Transfert en cours..., vous êtes sur le "nouveau" serveur data.abuledu.org dont l'hébergement est financé par l'association abuledu-fr.org grâce à vos dons et adhésions !
Vous pouvez continuer à soutenir l'association des utilisateurs d'AbulÉdu (abuledu-fr.org) ou l'association ABUL.
Suivez la progression de nos travaux et participez à la communauté via la liste de diffusion.

Votre recherche ...

Nuage de mots clés

Photographie | Afrique | Afrique du Sud | Biologie animale | Parcs nationaux -- Afrique du Sud | Namibie | Ornithologie | Dessins et plans | Mammifères | passereaux | Le Cap (Afrique du Sud. - province) | Réserves naturelles | Prédation (biologie) | Reptiles | Chamaeleonidae | Guépards | Le Cap (Afrique du Sud) | Antilopes | Sauriens | Mammifères herbivores | ...
Alouette des dunes en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/550751c8-alouette-des-dunes-en-namibie

Alouette des dunes en Namibie

Alouette des dunes (Certhilauda erythrochlamys, Calendulauda erythrochlamys) dans le désert de Namibie près de Walvis Bay.

Antilope Péléa. Source : http://data.abuledu.org/URI/516d4296-antilope-pelea

Antilope Péléa

Pelea capreolus dite aussi Péléa (afrikaans Reebok, anglais Rhebok, Rhebuck, « chevreuil-bouc ») est une espèce d'antilope endémique d'Afrique du Sud, du Zimbabwe, du Lesotho et du Swaziland. Ils préfèrent les prairies de montagne. Un pelage laineux de couleur grise les protègent du froid. Seuls les mâles, très agressifs pendant la période des amours, portent des cornes. Celles-ci, longues de 20 à 25 cm, sont droites ou légèrement recourbées vers l'avant.

Billes. Source : http://data.abuledu.org/URI/502b5ab8-billes

Billes

Billes faites en Afrique du Sud.

Blason de l'Afrique du Sud (1932-2000). Source : http://data.abuledu.org/URI/52acacec-blason-de-l-afrique-du-sud-1932-2000-

Blason de l'Afrique du Sud (1932-2000)

Blason de l'Afrique du Sud (1932-2000) : De l'Unité naît la Force (EX UNITATE VIRES).

Buffle d'Afrique. Source : http://data.abuledu.org/URI/516d6768-buffle-d-afrique

Buffle d'Afrique

Buffle d'Afrique mâle (Syncerus caffer) avec, perché sur son dos, un étourneau caronculé (Creatophora cinerea), espèce de passereau de la famille des Sturnidae, se nourrisant d'insectes dérangés par le buffle ou le débarrassant d'ectoparasites.

Caméléon de Namaqua dans le désert de Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/537361c6-cameleon-de-namaqua-dans-le-desert-de-namibie

Caméléon de Namaqua dans le désert de Namibie

Caméléon de Namaqua (Chamaeleo namaquensis) dans le désert de Namibie : pour se protéger de ses prédateurs, il peut adapter sa couleur à son environnement (chromatophore).

Caméléon de Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/53735e66-cameleon-de-namibie

Caméléon de Namibie

Caméléon de Namibie (Chamaeleo namaquensis). Son nom d'espèce, composé de namaqu[aland] et du suffixe latin -ensis, "qui vit dans, qui habite", lui a été donné en référence au lieu de sa découverte : le Namaqualand. Il vit dans des milieux arides. Il peut atteindre 63,50 cm. On peut le voir marcher au sol. Il s'est adapté aux changements climatiques. Ses prédateurs sont le faucon, le chacal et l'aigle ; près des habitations humaines, le chat et le chien. Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Namaqua_chameleon

Caméléon femelle naine du Cap. Source : http://data.abuledu.org/URI/5373635a-cameleon-femelle-naine-du-cap

Caméléon femelle naine du Cap

Caméléon femelle naine (Bradypodion pumilum) de la région du Cap en Afrique du Sud.

Camouflage de l'antilope Péléa. Source : http://data.abuledu.org/URI/516d43a0-camouflage-de-l-antilope-pelea

Camouflage de l'antilope Péléa

Antilope Péléa dans la réserve naturelle du barrage de Sterkfontein (18.000 Ha), au sud-ouest de Harrismith, en Afrique du Sud.

Carte des 11 langues d'Afrique du Sud. Source : http://data.abuledu.org/URI/5043e597-carte-des-11-langues-d-afrique-du-sud

Carte des 11 langues d'Afrique du Sud

Carte des onze langues dominantes d'Afrique du Sud (recensement de 2001) : Afrikaans, anglais, isiNdebele, isiXhosa, isiZulu, Sesotho sa Leboa, Sesotho Setswana, siSwati, Tshivenda, Xitsonga.

Carte géologique du Sud-Ouest du Sénégal. Source : http://data.abuledu.org/URI/5485887d-carte-geologique-du-sud-ouest-du-senegal

Carte géologique du Sud-Ouest du Sénégal

Carte géologique du Sud-Ouest du Sénégal au 1/500 000ème.

Cartographie des langues bantoues. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d26d96-cartographie-des-langues-bantoues

Cartographie des langues bantoues

Cartographie des principales langues bantoues sur le continent africain d'après Malcolm Guthrie (1903-1972), linguiste anglais et Tervuren (Kirundi). Ce classement est contesté mais sert de référence. Les langues swahilis (35 millions de locuteurs) : Tanzanie, Kenya, Ouganda, République démocratique du Congo, Rwanda, Burundi, Comores, Mozambique, Somalie, Afrique du Sud ; kinyarwanda-kirundi : (15 millions) : Rwanda, Burundi ; lingala (36 millions de locuteurs en 2005) : Angola, République centrafricaine, République du Congo, République démocratique du Congo ; chichewa (9 millions) : Malawi ; zoulou (9 millions) : Afrique du Sud, Malawi, Mozambique, Swaziland ; xhosa (8 millions) : Afrique du Sud ; shona (7 millions) : Mozambique, Zambie, Zimbabwe ; kikongo (6 millions) : Angola, République du Congo, République démocratique du Congo ; tshiluba (6 millions) : République démocratique du Congo, Angola ; kikuyu (4,6 millions) : Kenya ; luganda (10 millions) : Ouganda ; runyankole ou nkore (1,5 million) : Ouganda ; sotho : sotho du Nord et sotho du Sud (3,5 millions) : Afrique du Sud ; kimbundu (3 millions) : Angola ; tswana (3 millions) : Afrique du Sud, Botswana ; makua (2 millions) : Mozambique ; ndébélé : sindebele et nrebele (1 million) : Zimbabwe, Afrique du Sud ; tonga (1 million) : Zambie, Mozambique ; douala (1 million) : Cameroun. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_bantoues et http://fr.wikipedia.org/wiki/Malcolm_Guthrie.

Chacal et sa proie. Source : http://data.abuledu.org/URI/55064597-chacal-et-sa-proie

Chacal et sa proie

Chacal (Canis mesomelas) et carcasse de springbok, Parc national d'Etosha en Namibie.

Chevêchette perlée en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/55075a56-chevechette-perlee-en-namibie

Chevêchette perlée en Namibie

Chevêchette perlée (Glaucidium perlatum), Etosha en Namibie.

Deux zèbres en Tanzanie. Source : http://data.abuledu.org/URI/53600e80-deux-zebres-en-tanzanie

Deux zèbres en Tanzanie

Deux zèbres dans le parc national de Mikumi, près de Morogoro en Tanzanie.

Dik-dik de Kirk en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/550752e8-dik-dik-de-kirk-en-namibie

Dik-dik de Kirk en Namibie

Dik-dik de Kirk (Madoqua kirkii), Parc national d'Etosha en Namibie : vit dans les savanes africaines de l'est et du sud-ouest. Globalement diurne, il est surtout actif avant et après le coucher du soleil. Il fait partie d’une race d’antilopes naines. Très svelte, son pelage est gris brun ou rougeâtre. Il mesure de 55 à 77 cm pour un poids de 2,7 à 6,5 kg. Les males se reconnaissent à leurs petites cornes qui peuvent atteindre 11cm. Il vit dans les milieux couverts et secs et se nourrit de feuilles, de fruits et d’herbe. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dik-dik_de_Kirk

Drapeau d'Afrique du Sud. Source : http://data.abuledu.org/URI/50254da2-drapeau-d-afrique-du-sud
Écureuil dans un trou d'arbre. Source : http://data.abuledu.org/URI/533f2e7b-ecureuil-dans-un-trou-d-arbre

Écureuil dans un trou d'arbre

Écureuil africain dans un trou d'arbre à Kwafubesi, Limpopo en Afrique du Sud.

Écureuil fouisseur du Cap. Source : http://data.abuledu.org/URI/5506422e-ecureuil-fouisseur-du-cap

Écureuil fouisseur du Cap

Écureuil fouisseur du Cap, Parc national d'Etosha en Namibie.

Éléphant dans le parc d'Etosha en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/55063cd9-elephant-dans-le-parc-d-etosha-en-namibie

Éléphant dans le parc d'Etosha en Namibie

Éléphant dans le parc d'Etosha en Namibie.

Famille de suricates à l'ombre. Source : http://data.abuledu.org/URI/565d433e-famille-de-suricates-a-l-ombre

Famille de suricates à l'ombre

Famille de suricates (Suricata suricatta) à l'ombre, dans le désert du Kalahari, entre les bassins des fleuves Zambèze et Orange. Le terme Kalahari dérive de Kgalagadi, qui signifie "grande soif" en langue tswana, ou du mot "Khalagari", "lieu sans eau". Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9sert_du_Kalahari

Flamants roses en vol. Source : http://data.abuledu.org/URI/550646b5-flamants-roses-en-vol

Flamants roses en vol

Flamants roses (Phoenicopterus roseus) en vol, Walvis Bay en Afrique du Sud.

Fresque contre le sida en Afrique du sud. Source : http://data.abuledu.org/URI/553ebeb5-fresque-contre-le-sida-en-afrique-du-sud

Fresque contre le sida en Afrique du sud

Fresque contre le sida en Afrique du sud.

Gnou noir à queue blanche au galop. Source : http://data.abuledu.org/URI/516d41e2-gnou-noir-a-queue-blanche-au-galop

Gnou noir à queue blanche au galop

Le gnou noir (Connochaetes gnou) ou gnou à queue blanche est une espèce de gnou de la famille des bovidés qui semble ne plus exister à l'état sauvage que dans les réserves d'Afrique du Sud où sa population est stable voire croissante. Très grégaire, il vit en troupes importantes de 10 à 50 individus. Les gnous à queue blanche ont un pelage marron chocolat. Il possède une barbe et une crinière touffue, cependant cette dernière est dressée contrairement à celle du gnou bleu. Cette crinière est blanche et noir à l’extrémité. Ils sont reconnaissables également avec la touffe de poils qu’ils portent sur l’arrête du nez. Son pelage est plus épais que celui du gnou bleu, car il peut habiter des régions plus froides, il fait donc une mue au printemps. La queue longue de 80 à 100 cm est toujours blanche. Ses cornes courbés et pointés vers l'avant comme un guidon sont bien développés et peuvent mesurer de 50 à 80 cm. Les gnous à queue blanche sont de taille plus réduite que le gnou bleu, leurs corps mesurent de 170 à 220 cm de longueur, pour 100 cm à 120 cm de hauteur au garrot (1.10 m en moyenne) et un poid allant de 110 à 180 kg maximum, avec une moyenne de 130 kg pour les femelles et de 160 kg pour les mâles. Ruminant, herbivore, le gnou à queue blanche se nourrit principalement d'herbes, de feuilles de buissons et d’arbustes. Il est capable de ne pas boire pendant une semaine. Les gnous à queue blanche peuvent parfois se faire attaquer par les lions, les hyène brunes, les léopards, les lycaons et les crocodiles. Le gnou à queue blanche est une antilope, avec ses membres longs et fins, il peut courir jusqu'à 90 km/h pour échapper à ses prédateurs. De plus, il n'hésite pas à charger s'il se sent menacé.

Groupe de suricates. Source : http://data.abuledu.org/URI/565d4160-groupe-de-suricates

Groupe de suricates

Groupe de suricates dont certains en position de sentinelle, les petits jouant au milieu, près d'Oudtshoorn, Province du Cap, Afrique du sud.

Guépard. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d68a15-guepard

Guépard

Guépard dans la réserve de Sabi Sands en Afrique du Sud.

Impala et son petit en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/550641af-impala-et-son-petit-en-namibie

Impala et son petit en Namibie

Impala (Aepyceros melampus) femelle et petit, Parc national d'Etosha en Namibie.

Irrisor namaquois en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/55075934-irrisor-namaquois-en-namibie

Irrisor namaquois en Namibie

Irrisor namaquois (Rhinopomastus cyanomelas), Etosha en Namibie.

Jeune coucou geai en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/55075b6d-jeune-coucou-geai-en-namibie

Jeune coucou geai en Namibie

Jeune coucou geai (Clamator glandarius), Etosha en Namibie. Son aire de répartition s'étend sur l'Europe du Sud, l'Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l'Afrique subsaharienne. En France, on ne trouve le coucou geai que dans la ceinture méditerranéenne, du Var aux Pyrénées Orientales : c'est un habitant des bois clairs de pins parasols, des espaces ouverts, secs et chauds. Le coucou geai se nourrit principalement de chenilles processionnaires des pins et autres insectes et larves. Il possède les mêmes mœurs parasitaires que le Coucou gris. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Coucou_geai

La danse des bottes en Afrique du Sud. Source : http://data.abuledu.org/URI/52bd77d7-la-danse-des-bottes-en-afrique-du-sud

La danse des bottes en Afrique du Sud

La danse des bottes (gumboot dancing), inventée par les mineurs d'Afrique du Sud : percussions en bleus de travail, avec les mains.

Le phare de Cape Point. Source : http://data.abuledu.org/URI/54ec9f98-le-phare-de-cape-point

Le phare de Cape Point

Nouveau phare de Cape Point, situé à 87 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il remplace un ancien phare, placé beaucoup plus haut à 249 mètres d‘altitude, inefficace par temps de brouillard ou de nuages, qui fut remplacé en 1919.

Limicole dans le parc d'Etosha en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/55063fbb-limicole-dans-le-parc-d-etosha-en-namibie

Limicole dans le parc d'Etosha en Namibie

Le Courvite de Burchell (Cursorius rufus) est une espèce de limicole appartenant à la famille des Glareolidae, sud de l'Afrique (Angola, Botswana, Lesotho, Namibie, Afrique du Sud et Zambie).

Lion dans le parc d'Etosha en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/55063bc4-lion-dans-le-parc-d-etosha-en-namibie

Lion dans le parc d'Etosha en Namibie

Lion adulte mâle dans le parc d'Etosha en Namibie.

Lion et lionceau dévorant leur proie. Source : http://data.abuledu.org/URI/528b6e87-lion-et-lionceau-devorant-leur-proie

Lion et lionceau dévorant leur proie

Lion (Panthera leo) et lionceau déévorant leur proie à Cape Buffalo dans le nord de Sabi Sand en Afrique du sud.

Merle litsitsirupa en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/5507574a-merle-litsitsirupa-en-namibie

Merle litsitsirupa en Namibie

Merle litsitsirupa, Etosha en Namibie.

Mur d'escalade gonflable. Source : http://data.abuledu.org/URI/5235ed23-mur-d-escalade-gonflable

Mur d'escalade gonflable

Mur d'escalade gonflable, à Johannesburg.

Nelson Mandela en 2008. Source : http://data.abuledu.org/URI/52acaadf-nelson-mandela-en-2008

Nelson Mandela en 2008

Nelson Mandela à Johannesburg, Gauteng, le 13 Mai 2008.

Nid collectif de passereaux dans le désert. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d1c2a7-nid-collectif-de-passereaux-dans-le-desert

Nid collectif de passereaux dans le désert

Nid collectif de passereaux dans le désert : Républicain social (Philetairus socius).

Nids collectifs de passereaux dans le désert. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d1c3b3-nids-collectifs-de-passereaux-dans-le-desert

Nids collectifs de passereaux dans le désert

Nids collectifs de passereaux dans le désert : Républicain social (Philetairus socius). Cette espèce est classée par l'UICN en LC (Préoccupation mineure). Les populations semblent stables, et ont même étendu leur répartition, en profitant par exemple des poteaux téléphoniques pour construire leurs nids. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9publicain_social.

Oryx unicorne en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/550757f8-oryx-unicorne-en-namibie

Oryx unicorne en Namibie

Oryx unicorne (Oryx gazella), Etosha en Namibie.

Parallaxe de la Lune entre Berlin et Le Cap. Source : http://data.abuledu.org/URI/52ac9ffe-parallaxe-de-la-lune-entre-berlin-et-le-cap

Parallaxe de la Lune entre Berlin et Le Cap

Illustration du calcul de la parallaxe de la lune entre Berlin et Le Cap, par Lalande et Lacaille (étape 2). Durant l'année 1751, Jérôme de La Lande situé à Berlin et Nicolas-Louis de La Caille situé au Cap entreprennent une série de mesures synchrones qui permettront de déterminer avec une relative précision la parallaxe de la Lune. Ils mesurent à des jours fixés la hauteur de la Lune quand celle-ci passe au méridien. La différence de longitude entre ces deux villes est assez faible pour que l'on puisse supposer que la position de la Lune n'a pas significativement changé. La réunion de ces deux mesures permet de déterminer la parallaxe lunaire au moment de l'observation. Lalande trouve ainsi une parallaxe moyenne de 57 minutes et 26 secondes. Le principe en est expliqué par Lalande dans son traité d'astronomie.

Pattes de gépard. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d6999e-pattes-de-gepard

Pattes de gépard

Pattes de guépard (Acinonyx jubatus) au repos, Le Cap (Cap-Occidental). De sa particularité, exceptionnelle chez les félidés, d'avoir des griffes non rétractiles, vient le nom latin de son genre, dont il est le seul représentant : Acinonyx, formé lui-même sur le grec ancien ἀ, préfixe privatif, κινέω/kinéô, « mouvoir », et ὄνυξ/ónyx, « griffe, ongle ». Le nom binominal complet de l'espèce est Acinonyx jubatus (du latin jubatus, qui signifie « qui a une crinière »). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gu%C3%A9pard.

Petit guépard. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d68dd7-petit-guepard

Petit guépard

Petit guépard (Acinonyx jubatus), réserve de Sabi Sand en Afrique du Sud. Les jeunes guépards possèdent un manteau de poils ressemblant à une crinière le long de leur dos. On suppose que ce manteau permet un meilleur camouflage des petits dans l'herbe. Ce pelage, qui les fait ressembler à un ratel, un féroce blaireau, serait une manière d'éloigner les prédateurs. Le manteau commence à disparaître à trois mois, mais peut encore être vu à l'âge de deux ans. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gu%C3%A9pard.

Petit guépard et sa mère. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d690e2-petit-guepard-et-sa-mere

Petit guépard et sa mère

Petit guépard et sa mère allongés dans l'herbe, réserve de Sabi Sad en Afrique du Sud. Le taux de mortalité infantile est très élevé : durant les premières semaines après la naissance, jusqu'à 70 % des jeunes sont tués par d'autres prédateurs. Les petits commencent à suivre leur mère à l'âge de 6 semaines. Ils sont sevrés à trois ou six mois. Ils restent en général avec leur mère pendant 13 à 20 mois, période pendant laquelle elle leur apprend à chasser. Les membres d'une fratrie peuvent parfois demeurer plusieurs mois ensemble.

Phare du cap des Aiguilles. Source : http://data.abuledu.org/URI/549972c3-phare-du-cap-des-aiguilles-jpg

Phare du cap des Aiguilles

Le Phare du cap des Aiguilles (en anglais : Cape Agulhas Lighthouse) est un phare situé au Cap des Aiguilles en Afrique du Sud. Le phare se trouve au point le plus méridional du continent africain. Il est aussi le point de repère officiel pour marquer le passage de l'océan Atlantique à l'océan Indien.

Plateau de Waterberg en Namibie. Source : http://data.abuledu.org/URI/56c3051e-plateau-de-waterberg-en-namibie

Plateau de Waterberg en Namibie

Plateau de Waterberg en Namibie.

Quatre danseurs en bottes à Durban. Source : http://data.abuledu.org/URI/52bd802b-quatre-danseurs-en-bottes-a-durban

Quatre danseurs en bottes à Durban

Quatre danseurs en bottes à Durban (gumboot), en Afrique du Sud.

Renard du Cap et sa proie. Source : http://data.abuledu.org/URI/55075c57-renard-du-cap-et-sa-proie

Renard du Cap et sa proie

Renard du Cap (Vulpes chama), Etosha en Namibie. Le Renard du Cap est un habitant des zones arides ouvertes. C'est un prédateur nocturne qui se cache en journée sous les rochers ou dans des terriers creusés dans les terrains sableux. Il chasse essentiellement de petits vertébrés et des insectes. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Renard_du_Cap

Répartition du Philetairus socius en Afrique du Sud. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d1b9f7-repartition-du-philetairus-socius-en-afrique-du-sud

Répartition du Philetairus socius en Afrique du Sud

Carte de répartition du Républicain social (Philetairus socius) en Afrique du Sud.

Répartition géographique du gnou bleu en Afrique du Sud. Source : http://data.abuledu.org/URI/52d19f25-repartition-geographique-du-gnou-bleu-en-afrique-du-sud

Répartition géographique du gnou bleu en Afrique du Sud

Carte de répartition géographique du gnou bleu (Connochaetes taurinus) : 1) noir, C. t. taurinus ; 2) marron foncé, C. t. cooksoni ; 3) orange, C. t. johnstoni ; 4) marron clair, C. t. albojubatus ; 5) jaune, C. t. mearnsi.