Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Navigation -- Mesures de sécurité | Phares | Phares -- France | Sécurité maritime | Géographie | Parachutisme | Saut en parachute | Sécurité -- Dispositifs | Aéronautique -- Mesures de sécurité | Dessins et plans | Vol libre | Parapente | Mesures de sécurité | Parachutistes | Phare du XIXe siècle en France | Monuments historiques | Sports -- Matériel | Sécurité -- Mesures | Phare du XXe siècle en France | ...
Ancien phare de Fatouville-Grestain sur l'estuaire de la Seine. Source : http://data.abuledu.org/URI/535e27ac-phare-de-fatouville

Ancien phare de Fatouville-Grestain sur l'estuaire de la Seine

Le phare de Fatouville a été construit sur la commune de Fatouville-Grestain, Eure. Il guidait les bateaux sur l'estuaire de la Seine. Le phare fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 13 septembre 2011. La construction du phare commença en 1839 pour se terminer en 1850 et fut éteint en 1907. En 1923 il a été mis aux enchères par l'État, il est aménagé en chambres d'hôtes. Hauteur : 32 m - Elévation : 132 m - portée : 40 km. Feu éteint depuis 1907 - Optique : Fresnel. Source :

Cadenas à combinaison. Source : http://data.abuledu.org/URI/532f4b73-cadenas-a-combinaison

Cadenas à combinaison

Cadenas à combinaison, femeture par un système de roues chiffrées.

Carte d'ouverture de porte d'hôtel. Source : http://data.abuledu.org/URI/53307b4d-carte-d-ouverture-de-porte-d-hotel

Carte d'ouverture de porte d'hôtel

Carte perforée en plastique remplacant une clé pour entrer dans une chambre d'hôtel. USA 1983.

Combinaisons de protection de pompiers. Source : http://data.abuledu.org/URI/538707d2-combinaisons-de-protection-de-pompiers

Combinaisons de protection de pompiers

Sapeurs-pompiers portant une combinaison spéciale pour un exercice d'entraînement (fuite chore).

Croquis de virage à gauche en forêt. Source : http://data.abuledu.org/URI/540069a4-croquis-de-virage-a-gauche-en-foret

Croquis de virage à gauche en forêt

Croquis de virage à gauche en forêt sur une route secondaire, avec panneau et bande blanche médiane, imagier 2014 de RyXéo.

Espace aérien en Alsace. Source : http://data.abuledu.org/URI/50b129bb-espace-aerien-en-alsace

Espace aérien en Alsace

Coupe verticale dans la direction NNE-SSW de l'espace aérien alsacien en 2009. En rouge : les espaces aérien controlés (CTR, TMA) dont l'accès nécessite l'autorisation de la tour de controle et la possession d'une radio aéronautique. Entre le sol et la base de l'espace aérien controlé, le vol libre est possible.

Gants obligatoires. Source : http://data.abuledu.org/URI/50fdb988-gants-obligatoires

Gants obligatoires

Panneau signalant que le port de gants est obligatoire.

Ile-de-Sein Phare de Goulenez. Source : http://data.abuledu.org/URI/5414d4cc-ile-de-sein-phare-de-goulenez

Ile-de-Sein Phare de Goulenez

Phare de Goulenez, Île-de-Sein : mis en service en 1951, sur les ruines de l’ancien phare détruit en 1944.

Logo de manche à air (décollage). Source : http://data.abuledu.org/URI/50b12b89-logo-de-manche-a-air-decollage-

Logo de manche à air (décollage)

Logo représentant un décollage de parapente (ou de vol libre en général) avec une manche à air dans une pente.

Manche à air. Source : http://data.abuledu.org/URI/50940c10-manche-a-air

Manche à air

La manche à air, parfois appelée la manche à vent, est un dispositif destiné à indiquer non seulement la direction du vent, mais aussi — contrairement à la girouette — une estimation de sa vitesse. La manche à air est constituée d'un mât auquel est attaché un manchon conique en tissu, resserré à son extrémité. Ce manchon comporte cinq anneaux alternant trois rouges et deux blancs. L'air entre par le gros bout du manchon, celui près du mât, et est soulevé dans la direction opposée à celle d'où vient le vent. Chacune des bandes de couleur, lorsque gonflée par le vent, correspond à environ 5 nœuds (environ 9 km/h) ; le manchon est donc à l'horizontale lorsque le vent souffle à plus de 25 nœuds (environ 45 km/h). Cela donne une estimation relativement précise de la direction et de la vitesse du vent jusqu'à cette force.

Parachute de secours - effet miroir. Source : http://data.abuledu.org/URI/5399cf6b-parachute-de-secours-effet-miroir

Parachute de secours - effet miroir

Effet miroir entre un parachute de secours et une aile de parapente : les deux voiles s'alignent horizontalement à l'opposé l'une de l'autre, et par conséquent le taux de chute augmente beaucoup. Pour cette raison, l'aile principale doit être neutralisée lorsque le parachute est deployé.

Parachute de secours - parapente neutralisé. Source : http://data.abuledu.org/URI/5399cfc9-parachute-de-secours-parapente-neutralise

Parachute de secours - parapente neutralisé

Neutralisation du parapente en tirant sur les suspentes B pour éviter l'effet miroir.

Parachutisme - coupole. Source : http://data.abuledu.org/URI/5399cf08-parachutisme-coupole

Parachutisme - coupole

Parachute de secours de type coupole utilisé en parapente.

Parachutisme - suspentage. Source : http://data.abuledu.org/URI/5399ce99-parachutisme-suspentage

Parachutisme - suspentage

Le suspentage du parachute doit être plus court que celui de la voile de parapente, sinon les turbulences générées par le parapente peuvent empêcher le parachute de s'ouvrir.

Parachutisme de secours - 1. Source : http://data.abuledu.org/URI/5399a916-parachutisme-de-secours-1

Parachutisme de secours - 1

La libération est la première étape de la procédure de secours (PDS). Elle consiste à désolidariser les élévateurs de la voile principale du sac-harnais via le système trois anneaux. A gauche en orange, la voile principale qui a été libérée. En blanc la voile de secours, toujours attachée au sac harnais qui est en noir. Le sac blanc qui dépasse de la voile principale est l'extracteur de la voile principale qui permet d'ouvrir cette dernière. On le tire à la main. D'où son nom : hand-deploy.

Parachutisme de secours - 2. Source : http://data.abuledu.org/URI/5399aade-parachutisme-de-secours-2

Parachutisme de secours - 2

Les élévateurs après une libération. La libération est la première étape de la procédure de secours (PDS). Elle consiste à désolidariser les élévateurs de la voile principale du sac-harnais via le système trois anneaux. Les élévateurs (à droite en bleu), les suspentes (blanches), le glisseur de la voile principale (en bleu au niveau des suspentes) et les commandes de la voile principale (en jaune, au niveau des élévateurs). La corde noire sur l'élévateur à droite de l'image est le LOR qui ouvre la voile de secours dès que la voile principale est libérée. Mais il faut tout de même tirer sur la poignée d'ouverture du secours car le LOR est désactivable.

Parachutisme de secours - 3. Source : http://data.abuledu.org/URI/5399ab8e-parachutisme-de-secours-3

Parachutisme de secours - 3

Le POD d'une voile de secours. La libération est la première étape de la procédure de secours (PDS). Elle consiste à désolidariser les élévateurs de la voile principale du sac-harnais via le système trois anneaux. En haut, le POD de la voile de secours n'est pas solidaire de la voile de secours. L'extracteur de la voile de secours contient un ressort pour que l'ouverture se fasse le plus vite possible, mais aussi pour éloigner le POD le plus possible du parachutiste afin qu'il soit dans le vent relatif et que la voile de secours s'ouvre avec le moins d'interférence possible.

Parachutisme de secours - 4. Source : http://data.abuledu.org/URI/5399add8-parachutisme-de-secours-4

Parachutisme de secours - 4

Sac harnais de parachute après une libération. La libération et la première étape de la procédure de secours (PDS). Elle consiste à désolidariser les élévateurs de la voile principale du sac-harnais via le système trois anneaux. Le sac harnais avec les élévateurs de la voile de secours en bleu et ses commandes en rouge. La voile de secours se trouve en haut du sac harnais et la voile principale en bas. La poignée rouge et noir avec l'anneau en jaune c'est la poignée de libération qui sépare la voile principale. Le seul élément qui manque c'est la poignée d'ouverture du secours qui est tombée on ne sait où. La PDS voulant que l'on la lâche après avoir tiré dessus.

Phare à Saint-Valery-en-Caux en Haute-Normandie. Source : http://data.abuledu.org/URI/535e1f8d-phare-a-saint-valery-en-caux

Phare à Saint-Valery-en-Caux en Haute-Normandie

Le phare de Saint-Valery-en-Caux (Seine-Maritime, France) est une tour blanche avec haut vert sur la jetée-Ouest. Il a été construit en 1872 puis modifié en 1914. Sa portée varie de 5 à 15 milles selon le temps. Il est alimenté électriquement depuis 1958. Le feu rouge de la jetée est un candélabre en fonte datant de 1857. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Phare_de_Saint-Valery-en-Caux

Phare d'Ailly en Haute-Normandie. Source : http://data.abuledu.org/URI/535e1ec1-phare-de-ailly

Phare d'Ailly en Haute-Normandie

Le phare moderne d'Ailly a été construit sur la pointe d'Ailly, au sud-ouest de Dieppe, sur une falaise soumise à érosion. Les travaux débutent en 1951. On place cinquante deux pieux de huit mètres en béton dont la tête est coulée sous un radier de 1,60 mètre d'épaisseur. Ils sont destinés à recevoir les 1 000 tonnes du phare. La tour carrée en pierres de Mignac est revêtue, à l'intérieur, d'un parement de béton de porphyre rouge bouchardé. Le porche de la tour est en granit. L'ensemble est sobre et ses lignes pures. La lanterne à coupole est peinte en vert. Elle s'élève à 16,53 mètres du sol et à 94,58 mètres de la mer. Le vieux phare de 1775 reste en service jusqu'au 22 avril 1958, date à laquelle le phare actuel est allumé. Depuis 2001, le phare est équipé de capteurs atmosphériques destinés à mesurer la qualité de l'air. Il faut gravir 91 marches pour admirer un panorama exceptionnel : depuis les falaises de Saint-Valery-en-Caux jusqu’à la baie de Somme. Depuis le 24 novembre 2010 le phare est en totalité inscrit monument historique, à savoir : la tour, le bâtiment technique, la maison du gardien, le portail d’entrée ainsi que le tronc de la Société nationale de sauvetage en mer. Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Phare_d%27Ailly

Phare de Gatteville dans la Manche. Source : http://data.abuledu.org/URI/535e6d79-phare-de-gatteville

Phare de Gatteville dans la Manche

Le phare de Gatteville, ou phare de Gatteville-Barfleur, est situé sur la pointe de Barfleur (commune de Gatteville-le-Phare), dans la Manche. Il signale les forts courants du raz de Barfleur. L'architecte Charles-Félix Morice de la Rue (1800-1880), sous le règne de Charles X, qui dessinera ensuite le phare de la Hague, conçoit les plans du plus haut phare de l'époque (dépassé depuis par le phare de l'Île Vierge). La pose de la pierre centrale a lieu le 14 juin 1828 et les travaux s'étaleront jusqu'en 1835. C'est en effet le 1er avril 1835 qu'il fut allumé pour la première fois. Il comporte autant de marches que de jours dans l'année, autant de fenêtres que de semaines et autant de niveaux (représentés par le nombre de fenêtres en façade) que de mois. Il est électrifié en 1893. Hauteur 74,75 m - Elévation 78,85 m - Portée : 29 milles (53 km) ; Feux : 2 éclats blancs 10 secondes - Optique : 2 lentilles de Fresnel à 4 panneaux 1/4 jumelés, focale 0.30 m ; Lanterne : lampes au xénon 1600 w 1 par temps clair, 2 si brume. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Phare_de_Gatteville

Phare de Honfleur sur l'estuaire de la Seine. Source : http://data.abuledu.org/URI/535e60fd-phare-de-honfleur

Phare de Honfleur sur l'estuaire de la Seine

Le phare de Honfleur, appelé aussi phare de la Falaise des Fonds ou phare du Butin, se situe sur la commune de Honfleur, département du Calvados, sur la rive sud de l'estuaire de la Seine en aval du pont de Normandie. En 1908, ce phare fut réalisé à l'extinction du phare de Fatouville pour signaler l'entrée ouest du port de Honfleur. Il fut équipé d'un feu à 2 occultations/8 secondes (3 secteurs blancs, 2 secteurs rouges et un secteur vert). En 1933, il est électrifié et modifié en feu à 2 occultations/12 secondes (secteurs colorés : 3 blancs, 2 rouges, 1 vert). Il est éteint durant la guerre et rallumé en 1951. Le phare de Honfleur a été légèrement modifié après la guerre, lors de la construction de la route. C'est une tour carrée blanche en maçonnerie de pierres apparentes, corniche et chaînage d'angle en pierre de taille de granit de Cherbourg. Elle est rehaussée de la lanterne verte et l'appareillage provenant de l'ancien phare de l'Hôpital. Elle est équipée d'un feu à 3 éclats/12 secondes (secteurs colorés blancs, rouges, verts). Un feu rouge, présent sur la jetée, complète la signalisation. Hauteur : 14.50 m - Elévation : 17.50 m ; feux : 3 éclats/12 secondes (secteurs blancs, rouges et verts) ; Optique : tambour 360°/0.50 m de focal. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Phare_de_Honfleur

Phare de l'île de Groix. Source : http://data.abuledu.org/URI/54324964-phare-de-l-ile-de-groix

Phare de l'île de Groix

Le phare de la pointe des chats, île de Groix dans le Morbihan. Construit vers 1897 sur une ancienne batterie de défense, il fut mis en service le 15 octobre 1898. On jugea indispensable la construction de cet édifice de 15,22 m (17,92 m au-dessus du niveau de la mer) en raison des nombreux navires qui faisaient naufrage sur la longue base rocheuse des Chats (appellation venant du surnom donné à ces récifs par les groisillons de l'époque), s'étendant sur plus d'un kilomètre. Chaque nuit, il avertit donc les marins en direction ou en partance de Lorient de l'important danger que représente cette côte très découpée, par 1 éclat rouge toutes les 5 secondes d'une portée d'environ 19 milles (soit 35 km). Automatisé, habité mais non gardienné, il ne se visite pas. La pointe où il se situe constitue une réserve naturelle géologique protégée. On y trouve plusieurs types de minéraux (grenats, micaschistes, glaucophanes, épidotes...). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Phare_de_la_pointe_des_Chats

Phare de la Hève en Seine-Maritime. Source : http://data.abuledu.org/URI/535e2456-phare-de-la-heve

Phare de la Hève en Seine-Maritime

Le phare de la Hève est un phare moderne s'élevant sur les hautes falaises crayeuses du nord de l'estuaire de la Seine, sur le cap de la Hève, dans la commune de Sainte-Adresse. Il a été mis en service en 1951 ; un escalier de 161 marches mène à sa lanterne. Après un effondrement de falaise, deux phares identiques de 17 mètres de hauteur furent construits en 1775 à une centaine de mètres de la falaise. Ils furent les premiers phares électrifiés de France en 1863. Ils furent détruits pendant la Seconde Guerre mondiale en 1944. Hauteur : 32 m - élévation : 102.5 m - portée : 27 milles marins (50 kms) Feux : 1 éclat blanc 5 secondes - Optique : tournante à 4 panneaux focale 0.30m ; lanterne : halogènes 650 W. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Phare_de_la_H%C3%A8ve

Phare de Ouistreham, gardien de l'estuaire de l'Orne . Source : http://data.abuledu.org/URI/535e6233-phare-de-ouistreham-

Phare de Ouistreham, gardien de l'estuaire de l'Orne

Le phare de Ouistreham) est un phare à terre, cylindrique, mesurant 38 m de haut, fabriqué en granite et peint en rouge et blanc. Il fut mis en service en 1905. Il a été construit à côté de l'usine hydraulique, fonctionnant à l'époque et toujours visible de nos jours. Le phare d'Ouistreham est le "gardien de l'estuaire de l'Orne", il est visible à 16 milles marins à la ronde. La "signature" lumineuse du phare est de trois secondes de lumière blanche suivi d'une seconde d'obscurité. Le phare indique les dangereux rochers des Essarts grâce à un secteur rouge montrant la direction aux marins. Grâce à ses 171 marches de granite bleu de Vire, on accède à l'optique, une lampe halogène derrière une demi-lentille de Fresnel. Il est automatisé, gardienné et visitable. Au cours de l'été 2005, à l'occasion du centenaire, un jeu de lumière a été installé sur le phare. Il éclaire la base de l'édifice, et permet aux Ouistrehamais, en fonction de la couleur, de savoir si la mer est montante ou descendante : il est bleu lors de la marée montante, blanc le reste du temps. Il est peint en rouge en son haut, en écho aux balises latérales bâbord de la zone A. En effet, il est implanté sur la gauche du chenal quand on entre au port. Hauteur : 38.20 m - Elévation : 43 m - Portée : 16 milles nautiques ; Feux : lancs 1 occ., 4 secondes secteurs blanc et rouge ; Optique : demi-lentille de Fresnel, focale 0.25 m. ; Lanterne : lampe halogène 1 500 w. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Phare_de_Ouistreham

Phare de Ver-sur-Mer en baie de Seine. Source : http://data.abuledu.org/URI/535e6a5f-phare-de-ver-sur-mer

Phare de Ver-sur-Mer en baie de Seine

Le phare de Ver-sur-Mer se trouve en baie de Seine, sur la commune de Ver-sur-Mer, dans le département du Calvados. Il a été mis en service au début des années 1900, endommagé en 1944 et remis en état après la guerre. C'est aussi un radiophare (indicatif éR-fréquence 310 kHZ - portée 20 miles). Hauteur : 13 m - Elévation : 42 m ; Portée : 26 milles (48 km) ; Feux : 3 éclats blancs 15 s - Optique : lentille à 6 panneaux focale 0.50 m -Lanterne : 650 W. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Phare_de_Ver-sur-Mer

Phare du Cap Lévi sur la Manche. Source : http://data.abuledu.org/URI/535e71e6-phare-du-cap-levi

Phare du Cap Lévi sur la Manche

Le phare du cap Lévi est situé au cap Lévi, sur la commune de Fermanville, dans la Manche. Il sert de relais entre le phare de la Hague et le phare de Gatteville. La tour est édifiée en 1947 sur les dessins des architectes Levasseur et Chauliat qui ont gardé le type de construction du phare détruit en 1944. La nouvelle tour est plus petite (28 mètres contre 31), mais a été construite à 2 mètres de plus au-dessus de la mer. Hauteur : 28 m - Elévation : 36 m - Portée 20 milles ; Feux : rouge à éclats, 5 secondes - Optique : type STPB en verre moulé à 4 panneaux, focale 0.375 m monture en aluminium Lanterne : lampe halogène 650 W. Kapelwic "l'anse de la chapelle" au Moyen Âge est le nom primitif d'un hameau dans une anse (vik en norrois) à proximité ; le nom est d'abord devenu "Caplevy" par métathèse de L et amuïssement du C. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Phare_du_Cap_L%C3%A9vi

Phare en Islande. Source : http://data.abuledu.org/URI/54caaef6-phare-en-islande

Phare en Islande

Phare de Dyrhólaey, Suðurland, Islande.

Système de fermeture médiéval. Source : http://data.abuledu.org/URI/532f45ff-systeme-de-fermeture-medieval

Système de fermeture médiéval

Système de fermeture médiéval avec cadenas et clé dans un temple hindou, à Katmandou, au Népal.

Visite d'une mine de manganèse à Vielle-Aure. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b8440b-visite-d-une-mine-de-manganese-a-vielle-aure

Visite d'une mine de manganèse à Vielle-Aure

Visite d'une mine de manganèse à Vielle-Aure. Cliché Mme Gomez, directrice de l'école Montesquieu de Pessac-33, dans le cadre de la semaine rousse de ses élèves de CE1-CE2 à Saint-Lary, octobre 2014.