Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Instruments à percussion | Musique | Joueurs de percussions | Percussions (instruments de musique) | Instruments de musique | Batteurs (musiciens) | Batterie (instrument de musique) | Concerts | Boîtes en bois | Main | Caisses en bois | Balafon | Percussions membranophones | Instruments à percussions | Tambours (famille d'instruments) | Tambour | Percussionnistes | Afrique | Las Vegas (Nev.) | ...
Anders Johansson et ses octobans. Source : http://data.abuledu.org/URI/5304e84f-anders-johansson-et-ses-octobans

Anders Johansson et ses octobans

Le batteur suédois Anders Johansson et ses octobans.

Balafon africain. Source : http://data.abuledu.org/URI/5301fb6d-balafon-africain

Balafon africain

Balafon d'Afrique de l'ouest : Le balafon, bala ou balani est un instrument de percussion idiophone originaire d'Afrique occidentale. C'est une sorte de xylophone, soit pentatonique, soit heptatonique. En malinké, « balafon » vient des termes bala (l’instrument) et fon (sonne). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Balafon.

Batterie pour jeune batteur. Source : http://data.abuledu.org/URI/5304eba7-batterie-pour-jeune-batteur

Batterie pour jeune batteur

Batterie de trois éléments pour jeune batteur.

Batteur de rock en 1975. Source : http://data.abuledu.org/URI/5304e733-batteur-de-rock-en-1975

Batteur de rock en 1975

Keith Moon, batteur anglais (The Who) en concert en 1975.

Caïambe réunionnais. Source : http://data.abuledu.org/URI/522ce1c7-caiambe-reunionnais

Caïambe réunionnais

Le kayamb, caïambe ou maravanne (à Maurice) est un instrument de musique utilisé dans les Mascareignes pour jouer le séga et le maloya. C'est un instrument de percussion idiophone. On le décrit comme un hochet en forme de radeau : c’est un idiophone par secouement. C’est un instrument qui incarne l’âme de la musique Réunionnaise, à lui seul, il résume toute l’histoire de l’île, l’héritage des esclaves des plantations de cannes à sucre. Ce sont eux qui ont construit les premiers Kayamb avec ce qu’ils trouvaient dans les champs : du bois, des graines et des tiges de fleur de canne.

Cajón d'Amérique latine. Source : http://data.abuledu.org/URI/535a81a3-cajon

Cajón d'Amérique latine

Le cajón est un instrument de musique inventé au Pérou au XVIIIe siècle. Il fut très certainement à ses débuts une caisse destinée à la cueillette des fruits ou à la pêche des poissons, les esclaves n'ayant pas accès à autre chose que les matériaux rustiques. Le cajón est une caisse de résonance parallélépipède, de 50cm x 30cm x 30cm (hauteur/largeur/profondeur) en moyenne. La plaque de frappe (devant) est plus fine que les autres côtés, ce qui permet une élasticité et une résonance propre au cajón. Au dos, un trou d'environ 10cm de diamètre permet la sortie du son (même effet qu'un évent de décompression d'une enceinte de sono). Le cajón actuel possède généralement un élément de plus, le timbre, qui rend le son proche de celui d'une caisse claire de batterie. On joue du cajón en étant assis. Certaines personnes l'utilisent bloqué à plat entre les jambes (comme un djembé) ou encore posé sur un socle devant soi. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Caj%C3%B3n

Changgo coréen. Source : http://data.abuledu.org/URI/53393a3e-changgo

Changgo coréen

Changgo ou janggu, instrument de musique à percussion coréen : tambour en forme de sablier à deux peaux de timbre différent, pour l'homme et la femme. Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Janggu

Chapeau chinois de musique militaire. Source : http://data.abuledu.org/URI/5347eff5-chapeau-chinois

Chapeau chinois de musique militaire

Le chapeau chinois est un instrument de musique militaire, à percussion, également appelé bonnet chinois ou pavillon chinois. Il est décrit dans le "Dictionnaire pratique et raisonné des instruments de musique anciens et modernes de A. Jacquot" de 1886 comme un instrument à percussion en cuivre, inventé par les Chinois. Le chapeau proprement dit, a la forme du toit d’une petite pagode, les grelots et les sonnettes sont suspendus au bord et à l’extrémité de différentes tiges de métal. Ce qui lui fait donner le nom de "demi-lune" c’est qu’au-dessous du chapeau se trouve aussi un croissant ou demi-lune garnie de sonnettes. Le tout est supporté par un bâton tenu et agité en mesure, de bas en haut, par l’exécutant. On s’en sert dans les musiques d’Orient, et il fut en usage dans celles de France pendant un certain temps. Il ne figure plus dans notre pays que parmi les instruments de musées ou dans les collections d’amateurs de musique. Au Moyen Âge, on l’appelait "tymbe-cembel", et, dès le XIIe siècle, Bombulum. Il est utilisé par les musiques militaires suivantes et décrit comme suit : 1) La musique des régiments sous Napoléon Bonaparte ; 2) La musique de la légion étrangère ; 3) Le 1er régiment de tirailleurs. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chapeau_chinois_%28musique%29

Gong à Bali. Source : http://data.abuledu.org/URI/53271e72-gong-bali

Gong à Bali

Gong dans une fabrique de gongs à Bali en Indonésie. Le gong désigne une variété d'instruments de musique de percussion en métal. Il ne faut pas le confondre avec le tam-tam, ce dernier a une hauteur indéfinie alors que le gong est accordé. Le terme vient du malais et du javanais mais est très répandu à travers l'Asie. L'instrument en lui-même provient vraisemblablement des percussions en bronze de Chine et des cymbales d'Asie centrale. Les gongs sont plus ou moins plats et circulaires. Ils sont suspendus verticalement par des cordes passées à travers des trous sur la partie haute du disque. On les frappe à l'aide d'un bâton dont la taille est proportionnelle au gong. Les plus grands gongs peuvent être préparés en les frappant légèrement avant de donner le véritable coup ce qui permet d'améliorer la qualité du son. Les grands gongs ont un son très puissant. Les plus petits gongs sont joués avec des baguettes de bambou ou de batterie occidentales.

Groupe de musiciens nubiens. Source : http://data.abuledu.org/URI/5302472d-groupe-de-musiciens-nubiens

Groupe de musiciens nubiens

Les instrumentistes des Percussions nubiennes (Nubian Drummers) devant le centre culturel d'Egypte Boulevard Saint Michel, Paris Fête de la musique 2012 : de gauche à droite, joueurs de Rebab, de ney (?) (flûte oblique), de mizmar (hautbois), et de djembé.

Joueur de balafon. Source : http://data.abuledu.org/URI/5301fc2a-joueur-de-balafon

Joueur de balafon

Joueur de balafon au Ghana.

Joueur de balafon en concert. Source : http://data.abuledu.org/URI/5301fce2-joueur-de-balafon-en-concert

Joueur de balafon en concert

Balafon joué par Aly Keita, Jazz Club Unterfahrt à Munich.

Joueur de bongo du groupe polonais Beltaine. Source : http://data.abuledu.org/URI/53072541-joueur-de-bongo-du-groupe-polonais-beltaine

Joueur de bongo du groupe polonais Beltaine

Le joueur de bongo Jan Kubek pendant un concert du groupe polonais Beltaine.

Joueur de kendang indonésien lors d'un concert. Source : http://data.abuledu.org/URI/53514164-sambasunda-quintett-in-cologne-0203-jpg

Joueur de kendang indonésien lors d'un concert

Concert du groupe soundanais SambaSunda quintett de Java (Indonésie) à Cologne. Le kendang est un tambour à deux faces d'Indonésie, de Malaisie et du sud des Philippines. On dit que les bons kendang sont fait en bois de jacquier, en tronc de cocotier ou en cempedak (Artocarpus integer). Pour la partie inférieure, appelée bam, qui donne un son grave, on utilise de la peau de buffle, alors que pour la partie supérieure, appelée cang, qui donne un son aigu, on utilise de la peau de chèvre. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Kendang

Joueur de percussions en os musicaux. Source : http://data.abuledu.org/URI/53072097-joueur-de-percussions-en-os-musicaux

Joueur de percussions en os musicaux

Joueur de percussions en os musicaux. Les os sont joués en les maintenant entre les doigts, les surfaces convexes se faisant face, et en bougeant le poignet de façon à ce que les os s'entrechoquent. D'ordinaire, les os sont placés de part et d'autre du majeur, deux tiers de leur longueur s'étendant vers le bas, le long de la paume, alors que l'autre extrémité dépasse du dos de la main. La main forme un poing souple, avec les os et les doigts parallèles à la paume. L'os situé à côté de l'annulaire est maintenu contre la paume par ce dernier doigt appuyant sur sa tranche, alors que l'autre os peut se mouvoir librement dans la pince souple formée par l'index et le majeur. La combinaison du double et triple battement permet de créer des rythmes complexes, qui peut être encore amplifié par l'utilisation d'une seconde paire d'os dans la seconde main. L'effet obtenu est assez proche de celui des claquettes. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Os_%28instrument%29.

Joueuse de cajón. Source : http://data.abuledu.org/URI/53048ea2-joueuse-de-caj-n

Joueuse de cajón

Heidi Joubert chantant et jouant du cajón.

Le batteur Pat Mastelotto en 2005. Source : http://data.abuledu.org/URI/5304eac9-tampere-jazz-happening-2005-ktu-2-jpg

Le batteur Pat Mastelotto en 2005

Le batteur Pat Mastelotto dans l'orchestre de King Crimson, groupe de "rock progressif" en 2005.

Le batteur suédois Anders Johansson en concert. Source : http://data.abuledu.org/URI/5304e8c6-le-batteur-suedois-anders-johansson-en-concert

Le batteur suédois Anders Johansson en concert

Le batteur suédois Anders Johansson en concert.

Le batteur Tris Imboden. Source : http://data.abuledu.org/URI/5304ee1d-le-batteur-tris-imboden

Le batteur Tris Imboden

Le batteur Tris Imboden et le band Chicago, jouant au MGM Grand de Las Vegas (Paradise, Nevada).

Les tambours du Bronx. Source : http://data.abuledu.org/URI/51db5aa1-les-tambours-du-bronx

Les tambours du Bronx

Bidons utilisés comme instruments de musique à percussion (idiophones) par le groupe des Tambours du Bronx, groupe de percussions urbaines français formé en 1987. Leurs concerts ont pris une identité, créant leur musique en frappant violemment sur des bidons, en suivant une scénographie précise. Leur musique est un mélange énergique d'indus, afrobeat, rock, techno et world music. Ils sont dix-huit musiciens sur scène, utilisant sons synthétiques et samples au service d'une rythmique très puissante. Ce subtil mélange en a fait une des références internationales en percussions expérimentales et en musique industrielle.

Musique avec deux cuillères. Source : http://data.abuledu.org/URI/5307222a-musique-avec-deux-cuilleres

Musique avec deux cuillères

Comment tenir deux cuillères dos à dos, pour en faire un instrument de percussion. Le musicien les insère (dos contre dos) entre les doigts (pouce et index et index et majeur) et les secoue en rythme. La technique rejoint celle des castagnettes ou des kartals. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cuillers

Otsuzumi, tambour japonais. Source : http://data.abuledu.org/URI/53315e15-otsuzumi

Otsuzumi, tambour japonais

L'Ōtsuzumi, aussi appelé ōkawa, est un tambour japonais en forme de sablier. Il s'agit d'une version plus grande du tsuzumi, ou kotsuzumi. Il est utilisé dans le théâtre japonais traditionnel et la musique folk. Son apparence et le son qu'il produit sont légèrement différents de ceux du tsuzumi. Alors que le tsuzumi est plus petit et a une peau de tambour plus ornée, l'ōtsuzumi est plus grand et sa tête prend un aspect cuir plus clair. Le son est également plus élevé et plus net en hauteur, ressemblant plus à un « pop » qu'au « pon » du tsuzumi. La structure en forme de sablier est légèrement plus grande et les têtes du tambour sont nouées très serré. L'ōtsuzumi se joue sur le côté du joueur, peut-être en raison de sa taille plus grande et de son poids plus lourd, alors que le tsuzumi se joue sur l'épaule. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C5%8Ctsuzumi

Performance du batteur Mike Portnoy. Source : http://data.abuledu.org/URI/5304e992-performance-du-batteur-mike-portnoy

Performance du batteur Mike Portnoy

Performance du batteur contemporain Mike Portnoy. Show Dream Theater à Rio de Janeiro le 07/03/2008.

Plaque de frappe d'un cajón. Source : http://data.abuledu.org/URI/53048d4c-plaque-de-frappe-d-un-caj-n

Plaque de frappe d'un cajón

Le cajón est un instrument de musique inventé au Pérou au XVIIIe siècle. Il fut très certainement à ses débuts une caisse destinée à la cueillette des fruits ou à la pêche des poissons, c'est une caisse de résonance parallélépipède, de 50cm x 30cm x 30cm (hauteur/largeur/profondeur) en moyenne. La plaque de frappe (devant) est plus fine que les autres côtés, ce qui permet une élasticité et une résonance propre au cajón. Au dos, un trou d'environ 10cm de diamètre permet la sortie du son (même effet qu'un évent de décompression d'une enceinte de sono). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Caj%C3%B3n.

Roue à carillon en Bretagne. Source : http://data.abuledu.org/URI/52bd79b5-roue-a-carillon-en-bretagne

Roue à carillon en Bretagne

Roue à carillon de l'église Notre Dame de Confort (Confort-Meilars, Finistère, Bretagne). Monument Historique de la base Palissy, mobilier PM29000555). D'un diamètre de 1,75 m, elle possède douze clochettes de notes différentes, du Do au Do supérieur. La roue à carillons — appelée aussi roue de guérison, roue de fortune ou roue de gloire — est un instrument de musique de percussion, de type idiophone, d'origine bretonne, généralement constitué d'une douzaine de cloches produisant autant de notes différentes.

Rouleur réunionnais. Source : http://data.abuledu.org/URI/534806b1-rouleur-

Rouleur réunionnais

Le rouleur, ou roulèr, est un gros tambour frappé à deux mains, l’exécutant est assis à cheval sur lui : ce qui permet de modifier la tension et donc le timbre en se servant d’un de ses pieds. Les différentes graphies du nom sont quant à elles le reflet de différentes prononciations suivant les locuteurs considérés ou l’époque : rouleur, houleur, ouleur, oulèr, oulère, rouler. Le rouleur ou houler doit probablement son nom à son usage. En effet on roule le maloya, c’est-à-dire qu’on roule les hanches en dansant. En outre l’instrumentaliste fait des roulements et donc fait rouler ses mains sur la peau du tambour. Le rouleur peut aussi tirer son nom de la musique qu’il produit : fait rouler maloya. Cet instrument se retrouve à l'île de la Réunion (et Rodrigues où on le nomme simplement tambour). Traditionnellement fabriqué dans un tronc évidé au bois variable d'au moins 70 cm de long et 50 cm de diamètre, il est souvent conçu aujourd'hui avec une barrique ou un tonneau dont on a détruit les deux extrémités. Le plus souvent, la peau est de bœuf ou de cabri collée sur un cercle de bois comportant des cymbalettes. Le rouleur se joue maintenu au sol en position horizontale, le musicien accroupi à cheval dessus. Le talon est parfois utilisé pour percuter l'instrument en plus des mains. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Rouleur

Studio de percussionniste. Source : http://data.abuledu.org/URI/5307289a-studio-de-percussionniste

Studio de percussionniste

Studio de percussionniste.

Vibraphoniste en concert. Source : http://data.abuledu.org/URI/5395e471-vibraphoniste-en-concert

Vibraphoniste en concert

Le vibraphoniste Franck Tortiller en concert, quatre mailloches en main.

Vibraslap vu de face. Source : http://data.abuledu.org/URI/53049c8d-vibraslap-vu-de-face

Vibraslap vu de face

Vibraslap vu de face : instrument de percussion, composé d'une poignée en métal en forme de « U » avec d'un côté une boule de bois et de l'autre, une caisse de résonance, en bois également. Celle-ci est pourvue de parties mobiles (les petites tiges métalliques visibles sur la photo) qui viennent toucher les parois de la caisse lorsqu'on utilise l'instrument. Le vibraslap se tient fermement par la poignée ou se fixe sur un support. Le fait de frapper la boule, ou d'appuyer dessus pour la relâcher brusquement, provoque une vibration le long de la poignée, qui se transmet ensuite à la caisse de résonance et provoque une stridulation plus ou moins forte.

Vue arrière d'un cajón. Source : http://data.abuledu.org/URI/5304974e-vue-arriere-d-un-caj-n

Vue arrière d'un cajón

Vue arrière d'un cajón (DoubleShot de la S-Série des percussions Kopf) : au dos, un trou d'environ 10cm de diamètre permet la sortie du son (même effet qu'un évent de décompression d'une enceinte de sono). D'apparence rudimentaire, il offre de multiples combinaisons sonores s'adaptant à tous les genres musicaux même s'il reste l'instrument phare des musiques latines, traditionnellement des musiques criollas de la côte péruvienne. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Caj%C3%B3n