Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Biologie marine | Photographie | Mer Rouge | Récifs coralliens -- Faune | Récifs coralliens | Récifs coralliens -- Écologie | six-minutes-pour-la-mer-rouge | Biologie des récifs coralliens | Animaux des récifs coralliens | Récifs | Récifs coralliens -- Biologie | Écologie des récifs coralliens | Poissons | Poisson | Poissons de mer | abcd-six-minutes-pour-la-mer-rouge | Dendronephthya | Gravure | Alcyonaire épineux | Dessins et plans | ...
Acanthaser à épines courtes. Source : http://data.abuledu.org/URI/557c7258-acanthaser-a-epines-courtes

Acanthaser à épines courtes

L’acanthaser à épines courtes (Acanthaster brevispinus) est une étoile de mer assez rare, proche parente de la célèbre espèce invasive « couronne d'épines » (Acanthaster planci) dont elle partage parfois le surnom. On la trouve principalement sur la Grande Barrière de corail, mais elle semble exister dans tous les écosystèmes coralliens de l'indo-pacifique. grosse étoile de mer aux couleurs variables avec de nombreux bras, généralement entre 8 et 16 (5 à l'origine). Elle est couverte de petites épines généralement peu pointues, et protégées par des pédicellaires. Le corps est en forme de disque, d'où rayonnent les bras séparés par des traits de couleur claire, et est assez mobile pour pouvoir être préhensile, grâce à de puissants podia. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Acanthaster_brevispinus

Acanthaster pourpre. Source : http://data.abuledu.org/URI/541985e4-acanthaster-pourpre

Acanthaster pourpre

L’acanthaster pourpre (Acanthaster planci) est une espèce d’étoile de mer de couleurs vives, de la famille des Acanthasteridae, espèce nocturne d'étoile de mer se nourrissant des polypes du corail (récemment devenue espèce invasive là où elle a été introduite). On constate que cette espèce progresse sur les récifs exploités, et ne progresse pas ou progresse moins, là où la biodiversité est restée élevée, ou dans les réserves naturelles. Cette espèce carnassière vit dans les écosystèmes coralliens de la zone tropicale du bassin Indo-Pacifique ; elle se nourrit presque exclusivement de corail. De dimensions imposantes, de couleurs et de morphologie variables, elle est dotée de piquants dont le venin, qui provoque la nécrose des tissus, est toxique pour un grand nombre d’espèces, l’homme y compris, ce qui lui fait craindre peu de prédateurs. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Acanthaster_planci

Aire de répartition de la raie pastenague à taches bleues. Source : http://data.abuledu.org/URI/552d750f-aire-de-repartition-de-la-raie-pastenague-a-taches-bleues

Aire de répartition de la raie pastenague à taches bleues

Aire de répartition de la raie pastenague à taches bleues (Taeniura lymma).

Alcyon encroûtant. Source : http://data.abuledu.org/URI/55549e58-alcyon-encroutant

Alcyon encroûtant

Alcyon encroûtant (Alcyonium coralloides) ou coral moux.

Alcyon encroûtant. Source : http://data.abuledu.org/URI/55549e76-alcyon-encroutant

Alcyon encroûtant

Alcyon encroûtant (Alcyonium coralloides).

Alcyonaire épineux. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a268-alcyonaire-epineux

Alcyonaire épineux

Ces coraux sont mous, et suffisamment translucides pour laisser transparaître les spicules calcaires disséminés dans l'organisme. Ils sont généralement de couleur vive et présentent des ramifications. Ce genre compte plus de 250 espèces, souvent très difficiles à distinguer les unes des autres. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dendronephthya

Alcyonaire épineux. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a27c-alcyonaire-epineux

Alcyonaire épineux

Ces coraux sont mous, et suffisamment translucides pour laisser transparaître les spicules calcaires disséminés dans l'organisme. Ils sont généralement de couleur vive et présentent des ramifications. Ce genre compte plus de 250 espèces, souvent très difficiles à distinguer les unes des autres. Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Dendronephthya

Alcyonaire épineux. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a289-alcyonaire-epineux

Alcyonaire épineux

Ces coraux sont mous, et suffisamment translucides pour laisser transparaître les spicules calcaires disséminés dans l'organisme. Ils sont généralement de couleur vive et présentent des ramifications. Ce genre compte plus de 250 espèces, souvent très difficiles à distinguer les unes des autres. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dendronephthya

Alcyonaire épineux. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a295-alcyonaire-epineux

Alcyonaire épineux

Ces coraux sont mous, et suffisamment translucides pour laisser transparaître les spicules calcaires disséminés dans l'organisme. Ils sont généralement de couleur vive et présentent des ramifications. Ce genre compte plus de 250 espèces, souvent très difficiles à distinguer les unes des autres. Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Dendronephthya

Alcyonaire épineux. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a2a4-alcyonaire-epineux

Alcyonaire épineux

Ces coraux sont mous, et suffisamment translucides pour laisser transparaître les spicules calcaires disséminés dans l'organisme. Ils sont généralement de couleur vive et présentent des ramifications. Ce genre compte plus de 250 espèces, souvent très difficiles à distinguer les unes des autres. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dendronephthya

Alcyonaire épineux. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a2b8-alcyonaire-epineux

Alcyonaire épineux

Ces coraux sont mous, et suffisamment translucides pour laisser transparaître les spicules calcaires disséminés dans l'organisme. Ils sont généralement de couleur vive et présentent des ramifications. Ce genre compte plus de 250 espèces, souvent très difficiles à distinguer les unes des autres. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dendronephthya

Alcyonaire épineux. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a2c5-alcyonaire-epineux

Alcyonaire épineux

Ces coraux sont mous, et suffisamment translucides pour laisser transparaître les spicules calcaires disséminés dans l'organisme. Ils sont généralement de couleur vive et présentent des ramifications. Ce genre compte plus de 250 espèces, souvent très difficiles à distinguer les unes des autres. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dendronephthya

Alcyonaire épineux. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a2d3-alcyonaire-epineux

Alcyonaire épineux

Ces coraux sont mous, et suffisamment translucides pour laisser transparaître les spicules calcaires disséminés dans l'organisme. Ils sont généralement de couleur vive et présentent des ramifications. Ce genre compte plus de 250 espèces, souvent très difficiles à distinguer les unes des autres. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dendronephthya

Alcyonaire épineux (gros plan). Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a2ea-alcyonaire-epineux-gros-plan-

Alcyonaire épineux (gros plan)

Ces coraux sont mous, et suffisamment translucides pour laisser transparaître les spicules calcaires disséminés dans l'organisme. Ils sont généralement de couleur vive et présentent des ramifications. Ce genre compte plus de 250 espèces, souvent très difficiles à distinguer les unes des autres. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dendronephthya

Alevins de saumon. Source : http://data.abuledu.org/URI/5200d8ec-alevins-de-saumon

Alevins de saumon

Alevins de saumon (salmo solar).

Algues brunes en 1866. Source : http://data.abuledu.org/URI/5943d2c5-algues-brunes-en-1866

Algues brunes en 1866

Alfred Moquin-Tandon, alias Alfred Frédol, "Le monde de la mer" en 1866 : Planche III, Flore marine d'après Gudin. Dictyota dichotoma (algues brunes), Padina pavonica (padine Queue-de-paon), Saccharina latissima (Laminaire sucrée ou Baudrier de Neptune), Alaria esculenta (comestible), Laminaria digitata (laminaire digitée ou goémon de coupe), Macrocystis pyrifera (algues géantes dites kelp), Lessonia fuscescens, Lessonia ovata, Macrocystis luxurians.

Algues marines en 1866. Source : http://data.abuledu.org/URI/59447865-algues-marines-en-1866

Algues marines en 1866

Alfred Moquin-Tandon, alias Alfred Frédol, "Le monde de la mer" en 1866 : Planche IV, Algues marines. Tetraspora gelatinosa, Callithamnium corymbosum, Plocamium vulgaire, Polysiphonia fibrata, Rivularia nitida, Delesseria hypoglossum, Chondrus crispus, Laminaria saccharina, Chorda filum, Laminaria digitata.

Alimentation nocturne de coraux durs. Source : http://data.abuledu.org/URI/58500b55-favites-flexuosa-jpg

Alimentation nocturne de coraux durs

Corail dur (Favites flexuosa) de nuit, polypes en position pour s'alimenter. Les polypes sont de forme cylindrique et possèdent d'un côté l'hydrorhize, pédicule les reliant au substrat, passant par la frude aluscaire de l'intestin grêle, une colonie gastrique renflée, et de l'autre une bouche entourée de tentacules. Espèce de coraux appartenant à la famille des Merulinidae. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Favites_flexuosa

Alose. Source : http://data.abuledu.org/URI/52013ef9-alose

Alose

Alose (Alosa fallax) : L'alose est un poisson anadrome de la famille des Clupeidae, qui comprend également la sardine et le hareng, notamment. On en trouve dans les eaux littorales et continentales des façades de la Manche et de l’Atlantique ainsi que dans les estuaires de la façade atlantique, particulièrement celui de la Gironde. D'avril à juin, l'alose remonte le cours des fleuves côtiers et de leurs affluents de la façade atlantique française pour s'y reproduire. La ponte est dite « active ». La durée de ponte s’étend de 23 heures à 5 heures du matin, mais la période de plus forte activité se situe entre 1 heure et 3 heures du matin, quand la température de l’eau atteint au moins 18°C. Le mâle et la femelle remontent en surface, se positionnent face à face et tournent sur eux-mêmes en frappant violemment la surface de l’eau avec leur nageoire caudale, créant beaucoup de bruit et de remous. C’est pendant cette phase, appelée « bull », que la femelle expulse ses œufs et que le mâle les féconde. Le comptage acoustique des bulls est utilisé pour évaluer l'intensité de la reproduction et son évolution dans le temps.

Aménagement intérieur d'un aquarium public. Source : http://data.abuledu.org/URI/530dc8aa-amenagement-interieur-d-un-aquarium-public

Aménagement intérieur d'un aquarium public

Aménagement intérieur pour les visiteurs d'un aquarium public : "Le monde de la mer" à Prague.

Anatomie de méduse. Source : http://data.abuledu.org/URI/5648c98b-anatomie-de-meduse

Anatomie de méduse

Schéma de méduse : 1 Ectoderme; 2 Mésoglée; 3 Endoderme; 4 Estomac; 5 Canal radial; 6 Canal circulaire; 7 Tentacule; 8 Voile; 9 Anneau nerveux externe; 10 Anneau nerveux interne; 11 Gonades; 12 Manubrium; 13 Bouche; 14 Partie externe; 15 Partie interne.

Anémones de mer en 1866. Source : http://data.abuledu.org/URI/5944919c--anemones-de-mer-en-1866

Anémones de mer en 1866

Alfred Moquin-Tandon, alias Alfred Frédol, "Le monde de la mer" en 1866 : Planche X, Anémones de mer.

Animaux radiés foraminifères en 1866. Source : http://data.abuledu.org/URI/59447cec-animaux-radies-foraminiferes-en-1866

Animaux radiés foraminifères en 1866

Alfred Moquin-Tandon, alias Alfred Frédol, "Le monde de la mer" en 1866 : Planche VI, Animaux radiés. Acanlhostaurus purpurascens, Amphilonche anomala, Arachnocorys circumtexta, Diploconus fasces, Dorataspis, Dycliosoma, Sphacrozoum ilalicum.

Annélide tubicole en 1866. Source : http://data.abuledu.org/URI/59453890-annelide-tubicole-en-1866

Annélide tubicole en 1866

Alfred Moquin-Tandon, alias Alfred Frédol, "Le monde de la mer" en 1866 : Planche XXII, Annélide tubicole. Sabelle unispirale (aquarium de Concarneau).

Annélides en 1866. Source : http://data.abuledu.org/URI/59453783-annelides-en-1866

Annélides en 1866

Alfred Moquin-Tandon, alias Alfred Frédol, "Le monde de la mer" en 1866 : Planche XXI, Annelides. Terrebelle emmaline, Eunice magnifique, Hésione de Schmarda, Heteronéreide vagabonde, Hermelles alvéolaires dans leurs tubes, Vermilies sociales groupées, Sabelle perforante, Serpule fasciculaire, Serpule trinagulaire.

Apolémie contournée de Nice en 1866. Source : http://data.abuledu.org/URI/59450d0b-apolemie-contournee-de-nice-en-1866

Apolémie contournée de Nice en 1866

Alfred Moquin-Tandon, alias Alfred Frédol, "Le monde de la mer" en 1866 : Planche XIII, Apolémie contournée de la côte de Nice.

Aquarium du XIXème siècle. Source : http://data.abuledu.org/URI/51db5014-aquarium-du-xixeme-siecle

Aquarium du XIXème siècle

L'existence du cycle de l'azote et son importance pour la survie des animaux aquatiques en milieu clos a été découverte en 1805. Les premiers aquariums ont été construits en Angleterre en 1850. Ils sont inspirés de la caisse de Ward, une serre d'horticulture en verre. Le néologisme aquarium a été créé par contraction de aquatic et vivarium. L'idée était de créer un lieu en circuit fermé, dans lequel les organismes vivent en équilibre naturel, contrairement aux vivariums et bassins qui étaient jusqu'alors des circuits ouverts. L'intérêt pour les aquariums dans les années 1850 est venu d'un intérêt grandissant pour la vie marine, un sujet encore en grande partie inconnu, et tabou jusqu'à la fin du XVIIIe siècle.

Ascidies sur corail. Source : http://data.abuledu.org/URI/585005b2-ascidies-sur-corail

Ascidies sur corail

Atriolum robustum (Ascidies) sur corail mou (Melithaea).

Aviso relevant son chalut de nuit en 1866. Source : http://data.abuledu.org/URI/594577a8-aviso-relevant-son-chalut-de-nuit-en-1866

Aviso relevant son chalut de nuit en 1866

Alfred Moquin-Tandon, alias Alfred Frédol, "Le monde de la mer" en 1866 : Planche XXVIII, Pêche de nuit. Aviso Le Sylphe relevant le chalut. Dessin de Riou d'après la photographie du commandant L. Hautefeuille.

Baleine. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d489ca-baleine

Baleine

Baleine.

Baliste bleu. Source : http://data.abuledu.org/URI/553564ef-baliste-bleu

Baliste bleu

Odonus niger (aussi appelé Baliste bleu ou Baliste dents rouges) est une espèce de poissons tétraodontiformes (quatre - dents), la seule du genre Odonus.

Baliste bleu. Source : http://data.abuledu.org/URI/55356443-baliste-bleu

Baliste bleu

Odonus niger (aussi appelé Baliste bleu ou Baliste dents rouges) est une espèce de poissons tétraodontiformes (quatre - dents), la seule du genre Odonus.

Baliste bleu. Source : http://data.abuledu.org/URI/553563fd-baliste-bleu

Baliste bleu

Odonus niger (aussi appelé Baliste bleu ou Baliste dents rouges) est une espèce de poissons tétraodontiformes (quatre - dents), la seule du genre Odonus.

Baliste picasso arabe. Source : http://data.abuledu.org/URI/5535617d-le-baliste-picasso-arabe

Baliste picasso arabe

Le Baliste picasso arabe ou Baliste picasso de la mer rouge (Rhinecanthus assasi) mesure une trentaine de centimètres à l'age adulte. Il a le museau plus allongé que les autres balistes.

Baliste picasso arabe. Source : http://data.abuledu.org/URI/55356188-le-baliste-picasso-arabe

Baliste picasso arabe

Le Baliste picasso arabe ou Baliste picasso de la mer rouge (Rhinecanthus assasi) mesure une trentaine de centimètres à l'age adulte. Il a le museau plus allongé que les autres balistes.

Banc de barracudas. Source : http://data.abuledu.org/URI/548ded19-banc-de-barracudas

Banc de barracudas

Banc de barracudas. Le barracuda (Sphyraena barracuda) est une espèce de poisson carnivore de grande taille (jusqu'à 2 m). Les barracudas vivent isolés ou en bancs. On les trouve généralement autour des récifs, mais ils apparaissent également dans les mers ouvertes. Ce sont des prédateurs voraces qui comptent, pour la chasse, sur l'effet de surprise suivi d'une courte accélération. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sphyraena_barracuda

Banc de saupes. Source : http://data.abuledu.org/URI/548dba7a-banc-de-saupes

Banc de saupes

Banc de saupes (Sarpa salpa). La saupe est une espèce de poisson, appartenant à la famille des sparidés, commune en Méditerranée. L'adulte mesure en moyenne 35 cm et peut atteindre 50 cm. Le corps est ovale et comprimé latéralement. Il a des reflets argentés et est strié de 10 à 12 lignes longitudinales jaune vif qui vont de la tête, assez courte, jusqu'à la nageoire caudale. L'œil doré est assez gros et proche de la bouche, le dos est gris jaune à verdâtre avec des reflets or, les nageoires sont grisâtres. Les saupes vivent en bancs près du bord où elles affectionnent les herbiers (posidonies) et les fonds rocheux. Leur activité est essentiellement diurne et leur régime principalement végétarien. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sarpa_salpa

Bassin d'aquarium tropical. Source : http://data.abuledu.org/URI/530dc4fb-bassin-d-aquarium-tropical

Bassin d'aquarium tropical

Bassin d'aquarium tropical.

Bénitier géant ou Tridacna maxima. Source : http://data.abuledu.org/URI/55382018-benitier-geant-ou-tridacna-maxima

Bénitier géant ou Tridacna maxima

Le bénitier géant ou Tridacna maxima est un bivalve sessile qui peut atteindre des dimensions colossales. Durant la journée, il laisse dépasser son épais manteau souvent très coloré (bleu, vert, violet...) pour assurer la photosynthèse de ses algues symbiotiques, qui contribuent à le nourrir ; il est cependant capable de le rétracter très rapidement et de se refermer d'un coup, brisant net tout objet qui pourrait se trouver entre ses deux solides valves réunies par un muscle extrêmement puissant.

Bénitier géant ou Tridacna maxima. Source : http://data.abuledu.org/URI/5538202d-benitier-geant-ou-tridacna-maxima

Bénitier géant ou Tridacna maxima

Le bénitier géant ou Tridacna maxima est un bivalve sessile qui peut atteindre des dimensions colossales. Durant la journée, il laisse dépasser son épais manteau souvent très coloré (bleu, vert, violet...) pour assurer la photosynthèse de ses algues symbiotiques, qui contribuent à le nourrir ; il est cependant capable de le rétracter très rapidement et de se refermer d'un coup, brisant net tout objet qui pourrait se trouver entre ses deux solides valves réunies par un muscle extrêmement puissant.

Bénitier géant ou Tridacna maxima. Source : http://data.abuledu.org/URI/55382049-benitier-geant-ou-tridacna-maxima

Bénitier géant ou Tridacna maxima

Le bénitier géant ou Tridacna maxima est un bivalve sessile qui peut atteindre des dimensions colossales. Durant la journée, il laisse dépasser son épais manteau souvent très coloré (bleu, vert, violet...) pour assurer la photosynthèse de ses algues symbiotiques, qui contribuent à le nourrir ; il est cependant capable de le rétracter très rapidement et de se refermer d'un coup, brisant net tout objet qui pourrait se trouver entre ses deux solides valves réunies par un muscle extrêmement puissant.

Bénitier géant ou Tridacna maxima. Source : http://data.abuledu.org/URI/55382061-benitier-geant-ou-tridacna-maxima

Bénitier géant ou Tridacna maxima

Le bénitier géant ou Tridacna maxima est un bivalve sessile qui peut atteindre des dimensions colossales. Durant la journée, il laisse dépasser son épais manteau souvent très coloré (bleu, vert, violet...) pour assurer la photosynthèse de ses algues symbiotiques, qui contribuent à le nourrir ; il est cependant capable de le rétracter très rapidement et de se refermer d'un coup, brisant net tout objet qui pourrait se trouver entre ses deux solides valves réunies par un muscle extrêmement puissant.

Bénitier géant ou Tridacna maxima. Source : http://data.abuledu.org/URI/5538207d-benitier-geant-ou-tridacna-maxima

Bénitier géant ou Tridacna maxima

Le bénitier géant ou Tridacna maxima est un bivalve sessile qui peut atteindre des dimensions colossales. Durant la journée, il laisse dépasser son épais manteau souvent très coloré (bleu, vert, violet...) pour assurer la photosynthèse de ses algues symbiotiques, qui contribuent à le nourrir ; il est cependant capable de le rétracter très rapidement et de se refermer d'un coup, brisant net tout objet qui pourrait se trouver entre ses deux solides valves réunies par un muscle extrêmement puissant.

Bernard-l'hermite de la Mer Noire. Source : http://data.abuledu.org/URI/588ceab7-bernard-l-hermite-de-la-mer-noire

Bernard-l'hermite de la Mer Noire

Bernard-l'hermite de la Mer Noire (Clibanarius erythropus).

Buste de Rachel Carson en 1965. Source : http://data.abuledu.org/URI/53848d8a-buste-de-rachel-carson-en-1965

Buste de Rachel Carson en 1965

Bust de Rachel Carson (1907-1964), biologiste américaine en 1965 par Una Hanbury (1904-1990).

Calmar à grandes nageoires de nuit. Source : http://data.abuledu.org/URI/585004a5-calmar-a-grandes-nageoires-de-nuit

Calmar à grandes nageoires de nuit

Calmar à grandes nageoires de nuit (Sepioteuthis lessoniana).

Calmar bijou. Source : http://data.abuledu.org/URI/52cda10e-calmar-bijou

Calmar bijou

Planche 54 de "Formes artistiques de la Nature" (Kunstformen der Natur), 1904, livre de lithographies illustratives de sciences naturelles publié par le biologiste allemand Ernst Haeckel (1834-1919) dont les représentations eurent une influence décisive sur le courant de l'Art nouveau au début du XXe siècle, et notamment l'École de Nancy. Calmar bijou (Histioteuthis bonnellii) c'est à dire dont les photophores sont sur la peau.

Calmar Chiroteuthis veranyi. Source : http://data.abuledu.org/URI/52cd9f65-chiroteuthis-veranyi

Calmar Chiroteuthis veranyi

Planche 54 de "Formes artistiques de la Nature" (Kunstformen der Natur), 1904, livre de lithographies illustratives de sciences naturelles publié par le biologiste allemand Ernst Haeckel (1834-1919) dont les représentations eurent une influence décisive sur le courant de l'Art nouveau au début du XXe siècle, et notamment l'École de Nancy. Céphalopode : calmar (Chiroteuthis veranyi).

Carte de répartition des Regiae en Indonésie. Source : http://data.abuledu.org/URI/52093f13-carte-de-repartition-des-regiae-en-indonesie

Carte de répartition des Regiae en Indonésie

Distribution dans la région indonésienne des Regiae, un groupe des Népenthes, plantes carnivores à urne : 1- N. boschiana, 2- N. burbidgeae, 3- N. clipeata, 4- N. ephippiata, 5- N. fusca, 6- N. klossii, 7- N. lowii, 8- N. maxima, 9- N. mollis, 10- N. oblanceolata, 11- N. pilosa, 12- N. rajah, 13- N. stenophylla, 14- N. truncata, 15- N. veitchii.

Carte de répartition du denti commun. Source : http://data.abuledu.org/URI/548e2555-carte-de-repartition-du-denti-commun

Carte de répartition du denti commun

Le denti ou denté commun (Dentex dentex), est une espèce de poissons de la famille des Sparidae. Il est très répandu entre 15 et 50 mètres, bien qu'il puisse descendre jusqu'à plus de 200 mètres. On le trouve en Méditerranée, en mer Noire, et sur la côte ouest Atlantique, de la Bretagne jusqu'au Sénégal y compris au cap vert mais pour une sous-espèce endémique. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dentex_dentex

Composition de l'eau de mer. Source : http://data.abuledu.org/URI/55472a68-composition-de-l-eau-de-mer

Composition de l'eau de mer

Proportions des "sels" dans l'eau de mer, et composition du sel.

Coquillage. Source : http://data.abuledu.org/URI/588ce622-coquillage

Coquillage

Coquille de Bufonaria perelegans.

Coquillage tropical. Source : http://data.abuledu.org/URI/564cc4aa-coquillage-tropical

Coquillage tropical

Triton à taches noires (Cymatium lotorium) est un genre de gastéropodes de la famille des Ranellidae.

Corail à bulles sinueux. Source : http://data.abuledu.org/URI/55549f55-corail-a-bulles-sinueux

Corail à bulles sinueux

Le corail bulles (Plerogyra sinuosa) est une espèce de coraux durs.

Corail à bulles sinueux. Source : http://data.abuledu.org/URI/55549f62-corail-a-bulles-sinueux

Corail à bulles sinueux

Corail à bulles sinueux (Plerogyra sinuosa).

Corail à bulles sinueux. Source : http://data.abuledu.org/URI/55549f71-corail-a-bulles-sinueux

Corail à bulles sinueux

Corail à bulles sinueux (Plerogyra sinuosa).

Corail à bulles sinueux. Source : http://data.abuledu.org/URI/55549f7b-corail-a-bulles-sinueux

Corail à bulles sinueux

Corail à bulles sinueux (Plerogyra sinuosa).

Corail chou-fleur. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a059-corail-chou-fleur

Corail chou-fleur

Ce corail forme des colonies assez petites, rarement plus de 30 cm, qui comme souvent dans ce genre sont reconnaissables à leurs bras courts et élargis en spatules (pas très régulières chez cette espèce) et comme couvertes de verrues de taille constante (environ 3 mm), qui sont en fait les corallites, formant de courtes branches. Les branches principales de cette espèce sont courtes, très irrégulières, et parfois grossièrement polygonales ; elles sont plus robustes dans les eaux agitées. La couleur est généralement rose, mais peut aller du marron clair au verdâtre, ou être presque blanche. Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pocillopora_damicornis

Corail chou-fleur. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a068-corail-chou-fleur

Corail chou-fleur

Ce corail forme des colonies assez petites, rarement plus de 30 cm, qui comme souvent dans ce genre sont reconnaissables à leurs bras courts et élargis en spatules (pas très régulières chez cette espèce) et comme couvertes de verrues de taille constante (environ 3 mm), qui sont en fait les corallites, formant de courtes branches. Les branches principales de cette espèce sont courtes, très irrégulières, et parfois grossièrement polygonales ; elles sont plus robustes dans les eaux agitées. La couleur est généralement rose, mais peut aller du marron clair au verdâtre, ou être presque blanche. Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pocillopora_damicornis

Corail corne de cerf. Source : http://data.abuledu.org/URI/55549fdd-corail-corne-de-cerf

Corail corne de cerf

Les Acropora sont des coraux durs, constructeurs de récifs. Ils font partie des espèces responsables de la formation de barrières de corail, qui abritent la plus grande biodiversité de notre planète. Comme tous les coraux durs, les Acropora vivent en endosymbiose avec de minuscules algues appelées zooxanthelles, qui leur fournissent des hydrates de carbone complexes tels que des sucres grâce à la photosynthèse, en échange d'azote organique et de dioxyde de carbone. Outre la photosynthèse, ces coraux se nourrissent aussi selon un régime carnivore. Ils le font la nuit, en attrapant le zooplancton par leurs polypes. Ceux-ci sont rétractés pendant la journée. Les Acropora ont une forme complexe offrant de nombreuses cachettes à un extraordinaire cortège d'espèces associées, comme les poissons des genres Chromis et Dascyllus. Ce sont donc des espèces fondatrices d'une importance capitale pour l'équilibre de l'écosystème. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Acropora

Corail corne de cerf. Source : http://data.abuledu.org/URI/55549ff5-corail-corne-de-cerf

Corail corne de cerf

Les Acropora sont des coraux durs, constructeurs de récifs. Ils font partie des espèces responsables de la formation de barrières de corail, qui abritent la plus grande biodiversité de notre planète. Comme tous les coraux durs, les Acropora vivent en endosymbiose avec de minuscules algues appelées zooxanthelles, qui leur fournissent des hydrates de carbone complexes telles que des sucres grâce à la photosynthèse, en échange d'azote organique et de dioxyde de carbone. Outre la photosynthèse, ces coraux se nourrissent aussi selon un régime carnivore. Ils le font la nuit, en attrapant le zooplancton par leurs polypes. Ceux-ci sont rétractés pendant la journée. Les Acropora ont une forme complexe offrant de nombreuses cachettes à un extraordinaire cortège d'espèces associées, comme les poissons des genres Chromis et Dascyllus. Ce sont donc des espèces fondatrices d'une importance capitale pour l'équilibre de l'écosystème. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Acropora

Corail de feu ramifié. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a1f0-corail-de-feu-ramifie

Corail de feu ramifié

Le corail de feu ramifié construit un squelette pouvant atteindre 1m d'envergure. Il est de couleur jaune et vire vers le blanc vers les extrémités. Ce corail porte son nom car le simple fait de l'effleurer déclenche ses cellules urticantes qui provoquent une vive douleur immédiate. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Corail_de_feu

Corail de feu ramifié. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a1fb-corail-de-feu-ramifie

Corail de feu ramifié

Corail de feu ramifié (Millepora dichotoma). Millepora est le seul genre de cnidaire de la famille des Milleporidés. Les espèces de ce genre sont communément appelées coraux de feu en raison de leurs cnidocystes capables de percer la peau humaine qui provoquent des douleurs semblables à celles de brûlures. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Corail_de_feu

Corail de feu ramifié. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a206-corail-de-feu-ramifie

Corail de feu ramifié

Corail de feu ramifié (Millepora dichotoma). Millepora est le seul genre de cnidaire de la famille des Milleporidés. Les espèces de ce genre sont communément appelées coraux de feu en raison de leurs cnidocystes capables de percer la peau humaine qui provoquent des douleurs semblables à celles de brûlures. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Corail_de_feu

Corail Discosoma. Source : http://data.abuledu.org/URI/58500933-corail-discosoma

Corail Discosoma

Corail Discosoma, entre anémones et corail dur. Les Discosomatidae sont une famille de Cnidaires de l'ordre des Corallimorpharia.

Corail plume d'autruche. Source : http://data.abuledu.org/URI/55549f01-corail-plume-d-autruche

Corail plume d'autruche

Le corail plume d'autruche est très classique en Mer Rouge;

Corail plume d'autruche. Source : http://data.abuledu.org/URI/55549f10-corail-plume-d-autruche

Corail plume d'autruche

Le corail plume d'autruche est très classique en Mer Rouge.

Corail rouge de Méditerranée. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a4e4-corail-rouge-de-mediterranee

Corail rouge de Méditerranée

Le corail rouge vit fixé à demeure (on parle d'une espèce « sessile ») sur les fonds (espèce benthique) rocheux obscurs et les parois des grottes semi obscures de l'étage circalittoral, ainsi que sur des falaises rocheuses plus profondes. On a pourtant constaté que des colonies bien éclairées étaient souvent luxuriantes. Le corail rouge a aussi besoin d'eaux limpides et agitées à une température moyenne de 15° C. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Corail_rouge

Demoiselle bicolore. Source : http://data.abuledu.org/URI/5545d47c-demoiselle-bicolore

Demoiselle bicolore

Cette demoiselle est aisément reconnaissable à son corps bicolore, dont les deux premiers tiers sont bruns et le tiers arrière blanc, se terminant par une queue fourchue.

Gorgone splendide. Source : http://data.abuledu.org/URI/5554a66c-gorgone-splendide

Gorgone splendide

Gorgone splendide (Acabaria sp.).

Grémille. Source : http://data.abuledu.org/URI/582cbb39-gremille-

Grémille

Grémille (Gymnocephalus cernuus) dans la rivière Pärnu en Estonie. Poisson d'eau douce.

Griset. Source : http://data.abuledu.org/URI/52014c8c-griset

Griset

Griset (Spondyliosoma cantharus) ou dorade grise, ou canthère. La maille de la dorade grise, c'est-à-dire la taille légale de capture pour les pêcheurs amateurs et professionnels est de 23 cm en Manche, en Atlantique et en Mer du Nord, et n'est pas fixée pour la Méditerranée. Ces tailles minimum légales sont fixées en France par l'arrêté du 16 juillet 2009 déterminant la taille minimale ou le poids minimal de capture et de débarquement des poissons et autres organismes marins ainsi que par de nombreux textes de référence édictés par la Communauté européenne.

Jeune poisson Napoléon. Source : http://data.abuledu.org/URI/554607a2-jeune-napoleon

Jeune poisson Napoléon

Le napoléon est un poisson de grande taille pouvant atteindre 230 cm de long, toutefois la taille moyenne est de 60 cm, il est le plus grand représentant de sa famille les Labridae. Son apparence est massive, son corps est comprimé latéralement, le mâle adulte possède une bosse proéminente sur le front. La bouche terminale est grande, charnue et protractile (c'est-à-dire qu'elle peut être projetée vers l'avant pour mieux capter la nourriture). Les yeux sont relativement petits et globuleux. Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Napoléon_(poisson)

Lamantin. Source : http://data.abuledu.org/URI/50fa726f-lamantin

Lamantin

Lamantin (Trichechus manatus) se nourrissant dans un herbier. le Lamantin est un mammifère herbivore se nourrissant exclusivement de plantes aquatiques (50 kg par nuit environ), jouant ainsi un rôle écologique important pour la pénétration de la lumière dans l'eau. Vivent en eaux littorales peu profondes, dans l'embouchure des fleuves et les marais côtiers de la zone tropicale de l'Atlantique. Leur faciès large et leur mode d'alimentation leur vaut parfois le surnom de « vaches de mer » ou « vaches marines ».

Lamantin. Source : http://data.abuledu.org/URI/587eb419-lamantin

Lamantin

Lamantin, "Les Américains à quatre-pattes et leur famille" (Four-footed Americans and their kin), 1898, par Ernest Thompson Seton (1860-1946).

Limule. Source : http://data.abuledu.org/URI/54140b26-limule

Limule

Limule (Limulus polyphemus) - 55 cm (vue dorsale)- Côte Est des Etats-Unis. La famille des Limulidae (du latin scientifique limulus) regroupe les quatre espèces de limules survivantes. Ce sont des arthropodes marins ressemblant à des crabes ayant une forme de fer à cheval (d'où le surnom de "crabe fer à cheval"). Considéré comme une véritable forme panchronique (anciennement appelée "fossile vivant"), son groupe semble n'avoir pratiquement pas évolué morphologiquement depuis plus de 500 Ma. Il ne s'agit pas d'un crustacé mais d'un chélicérate (appendice buccal en forme de crochet ou de pince), comme les araignées et les scorpions. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Limulidae.

Méduse. Source : http://data.abuledu.org/URI/5648c8c7-meduse

Méduse

Schéma anatomique d'une méduse : Tentacules marginaux et bras oraux. La majorité des espèces se nourrissent de microplancton piégé par leurs tentacules marginaux ou péri-ombrellaires, filaments rétractiles attachés au bord de l'ombrelle.

Mérou. Source : http://data.abuledu.org/URI/5545144b-merou

Mérou

Le nom vernaculaire « mérou » couvre une partie de l’importante famille des Serranidae. Cette famille, très diversifiée, contient des poissons d’aspect assez différent, comme les anthias, les loches ou les barbiers. La sous-famille des Epinephelinae constitue le principal groupe de mérous, et compte 22 genres et 87 espèces. On les rencontre dans les eaux tropicales et tempérées, de 1 à 300 mètres de profondeur. Ils sont tous carnivores : ils se nourrissent de poissons, de crustacés et de mollusques. La plupart des espèces est hermaphrodite protogyne, ce qui signifie que tous les individus naissent femelle et que certains deviendront mâles quand la situation l’exigera. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Epinephelinae

Mérou. Source : http://data.abuledu.org/URI/5545145b-merou

Mérou

Le nom vernaculaire « mérou » couvre une partie de l’importante famille des Serranidae. Cette famille, très diversifiée, contient des poissons d’aspect assez différent, comme les anthias, les loches ou les barbiers. La sous-famille des Epinephelinae constitue le principal groupe de mérous, et compte 22 genres et 87 espèces. On les rencontre dans les eaux tropicales et tempérées, de 1 à 300 mètres de profondeur. Ils sont tous carnivores : ils se nourrissent de poissons, de crustacés et de mollusques. La plupart des espèces est hermaphrodite protogyne, ce qui signifie que tous les individus naissent femelle et que certains deviendront mâles quand la situation l’exigera. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Epinephelinae

Mérou loutre. Source : http://data.abuledu.org/URI/554511df-merou-loutre

Mérou loutre

Le nom vernaculaire « mérou » couvre une partie de l’importante famille des Serranidae. Cette famille, très diversifiée, contient des poissons d’aspect assez différent, comme les anthias, les loches ou les barbiers. La sous-famille des Epinephelinae constitue le principal groupe de mérous, et compte 22 genres et 87 espèces. On les rencontre dans les eaux tropicales et tempérées, de 1 à 300 mètres de profondeur. Ils sont tous carnivores : ils se nourrissent de poissons, de crustacés et de mollusques. La plupart des espèces est hermaphrodite protogyne, ce qui signifie que tous les individus naissent femelle et que certains deviendront mâles quand la situation l’exigera. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Epinephelinae

Moalboal aux Philippines - 04. Source : http://data.abuledu.org/URI/558f24fd-moalboal-aux-philippines-04

Moalboal aux Philippines - 04

Moalboal aux Philippines - 04.

Moalboal aux Philippines - 05. Source : http://data.abuledu.org/URI/558f2561-moalboal-aux-philippines-05

Moalboal aux Philippines - 05

Moalboal aux Philippines - 05.

Morphologie d'une limace de mer. Source : http://data.abuledu.org/URI/58490bfa-morphologie-d-une-limace-de-mer

Morphologie d'une limace de mer

Photo de vue dorsale d'une limace de mer "Berghia stephanieae" (Valdés, 2005). Légende : ot = palpes pour « palper » le terrain ; ft = angles antérieurs du pied ; e = œil ; r = rhinophores : organe de l'« odorat » ; c = papilles qui servent de branchies ; cn = cnidosac.

Morses. Source : http://data.abuledu.org/URI/5730e52e-morses

Morses

Morses du Pacifique (Odobenus rosmarus) à Cap Peirce (Alaska). Les défenses de morse mesurent plus d'un mètre de long chez les mâles. Les esquimaux s'en servent pour la confection d'objets traditionnels.

Mutualisme entre Acanthurus triostegus et Labroides phthirophagus. Source : http://data.abuledu.org/URI/553a1e7f-mutualisme-entre-acanthurus-triostegus-et-labroides-phthirophagus

Mutualisme entre Acanthurus triostegus et Labroides phthirophagus

Mutualisme entre chirurgien bagnard (Acanthurus triostegus) et labre nettoyeur à queue rouge (Labroides phthirophagus) à Kona, Hawaii.

Ophiure. Source : http://data.abuledu.org/URI/55bb6bde-ophiure

Ophiure

Ophiure couleur de sable à Péreire à marée basse, Arcachon-33, juillet 2015.