Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Architecture -- Dessins et plans | Fortifications -- France | Dessins et plans | Guerre de siège | Sébastien Le Prestre de Vauban (1633-1707) | Poliorcétique | Paris (France. - Commune) -- Littérature et Commune de Paris (1871) | L' Illustration (périodique) | Paris (France. - Siège) (1870-1871) | Bastions | Histoire | Guerre franco-allemande (1870-1871) | Paris (France. - Commune) -- Art et Commune de Paris (1871) | Résineux | Mississippi (États-Unis. - cours d'eau) | Lithographies | Dix-neuvième siècle | Incendies | Mississippi (États-Unis. - Guerre de Sécession) (1861-1865) | Flottes de guerre | ...
Le blocus de Vicksburg en 1863. Source : http://data.abuledu.org/URI/513858e9-le-blocus-de-vicksburg-en-1863

Le blocus de Vicksburg en 1863

Reproduction d'une lithographie américaine en couleur. Le blocus de Vicksburg sur le Mississippi le 16 avril 1863 : "Liste des navires : Benton, Lafayette et Général Price, Louisville, Mound City, Pittsburg, Carondelet, Silver Wave, Forest Queen, Henry Clay et Tuscumbia. À 22h30, les navires ont levé l'ancre et descendu le fleuve à la suite de l'Amiral Porter commandant le Benton. À l'approche de la rive opposée à la ville de Vicksburg, ils essuyèrent un terrible feu croisé des batteries du centre, d'en haut et d'en bas, depuis le rivage et la falaise en direction du chenal qui se trouve à cent mètres du rivage à cet endroit-là. Au même moment, les rebelles mirent le feu à d'innombrables bûches flottantes de pins résineux et d'autres matériaux combustibles. Malgré tous ces feux, les navires réussirent à franchir le barrage avec peu de pertes : seul le navire de marchandises Henry Clay s'embrasa et coula." (Ships depicted are, from the front to the rear, all USS except as noted : Benton (Flagship) ; Lafayette with General Price alongside ; Louisville ; Mound City ; Pittsburgh ; Carondelet ; transports Silver Wave, Forest Queen & Henry Clay ; and Tuscumbia. Text under the print's title reads: "At half past ten P.M. the boats left their moorings & steamed down the river, the Benton, Admiral Porter, taking the lead -- as they approached the point opposite the town, a terrible concentrated fire of the centre, upper and lower batteries, both water and bluff, was directed upon the channel, which here ran within one hundred yards of the shore. At the same moment innumerable floats of turpentine and other combustible materials were set ablaze. In the face of all this fire, the boats made their way with but little loss except the transport Henry Clay which was set on fire & sunk.)

Les hommes de la Commune, 1871. Source : http://data.abuledu.org/URI/5071fc70-les-hommes-de-la-commune-1871

Les hommes de la Commune, 1871

"Les hommes de la Commune." Source : L'Illustration, journal universel, 15 juillet 1871. Le conseil de la Commune : Toutes les tendances politiques républicaines et socialistes y sont représentées, jusqu'aux anarchistes. Parmi la vingtaine de « jacobins », admirateurs de la Révolution de 1789 et plutôt centralisateurs, on trouve Charles Delescluze, Félix Pyat, Charles Ferdinand Gambon ou Paschal Grousset. À peine plus nombreux sont les « radicaux », partisans de l'autonomie municipale et d'une république démocratique et sociale, tels Arthur Arnould, Charles Amouroux, Victor Clément et Jules Bergeret. On compte une dizaine de « blanquistes », adeptes de l'insurrection et avant-gardistes, comme Jean-Baptiste Chardon, Émile Eudes, Théophile Ferré, Raoul Rigault ou Gabriel Ranvier. Quelques « proudhoniens », partisans de réformes sociales, siègent : Léo Fränkel, Benoît Malon, Eugène Varlin... Enfin, des « indépendants » ont été élus, tels Jules Vallès et Gustave Courbet.

Système de fortification de Vauban 2. Source : http://data.abuledu.org/URI/5309bb26-systeme-de-fortification-de-vauban-2

Système de fortification de Vauban 2

Tirant expérience de la poliorcétique (guerre de siège), Vauban développa un deuxième système. S'étant rendu compte que la prise d'un bastion entrainait invariablement la prise rapide de la ville, il décida de séparer ces derniers de l'ouvrage. Cette modification avait pour avantage de mieux protéger l'artillerie et de créer une deuxième ceinture de protection. Travail personnel librement inspiré de Serge François, in "Places Fortes, Bastion du Pouvoir".

Système de fortification de Vauban 3. Source : http://data.abuledu.org/URI/5309bbff-systeme-de-fortification-de-vauban-3

Système de fortification de Vauban 3

Ce dernier système est l'aboutissement de plusieurs décennies d'expérience militaire. Ce type d'ouvrage ne fut construit qu'une fois, ce fut Neuf-Brisach, en Alsace, destiné à remplacer la place de Vieux-Brisach (Alt-Breisach en rive droite du Rhin, perdue par la France). Il reprend les évolutions du deuxième système qui augmentait encore la défense en profondeur notamment par l'implantation de « tours-bastions » renforçant les bastions. Travail personnel librement inspiré de Serge François, in "Places Fortes, Bastion du Pouvoir". Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fortifications_et_constructions_de_Vauban.