Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Plantes médicinales | Photographie | Plantes | Peinture | Botanique | Afrique | Burkina Faso | Polygalacées | Scrophulariacées | Scrophularia | Plantes médicinales aromatiques | Purgatifs | Grande gentiane | Mercurialis | Mercure | Mercuriales (plantes) | Gentianacées | Fleurs | Poivrier bétel | Paris (France) -- Quartier du Jardin des Plantes | ...
Agripaume cardiaque. Source : http://data.abuledu.org/URI/50704c8b-agripaume-cardiaque

Agripaume cardiaque

Planche botanique N°263 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Agripaume cardiaque (Leonurus cardiaca). Agripaume vient du latin "acer, acris", qui signifie "pointu" et "palma", désignant la paume de la main. Ceci fait référence à la forme des feuilles aux lobes aigus. La tige est raide, à section carrée, très ramifiée et feuillée. Les feuilles sont vert foncé dessus et cendré dessous. Les fleurs sont rose pourpré, serrées sur toute la longueur de la tige. L'agripaume est surtout utilisé comme antispasmodique dans les troubles nerveux et les palpitations, ainsi que dans le traitement des diarrhées, bronchites et ballonnements.

Arbuste de Securidaca longepedunculata. Source : http://data.abuledu.org/URI/54870624-arbuste-de-securidaca-longepedunculata

Arbuste de Securidaca longepedunculata

Arbuste de Securidaca longepedunculata : Récolte des racines par arrachage, pour les besoins de la médecine traditionnelle. Image prise près de Fada N'Gourma, au Burkina Faso.

Bourrache officinale. Source : http://data.abuledu.org/URI/505cb78a-bourrache-officinale

Bourrache officinale

Gros plan sur une fleur bleue de Bourrache officinale (Borago officinalis, Boraginaceae), Atlas des Plantes de France, 1891.

Echinacea purpurea à Munich. Source : http://data.abuledu.org/URI/54cbf893-echinacea-purpurea-jard-n-bot-nico-m-nich-alemania-2013-09-08-dd-01-jpg

Echinacea purpurea à Munich

Echinacea purpurea, Jardin botanique de Nymphenburg à Munich : espèce très connue pour sa réputation en herboristerie et son usage ethnobotanique. Le centre de la fleur est recouvert de pointes piquantes. Le rhizome de l’Echinacea était utilisé par les Indiens des plaines d'Amérique du Nord dans l'élaboration de remèdes médicinaux.

Fleurs de plante médicinale sénégalaise. Source : http://data.abuledu.org/URI/5487056d-fleurs-de-plante-medicinale-senegalaise

Fleurs de plante médicinale sénégalaise

Fleurs de Securidaca longipedunculata, Forêt Classée de Patako (Foundiougne), Sénégal, notamment utilisée pour ses vertus cosmétiques et médicinales, en médecine traditionnelle africaine. On la trouve principalement sous des biotopes de type sahélien, au Burkina Faso et au Soudan, dans les zones sableuses où la pluviométrie se situe entre 500 et 1000 mm par an. Elle se présente comme un arbre isolé, atteignant jusqu'à 5 mètres de haut. Elle fleurit d'octobre à novembre, les fleurs sont d'un violet intense et dégagent une odeur forte et sucrée. Le fruit peut rester sur l'arbre durant plusieurs mois. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Securidaca_longipedunculata

Fruits de Securidaca longipedunculata. Source : http://data.abuledu.org/URI/548706dd-fruits-de-securidaca-longipedunculata

Fruits de Securidaca longipedunculata

Fruits de Securidaca longipedunculata au Burkina Faso.

Gentiane jaune. Source : http://data.abuledu.org/URI/505cb018-gentiane-jaune

Gentiane jaune

Planche botanique de la Gentiane jaune ou grande gentiane (Gentiana lutea), Atlas des Plantes de France, 1891. Noms locaux : gentiane officinale, jouvansanne, quinquina d'Europe, quinquina des pauvres, lève-toi-et-marche, jansonna et quinquina indigène. Le rhizome et les racines sont utilisés en phytothérapie comme le laissent supposer ses nombreux noms vernaculaires. Il faut attendre sept à dix ans avant de pouvoir les récolter. La récolte est réalisée essentiellement dans le Massif Central par les Gençanaïres. À l'aide d'une fourche spéciale appelée « fourche du diable », ils peuvent extraire plus de 200 kg de racines par jour. C'est un travail pénible qui s'effectue de mai à octobre. Ce sont près de 1 000 à 1 500 tonnes qui sont utilisées chaque année pour satisfaire les besoins de l'artisanat et l'industrie. En volume, la gentiane est une des trois premières plantes médicinales et aromatiques utilisées en France et ses applications sont nombreuses (pharmacie et médecine humaine et vétérinaire, boissons et spiritueux, cosmétique, fabrication d'arômes et d'extraits, gastronomie…).

Gentiane jaune en montagne. Source : http://data.abuledu.org/URI/505cb0ff-gentiane-jaune-en-montagne

Gentiane jaune en montagne

Photographie de gentiane jaune (Gentiana lutea) dans les Monts du Cantal ; à l'arrière-plan, le Puy Mary.

Gingembre officinal. Source : http://data.abuledu.org/URI/51a65f8a-gingembre-officinal

Gingembre officinal

Planche botanique du gingembre officinal du guide des plantes médicinales de Franz Eugen Köhler, 1887. Le gingembre, Zingiber officinale, est une espèce de plantes originaire d'Asie, du genre des Zingiber et de la famille des Zingiberaceae dont on utilise le rhizome en cuisine et en médecine traditionnelle. Ce rhizome est une épice très employée dans un grand nombre de cuisines asiatiques, et en particulier dans la cuisine indienne. Il est aussi utilisé en Occident dans la confection de la ginger ale et de desserts comme le pain d'épices.

Julienne des dames. Source : http://data.abuledu.org/URI/506e7967-julienne-des-dames

Julienne des dames

Planche botanique N°29 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : La julienne des dames (Hesperis matronalis). C'est une plante à fleurs pourpres, parfois blanches, de la famille des Brassicaceae . Elle est connue aussi sous les noms de girarde, giroflée des dames, violette de Damas, cassolette beurrée, aragone. Les feuilles sont oblongues ou lancéolées, dentées, couvertes de pois courts qui les rendent rugueuses. Les fleurs de 15–20 mm de diamètre sont de couleur lilas, blanches ou panachées, odorantes. Les sépales sont à peu près de même longueur que le pédicelle. La floraison a lieu de mai à juillet. La julienne des dames croît spontanément dans les lieux frais et ombragés, fourrés et forêts ripicoles, lisières forestières, chemins, coupes. C'est une plante mellifère, médicinale considérée comme stimulante, antiscorbutique, diurétique, sudorifique, expectorante, rubéfiante et ornementale. Le terme Hesperis vient du grec hesperos "soir", en raison de l'agréable parfum que diffusent ses fleurs en fin de journée. Le terme matronalis signifie en latin "dames'

Kinkeliba au Burkina Faso. Source : http://data.abuledu.org/URI/548a07ef-kinkeliba-au-burkina-faso

Kinkeliba au Burkina Faso

Kinkeliba (Combretum micranthum), utilisé en médecine traditionnelle contre la malaria, près de Bobo-Dioulasso, Burkina Faso. Les fleurs sont petites et blanches, groupées en épis. Le fruit est une samare à quatre ailes membraneuses de 1,5 cm de long sur 1,5 cm de large. Ses feuilles sêchées sont consommées en tisane. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Kinkeliba

Mercuriale vivace. Source : http://data.abuledu.org/URI/506f1c10-mercuriale-vivace

Mercuriale vivace

Planche botanique N°286 de l'Atlas des Plantes de France de Masclef, 1894 : Marcuriale vivace (Mercurialis perennis) ou Mercuriale pérenne, Chou de chien ou Cynocrambe. C'est une plante herbacée des lieux plutôt frais sur sols alcalino-calcaires de la famille des Euphorbiaceae. Son nom en latin vient de Mercure, le dieu qui découvrit les propriétés médicinales des mercuriales et Perennis pour pérenne. Elle se développe à l'ombre des arbres à feuilles caduques des régions tempérées d'Europe. Elle forme grâce à son rhizome souterrain de vastes colonies en sous-bois (plante sociale). L'ensemble de la plante est un purgatif énergique, elle est vénéneuse pour les bêtes.

Plant de mercuriale vivace en fleurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/506f1cd5-plant-de-mercuriale-vivace-en-fleurs

Plant de mercuriale vivace en fleurs

Plant de mercuriale vivace (Mercurialis perennis) en fleurs.

Sac à bétel de Nouvelle-Guinée. Source : http://data.abuledu.org/URI/54b2cf40-sac-a-betel-de-nouvelle-guinee

Sac à bétel de Nouvelle-Guinée

Sac à bétel. De forme oblongue, dans la partie haute les anses regroupent les fibres par deux. Le sac présente une fente sur le côté. Population : Nouvelle-Guinée ; Collecteur et collection : Théophile Savès ; Date de collecte : XIX ème siècle (4 ème Quart) ; Matériaux : Fibres végétales ; Taille: 18x10x2 cm. Lieu de conservation : Museum de Toulouse. Les substances actives de l'huile de bétel, obtenue à partir des feuilles ont des propriétés psychostimulantes et tonifiantes.

Scrophulaire noueuse. Source : http://data.abuledu.org/URI/505e0097-scrophulaire-noueuse

Scrophulaire noueuse

Planche botanique de la Scrophulaire noueuse (Scrophularia nodosa), Atlas des Plantes de France, 1891. Plante herbacée haute (jusqu'à 1,5m) à petites fleurs brunes qui pousse dans les berges des fossés et dans l'eau. Pharmacopée : laxatif léger, traitement des maladies cutanées, plus particulièrement l'eczéma.

Scrophulaire noueuse en fleurs. Source : http://data.abuledu.org/URI/505e016b-scrophulaire-noueuse-en-fleurs

Scrophulaire noueuse en fleurs

Photographie d'une scrophulaire noueuse en fleurs (Scrophularia_nodosa).

Tapis de mouron des champs rouge en fleurs en mai. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ed3bab-tapis-de-mouron-des-champs-rouge-en-fleurs-en-mai

Tapis de mouron des champs rouge en fleurs en mai

Tapis de Mouron des champs rouge (Anagallis arvensis) à Saint-Fuscien (Somme) le 19/05/2007. C'est une plante rampante à fleurs rouges, ou parfois bleues, qui pousse dans les cultures, les jardins... Les fruits sont des Pyxides produisant de nombreuses graines. Le nom latin du genre de cette plante Anagallis vient du grec anagelaô, « je ris », en raison de son utilisation ancienne dans le traitement de l'hypochondrie. Cette utilisation n'a plus cours aujourd'hui mais le mouron rouge est encore parfois utilisé comme expectorante pour le traitement de certaines maladies respiratoires. La plante présente aussi une certaine toxicité — en particulier pour les petits herbivores. Il était recommandé de ne pas en donner aux animaux d'élevage, en particulier aux lapins. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mouron_rouge_%28plante%29

Capsicum annuum. Source : http://data.abuledu.org/URI/529f0bd4-capsicum-annuum

Capsicum annuum

Köhler, Plantes médicinales, planche 27 : Capsicum annuum est le nom scientifique de différentes variétés de poivrons et piments. Il appartient à la famille des Solanaceae. Les Plantes médicinales de Köhler sont un rare guide médicinal allemand en trois volumes publié en 1887. Son auteur est Franz Eugen Köhler et son éditeur Gustav Pabst. Il contient quelque 300 illustrations pleine page en chromolithographie.

Coriandre. Source : http://data.abuledu.org/URI/511e417b-coriandre

Coriandre

La Coriandre ou Coriandre cultivée (Coriandrum sativum) est une plante herbacée annuelle de la famille des Apiacées (Ombellifères). C'est une plante aromatique cultivée dans les zones tempérées du monde entier et employée pour de nombreuses préparations culinaires, particulièrement en Asie, en Amérique latine et dans la cuisine méditerranéenne. Les feuilles sont généralement utilisées fraîches en accompagnement ou comme condiment.

Le Jardin du roi en 1636. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103e5d5-le-jardin-du-roi-en-1636

Le Jardin du roi en 1636

"Vue cavalière du Jardin du Roi", aquarelle de Frédéric Scalberge (1542-1640) : Source : Bibliothèque du Muséum national d'histoire naturelle. Publiée en frontispice de la "Description du Jardin royal des Plantes médicinales" par Guy de La Brosse, médecin ordinaire de Louis XIII et fondateur du Jardin des Plantes. Créé en 1635, le Jardin du roi présente dès le début le dessin général de l'actuel jardin. Il sera à la Révolution rebaptisé Jardin des plantes de Paris. C’est l’un des plus anciens organismes scientifiques officiels français puisqu’il a ouvert un siècle après le Collège royal (1530) mais avant l’Académie des sciences (1666) et l’Observatoire de Paris (1672). C’est dès 1633 que Guy de la Brosse (1586-1641), par son insistance auprès de Louis XIII dont il est le médecin, et grâce au soutien de Jean Héroard (1550-1628), et de Richelieu (1585-1642), obtient la création d’un jardin botanique à vocation médicale à Paris. Le roi acquiert un terrain dans ce que l'on appelle alors le faubourg St-Victor et de la Brosse commence les premiers travaux et ensemencements. Mais l’Édit qui l’instaure n’est publié qu’en 1635 et le jardin n’est officiellement inauguré qu’en 1640 sous le nom de Jardin royal des plantes médicinales. Le projet suscite de nombreuses oppositions notamment de la part de la faculté de médecine de l’Université de Paris qui y voit un concurrent à son propre enseignement, d’autant que les cours sont ouverts à tous et donnés non en latin, mais en français. Ce n’est pas la seule nouveauté : certains sujets, comme la circulation du sang, y sont enseignés alors qu’ils sont encore critiqués par la faculté. Des enseignants viennent de l’Université de Montpellier, grande rivale de l’Université de Paris. Pour apaiser un peu les tensions, Louis XIII décide d’autoriser l’enseignement mais ne permet pas au Jardin d’y dispenser de diplômes, et le Jardin ne comptera, à la Révolution, que trois postes de professeurs : botanique, anatomie et chimie.