Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Maquettes (sculpture) | Photographie | Catacombes | Maquettes (architecture) | Carrières souterraines (exploitations minières) | Baléares (Espagne) | Plans-reliefs | Minorque (Espagne) | Dix-huitième sciècle | Paris (France) | Brabant-Septentrional (Pays-Bas) | Contes de fées | Forêts | Maisons | Parcs à thèmes | Parcs d'attractions | Frères Grimm | Hansel et Gretel (1812) |
La maison de la sorcière à Efteling. Source : http://data.abuledu.org/URI/534e951b-la-maison-de-la-sorciere-a-efteling

La maison de la sorcière à Efteling

La maison de la sorcière à Efteling (Loon op Zand) parc à thèmes, Pays-Bas.

Sculpture dans les catacombes de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/514301bc-sculpture-dans-les-catacombes-de-paris

Sculpture dans les catacombes de Paris

Sculpture du fort de Port-Mahon dans les catacombes de Paris. Ces sculptures réalisées dans la pierre de 1777 à 1782, sont l'œuvre d'un carrier nommé Décure, dit Beauséjour, vétéran des armées de Louis XV. Selon Le Conducteur portatif de 1829, il s'agirait d'un soldat enrôlé en 1756 dans l'armée de Richelieu lors de l'opération de reconquête de Minorque. Réformé, il entra à l'Inspection des carrières afin de compléter sa modeste solde. Travaillant la journée aux travaux de consolidation sous la direction de Guillaumot, il sculpte après son travail et représente une maquette ainsi que diverses vues du fort de Port-Mahon, la principale ville de l'île de Minorque, aux Baléares, où il aurait été un temps prisonnier des Anglais. Voulant parfaire son œuvre, il engage la création d'un escalier d'accès depuis le niveau supérieur de la carrière ; mais il provoque ainsi un fontis qui le tua sur le coup. Ces sculptures, abîmées pendant la Révolution ont été restaurées en 1854, et à plusieurs reprises depuis lors.