glaneuses en bonnet. Source : http://data.abuledu.org/URI/50fc66f7-les-glaneuses-en-bonnet

Les glaneuses en bonnet

Glaneuses, 1857, de Jean-François Millet (1814-1875). Sur le tableau figurent trois femmes, une vieille et deux jeunes, parmi les plus pauvres de la campagne, puisque contraintes de glaner des épis de blés pour manger, et illustre ainsi la misère de la population rurale en s'inscrivant dans la veine réaliste, sans misérabilisme. Les trois femmes figurent les trois gestes du glanage : se baisser, ramasser, se relever. Le travail de ces femmes est pénible (courbure du dos, maigreur de la récolte), mais leurs vêtements ne sont pas des haillons. Cette pauvreté (et une certaine fracture sociale) est accentuée par l'apparente richesse de la récolte de blé chargée sur les charrettes en arrière plan par le maître et les gens de ferme. Millet représente dans le ciel une nuée d'oiseaux, prêts eux aussi à picorer les grains oubliés, à l'instar des glaneuses.

PLat d'Attiéké en Côte d'Ivoire. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d991e0-plat-d-attieke-en-cote-d-ivoire

PLat d'Attiéké en Côte d'Ivoire

Attiéké, couscous de manioc, spécialité culinaire de Côte d'Ivoire. Le manioc est épluché, broyé et mélangé à une petite quantité de manioc auparavant fermenté, puis la pâte ainsi obtenue est mise à nouveau à fermenter pendant un à deux jours. Au bout du temps de fermentation qui aura permis d'éliminer en grande partie l'acide cyanhydrique que contient naturellement le manioc, la pâte est essorée, tamisée, séchée et vannée, puis mise à cuire à la vapeur. Après quelques minutes de cuisson, l'attiéké est prêt à être consommé. L'attiéké est pourvu d'un goût très légèrement acide et d'une odeur franche. Les palais les moins affinés ne sentent pas de différence avec le couscous de blé. Pourtant, sa couleur plus claire, sa texture plus élastique et plus collante, son aspect légèrement translucide les différencie bien. Son parfum est typique. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Atti%C3%A9k%C3%A9.

Sarrasin Graines. Source : http://data.abuledu.org/URI/509bbd11-sarrasin-graines

Sarrasin Graines

Malgré son appellation courante de blé noir, le sarrasin n'est pas une graminée, et n'est pas une espèce du genre Triticum (genre regroupant les variétés de blé).

Sarrasin ou Blé noir. Source : http://data.abuledu.org/URI/506f2ed1-sarrasin-ou-ble-noir

Sarrasin ou Blé noir

Planche botanique N° 280 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Blé noir (Polygonum fagopyrum). Malgré son appellation courante de blé noir, le sarrasin n'est pas une graminée, et n'est pas une espèce du genre Triticum (genre regroupant les variétés de blé). Il est dépourvu de gluten, ce qui le rend difficile à utiliser en panification ou pour la confection des pâtes. Il est utilisable dans la confection de produits destinés aux personnes intolérantes au gluten. Les fruits sont des akènes à trois angles, qui contiennent une seule graine. Leur maturation est très échelonnée, ce qui rend la récolte plutôt délicate. Riches en protéines, elles contiennent tous les acides aminés essentiels, en outre elles posséderaient de nombreuses propriétés pour l'alimentation. C’est un grain hautement nutritif, de surcroît riche en fibres solubles et en composés antioxydants. En France la culture a failli disparaître (le blé noir couvrait 700 000 hectares en France au XIXe siècle et 160 000 hectares en Bretagne au milieu des années 1960), remplacée par l'orge, le blé et le maïs, plus rentables. La FAO indique que 30 000 ha sont cultivés en France. Plante mellifère : dans le cadre de l'année internationale de la biodiversité 2010, un projet pilote est en cours en Franche-Comté qui vise à cultiver des surfaces de sarrasin pour permettre aux abeilles d'utiliser le pollen produit par ces plantes comme élément nutritif.