Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Paris (France) -- Quartier du Jardin des Plantes | Photographie | Jardins publics | Dessins et plans | Architecture | Gravure | Dix-huitième siècle | Statues | Jardins botaniques -- France | Urbanisme | Muséum d'histoire naturelle | Ours | Pistachier | Serres chaudes | Pistacia vera | Charles-Arthur Bourgeois (1838-1886) | Sculpture | Ménageries | Photographie panoramique | Français (langue) | ...
Spatule d'Afrique. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d55185-spatule-d-afrique

Spatule d'Afrique

Spatule d'Afrique (Platalea alba) cherchant sa nourriture. Volière africaine, ménagerie du Jardin des Plantes de Paris. Elle se nourrit de poissons, de grenouilles et autres animaux aquatiques. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Spatule_d%27Afrique

Au muséum d'histoire naturelle. Source : http://data.abuledu.org/URI/51d46128-au-museum-d-histoire-naturelle

Au muséum d'histoire naturelle

Au muséum d'histoire naturelle, Chroniques de Guy de Maupassant (23 mars 1881) : visite au Jardin des Plantes. 2042 mots.

Bernardin de Saint-Pierre. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103e9c0-bernardin-de-saint-pierre

Bernardin de Saint-Pierre

Statue de Bernardin de St-Pierre en haut (1737-1814) avec Paul et Virginie (en bas), Muséum National d'Histoire Naturelle. Après la publication des Études (3 vol., 1784), l’auteur, inconnu, rebuté et indigent la veille, passe en quelques jours à l’état de grand homme et de favori de l’opinion. Tout ce qui sort de sa plume est assuré du succès ; des pages comme celles de Paul et Virginie (1787) ne rencontrent pas, à leurs débuts, l’accueil espéré et, sans l’intervention du peintre Vernet, il les aurait certainement détruites. Il demeure à cette époque au n° 21 du Quai des Grands-Augustins. En 1792, à l’âge de cinquante-cinq ans, il épouse Félicité Didot, qui n’en a que vingt-deux. La même année, il est nommé intendant du Jardin des Plantes de Paris en remplacement de Auguste Charles César de Flahaut de La Billarderie, successeur de Buffon, place supprimée en 1793. En 1792, à l’âge de cinquante-cinq ans, il épouse Félicité Didot, qui n’en a que vingt-deux. De son premier mariage, il a deux enfants : Paul, mort jeune, et Virginie, mariée au général de Gazan.

Blocs d'obsidienne. Source : http://data.abuledu.org/URI/507f0dd0-blocs-d-obsidienne

Blocs d'obsidienne

Blocs d'obsidienne, au Jardin des Plantes (Paris).

Gecko de Madagascar au Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/54fe1be1-gecko-de-madagascar-au-jardin-des-plantes

Gecko de Madagascar au Jardin des Plantes

Un Gecko de Madagascar photographié à la Ménagerie du jardin des plantes de Paris.

Gloriette de 1788 au Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e289e0-gloriette-de-1788-au-jardin-des-plantes

Gloriette de 1788 au Jardin des Plantes

Gloriette au sommet du labyrinthe végétal du Jardin des Plantes à Paris, un des plus anciens bâtiments métalliques au monde, bâti en l'honneur de Buffon en 1788 par Edme Verniquet, architecte, cartographe. - Fils d'un arpenteur du roi de Châtillon-sur-Seine, arpenteur lui-même et architecte, il succède en 1751 à son père. Il s'installe à Paris en 1772 et acquiert la charge de commissaire général de la voirie à Paris près le Bureau des finances de Paris en 1774. - Architecte du Jardin du roi. Source : notice de data-bnf.

Hôtel à abeilles. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103f1d2-hotel-a-abeilles

Hôtel à abeilles

Paris 5e arrondissement - Jardin des plantes - Hôtel à abeilles, vue de face. Le Muséum a installé en 2011 deux « hôtels à abeilles » en vue de préserver la biodiversité des insectes pollinisateurs, et notamment des abeilles sauvages.

Kiosque de Verniquet à Paris de 1788. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e23a83-kiosque-de-verniquet-a-paris-de-1788

Kiosque de Verniquet à Paris de 1788

La structure métallique du kiosque de Verniquet, au sommet du labyrinthe du Jardin des Plantes à Paris. C'est un des plus anciens bâtiments entièrement métalliques au monde (1788).

La fosse des ours au Jardin des Plantes à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/524f15eb-la-fosse-des-ours-au-jardin-des-plantes-a-paris

La fosse des ours au Jardin des Plantes à Paris

Le tour de la France par deux enfants, par George Bruno, pseudonyme d'Augustine Fouillée (née Tuillerie), 1877, p.291 : manuel scolaire, édition de 1904. LA FOSSE DES OURS AU JARDIN DES PLANTES. - L'ours se trouve dans toutes les parties du monde. Il recherche les montagnes et les forêts solitaires, où il trouve un abri contre les chasseurs. - Il y en a encore dans les Alpes et les Pyrénées. L'ours marche lourdement, mais nage et grimpe aux arbres avec agilité. Il est assez intelligent, et, comme il peut facilement se tenir sur ses pieds de derrière, les bateleurs lui apprennent à danser et à exécuter divers tours.

La végétation au Jardin des Plantes de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/50d89544-la-vegetation-au-jardin-des-plantes-de-paris

La végétation au Jardin des Plantes de Paris

Plan du Jardin des Plantes à Paris : jardin botanique ouvert au public, situé dans le Ve arrondissement près de la Seine. Il appartient au Muséum national d'histoire naturelle. Placé sous le patronage de Buffon jusqu'en 1788, il s'étend sur une superficie de 23,5 hectares.

Lanterne à l'entrée du Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e27b78-lanterne-a-l-entree-du-jardin-des-plantes

Lanterne à l'entrée du Jardin des Plantes

Lanterne sur la grille de l'entrée principale du Jardin des Plantes à Paris, (côté Seine, place Valhubert).

Le cèdre du Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/524db7ec-le-cedre-du-jardin-des-plantes

Le cèdre du Jardin des Plantes

Le tour de la France par deux enfants, par George Bruno, pseudonyme d'Augustine Fouillée (née Tuillerie), 1877, p.157 ; manuel scolaire, édition de 1904 : LE CÈDRE DU JARDIN DES PLANTES. - Le cèdre est célèbre depuis les temps les plus reculés par la beauté et l'incorruptibilité de son bois. C'est en bois de cèdre que Salomon fit construire les lambris du temple de Jérusalem. Jadis le cèdre couvrait les hautes montagnes du Liban. Le premier cèdre planté en France fut apporté en 1734 au Jardin des Plantes de Paris par Jussieu.

Le Jardin du roi en 1636. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103e5d5-le-jardin-du-roi-en-1636

Le Jardin du roi en 1636

"Vue cavalière du Jardin du Roi", aquarelle de Frédéric Scalberge (1542-1640) : Source : Bibliothèque du Muséum national d'histoire naturelle. Publiée en frontispice de la "Description du Jardin royal des Plantes médicinales" par Guy de La Brosse, médecin ordinaire de Louis XIII et fondateur du Jardin des Plantes. Créé en 1635, le Jardin du roi présente dès le début le dessin général de l'actuel jardin. Il sera à la Révolution rebaptisé Jardin des plantes de Paris. C’est l’un des plus anciens organismes scientifiques officiels français puisqu’il a ouvert un siècle après le Collège royal (1530) mais avant l’Académie des sciences (1666) et l’Observatoire de Paris (1672). C’est dès 1633 que Guy de la Brosse (1586-1641), par son insistance auprès de Louis XIII dont il est le médecin, et grâce au soutien de Jean Héroard (1550-1628), et de Richelieu (1585-1642), obtient la création d’un jardin botanique à vocation médicale à Paris. Le roi acquiert un terrain dans ce que l'on appelle alors le faubourg St-Victor et de la Brosse commence les premiers travaux et ensemencements. Mais l’Édit qui l’instaure n’est publié qu’en 1635 et le jardin n’est officiellement inauguré qu’en 1640 sous le nom de Jardin royal des plantes médicinales. Le projet suscite de nombreuses oppositions notamment de la part de la faculté de médecine de l’Université de Paris qui y voit un concurrent à son propre enseignement, d’autant que les cours sont ouverts à tous et donnés non en latin, mais en français. Ce n’est pas la seule nouveauté : certains sujets, comme la circulation du sang, y sont enseignés alors qu’ils sont encore critiqués par la faculté. Des enseignants viennent de l’Université de Montpellier, grande rivale de l’Université de Paris. Pour apaiser un peu les tensions, Louis XIII décide d’autoriser l’enseignement mais ne permet pas au Jardin d’y dispenser de diplômes, et le Jardin ne comptera, à la Révolution, que trois postes de professeurs : botanique, anatomie et chimie.

Les singes du Jardin des Plantes à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/524f141d-les-singes-du-jardin-des-plantes-a-paris

Les singes du Jardin des Plantes à Paris

Le tour de la France par deux enfants, par George Bruno, manuel scolaire, édition de 1904. LE PALAIS DES SINGES AU JARDIN DES PLANTES DE PARIS. - Les singes appartiennent à l'ordre des quadrumanes, c'est-à-dire animaux à quatre mains. Ce sont les plus intelligents des animaux et ceux qui, par leur conformation, ressemblent le plus à l'homme. Il y en a de toute race et de toute taille, depuis la grosseur d'un écureuil jusqu'à celle de l'homme le plus grand. Ils se nourrissent de fruits, quelquefois d'insectes, et vivent dans les arbres, où ils sautent de branche en branche avec agilité.

Ménagerie du Jardin des Plantes à Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/524f1322-menagerie-du-jardin-des-plantes-a-paris

Ménagerie du Jardin des Plantes à Paris

Le tour de la France par deux enfants, par George Bruno, pseudonyme d'Augustine Fouillée (née Tuillerie), 1877, p.288 : manuel scolaire, édition de 1904. LES LOGES DES BÊTES FÉROCES AU JARDIN DES PLANTES DE PARIS. - Les bêtes féroces réunies dans la ménagerie du Jardin des Plantes appartiennent à l'ordre des carnivores, animaux dont les dents sont propres à broyer la chair. Les principales familles de l'ordre des carnivores ou carnassiers sont la famille des ours, des chats (depuis le chat domestique jusqu'au tigre et au lion), des chiens (depuis le chien domestique jusqu'au loup et au renard) et les hyènes.

Nichoir au Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e2c403-nichoir-au-jardin-des-plantes

Nichoir au Jardin des Plantes

Nichoir accroché à un arbre au Jardin des Plantes.

Panorama du Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103e374-panorama-du-jardin-des-plantes

Panorama du Jardin des Plantes

Panorama du Jardin des plantes (Paris) depuis l'esplanade Milne-Edwards.

Pistacia vera de 1702 au Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/534a709c-pistacia-vera-de-1702-au-jardin-des-plantes

Pistacia vera de 1702 au Jardin des Plantes

Pistacia vera L. Vue d'un specimen historique, planté au Jardin des Plantes ("Jardin des semis", devenu Jardin alpin) en 1702. C'est l'étude de cet arbre qui permit à Sébastien Vaillant de prouver la notion de sexualité chez les végétaux en 1716.

Pistacia vera en 1702. Source : http://data.abuledu.org/URI/534a6fbf-pistacia-vera-en-1702

Pistacia vera en 1702

Plaque concernant le pistachier du Jardin des Plantes (Pistacia vera) en 1702. Le pistachier permit à Sébastien Vaillant d’étudier et de démontrer scientifiquement la sexualité des végétaux en 1716. En 1702, Joseph Pitton de Tournefort rapporta quelques pistaches de Chine et les sema au jardin des semis du Jardin royal des plantes médicinales. Un pistachier mâle poussa. Arbre historique, il se trouve au jardin alpin du Jardin des plantes de Paris. Sébastien Vaillant remarqua que ce pistachier esseulé fleurissait tous les ans sans fructifier comme un autre spécimen aux fleurs différentes situé dans un autre quartier de Paris. Vaillant apporta une branche fleurie du Jardin du roi et la secoua près de l'autre pistachier en fleurs. Des fruits apparurent pour la première fois. Cette expérience démontra la sexualité des plantes et la pollinisation. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pistacia_vera

Plan du Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103df49-plan-du-jardin-des-plantes

Plan du Jardin des Plantes

Plan du Jardin des Plantes à Paris : jardin botanique ouvert au public, situé dans le Ve arrondissement de Paris près de la Seine. Il appartient au Muséum national d'histoire naturelle et est, à ce titre, un campus. Placé sous le patronage de Buffon jusqu'en 1788, il s'étend sur une superficie de 23,5 hectares.

Plan du Jardin des plantes de Paris. Source : http://data.abuledu.org/URI/588e0ef1-plan-du-jardin-des-plantes-de-paris

Plan du Jardin des plantes de Paris

Plan détaillé du Jardin des Plantes, Muséum d'histoire naturelle de Paris. Fiche data-bnf : Héritier du Jardin royal des plantes médicinales. - Le décret Lakanal du 10 juin 1793 a instauré la direction par une assemblée des professeurs. - Changement de statut en 1985 et 2001. - Regroupe des galeries d'exposition, des laboratoires, des bibliothèques, des jardins et 26 chaires magistrales.

Plan du Jardin des Plantes et du Muséum. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103e0ad-plan-du-jardin-des-plantes-et-du-museum

Plan du Jardin des Plantes et du Muséum

Plan détaillé du Muséum d'Histoire Naturelle et du Jardin des Plantes de Paris, classés, avec l'ensemble des bâtiments, monument historique le 24 mars 1993.

Serre au Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e27ca9-serre-au-jardin-des-plantes

Serre au Jardin des Plantes

Une des plus vieilles serres du monde (1834-1836), restaurée en 2010. Jardin des Plantes, Paris.-- 29 septembre 2010, par Charles Rohault de Fleury (1801-1875).

Serre tropicale de la Nouvelle-Calédonie. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e27ae5-serre-tropicale-de-la-nouvelle-caledonie

Serre tropicale de la Nouvelle-Calédonie

Composition géométrique à partir de la serre tropicale de la Nouvelle-Calédonie restaurée et réouverte au public en 2010, au Jardin des Plantes de Paris 15 septembre 2010.

Squelette d'Allosaurus au Jardin des Plantes. Source : http://data.abuledu.org/URI/541d9575-squelette-d-allosaurus-au-jardin-des-plantes

Squelette d'Allosaurus au Jardin des Plantes

Squelette d'Allosaurus, dinosaure de l'ère du Jurassique supérieur, moulage d'un spécimen trouvé dans l'Utah, États-Unis. Galerie d'Anatomie comparée et de Paléontologie, Jardin des Plantes, Paris.

Statue de Bernardin de Saint-Pierre. Source : http://data.abuledu.org/URI/5103f00f-statue-de-bernardin-de-saint-pierre

Statue de Bernardin de Saint-Pierre

Statue de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814) au Jardin des plantes de Paris ; statue en bronze par Louis Holweck (1861-1935). Grand ami de Rousseau, il fut l'intendant du Jardin pendant un an. Quelques oeuvres peu connues de cet auteur : "Vœux d’un solitaire" (1789), qui tendent à concilier les principes nouveaux avec les idées anciennes ; "Mémoire sur la nécessité de joindre une ménagerie au Jardin national des plantes" (1792) ; "De la Nature de la morale" (1798) ; "Voyage en Silésie" (1807) ; "la Mort de Socrate", drame, précédé d’un "Essai sur les journaux" (1808) ; le "Café de Surate", conte satirique.

Statue de charmeur de serpent en 1862. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e39e55-statue-de-charmeur-de-serpent-en-1862

Statue de charmeur de serpent en 1862

Le "Charmeur de serpent" ou le "Nubien dansant", de Charles-Arthur Bourgeois.

Statue du Chasseur de crocodile en 1886. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e39935-statue-du-chasseur-de-crocodile-en-1886

Statue du Chasseur de crocodile en 1886

Le chasseur de crocodiles, par Charles-Arthur Bourgeois (1838-1886), Jardin des Plantes de Paris.

Statue du dénicheur d'oursons. Source : http://data.abuledu.org/URI/53e39b40-statue-du-denicheur-d-oursons

Statue du dénicheur d'oursons

Statue du dénicheur d'oursons par Emmanuel Fremiet (+1910), Jardin des Plantes, Paris.