Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Vents -- Vitesse | Vents | Dessins et plans | Photographie | Extrados | Hydrodynamique | Voiles (marine) | Routes maritimes | Vents -- Mesure | Intrados | Portance | Météorologie | Cartes du monde | Routes -- Mesures de sécurité | Résistance à l'avancement (hydrodynamique) | Routes commerciales | Rouge | Navires -- Propulsion | Sports | Aérodynamique | ...
Cambrure de voile. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b0d8ba-cambrure-de-voile

Cambrure de voile

Évolution des coefficients aérodynamiques suivant la cambrure de la voile. Les courbes de portance (et traînée) en fonction et de l'angle d'attaque dépendent de la cambrure de la voile, c'est-à-dire de la forme plus ou moins prononcée du creux de la voile. Une voile à forte cambrure a un coefficient aérodynamique plus élevé, donc potentiellement un effort propulsif plus important. Par contre le coefficient aérodynamique engendrant la gîte varie dans le même sens, donc il faudra suivant les allures trouver une cambrure de compromis entre un effort propulsif important et une gîte acceptable.

Char a voile. Source : http://data.abuledu.org/URI/51b08cb4-char-a-voile

Char a voile

Le char à voile est un sport de vitesse qui se pratique en général sur de grandes plages de sable. On le pratique par exemple en France sur les plages de la Côte d'Opale, de la côte picarde, en Normandie, en Vendée, en Bretagne ou en Loire Atlantique. La force de traction du véhicule est le vent, capté par une voile.

Forces véliques au près. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b0dbb4-forces-veliques-au-pres

Forces véliques au près

Décomposition au près des forces véliques noté A : la portance (C) et la trainée (B). C1 est partie de la portance de la voile participant à l'avancement du navire et C2 la portance de la voile participant à gîte du navire. (W) est le vent, (\lambda) la dérive.

Manche à air. Source : http://data.abuledu.org/URI/50940c10-manche-a-air

Manche à air

La manche à air, parfois appelée la manche à vent, est un dispositif destiné à indiquer non seulement la direction du vent, mais aussi — contrairement à la girouette — une estimation de sa vitesse. La manche à air est constituée d'un mât auquel est attaché un manchon conique en tissu, resserré à son extrémité. Ce manchon comporte cinq anneaux alternant trois rouges et deux blancs. L'air entre par le gros bout du manchon, celui près du mât, et est soulevé dans la direction opposée à celle d'où vient le vent. Chacune des bandes de couleur, lorsque gonflée par le vent, correspond à environ 5 nœuds (environ 9 km/h) ; le manchon est donc à l'horizontale lorsque le vent souffle à plus de 25 nœuds (environ 45 km/h). Cela donne une estimation relativement précise de la direction et de la vitesse du vent jusqu'à cette force.

Manche à air. Source : http://data.abuledu.org/URI/50d60b8e-manche-a-air

Manche à air

La manche à air, parfois appelé la manche à vent, est un dispositif destiné à indiquer non seulement la direction du vent, mais aussi — contrairement à la girouette — une estimation de sa vitesse. La manche à air est constituée d'un mât auquel est attaché un manchon conique en tissu, resserré à son extrémité. Ce manchon comporte cinq anneaux alternant trois rouges et deux blancs. L'air entre par le gros bout du manchon, celui près du mât, et est soulevé dans la direction opposée à celle d'où vient le vent. Chacune des bandes de couleur, lorsque gonflée par le vent, correspond à environ 5 nœuds (environ 9 km/h) ; le manchon est donc à l'horizontale lorsque le vent souffle à plus de 25 nœuds (environ 45 km/h). Cela donne une estimation relativement précise de la direction et de la vitesse du vent jusqu'à cette force.

Portée vélique : portance et traînée. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b0c800-portee-velique-portance-et-trainee

Portée vélique : portance et traînée

Schéma type d'un profil représentant l'évolution de la traînée C_D et de la portance C_L suivant l'incidence. La portance latérale n'est quasiment jamais représentée car le profil est assimilé à un profil d'allongement infini donc les valeurs mesurées sont faibles. La forme générale de la force F = frac12 imes ho imes S imes C imes V^2 est calculée ou mesurée dans une veine d'air à vitesse aussi uniforme que possible arrivant sur la voile. La force est décomposable suivant les trois dimensions. La viscosité par nature frotte sur le profil, et donc engendre un effet résistant au mouvement. Plus important, cette viscosité perturbe le flux d'air autour du profil ; cette perturbation engendre une force considérable perpendiculairement au profil. De même, comme le profil n'est pas infini, les extrémités du profil engendrent elles aussi un effort dans la dimension restante. La voile se déforme sous l'effet du vent et prend une forme nommée profil. Lorsque l'écoulement de l'air autour de ce profil est laminaire, le facteur dépression face sous le vent devient déterminant. Cet effet est alors appelé portance. Les études et la théorie établissent pour une voile que : la dépression relative sur l'extrados (face sous le vent) représente les 2/3 de la portance, la surpression sur l'intrados (face au vent) représente 1/3 de la portance.

Remonter contre le vent. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b0c620-segeln-gegen-den-wind-jpg

Remonter contre le vent

Schéma simplifié des forces en jeu quand un bateau remonte au vent : 1) vent, 2) vent repoussé, 3) propulsion. La particule arrive avec l'énergie (1, bleu) et repart avec l'énergie (2, rouge) transmettant sur la voile la quantité d'énergie (3, vert) (Les vecteurs du dessin sont des quantités de mouvement).

Routes commerciales maritimes. Source : http://data.abuledu.org/URI/52c3f1cc-routes-commerciales-maritimes

Routes commerciales maritimes

Routes commerciales empruntées par les navires entre l'Angleterre et l'Australie-Nouvelle Zélande du XVIIIe au XXe siècle. Dessiné par Jérôme BLUM le 22 juillet 2006, inspiré par la version anglaise. La carte de fond est dans le domaine public. Elle est issue du projet Visible Earth de l'observatoire de la Terre de la NASA. Source : http://visibleearth.nasa.gov/view.php?id=57752. Les vents des quarantièmes rugissants ont joué un rôle significatif dans le choix de la route suivie par les clippers et donc sur le commerce entre l'Europe, l'Amérique du Sud et l'Orient. Wellington est la seule capitale nationale située dans les latitudes des quarantièmes rugissants. Elle est surnommée « Windy Wellington » ou « Windy Welly » à cause du fort vent omniprésent accentué par l'effet Venturi de sa position sur le détroit entre les deux îles principales de Nouvelle-Zélande. L'île de Tasmanie, l'État le plus méridional de l'Australie, est située entièrement dans les quarantièmes rugissants et a, par conséquent, un littoral occidental moins peuplé et balayé par les vents. De même, le sud de l'Amérique du Sud, la Patagonie, est continuellement balayé par les vents des Quarantièmes rugissants et des Cinquantièmes hurlants. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Quaranti%C3%A8mes_rugissants.