Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Jules Eudes (1856-1938) | Fleurs dans l'art | Printemps | Plantes des jardins | Flore | Peinture | Botanique | Persan (langue) | Jaune | Tswana (langue) | Zoulou (langue) | Xhosa (langue) | Asteraceae | Liliacées | Aquarelles | Aquarellistes | Doronicum oppositifolium | Or | Tshiluba (langue) | Astéracées | ...
Cartographie des langues bantoues. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d26d96-cartographie-des-langues-bantoues

Cartographie des langues bantoues

Cartographie des principales langues bantoues sur le continent africain d'après Malcolm Guthrie (1903-1972), linguiste anglais et Tervuren (Kirundi). Ce classement est contesté mais sert de référence. Les langues swahilis (35 millions de locuteurs) : Tanzanie, Kenya, Ouganda, République démocratique du Congo, Rwanda, Burundi, Comores, Mozambique, Somalie, Afrique du Sud ; kinyarwanda-kirundi : (15 millions) : Rwanda, Burundi ; lingala (36 millions de locuteurs en 2005) : Angola, République centrafricaine, République du Congo, République démocratique du Congo ; chichewa (9 millions) : Malawi ; zoulou (9 millions) : Afrique du Sud, Malawi, Mozambique, Swaziland ; xhosa (8 millions) : Afrique du Sud ; shona (7 millions) : Mozambique, Zambie, Zimbabwe ; kikongo (6 millions) : Angola, République du Congo, République démocratique du Congo ; tshiluba (6 millions) : République démocratique du Congo, Angola ; kikuyu (4,6 millions) : Kenya ; luganda (10 millions) : Ouganda ; runyankole ou nkore (1,5 million) : Ouganda ; sotho : sotho du Nord et sotho du Sud (3,5 millions) : Afrique du Sud ; kimbundu (3 millions) : Angola ; tswana (3 millions) : Afrique du Sud, Botswana ; makua (2 millions) : Mozambique ; ndébélé : sindebele et nrebele (1 million) : Zimbabwe, Afrique du Sud ; tonga (1 million) : Zambie, Mozambique ; douala (1 million) : Cameroun. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_bantoues et http://fr.wikipedia.org/wiki/Malcolm_Guthrie.

Doronic du Caucase. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad52f4-doronic-du-caucase

Doronic du Caucase

Doronic du Caucase, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. Les espèces du genre Doronicum, les doronics, sont des plantes vivaces à racine un peu épaisse, tubéreuse ou stolinifère, oblongue, noueuse, fibreuse et brune en dehors, blanche en dedans. La tige droite, simple ou peu rameuse est pubescente, cylindrique et peut atteindre 1 mètre de haut. Les feuilles sont assez grandes, un peu velues, à pétiole poilu ou presque glabre. Les fleurs se forment en capitules terminaux jaunes d'or. L'involucre a des bractées égales, imbriquées sur 2 ou 3 rangs, les ligules jaunes se situant sur un seul rang. Les fruits sont des akènes oblongs, cylindriques, pubescents et pourvus de côtes saillantes. Ceux du centre sont couronnés d'une aigrette de soie disposées sur plusieurs rangs. La pièce justificative la plus ancienne provient d'un poème médiéval traduit par Olivier de La Haye (Poème sur la Grande Peste) de 1425. Ce serait une traduction d'une source arabe ou persane. Ces indications se sont probablement rapportées aux fleurs de couleur jaune d'or pour en justifier le nom persan "daraniya" pour "or". Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Doronicum

Fritillaire impériale. Source : http://data.abuledu.org/URI/53ad673d-fritillaire-imperiale

Fritillaire impériale

Fritillaire impériale, Jules Eudes (1856-1938), aquarelliste français qui signait ses œuvres JEUDES, dans : A. Guillaumin, "Les Fleurs de Jardins", tome I, Les fleurs de printemps, Paul Lechevalier, 1929. La fritillaire impériale (Fritillaria imperialis) encore appelée couronne impériale est une plante herbacée vivace de la famille des Liliacées. Le nom ancien de la couronne impériale était Larmes de Marie. Son nom persan (gole achke) signifie la fleur qui pleure. L'inflorescence est composée d'un verticille de fleurs en forme de clochettes disposées au sommet de la tige et tournées vers le bas, surmontée d'une houppe de bractées constituant la « couronne » (d'où le nom vernaculaire de la plante). La variété sauvage possède des fleurs orangées, alors que les couleurs des variétés cultivées varient du rouge écarlate au jaune. Elle possède une odeur particulière qui éloigne souris, taupes et autres rongeurs. Dans l'hémisphère nord, la floraison a lieu aux mois d'avril et de mai. Au XVIIe siècle, cette fleur faisait l'objet de compétitions acharnées entre collectionneurs, tous cherchant à multiplier le nombre des fleurs ou celui des étages de clochettes. Chacun des six tépales porte à sa base, une petite tache. Il s'agit de nectaires sécrétant des gouttes de nectar. Elle fut découverte en 1580 par le botaniste français Charles de L'Écluse. Mais l'on dit qu’elle était déjà cultivée dans les jardins du sultan ottoman Soliman le Magnifique. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fritillaire_imp%C3%A9riale