Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Musique | Loisirs | Disques | Dessins et plans | Éléments (chimie) | Disques durs | Électrophones | Anglais (langue) | Disques vinyle | Art contemporain | Peinture de paysages | Néo-impressionnisme (art) | Cercles | Mosaïques | Bas-reliefs | Bordeaux (Gironde) -- Quartier Mériadeck | Peinture | Bob Marley (1945-1981) | Freins | ...
CD-ROM. Source : http://data.abuledu.org/URI/50e6011b-cd-rom

CD-ROM

Un CD-ROM (abréviation de "Compact Disc - Read Only Memory") soit disque compact à mémoire morte (non modifiable) ou cédérom est un disque optique utilisé pour stocker des données sous forme numérique destinées à être lues par un ordinateur ou une console de jeu compatible. Le CD-ROM est une évolution du cd audio original, qui était destiné aux données numériques musicales prévues pour un lecteur de CD de chaîne Hi-fi ou de baladeur. Grâce à leur grande capacité de stockage et leur compacité, les cd-roms ont supplanté les disquettes dans la distribution des logiciels et autres données informatiques. Le terme cédérom, francisation officielle de CD-ROM, provient simplement de la lecture phonétique de ce mot anglais. Depuis lors (1996), cédérom et cd-rom, en minuscules, sont considérés comme des noms communs en français, et prennent donc un s au pluriel. Les données du CD-ROM sont lues sur la surface du disque par un laser, les bits de données étant stockés sous forme de creux et bosses et chaque fichier ayant des coordonnées sur le disque. L’information captée par le laser est transmise à l’ordinateur par une connexion interne de type SCSI, IDE, SATA, ou par un port externe USB ou E-SATA. Un cd-rom ne contient que des données non modifiables : il peut être lu par un lecteur de disque optique (lecteur CD), mais ne peut être écrit que par un graveur.

Couverture de disque d'enfants en 45 tours. Source : http://data.abuledu.org/URI/52485170-couverture-de-disque-d-enfants-en-45-tours

Couverture de disque d'enfants en 45 tours

Couverture de disque d'enfants en 45 tours : "Noddy Stories" de Enid Mary Blyton (1897-1968).

Couverture de disque de Bela Bartok. Source : http://data.abuledu.org/URI/53b56e1e-couverture-de-disque-de-bela-bartok

Couverture de disque de Bela Bartok

Couverture de disque de Béla Bartók, pianiste hongrois : concerto mené par le chef d'orchestre Anton Dorati.

Disque chromatique. Source : http://data.abuledu.org/URI/50a900ed-disque-chromatique

Disque chromatique

Disque chromatique avec les longueurs d'ondes associées.

Disque de cuivre. Source : http://data.abuledu.org/URI/5066fd26-disque-de-cuivre

Disque de cuivre

Disque de cuivre obtenu par coulée continue (Pureté : 99,95%, diamètre : 83 mm environ), et dépoli par traitement chimique. Le cuivre est un élément chimique de symbole Cu et de numéro atomique 29. Naturellement présent dans la croûte terrestre, il est essentiel au développement de toute forme de vie. Avec l’or, le cuivre pur est le seul métal coloré ; il présente sur ses surfaces fraîches une teinte rose saumon. Il est aussi appelé le « métal rouge ».

Disque de Vanadium. Source : http://data.abuledu.org/URI/5066fe1c-disque-de-vanadium

Disque de Vanadium

Disque de Vanadium (pureté : 99,95 %) obtenu à l'aide de la fusion par faisceau d’électron, usiné par Électro-érosion, poli, puis gravé à l'acide. Taille : 35 mm de diamètre, masse : 31,5 g environ. Le vanadium est un élément chimique, de symbole V et de numéro atomique 23. C'est un métal rare, mou et ductile que l'on trouve dans certains minerais. Il est principalement utilisé dans les alliages.

Disque dur. Source : http://data.abuledu.org/URI/504bc68b-disque-dur

Disque dur

Icone de disque dur.

Disque dur. Source : http://data.abuledu.org/URI/52a7510c-disque-dur

Disque dur

Schéma des composants du disque dur (légendé en français par historicair) : plateau, axe, tête de lecture, bras, alimentation électrique, interface IDE (SATA), servocommande, cavalier.

Disque gravé à Bordeaux-Mériadeck. Source : http://data.abuledu.org/URI/556a4fd1-disque-grave-a-bordeaux-meriadeck

Disque gravé à Bordeaux-Mériadeck

Disque gravé à Bordeaux-Mériadeck (Gironde).

Disque vinyle 33 tours. Source : http://data.abuledu.org/URI/524843cc-disque-vinyle-33-tours

Disque vinyle 33 tours

Disque vinyle 33 tours : album de Bob Marley, édité en 1984 par les "Island Records", sept titres en anglais.

Frein à disque Porsche. Source : http://data.abuledu.org/URI/504310c3-frein-a-disque-porsche

Frein à disque Porsche

Frein à disque de Porsche Cayenne

Paysage au disque en 1906. Source : http://data.abuledu.org/URI/53447bc8-paysage-au-disque-en-1906

Paysage au disque en 1906

Paysage au disque en 1906, par Robert Delaunay (1885–1941). Musée d'Art Moderne de Paris. Entre 1904 et 1906, il réalise une série de portraits et d'autoportraits dans lesquels il applique la technique de la large touche en pavé propre au divisionnisme. Il réalise dans le même temps une série de paysages, toujours en utilisant la méthode divisionniste, dont le célèbre Paysage au disque, peint dans les derniers jours de 1906. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Delaunay

Stabile de Calder avec disque rouge. Source : http://data.abuledu.org/URI/541e8c35-stabile-de-calder-avec-disque-rouge

Stabile de Calder avec disque rouge

Stabile d'Alexander Calder, "Crinkly avec disque rouge", 1973 à Stuttgart (Schlossplat), en Allemagne.

Tourne-disque. Source : http://data.abuledu.org/URI/52483cdc-tourne-disque

Tourne-disque

Platine tourne-disques haute fidélité Thorens, des années 1980. Avec l’apparition des chaînes haute-fidélité, on a dissocié l’amplification de la lecture proprement dite, le tourne-disques étant alors désigné par le terme de platine ou de table de lecture. Ce dispositif est le seul à être encore couramment commercialisé pour un usage personnel. Les platines sont destinées à une reproduction de qualité sur un spectre de fréquences aussi large que possible, qui s’étend environ de 30 Hz à 18 kHz. Les exigences quant à leur fabrication sont donc considérablement plus strictes que celles imposées aux électrophones. Leur plateau a un diamètre légèrement supérieur à celui des disques microsillons de 30 cm et le niveau de bruit toléré est extrêmement faible, surtout aux basses fréquences. Elles sont équipées de moteurs à courant continu et d’une régulation électronique précise de la vitesse de rotation, ou de moteurs alternatifs synchrones qui mettent en rotation un plateau lourd par l’intermédiaire d’une courroie élastique. Leur tête de lecture est une tête magnétique, différente des têtes piézo-électriques, et délivre un signal électrique considérablement plus faible, de l’ordre de 5 mV environ. Elles nécessitent un préamplificateur spécial qui respecte rigoureusement la norme RIAA. Un tel préamplificateur, désigné sous le nom de préamplificateur correcteur, est en général inclus dans les équipements Hi-Fi de bonne qualité, mais peut aussi être installé dans un boîtier séparé.

Tourne-disque avec disque. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d86481-tourne-disque-avec-disque

Tourne-disque avec disque

Un tourne-disque ou électrophone est un appareil électronique destiné à restituer un enregistrement sonore réalisé sur disques microsillons. Appelé aussi pick up (table tournante au Québec), il est le successeur électronique du phonographe. Une platine, platine tourne-disque ou « table de lecture », ne comprend que les mécanismes de lecture des disques, sans amplification ni haut-parleurs. C’est la forme la plus courante de tourne-disques depuis la fin des années 1970. De nombreux électrophones « grand public » se présentaient sous la forme d’une sorte de valise, dont le couvercle amovible contenait parfois le haut-parleur large bande qui, par le mode de construction de l’appareil, ne restituait les sons que dans une gamme réduite de fréquences, mais suffisante pour que le public ait plaisir à écouter ses disques. Le socle de l’appareil supportait le tourne-disque qui se composait lui-même d’une tête de lecture généralement piézo-électrique supportée par un bras articulé, et d’un plateau de dimensions en général assez réduites, de l’ordre de 20 cm de diamètre, mis en rotation par un moteur électrique, et sur lequel le disque à écouter était posé. Ce disque était centré par une broche située au centre du plateau. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Platine_tourne-disques